Quand ça file haut…. (ou pas !)

La philo en classe ?

Jamais je n’aurais pensé un jour mener un débat de philosophie en classe de CE1 ou même plus encore assister en tant qu’observateur à un débat mené rondement par 29 élèves de 7/8 ans dans ma propre classe !

Eh bien, quelle expérience ! Jolie expérience que je souhaite vous raconter.

philo

Comment l’idée a-t-elle germé ?

Tout est parti d’une proposition de formation. J’avais déjà balayé les formations de lecture, de mathématiques et d’arts mais j’avoue, jamais je n’avais osé m’aventurer du côté de la philo… peut-être à cause des souvenirs plus ou moins amers de mes années lycée qui me faisaient planer dans des réflexions à l’endroit à l’envers sur la condition humaine sans réellement apporter de réponses ni véritablement changer le monde…

Loin de moi l’idée donc de pratiquer la philosophie en classe. À quoi bon ?

Mais pourtant, cette année, le contenu de cette formation m’a interpellée et, j’avoue, l’inscription de ma collègue à la même session, convaincue au moins de passer un moment en bonne compagnie.

Je m’embarquai alors pour deux journées de formation sur le titre percutant :

Vous avez dit « philosopher avec les enfants » ?

Convaincue

La formation, étalée sur deux journées, s’est faite en 3 temps :

  • un temps d’enseignement, de sensibilisation, de convictions et de détermination de la part de la formatrice pour une mise en projet personnel en novembre ;
  • un temps de pause pour tester en classe ;
  • un temps de partage d’expérience, de remédiation, de manifestation des problématiques, en mars.

J’ai écouté, j’ai validé, j’ai testé, j’ai corrigé, j’ai adoré.

La démarche

Un thème

Un sujet d’abord qui pourra plaire à vos élèves.

L’idéal est de partir d’une situation concrète : un conflit de classe, un album, une vidéo, une photo…

ALBUMS : C’est moi le plus fort (Mario Ramos), les Max et Lili, La brouille (Claude Boujon), Laurent tout seul (Vaugelade), Pezzetino (Léo Lionni), Pou-Poule ! (Loufane)…

YOUTUBE : la petite casserole d’Anatole (https://www.youtube.com/watch?v=u89zNjM2k5Y)

Autres supports : Les philofables (Michel Piquemal), Pomme d’Api, affiches, texte…

Pour ma part, pour lancer mon premier débat, j’ai longtemps hésité mais le hasard a choisi pour moi en plaçant sur ma route un poème : « À mon frère blanc » de Léopold Sédar Senghor.

 

Cher frère blanc,

Quand je suis né, j’étais noir,

Quand j’ai grandi, j’étais noir,

Quand je suis au soleil, je suis noir,

Quand je suis malade, je suis noir,

Quand je mourrai, je serai noir.

Tandis que toi, homme blanc,

Quand tu es né, tu étais rose,

Quand tu as grandi, tu étais blanc,

Quand tu vas au soleil, tu es rouge,

Quand tu as froid, tu es bleu,

Quand tu as peur, tu es vert,

Quand tu es malade, tu es jaune,

Quand tu mourras, tu seras gris.

Alors, de nous deux,

Qui est l’homme de couleur ?

 

Beau et percutant pour aborder le thème de la différence avec douceur…

Cueillette de questions

L’idée est dans un second temps de procéder à une cueillette de questions proposées par les enfants. Seulement faut-il déjà qu’ils aient une idée de ce qu’est une question philosophique… Et à ce jeune âge, ce n’est pas évident…

Alors, pour mon premier débat j’ai choisi de proposer 3 questions aux enfants et de les laisser choisir par le vote la question qui leur plaisait le plus.

  • Qu’est-ce que « être différent » ?
  • À quoi sert la différence ?
  • Qu’est-ce que la différence ?

En grande majorité, mes élèves ont choisi la troisième question : « Qu’est-ce que la différence ? »

Distribution des rôles

Pour se détacher du débat et laisser place aux élèves, des rôles sont attribués aux enfants.

  • Le président : il distribue la parole, rappelle la question, annonce la fin proche du débat.
  • L’observateur, maître du temps : il surveille le temps donné pour le débat, note la distribution de la parole pour éviter les abus (informe le président de l’équilibre), annonce les dernières minutes au président avant la fin.
  • Le synthétiseur : il dessine ou prend des notes et restitue à la demande du président les idées partagées pendant le débat (pas facile…).

Le président, l’observateur et le synthétiseur ne prennent pas part au débat.

Installation

Pour changer de la posture classique en classe, les enfants se sont installés assis sur leur table, en face à face dans un format rectangulaire (29 élèves à caser).

Sur un côté, le président et à ses côtés l’observateur et le synthétiseur.

Pour ma part, je me suis mise en retrait pour qu’ils m’oublient… un peu.

Discussion

Lancement du sujet par le rappel de la question par le président et… c’est parti !

Qu’est-ce que la différence ?

Des animaux poilus à l’espèce humaine (sans poils !), de l’homme à la femme, des Français aux étrangers, des frères et sœurs, jumeaux ou pas, des enfants de la classe… tout y est passé !

Quelques tentatives de hors sujet par le lancement de quelques questions venues d’ailleurs :

« Pourquoi il faut travailler à l’école ? »

« Pourquoi les mois ils existent ? »

« Pourquoi les parents disent des gros mots et les enfants ils les répètent ? »

Sûre que certains enfants se sont arrêtés à la notion de « QUESTION » en oubliant qu’il y avait LA question du débat. Mais malgré ces hors sujets, les petites discussions entre élèves se sont nourries de questions/réponses, de nouvelles interrogations, de réflexions personnelles très pertinentes aussi : « Si la différence n’existait pas, on ferait tous la même chose tout le temps en classe et ça ne serait pas rigolo… »

Durant ces 20 minutes, pratiquement pas le temps d’entendre une mouche voler mais toujours une petite main levée ou une langue bien pendue pour alimenter le débat la discussion. Disons que le terme « débat » est encore un peu prématuré. Il leur faut encore du temps pour mûrir leur pratique du débat philosophique.

Mais je suis certaine que dans quelque temps, mes élèves bénéficieront des bienfaits de la philo.

Quels bienfaits ?

Et c’est justement en prenant du recul que la philo prend du sens en classe.

Que font finalement mes élèves ?

Ils développent de manière incontestée leurs attitudes citoyennes (EMC) : écouter, dialoguer, demander la parole, accepter des avis différents, éprouver de l’empathie…

Mais aussi, ils construisent un système de pensée logique : argumenter, contre-argumenter, questionner, reformuler, synthétiser… n’est-ce pas tout autant mathématique ? Problématiser, conceptualiser et argumenter ?

Oui mais…

Oui mais il n’est pas toujours facile ce débat philo… car parfois on tourne en rond, surtout lorsqu’on fait le choix de « ne pas participer ».

Mon deuxième débat était plutôt un « flop ». Et le fait de m’être désengagée de la discussion ne m’a pas autorisée cette fois-là à entrer dans leur bulle de discussion.

Pourtant tout laissait à penser que ce serait un débat fantastique.

D’abord, chaque élève avait choisi parmi une multitude de photos de reproductions de peintures exposées en classe une qu’ils aimaient et une qu’il n’aimaient pas. Puis j’avais présenté aux enfants de la classe les « belles œuvres » et les « pas belles » de chacun sans ajouter de commentaire.

Parmi leurs questions proposées l’une avait été retenue en ces termes : « Pourquoi on voit un homme qui frappe un cheval et on trouve ça beau ? »

Un débat sur le beau, le laid, la subjectivité des goûts et l’appartenance à chacun… chouette débat…

Sauf que durant tout ce temps, les élèves ont plutôt cherché à expliquer pourquoi le cheval était frappé :

  • Peut-être il ne veut pas avancer.
  • Peut-être il a des poux.
  • Peut-être l’homme est méchant.
  • Peut-être le cheval est méchant.

Je vous épargne les 20 autres suggestions ?

Recadrer un débat sans pouvoir y participer est… difficile et ma tentative de repasser en fluo sous le nez du président la portion de la question « pourquoi on trouve ça beau ?»… fut un flop : « J’ai rien compris ! » m’a-t-il dit…

La prochaine fois donc, je suivrai les autres « possibles » proposés en formation : préparer un plan de discussion et me mettre dans la ronde des parleurs pour assurer la bonne avancée de la discussion.

Le plan de discussion

Il est une préparation écrite d’une série de phrases ou de questions qui permettent de relancer ou de réorienter un débat sans s’impliquer lorsque les enfants ne sont plus dans le sujet ou n’arrivent plus à avancer dans une idée.

Il peut s’agir de questions de type :

– Comment expliques-tu… ?

– Est-ce que l’on est… parce que l’on est… ?

– D’après toi, doit-on… ? faut-il ?…

– Penses-tu… ? Pourquoi ?

– …

 

Aussi vais-je revoir ma position pour mes prochains débats.

 

En tous cas, je pense avoir réussi à introduire la philo en classe !

 

Mais qu’est-ce que RÉUSSIR ?

Une chronique de Claire Maurage

Commentaires

commentaires

2 Comments

  1. Luc 16 avril 2018
  2. Violette 16 avril 2018

Répondre

Vous n'êtes pas un bot hein ? *