Virgile, Énéide II v. 199-227 | Laocoon et les serpents.(29 vers)

« Ici, autre chose, de plus grave, de beaucoup plus terrible, s’offre aux yeux des malheureux que nous sommes et bouleverse les cœurs désemparés .Laocoon avait été désigné par le sort pour célébrer le culte de Neptune et il sacrifiait un énorme taureau sur l’autel dédié au rite solennel.Mais au même moment, partant de Ténédos à travers les eaux profondes et calmes,? je frissonne d’horreur à le raconter – un couple jumeau de serpents en orbes gigantesques s’abat à la surface de la mer, et se dirige de concert vers le rivage.Leurs poitrines dressées sur les flots, leurs crêtes rouges sang dépassent des eaux. Tout le reste balaie la mer derrière et leurs dos gigantesques forment des courbes ondulées,dans un vacarme d’écume et de sel. Et déjà ils touchaient terre, avec leurs yeux ardents, injectés de sang et de feu,et ils sifflaient, et léchaient leurs gueules de leurs langues dardées.Voyant cela nous fuyons dans tous les sens, exsangues. Mais eux, d’un train assuré,foncent sur Laocoon. D’abord ce sont deux petits enfants,ses deux fils, que le couple de serpents embrasse, tient serrés enlacés, et il mord, il dévore les pauvres corps.Puis c’est son tour, tandis qu’il se porte à leur secours en brandissant ses armes.Ils le saisissent, le lient de nœuds énormes, et déjà deux fois ils ont enlacé son torse, enserré deux fois son cou de leurs peaux écailleuses, dressant têtes et nuques au-dessus de lui. Il tente avec ses mains de rompre les nœuds,il a ses bandelettes imprégnées de pus, de noir venin,et dans le même temps il fait monter vers les astres des cris épouvantables,comme le mugissement d’un taureau qui fuit l’autel, blessé,après avoir secoué de sa nuque la hache maladroite. Mais les dragons jumeaux, glissant vers la hauteur du sanctuaire,s’enfuient et gagnent la citadelle de la cruelle Tritonienne,puis se cachent aux pieds de la déesse, sous l’orbe de son bouclier. »(pallas=Athéna) Cf.http://bcs.fltr.ucl.ac.be/Virg/V02-001-267.html

Etude

  • Tirage au sort du prêtre et sacrifice offert à Neptune.Pourquoi laocoon est tué? car obstacle à la réalisation du destin (la  naissance de troie).
  • Espace de la scène? entre terre et mer.
  • Déroulement temporel.Il y a  construction régulière de l’action.
  • Quels sont les deux moments? Deux moments centraux= Apparition du monstre,l’attaque, (irruption+la saisie des personnage par le serpent. Il y a un (Archè=début, un mélos =milieu, un télos=fin)=unité= 1 lieu+1 temps+1 action=cohérence l’unité d’action cf. Poétique d’ Aristote.
  • Le déplacement des serpents est le moteur de l’action, puissance dynamique.(jeux de plans,
  • gros plans)/ taille du monstre gigantesque.S’oppose en CONTREPOINT aux personnages.
  • ..Abominable=abomirari= »repousser ».=ominis= »présage »=s’écarter avec horreur ».
  • L’Horreur ressentie par les cris poussés par le Laocoon (clamores horrendos).
  • Les enfants sont vulnérables ( parua corpora)/.
  •  Et les sons?Bruit de la mer (fracas)/le cri….Comparaison cri de Laocoon et mugissement du taureau
  • Un point de vue??? y est inscrit celui de Enée (héros narrateur) spectateur du drame qui raconte cette scène passé.=déitique (« Ici », « là », « hier », « maintenant », « ceci », etc. sont des mots déictiques car ils ne sont compris que lorsque la situation d’énonciation est connue.Embrayeurs.deiktikos (« action de montrer »Qui sert à désigner, à montrer.).=HIC ET ECCE (Ici même)=.Présent de la narration  sur un fait passé.Le témoin Enée était à distance=ce récit est en analeps (flashback/retour en arrière).
  • Phobos ?????phóbos=terreur/peur/action de faire fuire, d’effrayer.= spectateur Enée passif, sentiment de terreur  + trouble devant ce spectacle innomable pas prévu (imprévu =improvoda).
  • Sentiment du lecteur? (pitié)= (éléos)=Miséricorde : bonté ou bonne volonté envers le misérable et l’affligé joints à un désir de les aider// empathie face au sort des enfants=identification.
  • Il y a un pathos  (expression vive de sentiments) + un élos.

Source:http://www.persee.fr/doc/vita_0042-7306_2000_num_157_1_1066

C’est une scène pathétique/expressionniste/épique/tragique (un mythos +pathos)

Création d’un « effet propre » de la tragédie= but=finalité= terreur + pitié.couverture du livre la Poétique d'AristoteRésultat de recherche d'images pour "catharsis"Résultat de recherche d'images pour "catharsis citation"Résultat de recherche d'images pour "catharsis citation aristote"

La « tragédie imite les  faits terrifiants et pitoyables ».

la tragédie, comme catharsis (purification). En effet, en tant qu’elle suscite la pitié et la crainte, elle opère la purgation propre à pareilles émotions par le spectacle représenté .


https://rgi.revues.or

1)COMMUNIQUER SANS LES MOTS ET LE TEXTE: 

Créer une silent comic ou pantomime comic , une Bd muette qui raconte ce récit de virgile en chosissant la bonne échelle des plans.(ci-dessous).

2) Créer une nouvelle version à travers une BD sans images…sons/onomatopées/bruitages/paroles/bulles/ phylactère /idéogrammes

  • objectif.1= Représentez  de deux manières différentes:l’une sous forme du pantomine bd/le second sans images le « muthos » récit du Laoocon.
  • Comment retraduire par un récit imagé un texte,transcrire  l’expression des émotions et suciter l’émotion chez le spectateur .Comment COMMUNIQUER SANS LES MOTS ET LE TEXTE mais avec les seules images. « penser graphiquement ».
  • Objectif 2: Comment rendre un son visuel , expressif,narratif+exprimer des émotions.Raconter le texte par les sons…

Compétences visées / évaluation

  • Compétence(s) expressive(s) et techniques : Raconter une histoire en dessinant seulement et en variant les plans.(Dans le carde de l’Epi): tenir compte du spectateur dans la réception d’une oeuvre.

Résultat de recherche d'images pour "langage bd echelle des plans"

Comparaison :Ovide cadmus et le serpent.

Résultat de recherche d'images pour "bd sans image"Résultat de recherche d'images pour "bd sans image"

 

LE COMBAT

Imaginez le combat spectaculaire contre un monstre, ce combat sera épique et montrera une extêrme tension, merveilleux, tragique,  vous montrerez cette rencontre spectaculaire.

Pourquoi ce combat?qui contre qui? réel ou imaginaire?Quel est la leçon,le message de ce combat?Que nous apprendra-t’il?Il aura une valeur morale/éducative.(catharsis)=On pourra s’identifier

un arché+mélos+télos? des péripéties?

Emprunté, par l’intermédiaire du latin epicus, du grec epikos, « épique », dérivé de epos (voir Épopée). ?1. Qui raconte en vers et dans un style élevé les exploits de héros historiques ou légendaires. « L’Iliade », « Le Poème du Cid », « La Chanson de Roland », « La Jérusalem délivrée » sont des poèmes épiques.

Une épopée (du grec ancien ???????? / epopoiía, de ???? / épos, « récit ou paroles d’un chant » et ????? / poiéô, « faire, créer » ; littéralement « l’action de faire un récit ») est un long poème d’envergure nationale narrant les exploits historiques ou mythiques d’un héros ou d’un peuple.