Visite de l’IRD pour la Fête de la Science

Posted by on 8 décembre 2020

Le mardi 10 novembre, les deux classes de 503 et 505 ont visité les locaux de l’IRD et ont participé à des ateliers :

herbier, collection d’insectes, laboratoires d’analyse et des plantes médicinales, ateliers poissons du lagon et mammifères marins… Des ateliers où l’on pouvait toucher à (presque) tout, voir « de grosses machines » qui font des mesures de précision, observer, compter, réfléchir… Cette sortie a été un vrai laboratoire de curiosité pour nos scientifiques en herbe !

 

Écoutons les élèves :

« Ce que j’ai aimé à la sortie, ce sont les intervenants car ils répondaient clairement à nos questions et ils expliquaient beaucoup de choses », Elyakim

« Pour les insectes, on a appris qu’il ne faut pas tuer les guêpes car elles pondent dans les œufs des cafards, et la larve dévore l’intérieur de l’œuf », expliquent Hugo et Elyakim.

« J’ai aimé l’atelier baleines et dauphins parce que c’était intéressant. La scientifique nous a montré les fanons des baleines. On a touché des dents de dauphin », Leyan

« J’ai aimé l’herbier car on pouvait observer des feuilles à la loupe binoculaire. Il y avait aussi des flacons qui contenaient de l’alcool et des fleurs trop fragiles pour être séchées et pressées », Elyakim

« On a même vu une plante de 1836 ! », Raïvina.

« Moi j’ai aimé parce que j’ai pu poser toutes mes questions, on a appris plein de choses qu’on ne savait pas comme les baleines, puisqu’il en existe une trentaine en Calédonie, et les plantes médicinales ! Certaines plantes, par exemple, peuvent nous guérir du cancer, mais d’un autre côté peuvent provoquer d’autres maladies. Il faut prendre la bonne partie active de la plante », Sébastien.

« On découvre 12 espèces de plantes par an ! », Lucie.

« Ce que j’ai le plus aimé à l’IRD, c’était le laboratoire du CNRS car on a appris à séparer les molécules et à les faire apparaître sur des petites languettes », Atéis.

« Moi, j’ai aimé compter les poissons et entendre parler de nouvelles espèces. La vidéo sous-marine qui nous a montré le requin sans aileron, qui s’est adapté aux grandes profondeurs, m’a passionné ! », Joan.

 

En image :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.