CYCLE 3 :

Image associée

Question 1  REPRESENTATION ET PRESENTATION

Représenter : 1° du latin repraesentare « rendre présent » un référent invisible. (portrait du fayoum) Rendre présent, rendre sensible, mettre devant les yeux, montrer, donner une visibilité.

  1. La ressemblance:La question de la ressemblance et de l’écart.

 

Le concept de mimèsis  Platon et Aristote: (poièsis et mimèsis, construction et ressemblance)/(imitation) . Reproduction de l’image ou de l’effigie (Imiter un modèle). »type »/idéal/beauté (winkelman, Hegel)
d’une personne ou d’une chose sous une forme matérielle.( La Dioptrique de Descartes,modèle d’une pensée qui décide de reconstruire le visible selon le modèle qu’elle s’en donne et inventer des organes artificiels qui corrigent la vision.)

Imitation :l’imitation
essentielles de la vie sociale : c’est à travers elle en effet que la personnalité se constitue.

 

La  reproduction n’est pas obligatoirement similitude ( mot grec homoiotès), traduit chez Cicéron, Pétrone, Vitruve ou
Pline, par similitudo.( Dialectique entre similitude et idéalisation).Hégel. Jeux de similitudes.

Montrer que la reproduction n’est pas pas simple imitation .(Hegel) « L’art laisse de côté tout ce qui dans le phénomène ne correspond pas au concept ».

 

Cf: anecdote célèbre du concours entre les deux peintres grecs Zeuxis et Parrhasios, rapportée par Pline
l’Ancien (Histoire naturelle). Il faut garantir avec le réel une ressemblance à la conformité devenue invérifiable. L’effigie moulée directement sur le corps offre la  garanties de la reproduction exacte.(réification, échantillon anatomique)= désir de réalisme, + souci de documenter l’histoire.(moule de louis XVI.les effigies de cire, les imago.

  • Que veut dire ressembler?

Repérer ce qui est vrai de ce qui est faux.

Qu’est-ce que faire un portrait? qu’est-ce qu’on restitue?qu’est-ce qu’on veut saisir? seulement la justesse des traits la présence, une personnalité.Quel sera la  choix  position du modèle et des accessoires?

Sujet: qui se ressemble s’assemble

Le jeu des dualités, le jeu des couples
• Ce qui s’oppose
• Ce qui se ressemble
• Ce qui se complète

rencontre des opposés: complémentarité

Figurer : 1° XIIIe représenter une personne, une chose, sous une forme visible.« Figurer , pour quoi ?La question de  la figuration.

Le portrait est fait pour garder l’image en l’absence de la personne, que cette
absence soit un éloignement ou la mort. Il est la présence de l’absent, une
présence in abstensia. JLNancy

« Même le peintre de portraits, qui est celui qui s’intéresse le moins à l’idéal dans l’art, doit flatter, au sens que nous donnons à ce mot, c’est-à-dire qu’il doit laisser de côté toutes les particularités extérieures de la figure et de l’expression, de la forme, de la couleur, des traits du visage, tout le côté naturel de l’existence bornée, poils, pores, cicatrices, taches de la peau, etc. pour ne reproduire que le caractère général du sujet et ses propriétés spirituelles permanentes.
Reproduire une physionomie par la seule imitation, telle qu’elle se présente au repos, tout en surface et extériorité, et reproduire les vrais traits, ceux par lesquels s’exprime l’âme même du sujet sont deux procédés totalement différents »Hegel.

Le « le peintre doit posséder un sens de la
physiognomonie affiné pour traduire la particularité d’un individu »hégel.

Le portrait (me) ressemble, le portrait (me) rappelle, le portrait (me) regarde

2) Les incidences du geste sur la représentation. (sur l’unicité, la copie, la série, multiple…)

Comment à travers les arts plastiques pouvons-nous prendre conscience des effets du geste et de l’instrument sur la représentation ?Comment  et pourquoi le geste est-il perceptible sur la toile ou dans l’oeuvre? Pourquoi cet instrument a t-il été utilisé pour exprimer ce geste sur la toile ?Quels  traces ou  signes sont perceptibles par le spectateur? Quel est le sens et la  portée du geste.Peut-on découvrir le geste fait par l’artiste? Quels sont les indices de sa présence– Peut-on trouver la direction de ce geste?–

Il s’agit d’amener les élèves à interroger la notion d’outil en peinture.

Le geste qui engendre la trace

copier un geste ,la facture

geste répété

Définitions:

  • Geste: mouvement du corps (principalement des bras, des mains, de la tête) volontaire ou
    involontaire.
  • Geste
    Dans certaines peintures et particulièrement
    dans cette exposition, il est
    possible d’observer les traces produites
    par les outils utilisés : traces
    de pinceaux plus ou moins larges, de
    brosses, de couteaux à peindre (N. de
    Staël, etc.) et aussi d’outils fabriqués
    par le peintre lui-même (Soulages,
    etc.). Le geste induit un déplacement
    de l’outil, de haut en bas, de droite à
    gauche, en tournant, etc., il indiquerapidité, des accélérations, des arrêts,
    un rythme comme en musique (G. Mathieu,
    etc.). De ce fait, le geste introduit
    dans l’œuvre une temporalité (le
    temps, la durée de l’exécution).
    Le geste est observable dans la
    touche du peintre, mais aussi dans
    la ligne qui peut être tracée par l’outil
    ou gravée dans la pâte (Hantaï).
    Ce qui nécessite de rechercher un
    vocabulaire pour désigner et décrire
    toutes ces qualités de lignes, de traits:
    courbes, entrelacs, arabesques, tourbillon,
    enchevêtrement, etc.
    Pour compléter la définition trouvée
    dans un dictionnaire de la langue française,
    consulter Etienne Souriau, Vocabulaire
    esthétique7G-LeGeste-DossierPedagogique-A4-0117-BAT (1).pdf

«Du latin gestus : mouvement du corps et plus spécialement des bras et des mains. Le geste fait partie du jeu de l’acteur, du danseur, de l’action de l’orateur; des gestes de personnages diégétiques sont représentés dans les arts plastiques. Le geste a deux grandes fonctions, l’une expressive ou significative, l’autre plastique. Les gestes donnent en effet des informations, ils montrent, miment, etc., qu’ils soient spontanés ou codés. Les arts ont assez souvent utilisé des codes spéciaux de gestes, plus étroitement réglés que ceux de la vie courante. Mais le geste dans les arts a une fonction plus purement esthétique en tant qu’il dessine une forme, trace une arabesque en mouvement, rythme le temps et l’espace de l’œuvre.»
Etienne Souriau, « définition du geste » in Vocabulaire d’esthétique, PUF, 2004

Le geste qui dessine

 

  • Signe : élément concret (signifiant) qui renvoie à une signification (signifié) Synonymes: symbole,
    indice, signal, marque
  • « Signe
    Objet, représentation matérielle d’un
    objet (figure, dessin, son, geste, couleur)
    ayant, par rapport naturel ou par
    convention, une certaine valeur, une
    certaine signification dans un groupe
    humain donné. Signe graphique, sonore,
    visuel; signe magique; signe de
    deuil. Le geste ou la mimique émotionnelle
    sont des « signes naturels »,
    la parole un « signe conventionnel »
    (Merleau-Ponty, Phénoménologie de
    la perception,1945, p. 218)8.  »
    • Trace : empreinte, marque que laisse le passage d’un être ou d’un objet .Synonymes : restes, vestiges.Trace
    « Suite d’empreintes, de marques laissées
    par le passage de quelqu’un,
    d’un animal, d’un objet. En peinture, la
    trace traditionnellement est laissée par
    la main (le premier outil de l’homme),
    les pieds, par un pinceau, une brosse
    ou un couteau à peindre ou encore
    toutes sortes d’objets manufacturés
    ou fabriqués par les artistes en fonction
    de leurs besoins. »
  • Espace : surface ou volume déterminés. En géographie, portion de la surface terrestre
    Synonymes: étendue, superficie

Travail en série pour une série de geste

Travailler une série et chaque série à sa propre logique ( délimitée dans le temps?  un outils précis. Une

créer une règle, un protocole des  règles son posées et définies posées.Que permet  ces variations? afin de mettre en valeur les potentialités de la peinture.(Martin Barré)  création d’ écarts sur le mode du jeu (ludique)

-La peinture et le corps:

« Le peintre apporte son corps » Paul Valéry

  • le geste et un sentiment, une émotion (pulsion créatrice, l’écriture
    automatique : énergie).

– De la touche? (impact ou trace de l’outil sur la toile)?

  •  Caractérisez le geste: ample, brusque, précis, spontané etc.l.e geste peut être rapide, saccadé, violent, minutieux, doux .
  • Un geste pour une représentation (calligraphie)

 

Paysage:le paysage représenté/ paysage exprimé

« Je suis très influencée par ce que je vois dehors, la lumière, les champs.. » J Mitchell

comment reconnait-on un paysage?

simplification

(couleurs, disposition des aplats colorés, lumière, format, empâtement, matière,
titre…)

,Nicolas De Staël

.Joan. Mitchell – the sky is blue, the grass is green, 1972
– Champs, 1990
– la grande vallée n° IX, 1983-1984
Olivier Debré – Juin jaune, 1969
– les pins, 1971
– Noir, bleu, ocre de Loire aux taches fortes du haut, 1969

 


 

Martin Barré refusait de penser qu’un tableau puisse représenter quoi que ce soit:abstraction= réflexion sur l’espace du tableau où elle se fait.(et non une idéologie ou représentation de ce qui l’environne)

Willem de Kooning: représenter la figures humaine ( grattage et
recouvrement) .Il met en avant l’échec de la représentation (il montre la matérialité)

Monter les  dégoulinures

« l’Homo habilis » fabrique ses propre outils à peindre ou dessiné

Matérialité   

«Ce que j’aime c’est agir sur la toile  » Hans Hartung

La matérialité de la production plastique et la sensibilité aux constituants de l’œuvre

Un artiste peut inventer ses propres outils pour peindre, un artiste peut inventer ses propres gestes pour peindre.

  • Les effets du geste et de l’instrument: fusain, craie grasse, pastel, stylo, feutre, crayon, peinture=expérimenter  les différents touchés, ces différents rendus…
    • verbes d’action correspondant aux gestes effectués par les élèves pour peindre.

ORGANISATION/ COMPOSITION  dans l’ESPACE des gestes…

– Différence entre organisation et composition de geste, signes, traces

comme j’occupe  l’espace dans la surface peinte : espace
littéral et espace suggéré; rapport figure / fond. Répartition des couleurs et des formes (all over, équilibre
/déséquilibre…) Incidence du format sur la composition.

  • Amener les élèves à s’interroger sur le rapport entre choix des outils, gestes
    effectués et intention expressive afin d’éprouver les effets du geste et de divers
    outils, de prendre plaisir au dialogue entre les instruments et la matière.

 

  • Amener les élèves à approfondir le questionnement sur les outils du peintre en abordant la
    notion du geste dans l’acte de peindre. peinture gestuelle

 

  • l’outil crée un  certain geste.Quels gestes, posture sont crées par cet outil?
  • Quel le geste est fait en fonction de l’outil choisi (quels geste ne peut -on pas faire).

la spontanéité travail d’improvisation (Franz Kline)

  • jouer de pleins et de déliés fondés sur la souplesse de la main?
  • économie du geste?(Hartung
  • éclaboussures,empâtements, coulées.?
  • Le geste est  maîtrisé ou maladroit
  • Comment sont les coups de pinceaux ?visibles/ invisibles  ?
  • Pouvons nous lire une lire une  trajectoire du geste? pourquoi?
  • Pourquoi le geste est rapide? comment ? automatisme ou La rapidité n’est pas automatisme, mais résultat d’une  concentration préalable, d’une intériorisation, d’une ascèse.(préparer son geste.)

sujet : en un seul geste,en un seul coup

 

 

les  mouvements gestuels son amples?

travail à main levé

(le format, le
geste, la couleur, la forme, la technique).

 

__________________________________________

«Tout circule, tout bouge!”
– «Le mouvement s’arrête mais le regard circule»
– «La couleur couleur étouffe par un soir d’orage»
– «Le nuage circule, se transforme, s’échappe…»
– «Cela commence par une tache pour devenir une
peinture

«Ça bouge, ça court et jamais ne s’arrête…

– Un geste grand comme moi

– Un trait sans dessiner

Je ne l’ai pas entièrement  fait

Michel Blazy met en avant un processus qui se déroule sans l’artiste. utilisation d’un détergent de ménage

———————————-Faire aucun geste

Refus de la gestualité

Comment faire disparaître le geste et pourquoi?

La gestualité disparaît, seule persiste la répétition d’un signe.

Martin barré (Le pochoir remplissage) les flèches.Fabrice Cotinat automatise le geste du peintre et délègue à ses robots le soin de créer à sa place.

__________________

L’artiste se fixe une règle du jeu pour réaliser une oeuvre: M.Barré

Travailler avec l’Aléatoire, le hasard, l’accident

Comment le faire intervenir? le provoquer?  gestion des accidents (adaptation chinoise/Jullien)

Comment créer un protocole /mettre en place un procédé qui se déroulera ensuite sans lui…échappera à sa maîtrise

Hantaï utilise la technique du pliage pour faire entrer une part de hasard dans ses compositions.

cadavres- esquis, le sac Dada.Jacques Mahé de la Villeglé:composition de la rue et du hasard.

Comment faire pour qu’une partie échappe à l’intentionnalité de son auteur? Chez Cotinat La composition finale est aléatoire, elle dépend du déplacement du robot et de la visée de son œil
mécanique.

————————

Mettre en  valeur le blanc de la feuille, gardez  seulement que le blanc nécessaire

Travail par la réserve  « sous réserve de » « être sur la réserve »

« composer avec le blanc » « peinture trouée »hantaï

feuille blanche /outils noirs

Hantai /Cézanne/matisse. Le fond blanc n’est plus travaillé chez Martin Barré.

Objectifs: montrer aux élèves que l’on n’est pas obligé de remplir
l’intégralité de la surface de la toile, de la feuille…. Le vide, le
blanc, le non peint, sont important dans la composition de l’œuvre. blanc actif .La question de la lumière et du support .


soustraction/addition:Soustraire pour faire, pour faire il faudra soustraire..

Encombrer

Espace  à « désencombrér »

« Se faire dépouiller » cette peinture c’est fait dépouiller, que reste t’il?

dépouillez le dessin au maximum

Que garderez vous?

Martin Barrél: interroger la peinture, ses limites
et sa définition.

Réduction maximum.

« Je voulais montrer, par des traces ou des points d’impact dans une surface claire,
ce que serait une peinture « désencombrée » de l’objet, de la couleur, de la forme
n’offrant plus que des fragments d’un espace existant aussi bien ailleurs que dans ses
fragments tangibles. » Martin Barré


« C’est la couleur qui dessine » Cathrine millet sur le travail de  Devade

dessiner: contrainte: ne pas utiliser les outils du dessin

zones, couleurs, transparence…

———————————————————–

« Je ne peins pas des Vénus ou des pommes ou mon dernier rêve, ou celui
que je pourrais faire, je peins des peintures, des propositions picturales,
des questions sur et à la peinture »Martin Barré

Sujet: peindre la peinture


 

Twombly aurait réalisé ses premiers dessins dans le noir, lors de son service militaire.

Je cherche à travailler « les bras coupés et les yeux fermés » hantai

Sujet: Avec du noir, je dessine dans le noir…

Dessiner: je suis aveugle pendant 10 minutes…peindre à l’aveugle, les mains sont cachées sous une serviette.« Peindre les yeux fermés ».

Pourquoi?: rompre avec la définition de l’artiste: son œil et sa main virtuose.Explorer la partie non consciente (automatisme)

La calligraphie gestuelle:Cy Twombly:écriture abstraite/qualifiées de graffitis ou de gribouillis.. Twombly travaille sur la déconstruction du « savoir dessiner ». cf sujet: Bien fait, mal fait…

pas un «fait main» Villeglé

——————————————————————–

– peindre dessiner  en un temps très limité

Un dessin en 15mn, 7mn, 3m, 1mn

Pourquoi dissocier la main de l’œil,que permet cette  libération de l’acte? obtenir la seule jouissance du geste…

– peindre dessiner  sans toucher le support

————————————————————————-Abandon des outils traditionnels et habituels

Sujet:dessiner :Aujourd’hui je ne peux pas utiliser ma main habituel .

avec la bouche la main gauche si droitier…

INVENTER DES OUTILS POUR PEINDRE/Abandon des outils traditionnels

 Renoncer au support tradi . ,apporter un autre support. Devade (la toile, le chassis)

« Tout est outil dès lors que, plongé dans une matière colorante, posé sur un support, il laisse une trace.. »

Créer un outil pour dessiner ou  pour peindre

(brosses de grosse largeur, racloirs de cuir ou de
caoutchouc, gouttières pour répandre la couleur…invention de l’outil Soulage).

Jean-Marc Thommen,Martin Barré,Pollock,Hartung,

M.B abandonne le pinceau, fortement connoté, au profit de baguettes de bois et de couteaux ou du tube…

« Lorsque j’ai peint directement au tube, ce n’est pas le tube qui m’intéressait mais
bien la suppression de la brosse et du couteau à peindre que j’avais utilisé avant : ceci
pour une plus grande réduction-concentration »Martin Barré

———————————————–

Peindre au sol au rythme de la musique:peindre autrement

des geste en grand format…créer un outil pour un très grand format.

Verdier=(le geste et le grand format)/Formée à la calligraphie/ son pinceau pèse 60 kg, pinceau composé de plusieurs
queues de cheval, ( il est suspendu au plafond +guidon de vélo) / il faut adapter son atelier, son espace de travail  à ses besoins.  immersion totale
dans l’œuvre,  déplacement de l’artiste, une maîtrise du geste et du corps plus complexe.Résultat de recherche d'images pour "Fabienne Verdier dossier pedagogique"https://fabienneverdier.com/db/video/palazzo-torlonia/

l’encre et la peinture, jouant sur l’épaisseur ou la fluidité, l’opacité ou la transparence.

Comment maîtriser l’immédiateté et la spontanéité (asiatique)?

réaliser des walking painting: expérimentation de l’outils:déplacement/paysage/rythme

Le geste et la dimension du support:rapport à la taille du format (le grand format induit
une gestualité ample et expressive du corps dans le brossage des couleurs et crée ainsi un certain rapport
émotif et spatial avec le spectateur).

Le geste et l’espace d’intervention

Selon vous quelles sont les positions de la toile et de l’artiste au moment de la réalisation de
l’œuvre ?

Objectif: montrer au niveau de l’oeil  et de la main les modifications engendrées

Le plan vertical : un rapport près/loin , implique assez vite le corps tout entier/.Le plan horizontal

Montrer comment La position conditionne,  détermine le
geste selon que l’on est assis ou debout, immobile ou en déplacement…dessiner debout, couché, en marchand…agenouillé, baissé, penché, accroupi, éventuellement allongé… Le support peut se trouver devant soi (table), au,- dessous (sol), au-dessus (plafond), On tourne autour. Selon
que l’on sera assis ou debout (même devant une table), le geste sera menu ou ample, l’œil
aura plus ou moins de recul.

le  support se déplace

« tourner autour ..retourner la feuille  ..se  retourner…détourner

Dessiner en marchand

« Avec les walking paintings, j’étais arrivée à totalement
dématérialiser le pinceau pour me libérer de son
poids dans l’espace et ne garder que cette réserve
intérieure (en créant un nouvel outil qui ressemble
ou à un chapeau de sorcière à l’envers ou à une
sorte de pis de vache que je module en marchant).
Ce furent alors des «marches peintes» où je traversais l’espace en modulant l’écoulement de l’encre,
ce qui laissait des traces d’une fulgurance inouïe,
qui jouaient avec la gravité comme l’écoulement
du pinceau le fait, mais qui créait une nouvelle
forme d’expression spatiale-sonore »

« Vient un
moment où ce n’est plus moi véritablement qui
guide la peinture, c’est la peinture qui me dit ce
qu’elle a à dire. Cela me met dans une grande fragilité,
parce qu’effectivement je me dois d’être en
dévotion par rapport à ce qu’il se passe. Cela me
rend plus fragile et j’ai besoin après ces longues
séances de peinture, de me raccrocher à des petits
rochers de connaissance pour savoir si vraiment je
ne dévie pas, pour éviter un chaos de folie pure ».

« Maîtriser et apprendre à ne plus vouloir tout maîtriser… »

se laisser guider  par l’acte de peindre.

peindre/dessin et musique (équivalences)

« j’avais fait, avec le pinceau, différentes recherches, réalisant des traces qui me semblaient
proches des énergies sonores, une expression de la matière et du souffle qui traversait l’espace. »F.V

 

« Le sommet de l’art c’est de savoir utiliser le blanc et le noir »F.V

série d’œuvres noir et blanc.

 

https://fabienneverdier.com/wp-content/uploads/2016/03/ART-PASSIONS-Entretien-Fabienne-Verdier.pdf

http://institutions.villegeneve.ch/fileadmin/user_upload/bge/images/Actualites/Expositions/Verdier/Dossier_pedagogique_Verdier_2017.pdf

http://fabienneverdier.com/wp-content/uploads/2014/04/dossier_de-presse_energy_fields_fr.pdf

http://www.discip.ac-caen.fr/aca/serviceseducatifs/pdf/musseba_gestes.pdf

http://www.musee-lam.fr/wp-content/uploads/2012/07/DP-DDD-SV.pdf


 

Franz Kline,


 

Katharina Grosse (entre le tag et l’abstraction
américaine, entre l’impressionnisme et le graffiti) Wall drawing: projetter, pisolet vaporisateur/interroger l’espace.

« Contrairement à l’architecture et à la sculpture, peindre exige une idée et une
compréhension très différente des lois de l’espace. Mais, paradoxalement, toutes les
trois ont besoin des mêmes structures pour montrer les liens de l’espace pictural avec
l’espace architectural. » Katarina Grosse.

http://www.ac-grenoble.fr/action.culturelle/blogWP/wp-content/uploads/2013/01/DP-Vog-JMThommen.pdf

4) La narration

Réaliser un flip book
Compétence : utiliser le dessin comme moyen d’expression.
Contrainte : gérer la succession d’images pour raconter une histoire.

– Imaginer le mouvement simple d’un personnage… Le décomposer sur chaque feuille.- Placer les feuilles les unes sur les autres pour travailler par transparence. Réaliser des essais pour
constater les effets obtenus et rectifier des éléments.

5) Dispositif de présentation

Dispositif : ensemble d’éléments s’articulant et permettant de présenter une oeuvre.
Pour les vidéos ; il s’agit d’interroger le mode de diffusion des images et du son : vidéo
projection, format, technique, moniteur, écran,lecteur de DVD, magnétoscope, etc

 

Faire circuler/ relier : comment et quoi ?

L’Inversion/mettre en situation : recherches de relations plastiques

« Faire avec la contrainte plutôt que se battre avec » Fabrikdelabeslot

Invention de consignes -contraintes: Jouer avec des contraintes qu’on s’impose

Laisser sa trace

6) la prise en compte du spectateur ( briser les frontières avec l’oeuvre)

« c’est le regardeur qui fait l’œuvre »M.Duchamp

Invitation à toucher

Inviter le spectateur à manipuler, à finir l’oeuvre

Takis , Jean Tinguely, Jeffrey Shaw

 

Hegel :« Ce que peint le peintre, c’est la peinture,
elle- même »

Question 2) Les fabrications et la relation entre l’objet et l’espace.

I)L’hétérogénéité et la cohérence plastiques.

« L’hétérogénéité et la cohérence plastiques :les questions de choix et de relations formelles
entre constituants plastiques divers, la qualité des effets plastiques induits ; le sens produit par des techniques mixtes dans les pratiques bi-dimensionnelles et dans les fabrications en trois dimensions.

Prise en compte des qualités formelles de matériaux, d’objets ou d’images dans leur association au profit d’un effet, d’une organisation, d’une intention (collage d’éléments hétéroclites, association d’images disparates, intrusion de perturbations…)

« collegeprogramme-24-12-2015_517627.pdf

 

Associer des matériaux+objets+images .Quel est l’effet crée ou recherché?Créer des Tensions : bric à brac/organisation. Jeux à partir d’objets hétéroclites (corpus)
Interdit / transgression

Organisation, classer,Assemblages,Composition,Collage:MÉLANGER POUR CRÉER
UNE UNITÉ.

Questionnement : Pourquoi rassembler des opposés ? Est-ce que des opposés
peuvent créer une unité ? Pourquoi ce qui ne se ressemble pas peut s’assembler ? Comment peut-on cohabiter en étant différents ? L’homme a-t-il besoin d’une certaine unité pour vivre en société ?

« Ce qui fait obstacle pour les élèves : Pour les élèves, une réalisation réussie est souvent synonyme
de ressemblance avec la réalité visible. Ils n’imaginent pas pouvoir faire cohabiter des éléments iconographiques quidans la réalité n’auraient rien à voir ensemble. De la même manière dans l’utilisation des matériaux, pour eux l’homogénéité est souvent synonyme de réussite, de
réalisation soignée où les éléments sont catégorisés.

L’objectif de l’enseignant :est de faire comprendre à l’élève que dans le domaine plastiques, le mélange des formes, des matériaux, des couleurs peuvent aussi créer une unité dans son hétérogénéité et ajouter de l’intérêt à une production. De plus, en rapport à son parcours d’éducation morale et
civique, il est important pour l’élève de prendre conscience que l’hétérogénéité est une richesse et non une perturbation synonyme de désordre. »

La pratique artistique au cœur des apprentissages :
Cycle 3 Tous cohabitent
Trois objets disparates de petite taille sont distribués aux élèves. Ceux-ci ont pour mission de les faire cohabiter sans les modifier. Les trois objets sont collés sur une feuille dans le but de créer un contexte qui sera effectué en deux dimensions en utilisant le plus de techniques et de matériaux différents tout
en ayant à l’esprit que le but du projet est de produire de la cohérence dans cette hétérogénéité.

Objectifs pédagogiques
• Interroger la notion de composition /Sensibiliser aux changements d’échelle/ Sensibiliser à l’organisation spatiale/Sensibiliser à la notion d’échelle et de hiérarchieentre les éléments.

DÉFINITION
« Composer une œuvre signifie structurer celle-ci, ordonnancer ses éléments afin de former un
ensemble cohérent, voire équilibré et harmonieux, en se fiant à sa sensibilité. La composition résulte
du choix, de la disposition et de la coordination des diverses parties de l’œuvre.  »

composition et perspective (point de fuite)=La composition vise  à transcrire le réel au plus près.

composition et chromatisme (relevant des contrastes de tons)XXem La composition  vise à révéler les émotions: la composition est plane.All over : répartition égale des éléments d’une composition sur toute la surface du tableau, supprimant toute profondeur de champ, centre ou périphérie. Aucune partie de l’œuvre n’est privilégiée

Lignes de force : axes tracés (ligne d’horizon, etc.)
ou invisibles (zone de lumière, objets répartis selon
un axe, etc.) qui structurent une composition et
en déterminent l’équilibre.
• Point de fuite : point imaginaire situé à l’endroit
où se pose le regard. Toutes les lignes de fuites
se dirigent vers ce même point pour créer l’effet
de perspective.
• Rythme plastique : mouvement général interne
à la composition qui résulte de l’agencement des
éléments et de leur relation (répétitions, variations,
alternance de pleins et de vides,

Portrait, Allégorie (Archimboldo)/Nature morte, Picasso

  • Je sais faire  des choix et créer des relations formelles entre les différents constituants plastiques.
  • Je sais nommer/identifier les effets plastiques  en utilisant un vocabulaire spécifique.
  • Je sais  dégager le sens produit dans l’utilisation et la mise en place des techniques mixtes.

Rechercher une logique de représentation et présentation/Cohérence de l’image, intégration, unité plastique, hétérogénéité, homogénéité: dimension échelle, taille, lumière, espace, couleur

OBJECTIFS ENSEIGNANT:Ce que je veux que les élèves comprennent.

Amener les élèves à comprendre les qualités particulières à chaque matériaux, objets ….
Amener les élèves à comprendre que diverses formes de classification et d’organisation sont possibles.

Questionnement : Comment à partir d’éléments hétéroclites faire des choix cohérents vers des propositions d’agencements plastiques ?

Comment l’outil infographique peut-il aider à assembler des éléments de natures diverses tout en créant une image cohérente ?

Compétences:

– Créer une image à partir d’éléments d’origines diverses en sachant choisir les instruments et outils.
– Organiser des images en travaillant l’échelle des plans dans une intention narrative. (détourer, copier, coller, modifier la taille, la couleur, la luminosité…)
– Utiliser un logiciel simple à des fins de production.

Critères d ‘évaluation:Monstre dans un paysage

Évaluation sommative :

– Le choix des monstres est en rapport avec le paysage
– Les tailles et emplacements des monstres sont cohérents.
– Les couleurs et la lumière sont cohérentes.
– Le travail est fini, nommé et enregistré correctement
Évaluation par compétences :
Compétence 4 : La maîtrise des techniques usuelles de l’information et de communication
– Utiliser, gérer des espaces de stockage à disposition.
– Utiliser les logiciels et les services à disposition.
– Traiter une image, un son ou une vidéo.

Expérimenter, produire, créer.
Elève capable de : choisir , disposer des éléments divers selon une idée (ou plusieurs ) directrice .
Mettre en œuvre un projet artistique
Elève capable de : trouver un début de démarche vers une logique plastique .

III)L’espace en trois dimensions / représentation en trois dimensions

Expérimenter le travail en volume.L’espace envahi / occulté : comment ? avec quoi ? pourquoi ?
le lien sculpture / structure.

Définition :Sculpture

Sculpture : Réalisation d’un objet dans l’espace au moyen d’une matière à laquelle on
impose une forme déterminée, dans un but esthétique ; ensemble des techniques qui
permettent cette réalisation .

« Une sculpture représente un certain volume qui occupe l’espace et que l’on peut contourner, embrasser ou pénétrer ; elle se définit par la relation qu’elle établit entre le plein et le vide et s’oppose à la peinture, surface étalée, impondérable et à l’architecture, masse englobante. »
Encyclopaedia Universalis

Vocabulaire et mots clés: «  ronde bosse », la technique de la mise au point, statuaire, taille directe,équilibre, pose, gestuel,proportion, mouvement représenté, réalisme, ombre et lumière,socle et présentation, marque du temps, buste, effigie, finition, restauration, marque du temps,modèle, référence, codes

Techniques: modeler, tailler, assembler…

  • « Déformer la matière (modeler – pour l’argile ; (modelage=étaler, aplatir, déchirer, découper, faire des empreintes dans la masse,Rouler, écraser, aplatir, aplanir, pincer, trouer, déchirer, taper, tracer, tirer, enfoncer, malaxer, broyer, marquer, visser, tordre, étrangler…tordre, plisser, forger, façonner – pour le
    métal)
    Enlever de la matière (sur la terre, il y a possibilité d’enlever ou de rajouter de la matière ;
    pour les matériaux durs –comme le bois ou la pierre-marbre, grès, granit, calcaire- il n’y a pas
    de repentir possible, on ne peut que retirer de la matière)
    Mouler/couler de la matière pour plâtre, cire, résines
    Fondre de la matière pour les alliages de métaux (bronze)
    Associer des matériaux de nature différente ou des objets de provenances variées (assembler, combiner, lier, encastrer, tresser, habiller, emballer…) surtout dans la sculpture contemporaine »

http://artsetculture89.ac-dijon.fr/IMG/pdf/anim_sculpture_03-07.pdf

1)de forme fermée et forme ouverte,« On précise forme fermée lorsque le contour de celle-ci produit un effet de «clôture » et forme ouverte lorsque l’enfermement produit au contraire une expansion.ouverture dans l’espace.Henry MOORE,
Looking Piece,
Millbank, London,
21 janvier 200

2)de contour et de limite

3)d’intérieur et d’extérieur.

Sujet l’intérieur est à l’extérieur, l’extérieur à l’intérieur.

4) vide et plein: plein de vide

Qu’est-ce que le vide en sculpture? « En sculpture, le plein est une partie de l’oeuvre réalisée avec une matière ou des matériaux. En opposition, le vide peut être une partie de l’oeuvre qui ne contient pas de matière. »

Questions:Comment prendre en compte le vide dans une réalisation ? Qu’est-ce qui permet que le vide soit visible ? Comment permettre à une réalisation pleine de vide de tenir ?

Montrez le vide:sculpture de vide.

une feuille de dessin, d’une paire de ciseaux et d’un tube de colle

le trou/ Forme négative.

vocabulaire =vide/plein, absence, transparence, …

citation

« Le plein qu’implique la recherche des vides, c’est le sculpteur qui, avec son instrument et ses mains, exerce la pression qui produit les volumes » 1974.
Giuseppe PENONE, Respirer l’ombre, écrits d’artistes, Ecole nationale supérieure des beaux arts, Paris, 2000.

Les oeuvres de Mathias Schmied exposées à la Chapelle de la Visitation, Thonon-les-Bains, janvier 2009
Femme se coiffant de Julio Gonzalez, 1931
Joséphine Baker d’Alexandre Calder, 1931
Tête dans un coin de Naum Gabo, 1916.

Résultat de recherche d'images pour "Mathias Schmied"

5)d’enveloppe et de structure. volume, objet, représenté; fabriqué, construit

Résultat de recherche d'images pour "vide plein sculpture dossier pédagogique" Alexander CALDER, portrait de Miro, 29 x 31 cm, 1931

le vide et la structure… »arête/structure contre « enveloppe-peau » le vide comme  e matériau qui pourra permettre une représentation(Ajoure)

Henry Moore , Etienne Martin, David Smith, César, Tony Cragg, Jean Pierre Raynaud, art minimal .

citation

« Chaque sculpture contient à l’intérieur de ses limites une partie bien définie de l’espace.[…]. Chaque sculpture pose le problème le plus important: le rapport de l’espace contenu dans la sculpture à l’espace situé hors de la sculpture. »
Katarzyna KOGRO (à propos de « La composition de l’espace » 1926)

 

6)de passage et de transition 

les interpénétrations entre l’espace de l’œuvre et l’espace du spectateur

Les qualités physiques des matériaux : incidence de leurs caractéristiques sur la pratique plastique en volume (stratifications, assemblages, empilements, tressages, emboîtements, adjonctions d’objets ou de fragments d’objets…).

l’espace de l’oeuvre

l’espace du spectateur.

« En peinture, l’espace est créé par la relation entre eux des éléments présents dans la toile avec le cadre qui les limite et avec la personne qui les regarde. En sculpture, c’est la relation des volumes entre eux, vus comme une succession par le spectateur qui tourne autour d’elle, qui crée l’espace.
Mais l’architecture est espace, l’espace où l’on se meut, où l’on vit. D’un point de vue formel, l’espace architectural peut se construire de façons très diverses, en privilégiant l’un ou l’autre des éléments qui le définissent, mais ce choix est un reflet des intentions d’une autre nature. »Ricardo Porro, « Espace et poésie », in Les espaces de l’homme, Odile Jacob, 2005, p. 369-371

 

 

 

II) L’invention, la fabrication, les détournements, les mises en scène des objets.

 

« L’invention, la fabrication, les
détournements, les mises en scène des
objets : création d’objets, intervention sur des
objets, leur transformation ou manipulation
à des fins narratives, symboliques ou
poétiques ; la prise en compte des statuts de
l’objet (artistique, symbolique, utilitaire, de
communication) ; la relation entre forme et
fonction. »collegeprogramme-24-12-2015_517627.pdf

1)création d’objets

2)intervention sur des objets (transformations….)

3 )le statut de l’objet

4)relation fonction /forme

 

 

« Cette question vise à amener les élèves à s’interroger sur les pratiques liées à l’utilisation des objets et des matériaux dans l’art.(…) » leur permettre de renouveler le regard porté sur le monde des objets et sur les matériaux qui les entourent.« …comprendre notamment que : objets et images, issus du quotidien, peuvent être utilisés dans le cadre d’une création artistique.« Représenter des objets /Utiliser des objets/ détourner des objets.

Questionner le statut, la nature de l’objet en fonction de son contexte (artistique, décoratif, symbolique, utilitaire, publicitaire). Pouvoir Identifier les statuts de l’objet (objets techniques).Comprendre que l’environnement et le contexte peut déterminer le statut de l’objet et la perception que l’on en a. Comprendre que les frontières entre les différentes catégories d’objets sont perméables et continuellement
travaillées par les artistes, designers, publicitaires… »Sources:RA16_C3_AP_enjeux_trois_questions_743230.pdf

Qu’est-ce qu’un objet

Les fondamentaux (année scolaire 2009/2010)

 

  • Le Statut de l’objet:

 

  • Sa définition:

Résultat de recherche d'images pour "René Magritte La trahison des images 1929"Résultat de recherche d'images pour "joseph kosuth one and three chairs 1965"

  • Question sur l’identité des choses, (l’objet réel et sa représentation.). Cet objet inutilisable car  nous somme en face de l’image d’un objet.(Le mot et la chose). Il faut comprendre que la représentation n’est pas la réalité.( objet réel /représentation photographique et sa définition.) Kosuth/Bergson.Comprendre que la réalité de l’objet n’est pas réductible à une seule forme de représentation ni à son « étiquette ».

 

Image et objet:un objet et son image

« Intégré dans une œuvre d’art, l’objet peut avoir un fort pouvoir expressif. Un objet peut revêtir une dimension poétique, symbolique, sémantique dans l’art ; »« l’association d’une image et d’un ou plusieurs objets permet de renouveler le regard porté sur l’un et l’autre et permet de construire de nouvelles significations  » « de manière générale, l’utilisation d’objets, d’images et de matériaux du quotidien dans l’art
est liée à de grandes problématiques, notamment pour les objets, le caractère éphémère de la vie humaine, la remise en question de la société de consommation, la relation à l’homme et à l’environnement . »Sources:RA16_C3_AP_enjeux_trois_questions_743230.pdf

 

Comment le mot peut-il donner une nouvelle perception à un objet ? motobjetimageespaceœuvre

« Un mot qui change tout »

Ce mot nous donne à voir votre objet autrement.

Contraintes :

  • Le mot  doit figurer dans votre réalisation.
  • votre objet doit rester votre objet  et être l’élément principal de votre production.

Puis vous réaliserez une photographie qui mettra en valeur votre réalisation et votre questionnement.

Durée : 3 séances (projet, réalisation, photographie, analyse écrite)

Problématiques/Questions abordées

  • Comment un mot peut-il donner une nouvelle perception d’un l’objet ?
  • Quels rôles jouent les mots dans une image ?

Le mot et l’objet : confrontation ou intégration ?

Comment construire du sens à partir d’éléments hétérogènes ?

Compétences abordées  

Apprendre à  décrypter certains codes des images.

Prendre conscience que certaines pratiques artistiques remettent en cause les catégories traditionnelles de l’art (écriture/peinture, écriture/sculpture).

Prendre en compte que l’hétérogénéité peut participer à une cohérence plastique et sémantique (cf. le collage).

Réfléchir aux relations qu’entretiennent les œuvres et leur espace de présentation.

___________________

 

 

_ » Si, dans une expérience, on ne joue pas a raison,
cette expérience ne vaut pas la peine d’être tentée. » (Bachelard, 1972, p. 11).

 

Imagination: faculté dynamique/ une pensée en image /(augmente  notre pouvoir d’agir.) l’imagination est  condition de l’invention. (Simondon).L’invention suppose l’imagination =processus de genèse.

« faisceau de tendances motrices qui anticipe ce que sera l’expérience de l’objet ». Simondon

Invention?= « fait de trouver », de « résoudre un problème donné »( innovation =trouver quelque chose de nouveau), de concrétiser une idée,  de trouver un procédé, mais pas seulement…

« la nécessité est mère de l’invention .»Platon

« la véritable invention dépasse son but l’intention initiale de résoudre un problème n’est qu’une amorce, une mise en mouvement ».

Cf : Cours sur les objets introuvables.

« L’invention revêt toujours un caractère technique.« https://fr.wikipedia.org/wiki/Invention_

(technique) »Une technique (du grec ?????, art, métier, savoir-faire) est une ou un ensemble de méthode(s).«  » procédés de fabrication ».

« Faire, réaliser (un objet), une chose applicable à un usage déterminé, à partir d’une ou plusieurs matières données, par un travail manuel ou artisanal.

« fin xiies. fabricher « faire, confectionner quelque chose à partir d’une matière première, par un travail manuel ou artisanal »  lat. class. fabricare « façonner, confectionner, fabriquer » »http://www.cnrtl.fr/definition/fabriquer

L’invention est une »expériences créatrices » Bergson

« La technique n’est pas une application mais une invention ». »Un concept est devenu scientifique dans la mesure où il est devenu technique, il est accompagné d’une technique de réalisation. » (Bachelard, 1934)… Le modèle de l’invention technique est l’instrument scientifique qui n’est pas l’application d’une connaissance, mais est l’instrument d’une connaissance à venir. »

« le savant est un inventeur....C’est ainsi que des phénomènes nouveaux sont inventés et non pas trouvés… la science crée ses objets…L’invention à la fois mathématique, scientifique et technique provoque la liberté, elle engage à l’invention sociale, morale et politique, à d’autres “non”, à d’autres polémiques »« Bref il faut rendre à la raison humaine sa fonction de turbulence et d’agressivité.

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01336345/document:Juliette GRANGE

la technique est le refus du réel (volonté de la transformer) mais s’ppui sur une rprésentation théorique du monde.

la découverte n’est pas l’invention: »La substance appelée “pénicilline” est une découverte, mais la pénicilline comme médicament est une invention. » thermomètre car connaissance de la dilatation du mercure.

 

« Un instrument est une théorie matérialisée. »(tout instrument présuppose une théorie implicite.

l’outil=prolongement de l’organe (adaptation biologique/survivre au monde hostile (essais+erreurs)+ingénieusité

Objets inventés  : 

  1. Adapter une forme à une fonction dans la conception d’un  objet.
  2. Repérer des caractéristiques qui permettent de distinguer la nature des objets.
  3. Représenter par le dessin, par la peinture, des objets observés, mémorisés ou imaginés pour exprimer une caractéristique de cet objet.
  4. Etre capable de porter un regard critique sur un fait, un document, une œuvre (C5 4.3)

 

  • Qu’est-ce qu’objet technique? Cours de techno.
  • Un objet technique répond toujours à un besoin exprimé par l’homme (fonction d’usage).le nouveau produit est décrit en termes de fonctions principales et de fonctions contraintes .(relation avec l’extérieur.)

– A qui le produit rend- il service ? – Sur quoi agit-il ? – Dans quel but?

  • une norme/un temps dans une série de relations avec d’autres objets techniques (ordonnés, classés, encyclopédie).singulier  et collectif. elle est une prolongation de la vie humaine ordinaire.(?) Elle s’inscrit dans la nature,elle est l’un des moyens dont l’homme se sert pour vivre, elle prolonge ses sens et ses bras…(Simondon) / différent de Bachelard ( technique comme » la rupture
    problématique avec la naturalité, avec l’ordre connu du corps que la technologie ne prolonge
    pas, l’intervention du noumène et de la pensée d’une autre espace-temps pour quitter le maté-
    rialisme ordinaire » novation qui permet à la “sur-réalité”.https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01336345/document:Juliette GRANGE

 

 

  • Qu’est-ce qu’être ingénieux?  la question de l’innovation.
  • Qu’est-ce qu’une innovation technique et scientifique ?une rupture= « C’est en termes d’obstacles qu’il faut poser le problème de la connaissance scientifique« , faire entrer l’homme dans un monde nouveau ».Bachelard   =une technique qui ne prend pas ses leçons dans un examen empirique de la nature=ex la lampe électrique (non-combustion)=différent de la combustion (feu, électricité, lumière). »Dans la lampe d’Edison, l’art technique est d’empêcher qu’une matière ne brûle. L’ancienne technique est une technique de combustion. La nouvelle technique est une technique de non-combustion. L’empirisme de la combustion ne suffit plus.Il faut avoir compris qu’une combustion est une combinaison, et non pas le développement d’une puissance substantielle, pour empêcher cette combustion. La chimie de l’oxygène a réformé de fond en comble la connaissance des combustions. »Bachelard, Le rationalisme appliqué, PUF, pp. 105-107].Le but  éclairer  donne le nom pour deux objets bien différents.
  • Quel est l’objectif de ses inventions? simplifier la vie dans les taches les plus simples du quotidien.Permettre  à l’homme de  s’adapter puis de dominer son environnement. “la prise humaine sur la nature”. l’homme est  ingénieux en tout et démuni= compenser son absence de défenses naturelles et d’organes-outils spécialisés par ses qualités industrieuses+grâce à son intelligence technique.
  • Objet technique/objet esthétique:« Tout objet technique, mobile ou fixe, peut avoir son épiphanie esthétique, dans la mesure où il prolonge le monde et s’insère en lui. Mais ce n’est pas seulement l’objet technique qui est beau ; c’est le point singulier du monde que concrétise l’objet technique »Simondon

 

Le corps et l’objet outils prothèse Qu’est- ce qu’une innovation technique?

Si le télégraphe optique de Chappe n’est pas véritablement une novation technique, c’est qu’il est la conjugaison de l’amplification du mouvement de bras humains et d’un œil amélioré (lunetted’approche),  une augmentation des capacités humaines. Il n’est pas autre chose.. « Au contraire, s’agit-il d’une situation de la science contemporaine ? S’agit-il de télévision ? Il faut bien reconnaître que les solutions se trouvent en rupture totale avec une simple amélioration du sensible. Il est besoin ici de faire autre chose. Et pour cela, il faut avoir compris bien des choses.
Il faut coordonner rigoureusement des expériences qui n’appartiennent pas à la nature
naturelle, mais sont constituées rationnellement à partir de véritables théories expérimentales
dans une mathématique rigoureuse. » (Bachelard, 1972, p. 93) »L’invention technique et théorique: la philosophie des sciences de G. BachelardRésultat de recherche d'images pour "télégraphe optique de Chappe"Résultat de recherche d'images pour "télégraphe optique de Chappe"Juliette GRANGE

« Le microscope est « un prolongement de l’esprit plutôt que de l’œil » »Bachelard, 1934,

(Attention quand l’homme devient démiurge des processus naturels (H.Arendt et la découverte de l’atome).Réflexion sur notre responsabilité face à la nature (planète) CF.Jonas.

innovation-intelligente-08invention-utile-inconnu-creatif2

1) Situation problème (celui de la rallonge) résolution  l’intégrer directement au mur

1)Situation problème : je perd mes clés 2) Solution:un porte clé blanc accroché aux objets du quotidien, vous permettra de localiser vos clés, portefeuille, ordinateur etc… grâce à votre smartphone. Localisation de l’objet.

  1. Le problème de la pluie:Un banc rotatif utilisable après la pluie

les problèmes: du temps, rapidité, gâchis économie, problème de place,quantité, confort…

http://slideplayer.fr/slide/11539186/

 

Design : Touchant à l’esthétique industrielle, l’architecture intérieure, etc., le design vise une symbiose entre
l’homme et son environnement fabriqué et construit, une harmonie entre la forme et la fonction des créations
utilitaires. Le designer conçoit des projets d’objets réalisés industriellement en série ou au contraire uniques,
abolissant alors la frontière entre l’art et le design comme art appliqué

Forme et fonction : Un des courants du design – le « fonctionnalisme » – défend l’idée que la forme de l’objet doit refléter sa fonction et permettre de comprendre plus facilement son usage, de manière à rendre son fonctionnement intuitif.

Objet : Créé et fabriqué par l’homme pour un usage particulier et dans le but d’améliorer notre vie quotidienne,
chaque objet est à l’échelle de la main (nous pouvons les tenir, les manipuler, les saisir) ou à l’échelle du corps
(un lit, une table, une chaise…). Les objets constituent l’essentiel de notre environnement et le décor dans
lequel nous vivons. Ils ont à la fois une valeur fonctionnelle et esthétique.
Introduit dans la peinture par les cubistes (Braque, Picasso), détourné par Marcel Duchamp dans ses readymades,
mis en scène dans les installations et les environnements, l’objet occupe une place majeure dans l’art
depuis le début du XXe siècle.

Protocole : En art, il s’agit d’un ensemble de règles qu’un ou plusieurs artistes se donnent pour réaliser une
œuvre, une performance ou une action. Certains préfèrent les termes de scénario ou de partition, empruntés
aux arts du cinéma et de la musique.

Artisanat : L’artisanat est la production de produits ou services grâce à un savoir-faire particulier et hors
contexte industriel : l’artisan assure en général tous les stades de sa production, ainsi que la commercialisation
de celle-ci.

—————————————————————————————————————–

Sujet :Mutation : modifier la fonction d’origine d’un objet

Sujet: performance avec objets

De l’objet à l’oeuvre : quelles actions l’artiste a -t-il eu sur ces objets:( torsions, tressages, étirer,
gonfler, rouler, retournements, suspensions, etc,…

Sujet: Un seul objet et pourtant multifonctionnel

consigne :je conçoit un objet qui permettra  à l’utilisateur plusieurs usages mais cohérents.

La table à repasser/miroir

invention-utile-inconnu-creatif1Résultat de recherche d'images pour "Un seul objet et pourtant multifonctionnel arts plastiques"Image associéeChaise-table-banc.

flexibilité des objets/des espaces

Objet 2 en 1  ( comment concevoir un objet qui pourra avoir plusieurs fonctions (cohérentes) gain de place .

Cf: cours sur Matalie Crasset.

Ces 24 inventions vont changer le monde ! …bon, peut-être pas. Mais, c’est sympa quand même.

http://piwee.net/1invention-utile-inconnu-creatif210714/

Tubo, 1969-1970

Joe Colombo crée un nouvel objet ayant la caractéristique d’être modulable.
Avec les élèves, il est possible d’aborder L’espace en trois dimensions et la
relation entre l’objet et l’espace. L’utilisateur peut s’approprier les formes
et les réassembler pour concevoir un objet adapté aux besoins du moment

 

Cf: mon cours sur Objet introuvable. (question de la fonctionnalité ou pas)

Comment?: observation minutieuse de son environnement (de la nature)/maintenant « la phénoménotechnique »( L’innovation industrielle ne l’est pas toujours).Le phénomène est donc connu à la suite d’une construction théorique et technique. »(Bachelard)https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01336345/document

« Quand il imagine des machines de guerre, Léonard de Vinci crée – jette sur le papier, fabrique des maquettes – des choses qui n’existent pas.« Cependant, ces inventions ne sont pas de purs fantasmes. Elles sont le fruit de la réflexion et de l’observation?: des oiseaux, des insectes, des carapaces d’animaux… D’une certaine manière, elles sont le produit de découvertes arrachées à la nature. »http://www.lalibre.be/debats/opinions/fiches-philo-invention-vs-decouverte-51b734b3e4b0de6db975a17d

 

Résultat de recherche d'images pour "invention art"

Invention et machine/invention et prothèse (relation au corps et à l’environnement) entre rêve et réalité.

« la « perception immédiate »  n’est pas instrument de connaissance.La vérité scientifique n’est pas à chercher dans l’expérience ; c’est l’expérience qui doit être corrigée par l’abstraction des concepts. »le sens commun procède par images, il faut psychanaliser nos croyances antérieures, des images poétiques ,s’extirper des représentations imagée dans l’approche scientifique. Bachelard.https://www.cairn.info/magazine-sciences-humaines-2012-11-page-31.htm

Sont-elles réalisables ou sous formes de projet? réalisées du vivant  de l’artiste ou devra -t’elle attendre l’évolution technique pour  fonctionner .La question de la fiches technique ou  modes d’emploi.

 

Résultat de recherche d'images pour "Tinguely, Rotozaza 1967"Résultat de recherche d'images pour "Tinguely, Rotozaza 1967"Image associéeTinguely, Rotozaza 1967.Construction de machine/ relation avec avec le spectateur.

« Ces objets ne sont pas aimables, mais méchants et parfois cruels. »

https://www.lemonde.fr/culture/article/2008/08/13/les-objets-cruellement-absurdes-de-philippe-ramette_1083232_3246.html

Résultat de recherche d'images pour "Philippe Ramette, Prison portable 1994"Résultat de recherche d'images pour "Philippe Ramette, Prison portable 1994"Objet à manipuler le vide, 1991Exposition Philippe Ramette

Prison portable                           Touble fete, 1999                  Objet à manipuler le vide, 1991  par philippe ramette

prothèses bizarres/ objet absurdes/humour quelque peu pince-sans-rire.

Cf: cours sur la pesanteur/défi lancé à la pesanteur

Cours défi à la logique.

Invention en rapport avec le corps.

Michael Rakowitz, paraSite 1998Résultat de recherche d'images pour "Michael Rakowitz, paraSite 1998"Image associéeInvention architecturale.

Lucy Orta, Refuge Wear 2001Résultat de recherche d'images pour "Lucy Orta, Refuge Wear 2001"Résultat de recherche d'images pour "Lucy Orta, Refuge Wear 2001"

Refuge Wear – Habitent

« l’utilisation de l’objet en arts plastiques peut faire l’objet d’un détournement, d’une transformation,
d’une citation, d’un assemblage, d’une reconstitution à des fins expressives ; »

___________________________________________________________________________________

Questions :L’absurde peut-il être une forme de résistance à la société de consommation ?
À partir de quel moment l’objet ne rend-il plus service à l’homme ?
Quelle dépendance ou indépendance puis-je avoir face aux objets ?

Sella, 1957

« Ce siège est composé d’une selle de vélo en cuir soutenue par
une tige d’acier fixée à une base hémisphérique le faisant ressembler
à un « culbuto ». La légendaire selle anglaise de la manque Brooks
est détournée de son usage premier ; elle n’assure plus le confort
d’un cycliste, elle devient un
siège sédentaire au confort
très relatif. L’objet permet de se
tenir debout en téléphonant, mais
la fonctionnalité de l’assise
est contredite par cet équilibre
précaire. L’absurde semble
guider le processus de création
de cet objet qui donne
l’impression de dysfonctionner
volontairement. L’objet peut
basculer et mettre son
utilisateur à terre mais se
redresse toujours pour
retrouver son équilibre initial. Les frère Castiglioni mettent
en scène une chute probable, ils créent un objet non
pas fonctionnel mais « souriant », un objet qui crée des
expériences. »Document-peda-KVM.pdf

 

arts plastiques du Cycle 3 :

La fabrication et la relation entre l’objet et l’espace

Avec Sella, les frères Castiglioni utilisent une selle de vélo de manière
inédite. Elle est isolée et associée à d’autres éléments pour devenir une
assise instable. Les designers assemblent des éléments hétérogènes pour
produire un objet que l’on pourrait qualifier de négatif tant il ne remplit
pas les fonctions ordinaires d’une assise. Avec les élèves il est possible
de travailler autour de l’invention, la fabrication, les détournements,
les mises en scène des objets dans une intention expression

Cycle 4 :

L’œuvre, l’espace, l’auteur, le spectateur

 

Les objets que l’on choisit sont-ils le reflet de nous-mêmes ?
Que disent d’une société les formes des objets ?

Pourquoi la technologie, les grandes découvertes influencent-elles la création ?
Pourquoi a-t-on besoin de nouveauté ?

Détournement:Détournement C’est une forme souvent utilisée dans l’art contemporain. Dans leurs œuvres, les artistes transforment les icônes ou les objets les plus banals de notre époque. Il s’agit d’une pratique héritée du début du XXe siècle (Marcel Duchamp, Pablo Picasso) et des années 1960 (Les Nouveaux Réalistes).Détourner : Procédé artistique qui consiste à s’approprier une œuvre ou un objet et à l’utiliser pour une représentation différente de la représentation d’origine.

 

 

 

« L’Art se nourrit de l’Art » André Malraux.

Pourquoi détourner?

Usage/détournement de l’objet:Comprendre que la transgression des codes par le détournement
est créatrice de sens.Prendre de la distance avec les objets. Interroger la relation que l’on entretient avec les objets.Résultat de recherche d'images pour "Pablo Picasso Tête de taureau, 1943"Image associée

  • Pablo Picasso Tête de taureau, 1943

détournement de fonction d’objets trouvés (selle et guidon=+assemblage=figure animale) question sur la forme .(Cf Travail sur César.)+mise en scène photographique.

PES (ADAM PESAPANE DIT PES, NÉ  EN 1973), THE DEEP, 1 MN 34, 2010

Détournement vers une figuration onirique.

Résultat de recherche d'images pour "Bertrand Lavier Brandt sur Haffner, 1984" Le frigo comme sculpture oeuvre d’art/ le coffre comme socle.(héritage de Duchamp et Brancusi). Objet/oeuvre d’art.

  • Bertrand Lavier Brandt sur Haffner, 1984
  • Bertrand Lavier Objet Peinture Miroir 1989
  • Résultat de recherche d'images pour "Bertrand Lavier Objet Peinture Miroir 1989"Résultat de recherche d'images pour "Bertrand Lavier Objet Peinture Miroir 1989"« Une toile est peinte en blanc parce qu’elle est blanche »Bertrand lavier. le relief/le trajet du pinceau rendu visible..
  • Le miroir est peint.

« lorsque la peinture recouvre un objet, la finalité est sensiblement la même. Que manifeste la peinture ? Elle « fait venir » l’objet, le distingue, le propulse en avant. N’est-ce pas là tout l’art du peintre ? Bertrand Lavier est un vrai peintre : l’acte de peindre est constitutif de son art. »https://acoulange.wordpress.com/2013/06/29/bertrand-lavier-lobjet-peint-cest-a-dire-la-peinture/

PES (ADAM PESAPANE DIT PES, NÉ  EN 1973), FRESH GUACAMOLE, 1 MN 40, 2012,
court-métrage réalisé en stop motion

Music for a appartment and six drummers
Sound of noise , Ola Simonsson J.St Jarne Nilsson, film 2010

  • Utilisation de plusieurs objets présents sur place (mixeur, aspirateur, douche, réveil, etc.) pour improviser de la musique.

________________________________________________________________________________________________

Mise en scène:

Organisation matérielle de la représentation ; choix des décors, places, mouvements et jeu des acteurs, etc… »Monter un spectacle avec des objets« .
« Mise en scène : Terme appartenant au monde du théâtre et décrivant
l’organisation matérielle de la représentation (décors, places et déplacements des
acteurs avec définition des rôles…) dont l’usage s’est étendu au cinéma et à
certaines formes artistiques contemporaines relevant du champ des arts plastiques.
La mise en scène – pour de nombreuses photographies de Paul Pouvreau –
correspond à une situation créée par l’artiste à partir d’éléments du quotidien. »http://www.ac-grenoble.fr/action.culturelle/blogWP/wp-content/uploads/2012/11/DP_VdP_pouvreau.pdf
Créer une situation à partir d’objets du quotidien.
« Objet : depuis les premiers objets cubistes créés par Picasso et Braque, les objets
du quotidien ont investi progressivement l’espace pictural, l’espace tridimensionnel
de la sculpture jusqu’à les transformer et ouvrir une sorte de brèche communiquant
avec l’espace réel. Les objets intervenant dans le champ de la création plastique
portent désormais des statuts distincts : objets futuristes, objets dada, objets
surréalistes, objets pop, objets des Nouveaux Réalistes, objets des
Simulationnistes…les objets sont….porteurs de traces, d’usages et révélateurs d’un contexte, d’une situation, voire d’un
registre culturel ou social. »http://www.ac-grenoble.fr/action.culturelle/blogWP/wp-content/uploads/2012/11/DP_VdP_pouvreau.pdf

Louis Lépine, créateur du concours.

Cf: cours sur les inventions d’objets.

—————————————————————————————————————————————————————–

Fabrication: « Art ou action de fabriquer »  la transformation ou la modification d’une matière première (matière à l’état brut)  en s’appuyant sur un procédé technique. »https://fr.wikipedia.org/wiki/Fabrication

fabriquer un objet= arte fact.

« • une grande diversité de matériaux peut être utilisée dans les œuvres d’art, notamment contemporaines ;• les matériaux utilisés en art ont une incidence sur le projet artistique ;• le modelage, l’assemblage, la sculpture sont des formes installées dans un espace. Les matériaux utilisés permettent de jouer différemment du vide et du plein, en fonction d’intentions.Le spectateur peut être amené à pénétrer l’espace de l’œuvre ; »RA16_C3_AP_enjeux_trois_questions_743230.pdf

———————–

 « Porter l’attention sur des petits riens dans
lesquels souvent se loge presque tout….sans fantasme illusoire pour autant … se
construisant dans un imaginaire tangible et concret, au milieu des choses et de leur
encombrement ».

 

 


 

« Du latin materia, elle renvoie à  » la matière dont une chose est faite  » et, spécialement,
le  » bois de construction « , en accord avec le verbe materiare qui veut dire « construire avec
des bois de charpente ». Or, pour le philosophe, materia « qui a donné le terme générique de
matière, dérive sans doute lui-même de mater, parce que l’arbre, en dépit de sa pauvreté
fibreuse, multiplie les branches et les rejets dont on se servira »1
. En ce qui concerne son
sens propre, la matière désigne « les objets naturels que le travail de l’homme utilise ou transforme en vue d’une fin »1
, ou encore une « substance ayant une existence physique,
étendue dans l’espace, et agissant sur les sens »2
. Dans la ligne aristotélicienne et scolastique,
on ne saurait alors omettre ce qui, dans ce terme même, oppose la matière comme être
substantiel, comme objet naturel, comme réalité concrète, à sa forme potentielle, virtuelle,
soit à l’idée.
Dans la ligne cartésienne également, la matière s’oppose à la forme, comme nous le
précise André Lalande3
: « Si l’on distingue, par abstraction, dans un objet physique 1° la
figure géométrique qui le limite dans l’espace ; 2° ce qui lui donne une réalité concrète, une
présence actuelle et individuelle, le premier de ces éléments est appelé sa forme, et le
second sa matière « . Mais elle s’oppose tout autant à l’esprit, en ce que la « matière est objet
d’intuition dans l’espace et qu’elle possède une masse mécanique »4
, c’est-à-dire en tant
qu’elle est la substance des corps, dont l’essence est l’étendue géométrique.
C’est précisément cette conception cartésienne, autant que galiléenne, de la matière
comme substance des corps, qui en permettra une représentation compatible avec le
développement de la physique mathématique. Mais on n’en aboutira pas moins, au siècle
des théories microphysiques, à ce résultat paradoxal d’une matière qui « s’idéalise » en
quelque sorte, puisque les entités dont elle est constituée, les particules élémentaires, sont
de moins en moins concrètes et observables à l’œil nu, soit de plus en plus abstraites,
théoriques et conceptuelles. « …Il nous faut encore ajouter que si la matière est un objet naturel, tel que la terre, le
bois, la pierre ou l’eau, c’est aussi une chose. Et parce que la chose vient du latin causa, qui
renvoie à la cause, à l’origine première, à la Providence créatrice, elle tient du mystère et ne demande qu’à être célébrée, comme nous le précise François Dagognet :  » Du mystérieux
subsiste donc dans les  » productions naturelles  » (les choses) : la Providence seule les crée,
tandis que l’homme ne sait que les réarranger ou les modifier  »
1
. Pour Robert Damien de
même, la chose est bonne, puisqu’elle « suppose une naturalité authentique dont elle
recueille l’être pur, issu sans transformation de la création première et nous livrant la
texture substantielle, charnue des premiers matins du monde, nous délivrant l’épaisseur
ontologique d’une plénitude délestée des interventions transitoires et fabricatrices de
l’homme »
2
.
Ces « matériaux-choses » sont par ailleurs stables, permanents, contrairement à l’objet –
toujours réalisé par l’homme- qui n’échappe pas à la fragilité, comme l’illustre par exemple
la mode qui fait de l’objet nouveau un objet potentiellement dépassé. Le matériau-chose se
distingue donc de l’objet comme  » production naturelle réarrangée ou modifiée par
l’homme « . Il bénéficie donc d’un préjugé positif qui discrédite à la fois le matériau de
synthèse -le polystyrène par exemple, mais aussi les métaux tels le zinc, le plomb ou le
cuivre- et « l’objet-marchandise ». Alors que le bois, par exemple, en tant que materia ou
matériau-chose par essence, a reçu toutes les louanges possibles.
Aussi Charles Péguy évoque-t-il la « senteur du bois merveilleuse et profonde,
honnête et pourtant naturelle, correcte et matérielle (et la) dureté ligneuse du bois, selon une
gamme, une série bien faite, selon une succession harmonieuse de degrés du plus tendre au
plus dur, du bois blanc au chêne et au noyer »3
. A tel point que  » le bois et la pierre doivent
s’unir ensemble contre la matière moderne, contre le métal que pour parler bref nous
nommons le fer. Vieille, étroite parenté des deux matières de la construction ancienne
contre la matière de la construction moderne » 4
. C’est néanmoins en raison de la
traditionnelle supériorité philosophique de l’esprit sur la matière que cette dernière est
toujours l’objet de discrédit et de dévalorisation, tant auprès des philosophes modernes que
des artistes adeptes de l’art conceptuel.
1.1.2. Mise en question de la « matière »
1.1.2.1. Matière, hylémorphisme et philosophie antique
Avant même son invention par Aristote, Platon se montre en quelque sorte adepte de

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01319222/document

Esthétique de l’oeuvre et/ou esthétique des effets … – TEL (thèses – Hal

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01319222/document
« – 1. L’artiste peut construire le travail – 2. Le travail peut
être fabriqué – 3. Le travail peut ne pas être réalisé –
Chaque proposition étant égale et en accord avec
l’intention de l’artiste le choix d’une des conditions de
présentation relève du récepteur à l’occasion de la
réception ».
Artnews, texte de Lawrence Weiner, 1968.

« … l’art est une présentation, pas une chose
imposée. Il est fait pour le public, pas pour
l’histoire, ni pour la culture, il est fait pour être
utilisé ».
Lawrence Weiner, entretien in Sans Titre, janvier-février-mars 1990, n°9, Lawrence
Weiner : « Tell me what you think of me ».

L’objectif de l’enseignant :
L’objectif de l’enseignant est de faire accepter qu’une tierce
personne puisse s’approprier son projet de création. L’enseignant aura pour mission de permettre à l’élève
d’élaborer des idées non figées donnant la place au
spectateur qui deviendra de ce fait acteur.

 

Un personnage change d’humeur et de peintre !

un élève fait un premier travail son voisin le continue, puis à nouveau il le termine

confronter sa
perception à celle d’autres élèves.

 

Références aux programmes
Cycle 3 :
La représentation plastique et les dispositifs de présentation
? La prise en compte du spectateur, de l’effet recherché :
découverte des modalités de présentation afin de permettre la
réception d’une production plastique ou d’une œuvre
(accrochage, mise en espace, mise en scène, frontalité,
circulation, parcours, participation ou passivité du
spectateur…).
La pratique artistique au cœur des apprentissages :
Cycle 3 Une boîte en kit : Concepteur / Réalisateur

notices de construction et d’installation visant à mettre en valeur le futur
objet.Le projet de l’élève concepteur est alors réalisé par un autre élève de la
classe qui a le choix entre les trois transformations possibles pour
finaliser le projet

Proposition de projet de création où l’élève aura pour mission de
réaliser un autoportrait de classe où chacun va laisser sa trace. L’élève
concepteur du projet devra réaliser un support, préparer tout le
matériel nécessaire à la réalisation et établir une notice pour donner
les instructions aux élèves de la classe qui viendront laisser leurs
traces

 

Références aux programmes
Cycle 4 :
L’œuvre, l’espace, l’auteur, le spectateur
? La relation du corps à la production artistique :
implication du corps de l’auteur ; effets du geste et de
l’instrument, qualités plastiques et effets visuels obtenus ;
lisibilité du processus de production et de son déploiement
dans le temps et dans l’espace : traces, performance,
théâtralisation, évènements, œuvres éphémères, captations.

 

COPIER POUR CRÉER

Questionnement :
De quoi suis-je l’auteur quand je copie une œuvre, une forme,
une image déjà existante ? Copier, est-ce créer ? Doit-on
inventer des formes nouvelles pour être considéré comme
auteur ? Est-il encore possible d’inventer des formes
nouvelles ?

L’objectif de l’enseignant :
L’objectif de l’enseignant est ici de permettre à l’élève de
comprendre qu’il est possible de copier tout en étant
considéré comme créateur. Il s’agit ici d’aborder la question
de la ressemblance et de l’écart que l’auteur va produire pour
légitimer sa production et lui donner du sens. Il est important
pour l’élève de prendre conscience que dans le domaine
artistique, le fait de copier n’est pas répréhensible si la copie
révèle un positionnement d’auteur revendiquant un discours
qu’il sait nommer au regard de l’œuvre originale.

 

Des triplés qui se ressemblent tout en étant différents :

3 Rejouer un portrait du passé pour dire qui je suis :
Réalisation d’un portrait photographique sans trucage
numérique s’inspirant d’une œuvre picturale choisie par
l’élève. L’objectif de ce projet sera de se révéler tout en se
« glissant » dans un autre modèle.

Transposer un conte célèbre pour en donner une vision
contemporaine :
Proposition d’une mise en scène photographique rejouant une
scène d’un conte célèbre pour le transposer dans le monde
contemporain.

Questionnement :
Quel intérêt peut avoir la banalité ? Le regard que l’on porte sur les choses et sur le monde dépend-il du contexte dans lequel on se trouve ? Toute vision est-elle relative ?

Références aux programmes :
Cycle 4 :
La matérialité de l’œuvre : l’objet et l’œuvre
? L’objet comme matériau en art :
transformation, détournements des objets dans une intention
artistique ; sublimation, citation, effet de décontextualisation et
recontextualisation des objets dans une démarche artistique.

Cycle 4 Stop à la discrimination : tout se vaut et je le prouve

 

La représentation du monde

Attraction/répulsion

Une image terrifiante devient attirante

transformer l’image elle devient  la plus agréable possible à
regarder.

 

Travail photographique

Sous votre objectif le banal se voit magnifié

« sublimer » des
éléments considérés habituellement comme sans intérêt par
des choix de point de vue, de cadrage, de lumière..

Références aux programmes :
Cycle 3 :
La représentation plastique et les dispositifs de présentation
? La ressemblance :
découverte, prise de conscience et appropriation de la valeur
expressive de l’écart dans la représentation.

http://www.fracnpdc.fr/wp-content/uploads/2013/12/dossier-pe?dagogique-lacaton-et-vassal-complet.pdf

 

Sujet: Cet objet ordinaire devient extraordinaire.Résultat de recherche d'images pour "cet objet ordinaire devient extraordinaire arts plastiques"

Sujet:Mon  Objet sans valeur devient  un  » Objet de grande valeur »

Choisir un élément banal que l’on a tendance à ne plus voir et inventez
une situation pour le mettre en valeur ou lui faire raconter quelque chose…qui sorte de l’ordinaire

Contrainte: sans intervenir sur l’objet/ puis en intervenant sur l’objet.?

Qu’entend-on par valeur?valeur matérielle/spirituelle/ de quelle types de valeur s’agit-il? quelle valeur donnons nous aux objets? (leur vertu) Aristote, leur utilité…rareté,pédigrée? ceux qui les ont possédés?

  • Questionnement : Comment montrer l’importance d’un objet, montrer que des objets peuvent avoir une deuxième vie?Comment mettre en valeur un objet du quotidien (le magnifier.)? (poser un regard nouveau sur ce qu’on ne voyait pas.)

Observer ce qu’il y a autour de soi, récolter dans son quotidien urbain : tout débute avec l’observation attentive du quotidien, de ce qui nous
entoure et que nous ne regardons pas. Donner une place à
tous les éléments qu’habituellement on jette ou l’on cache.( Erwin Wurm).

  • Objectifs:apprendre à construire un univers extraordinaire à partir d’éléments
    tout à fait ordinaires.Faire de l’art avec
    trois fois rien (recyclage).

 

 

Sujet :C’est tout petit ,on le remarquerait pas et pourtant on ne verra que lui

Un  phénomènes souvent minuscules (moisissures,
croissances et excroissances, dégradations…)
devient envahissant

 

Objectif -Comprendre l’importance du choix du lieu de présentation et de la mise en scène.. montrer que la photographie opère une modification, une transformation dans
la perception du concret qu’elle représente : elle sectionne l’espace, impose un point
de vue et exclut dans le hors champ un grand nombre d’informations.

Un sac jeté en l’air devient cagoule ou tête

Résultat de recherche d'images pour "cet objet ordinaire devient extraordinaire arts plastiques"Patrick Tosani

Photographie : jeu sur le cadrage/gros plan/échelle monumentale/détail/mise en scène /esthétisation(ombre et lumière)/ isoler une portion du réel par le cadrage un point de vue inhabituel, un contexte
évacué, l’agrandissement et la modification de l’échelle de l’objet devient sculptures monumentales par la construction de l’image.(appréhender l’objet comme une sculpture).

« Je me pose systématiquement la
question : quelle réalité vais-je restituer ? Que va devenir l’objet ? »

« Je conçois l’image comme une proposition vivante, recyclée en permanence par le spectateur » Patrick Tossani.

sujet : Je ne reconnait plus mon objet, il a disparu(?), il devient autre chose et pourtant je n’ai fait qu’une photo???

Prendre en photo l’objet , il ne sera plus reconnaissable/désorienter le spectateur.Le trouble est  jeté sur la perception et la reconnaissance. qui brouillent les repères..

l’objet reste t-il reconnaissable?

fonction est-il encore visible? est-il fonctionnel?

http://www.cpif.net/media/cpif/dp.tosani.site.pdf


« Ce qui est photographié n’est pas pour autant toujours vrai. Le réel se
manipule et la photographie est une manipulation sur le réel. » »« Entre le réel et la représentation existe un espace où les choses se traduisent et où
les choses se trahissent. »
(notes de conférence)

Paul Pouvreau, à propos de la Photographie.

 

Photographier ce qu’habituellement on ne voit pas (puis les mettre en valeur) pour les faire voire aux autres.

les cadrer et
les photographier sous 2 angles de vue différents. Se constitue un répertoire
d’images à observer et à commenter la nature des images et leurs écarts.

Sujet: Photographier (en tenant compte de la citation)

Poser, déposer puis photographiez…

« Photographier  c’est : saisir une situation fabriquée, une saynète composée ou fortuite
dans un espace précis. »

Question: Qu’est-ce que photographier?

Que’est-ce que poser? déposer? « Poser, déposer : devant un objectif : une personne et ou des objets. Poser pour pouvoir photographier. Photographier ce qui est déposé intentionnellement ou non.

 

 

travail avec un lieu:

« La notion de site est
importante : lors de déplacements que je peux
faire, certaines choses m’arrêtent et se constituent
comme site, comme la préfiguration d’une
image dans laquelle un événement se passera
éventuellement. C’est un processus assez long ;
en général, j’effectue une notation de ce lieu sous
forme de croquis ou avec des polaroïds. Après
réflexion, lorsque l’image est à peu près construite
avec les éléments que je souhaite ajouter, je
reviens et réalise la photographie. Dans ces sites,
qui n’ont pas forcément quelque chose d’extraordinaire,
il y a des indices qui émettent du « sens »,
qui pointent un certain nombre de questions liées
à l’urbanisme, au quotidien ou au comportement
que l’on peut avoir dans ces lieux qui restent
assez communs. Ce qui fait basculer l’ordre des
choses à un moment donné, c’est l’intervention
que je réalise sur ce site en opposant, par
exemple, certains cartons à l’attitude particulière
du personnage qui s’y trouve, ou le cadrage ou
d’autres choses encore. »P.P

 

« Intérêt des emballages et à leurs effigies, comme autant de signes visuels dialoguant avec notre espace quotidien. » Recycler ces signes objets à l’abandon.

 

« mais avec du faux, en s’engageant dans
le faire on peut traduire du vrai. »

« Sous des formes d’incertitudes plus
que de certitudes, mon travail me semble être comme une mise
en jeu continuelle de la représentation du réel. »

Questions dur le vraisemblable et l’invraisemblable.

 

sujet: « Avec du faux on peut faire du vrai »

Créer des situations à partir d’objets  ( drôles et absurdes, graves et signifiantes.) comparable à à une scène de théâtre .(tragédie un peu risible).Des situations inédites.(Magritte)

Relation avec le réel  accord  et désaccord entre la réalité de l’image et les fictions qu’elle « envisage » du réel.

 

Sources:

Paul Pouvreau, Variations saisonnières – Galerie municipale Jean-Collet, Vitry – Du 17 janvier au 28 février 2016

http://crac.laregion.fr/artiste_contemporain/37-paul-pouvreau/3172-artistes-art-contemporain-crac-montpellier-sete.htm

http://michelmartzloff.com/portefolio/paul-pouvreau

https://loeildelaphotographie.com/fr/arles-2012-paul-pouvreau/

http://www.ac-grenoble.fr/action.culturelle/blogWP/wp-content/uploads/2012/11/DP_VdP_pouvreau.pdf

https://image-imatge.org/content/5-ressources/1-docs-pedagogiques/9-paul-pouvreau-photographie-architecture-objet-du-quotidien/dossierpeda-paul-pouvreau-bdef.pdf

 

http://artotheque-caen.net/images/upload/161103_DPedag-30_ANS!.pdf

 

Samuel Rousseau
Né en 1971 à Marseille
Plastikcity Installation vidéo, rétro-projection
sur bidons plastiques, 2005

les nouvelles technologies + l’objet, en
le rebut, sans se priver de références
à la culture populaire et d’une bonne dose
d’humour.
Manipulant des changements d’échelle de grande
ampleur – de l’objet miniature à l’architecture
monumentale – l’artiste, en sculpteur, récupère,
détourne ou invente des dispositifs dans lesquels
les images animées de micro-mouvements en
boucle apparaissent d’abord sous une forme
énigmatique puis dégagent petit à petit des
univers imaginaires « impressionnants ».
« Une double échelle est ainsi évoquée dans le
premier coup d’œil, celle de la ville et celle de
l’objet. Celle du paysage et celle du corps. Celle
du nombre et celle de l’individu. (…) Comme
on peut l’observer dans la coupe « in vitro » d’une
fourmilière en laboratoire, le désordre apparent
cède petit à petit la place à une organisation,
à la fois de l’espace global avec des effets
visuels de symétrie et de boucle, et des motifs
en particulier qui, chacun, raconte une bribe
d’histoire, à la manière des coupes d’immeubles
dans les gravures du 19ème siècle. »
source : www.documentsdartistes.org

https://www.naimaunlimited.com/biblio/paul-pouvreau-monographie/

 


Travail de composition à partir d’objets=réalisation d’une nature morte

tout est mis en scène, rien n’est placé au hasard ,construction avec et à partir du réel.

  • Mise en scène Organisation matérielle de la représentation. Choix des décors, places, mouvements et jeu des acteurs.

 

    Saynète, situation, Mise en scène
Opposée à une prise de vue « sur le vif ». La mise
en scène est liée à la composition.mise en scène
:  des image créées en trois dimensions/ des scènes composées (puis photographiées)..

l ‘ e s p a c e d e c a d r a g e, cadrer l’espace

  • Cadrage : Action de délimiter les contours de l’image, et de définir ce qu’il y a à l’intérieur de l’image.

 

  • Cadrage – recadrage : cadrer c’est composer. la prise de vue:Cadrage
    Choix des limites de l’image recherchée et de
    l’angle de prise de vue en fonction du sujet et du
    format. Ce qui est choisi s’organise dans un cadre,
    le reste disparaît « hors-champ ».La prise de vue  est opérée une fois la composition élaborée.Tenir compte de  l’angle de vue et de la façon dont sont posés
    et  disposés les éléments dans l’espace..
    Expérimenter des cadrages comme autant d’expériences de composition.

 

Composition
Position des différents éléments qui sont représentés
dans une œuvre (peinture, photographie, etc.). La
composition est importante pour la signification.

 

photographier un objet? Comment et pourquoi faire?

Les codes des catalogues de vente – éclairage, angle de vue, distance…- sont des
images auxquelles nous sommes habitués.

 

 

Raoul Hausmann (1886 – 1971) ?Râpe à gruyère?, avant 1933
 objet central de l’image/jeu de la lumière.André Kertesz

     

 Man Ray, ?La Femme?, 1920/        poétisation des choses (métaphore).le regard passé sur les choses. Brassaï, « Le ruisseau serpente », 1930-1932 

Par un titre, ironique et provocateur.

 

transformation de l’objet en monument Oldenburg

 

Mise en valeur d’un matériaux pauvre

Programme :

r e p r é s e n t at i on / p r és e n t at i on

po s it i on / c o mp o s it io n .

Sujet :avec le carton « ça cartonne ! » je cartonne!

le carton dans tous ses états

Frank O. Gehry

Shigeru Ban


Sujet: » Mon Objet usuel devient oeuvre d’art. »

 

 l’objet peut être présent
physiquement ou non car implicitement
  • Technique :peinture, dessin vidéo, photo, installation, sculpture…
  • Dimensions:  libres
 peinture/dessin/vidéo/photo…)
  • QUESTIONNEMENT: L’objet et son potentiel poétique, plastique et expressif:détourner, transformer. Forme et fonction.

 

Questions:Problématique

  • Comment détourner un objet de sa fonction première pour devenir un objet artistique?
  • Comment la mise en scène d’un objet participe t-elle à modifier son statut? C
  • Comment un objet de fabrication courante, privé de sa signification première et présenté comme œuvre d’art, trouve sa place dans un musée ?
  • Comment s’opère la création d’une œuvre d’art? Quels dispositifs sont mis en place
pour changer l’objet du quotidien en œuvre d’art? Quelles différences entre objet du quotidien et
œuvre d’art?
  • NOTIONS TRAVAILLEES et VOCABULAIRE :Détournement, transformation, assemblage, fabrication.

Définition:Détourner : Modifier et éloigner le sens initial et véritable.

–Programme: question 2 (Invention, fabrication, détournement)+Question 1:(La ressemblance, la prise en compte du spectateur et de l’effet recherché sur celui-ci.)

L’hétérogénéité et la cohérence plastique.
  • Références:Corpus:
    -Les nouveaux réalistes (Yves Klein/Christo/César…)
    -Ready made (Duchamp…)
    -Oldenburg

Rayneau:pot doré.

 

 

« Le déjeuner en fourrure » 1936
Meret OPPENHEIM (1913-1985

Image associéeLa question du socle/l’objet présenté ou représenté

Compétences et connaissances du socle:
Comprendre, s’exprimer, penser, communiquer en utilisant le langage des arts
Pratique des langages, s’exprimer en utilisant la langue française à l’oral et à l’écrit
scénarion:3 séances envisagées pour traiter la séquence.
Séance I
: Les élèves ont choisis leurs objets, l’énoncé est le suivant:
«A partir de cet objet, créez une œuvre d’art.»
Séance II
: à la fin de la deuxième séance (20 dernières minutes) la verbalisation est faite à l’oral, se
dessine alors une définition de l’objet d’art.
Séance III
: Reprise de la définition (notée dans le cahier) Réalisation d’un cartel où sont donc repris
les processus; matériaux/dimensions… un nom est alors donné à «
l’objet d’art
L’évaluation:
Auto-évaluation sous forme de questions:
  • Pourquoi avoir choisi cet objet? (cela évoque le lien affectif)
  • L’objet a-t-il toujours une utilité?
  • Quelles sont les opérations plastiques, les procédés de la réalisation?
  • Comment cet objet est-il devenu artistique? (que veut dire artistiques).

 

S’EXPRIMER
AVEC DES MATÉRIAUX

Questionnement :
En quoi la matérialité peut-elle être plus importante que
l’aspect formel d’une œuvre ? En quoi la matérialité peut-elle
modifier la lecture d’un référent ?

 

Ce qui fait obstacle pour les élèves :
Les élèves attachent une très grande importance à ce qui est
représenté dans l’œuvre. Ils considèrent souvent que la
matérialité n’est qu’un « détail » : ils cherchent avant tout à
reconnaitre des formes qu’ils connaissent et qu’ils parviennent
à identifier.

L’objectif de l’enseignant :
L’objectif de l’enseignant est de faire comprendre que dans le
domaine des arts plastiques, la matérialité de l’œuvre est
aussi importante que son référent. Il est indispensable pour
l’enseignant d’apprendre à l’élève à décrire la matérialité
d’une œuvre pour qu’il puisse être outillé d’une méthode
d’analyse et d’un champ lexical approprié lui permettant
d’observer. Pour mener à bien ce travail sur la matérialité, la
rencontre sensible et directe de « vraies » œuvres est
indispensable à l’éveil de la perception visuelle des élèves.

 

Références aux programmes :
Cycle 2 :
La représentation du monde
? Prendre en compte l’influence des outils, supports,
matériaux, gestes sur la représentation en deux et en trois
dimensions.
La pratique artistique au cœur des apprentissages :
Cycle 2 Lourd et léger selon la représentation
Lourd et Léger : Réaliser une image représentant deux objets
identiques dont l’un paraîtra léger et l’autre très lourd grâce
au choix des matériaux.

Références aux programmes :
Cycle 3 :
La matérialité de la production plastique et la sensibilité aux
constituants de l’œuvre
? Les effets du geste et de l’instrument :
Les qualités plastiques et les effets visuels obtenus par la mise
en œuvre d’outils, de médiums et de supports variés ; par
l’élargissement de la notion d’outil (la main, les brosses et
pinceaux de caractéristiques et tailles diverses, les chiffons,
les éponges, les outils inventés…) ; par les dialogues entre les
instruments et la matière (touche, trace, texture, facture,
griffure, trainée, découpe, coulure…) ; par l’amplitude ou la
retenue du geste, sa maitrise ou son imprévisibilité.

La pratique artistique au cœur des apprentissages :
Cycle 3 Autoportrait pictural expressif
L’objectif est de se représenter de manière picturale afin de
faire transparaitre dans la peinture deux de ses principaux
traits de caractère. Le choix des couleurs, des outils, de la
matière picturale et de la touche picturale sont prépondérants
dans ce projet de création. À la fin du travail, l’élève doit
néanmoins rester identifiable par l’ensemble de la classe. Il
doit donc trouver le juste équilibre entre la nécessité de
ressemblance et le besoin d’expression lié à la matérialité.

Cycle 4 :
La matérialité de l’œuvre : l’objet et l’œuvre
? Les qualités physiques des matériaux :
matériaux et potentiel de signification dans une intention
artistique, notions de fini et non fini ; agencement matériaux
et matières de caractéristiques diverses (plastiques,
techniques, sémantiques, symboliques).
La pratique artistique au cœur des apprentissages :
Cycle 4 La matérialité est ce qui donne du sens à mon image !
Les élèves doivent dans un premier temps choisir une image
d’actualité de leur choix montrant une situation d’injustice qui
leur tient à cœur. Ils doivent ensuite reproduire cette image
dans le but de dénoncer les inégalités de nos sociétés

ALLER À L’ESSENTIEL

Questionnement :
À partir de quel moment une œuvre est-elle finie ? Pourquoi
s’exprimer sans chercher à plaire ? Pourquoi chercher à aller
à l’essentiel ? Peut-on être considéré comme auteur quand une
œuvre semble techniquement simple à réaliser ?

Ce qui fait obstacle pour les élèves :
Pour les élèves, l’architecture du Frac semble non finie et
fragile. Dans leur imaginaire, les matériaux de construction ne
correspondent pas aux choix plus prestigieux faits dans des
musées plus classiques. Les élèves associent bien souvent un
projet finalisé au soin apporté à la finition ou à la richesse
des matériaux employés.
L’objectif de l’enseignant :
L’objectif de l’enseignant est ici de permettre à l’élève de
comprendre que le fait de ne pas soigner les finitions d’une
réalisation plastique peut être un choix expressif de l’artiste ou
de l’architecte. L’enseignant doit offrir à l’élève la possibilité
de s’exprimer en étant libéré de la contrainte de finition, de
séduction par le détail. L’élève devra se rendre compte
qu’aller à l’essentiel est un geste audacieux et parfois bien
plus complexe que de chercher à s’exprimer en déployant des
stratégies de séduction parfois futiles associées à des
prouesses techniques souvent vides de sens.
Références aux programmes :
Cycle 2 :
La représentation du monde
? Utiliser le dessin dans toute sa diversité comme moyen
d’expression.
? Prendre en compte l’influence des outils, supports,
matériaux, gestes sur la représentation en deux et en trois
dimensions.
La pratique artistique au cœur des apprentissages :
Cycle 2 Mon feutre est fatigué, il veut réaliser le moins de traits
possible pour se faire comprendre
Proposer aux élèves de représenter un référent aux formes
complexes (école, monument, grand édifice…) avec un
minimum de ligne possible. Ce projet peut être poursuivi en
demandant aux élèves de dessiner le même référent avec un
minimum de lignes en ajoutant une contrainte forte comme par
exemple : dessiner sur un petit support avec un très gros feutre

 

Cycle 3 :
La matérialité de la production plastique et la sensibilité aux
constituants de l’œuvre
? Les effets du geste et de l’instrument :

La pratique artistique au cœur des apprentissages :
Cycle 3 Un paysage expressif
Les élèves ont pour mission de représenter tous le même
paysage avec des émotions différentes. Les émotions choisies
par l’enseignant seront volontairement sélectionnées pour
permettre à l’élève d’orienter ses choix plastiques vers d’autres
solutions qu’une réalisation habituellement qualifiée comme
étant soignée. Tous les élèves travailleront avec le même motif
et la même couleur pour se focaliser sur le choix des supports,
des outils, de la touche picturale et de la matière picturale.

Cycle 4 :
La matérialité de l’œuvre : l’objet et l’œuvre
? Les qualités physiques des matériaux :
matériaux

La pratique artistique au cœur des apprentissages :
Cycle 4 Un minimum d’intervention pour un maximum d’effet.
Les élèves ont pour mission de dénoncer de manière artistique
les stratégies publicitaires dans le but de sensibiliser les autres
élèves du collège aux duperies commerciales. Pour se faire,
ils devront réaliser le minimum d’intervention pour créer le
maximum d’effet sur les spectateurs