Home » Société » Le fléau de la dépression chez les jeunes

Le fléau de la dépression chez les jeunes

D’après des estimations entre 4 et 5 % d’élèves de 6 à 16 ans souffre de dépression, dont 1 % de phobie scolaire, selon l’OMS.

La dépression est une maladie psychique, être dépressif se manifeste par une baisse d’humeur qui est accompagnée d’une faible estime de soi et d’une perte de plaisir et d’intérêt. Elle peut toucher n’importe qui, n’importe quand et quasiment à tous les ages de la vie. Au niveau des classes sociales, dans les milieux défavorisés le niveau de dépressifs est plus élevé car les malades ne sont ni pris en charge, ni écoutés par un professionnel.

Sans chiffres officiels, difficile de savoir combien d’enfants et d’adolescents sont concernés. Selon les chiffres de l’OMS, la dépression a augmenté partout dans le monde. Crises d’angoisse, maux de ventre, vomissements… Submergés par la peur, la détresse, certains enfants et adolescents se rendent complètement malades à la simple idée de mettre un pied à l’école. Il n’existe, pour l’instant, que des théories, certains pensent que c’est une combinaison de plusieurs facteurs qui jouent chacun un rôle plus ou moins grand: stress de la vie quotidienne, faible estime de soi, qualité des relations, style de vie, etc… D’autres pensent que cela est du à des causes biologiques, psychologiques ou sociales. Un phénomène en augmentation, affirment les spécialistes qui voient chaque année de plus en de cas se présenter en consultation, on estime que 5 à 8 % de la population souffre de dépression. Tous âges confondus, les femmes sont deux fois plus atteintes. La dépression est fréquente chez l’adolescent puisqu’elle affecte 14 % des 12-18 ans selon l’INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche nationale).

Cependant, une récente étude américaine publie des chiffres encore plus alarmants sur la dépression des adolescents, et en particulier, des adolescentes. L’analyse des données a révélé un taux de dépression de 36 % pour les filles contre 13 % chez les garçons.

 

 Margo SAINTPIERRE

 Marie BILLAULT

 Sarah MORIN MARIE


Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *