LeWebPédagogique - Partagez la connaissance !

Le cycle natation…

… sans natation

J’essaie de dire « natation » mais je n’y arrive pas puisqu’il faut bien l’admettre, nous sommes entre nous ne chipotons pas, c’est de piscine qu’il s’agit. Nous avons huit créneaux piscine, ça va nous conduire jusqu’à juillet et après j’irai à la piscine tout seul ou bien avec mes enfants à moi. Il n’y aura pas de perches ni de frites, ni de pleurs ni de vestiaires collectifs, mais bon pour l’instant j’ai 24 CP à emmener à la piscine et parmi eux il y en a 24 qui ne savent pas nager. On va bien rigoler.

Le jargon de l’E.N.

C’est important de savoir nager mais n’appelons surtout pas un chat un chat, Éducation nationale oblige : il s’agit d’apprendre aux élèves à transformer leur motricité spontanée pour maîtriser les actions motrices, de même qu’à s’engager sans appréhension pour se déplacer dans différents environnements. Il faudra aussi qu’ils sachent lire le milieu et adapter leurs déplacements à ses contraintes, je leur demanderai également de respecter les règles essentielles de sécurité et, enfin, de reconnaître une situation à risque.

La situation à risque, elle sera surtout pour moi.

S’il nous reste un peu de temps, je leur apprendrai à nager. Enfin j’essaierai.

« La verrue de l’année »

Puisque nous sommes entre nous, nous pouvons bien l’admettre : la séquence de natation, c’est la verrue dans l’année, le mauvais rancard, la punition du maître. Je ne prends aucun engagement quant au succès de cette séquence. Il y aura du bruit dans les vestiaires et ne parlons pas du bassin. Ça criera quand il faudra passer sous la douche, je ne leur dirai pas que je snobe la douche, moi, avant de sauter dans le bassin, mais c’est vrai que je suis propre, moi, avant de sauter dans le bassin. Ça hurlera quand l’eau paraîtra froide et l’eau paraîtra toujours froide. Ça ne voudra pas aller jusqu’à la perche, pourtant il ne faudra pas charrier : la perche elle sera au bout du bras et bien calée contre le bord du bassin, ce ne sera pas la mer à boire. Ça hurlera que ça ne voudra pas mettre la tête sous l’eau, ça perdra son bonnet de bain, j’espère que ça ne perdra pas le slip. Je surveillerai d’un coin de l’œil le maître-nageur et ma montre, ça aura perdu ses lunettes que j’aurai pourtant recommandé de ne pas apporter, les lunettes auront déjà coulé au fond du bassin et comptez pas sur moi pour aller les y chercher.

Et quand il faudra sortir du bassin, eh bien ça hurlera encore plus fort.

Ça s’endormira dans le bus au retour et ça ne voudra plus travailler en fin d’après-midi.

On va bien rigoler.

Une chronique de Papa Lion

Commentaires

commentaires

vincentlion2

Vincent Papalion, professeur des écoles en ZEP qu'on appelle à présent REP et qu'on appellera HELP, un jour. Pas de recette miracle sinon l'opiniâtreté et le sens de la dérision. Et l’amour du métier, bien entendu. Allez les enfants, au travail !

Un petit commentaire ?

Abonnez-vous !

* indicates required
Formule

On a lu, on vous recommande

Parcours Avenir

Découverte des métiers en réalité virtuelle

On fait la révolution ?

La nouvelle édition scolaire
Groupe Fermé · 78 membres
Rejoindre ce groupe
Le groupe où l'on co-construit Doc-Plus la plateforme qui réinvente l'édition scolaire.