femme qui se tient la tête entourée de points d'interrogation

J’aurais aimé une autre fin…

Ce lundi soir, alors que ça aurait pu être un lundi soir ordinaire, je me suis trouvée brutalement confrontée à moi-même. Dans ma boîte mail, une amie, prenant de mes nouvelles, me demandait ceci : « Comment vas-tu terminer cette année compliquée ? Vas-tu finir les programmes ou terminer plus en douceur ? »

Je referme ma boîte mail, incapable de savoir moi-même où je me trouve… Finir en douceur ou clôturer les programmes ? Quelle pédagogie ? … voilà bien des mots qui me percutent ou « m’uppercutent » face à ces 10 semaines encore à tenir mais aussi devant un océan d’incertitudes et ce couperet « Covid » toujours au-dessus de ma tête… C’est vrai, depuis septembre, j’avance 1 jour à la fois, ne sachant pas de quoi demain sera fait…

J’aurais aimé lui dire à mon amie qu’il est temps pour moi de lever le pied, temps de prendre le temps, temps de préparer doucement l’été. J’aurais aussi aimé lui partager mes mille et un conseils, mille astuces pour travailler différemment, pour baigner doucement dans une atmosphère de « presque fin d’année » alors que, débordée, il y a deux ans, je me plaignais auprès d’elle de devoir, comme une marathonienne en sueur, boucler les cadeaux des fêtes des pères et mères, terminer les projets, choisir la musique de danse, évaluer les dernières notions, commencer les premières répétitions, poser, cernes cachées, pour ma photo de classe… »

J’aurais aimé lui écrire la douceur que j’installe auprès de mes élèves en prolongeant les récrés, en regardant aussi quelques documentaires gourmands, en abusant des jeux de société et en faisant du sport plus souvent entrecoupé de goûters d’anniversaires…

Mais je n’ai pas pu. J’ai dû lui dire que je ne savais pas…

Je ne peux pas installer la douceur d’une fin d’année ordinaire…

Je ne peux pas parce que…

Je relis le protocole :

« Dans les écoles maternelles et élémentaires, le principe de référence est celui d’un enseignement en présentiel pour tous les élèves à compter du 26 avril 2021, sous réserve de situations locales particulières (de type « cluster »). »

  • 1 cas de Covid détecté en classe et c’est la fermeture de classe.
  • 1 cas contact : isolement durant 7 à 14 jours selon les résultats des tests = enfant absent en classe.

Et moi ? Si je l’ai ? Isolement mais pas remplacée, il n’y a plus de remplaçants par chez nous… et les enfants restent chez eux 7 à 14 jours !

Un élève ABSENT est un élève ABSENT.

Alors, profitons de l’instant PRÉSENT : ils sont tous là ce matin ? Je vais aborder le FUTUR et mettre le paquet sur la soustraction avec retenue ! Vite, profitons pour faire de la manipulation de cubes, pour faire la chasse aux terminaisons, peut-être demain ils ne seront pas là !

Je ne peux pas parce que…

« Le lavage des mains

Le lavage à l’eau et au savon de toutes les parties des mains pendant 30 secondes est essentiel. Le séchage doit être effectué si possible au moyen d’une serviette en papier jetable (les serviettes à usage collectif sont à proscrire). Une solution hydroalcoolique peut être utilisée sous la surveillance d’un adulte à l’école primaire.

Le lavage des mains doit être réalisé :

  • à l’arrivée dans l’établissement ;
  • avant et après chaque repas ;
  • avant et après les récréations ;
  • après être allé aux toilettes ;
  • le soir avant de rentrer chez soi ou dès l’arrivée au domicile. »

Les journées sont courtes !

Pour assurer le lavage des mains, il faut prendre du temps sur les moments d’apprentissage ou de récré… Mais, la récré, pas question d’y toucher ! Alors… prenons un peu sur les maths et le français…

Mince va falloir condenser ! Je vais simplifier ou alors grouper mes séances en une seule… il me manque 15 minutes dans ma séance de mesure mais il va bien falloir qu’ils assurent…

L’année prochaine ils doivent savoir faire ! N’oublions pas que certains n’ont pas été scolarisés durant 6 mois l’année dernière : l’année COVID.

L’année COVID+1 doit assurer, rattraper, consolider, assurer…

Je ne peux pas parce que…

Désolée mon amie, je n’ai pas beaucoup de temps pour répondre à ton mail, je prépare « le jour d’après » et rédige une chronique peut-être à visée « thérapeutique »…

Tu sais, je recherche aussi, pour moi, un peu de douceur en cette fin d’année…

Heureusement, j’en ai trouvé aujourd’hui dans le mail d’une maman d’élève qui me disait ceci : « Bonne continuation pour cette fin d’année, continuez à prendre soin de vous et les uns des autres comme vous le faites depuis le début de cette année !
Bravo ! »

Je te laisse, j’ai mon autotest à faire…

Va savoir, peut-être demain sera mon dernier jour d’école…

J’aurais aimé une autre fin…

 

Une chronique de Claire Maurage

Claire Maurage

Professeur des écoles depuis l'an 2000, passionnée par mon métier et toujours à la recherche de nouvelles méthodes originales d'enseignement, je me lance dans l'expérimentation et la rédaction de ma propre méthode de lecture : "Mauclai" (apprendre par la mise en scène).

Je suis également l'heureuse auteure de 2 albums/éducatifs : "Monsieur Crayon" qui vient aider les apprentis écrivains à bien tenir leur outil scripteur et "Sa Majesté la Majuscule" qui présente l'importance de la lettre majuscule ainsi que réinstalle les repères de lignes pour la hauteur des lettres.
Je suis toujours à la recherche d'éditeur et projette de produire une série complète de petits albums dans cet esprit "ludo/pratique".
Avis aux amateurs...
Chroniqueuse depuis janvier 2015, je suis également auteure de kits pédagogiques avec des partenaires du WebPédagogique...
...Trois petits points de suspension... pour que l'aventure continue ! :-D

Un petit commentaire ?

/* ]]> */