Amélie Nothomb – Attentat

Attentat L’écrivaine Amélie Nothomb, née le 13 août 1967 à Köbe, au Japon, fait partie de l’aristocratie belge, parce que plusieurs de ses ancêtres ont été impliqués dans la vie politique et culturelle de Belgique. C’est pourquoi, peut-être, Amélie a une façon assez personnelle et particulière d’écrire et une noblesse de l’esprit peu commune. Si elle a de nombreux fans, elle a aussi de violents détracteurs. Des goûts (littéraires) et des couleurs, il ne faut pas discuter….

Le premier (mais certainement pas le dernier) de ses livres que j’ai lu est le roman « Attentat ». J’ai découvert l’histoire d’amour  qu’Épiphane voue à Éthel. Épiphane Otos est une personne qui ressemble à un monstre du point de vue physique, mais qui est très délicat et sensible. Il est conscient de son allure et il vit seul, sans amis et activités sociales. Sa manière de vie change quand il a besoin d’un emploi et il connaît la jeune Éthel. Elle est une comédienne d’une beauté  incroyable. Les deux deviennent bons amis et passent leurs temps ensemble. Épiphane tombe amoureux d’Éthel, mais il n’a pas le courage de confesser ses sentiments avant  son voyage au Japon. Éthel n’est pas enchantée de la déclaration d’Épiphane et ils ont une dispute. Conscient que leur histoire d’amour est impossible, Épiphane décide d’assassiner Éthel, en croyant que c’est l’unique façon d’accomplir sa passion.

Le paradoxe est que le protagoniste devient lui-même membre d’un jury pour un concours de beauté après qu’il travaille comment anti-modèle dans une présentation de mode où il doit mettre en valeur la splendeur des autres modèles.

Le roman présente aussi l’idée de norme, de stéréotype. Épiphane nous montre tous les clichés de nos vies, tous les modèles de beauté, de moralité, de correction que nous puissions avoir. Même s’il voit tous les stéréotypes de notre société, il aime une personne qui représente un modèle de beauté.

Avec l’aide des ses personnages et d’un vocabulaire peu commun, Amélie Nothomb nous interroge: notre opinion sur une chose quelconque est-elle le résultat d’une réflexion personnelle ou d’une conception que la société nous propose? La question reste ouverte.

Commentaires (2)

wonutzath février 2010 at 16:10

Je veux vous parler en quelques lignes de ma vision « en couleurs » sur le roman « Attentat » que j’ai lu, moi aussi, récemment. Si je devais décrire ce roman en couleurs, je choisirais le contraste entre le rouge et le noir. Pour moi, le noir serait Quasimodo, hideux, bossu, dégoûtant et cynique, mais douée d’une intelligence exceptionnelle et diabloque. Le rouge ne signifierait pas seulement le sang innocent de la superbe Ethel, mais il serait aussi ll’éternel symbole de la passion.

Le dénouement triste que l’écrivain nous propose ressemble, selon moi, à la poussière qui couvre l’image d’un tableau sombre.

ozerrd mars 2010 at 15:13

Une trés bonne critique!

Quand j’ai lu la critique , j’avais l’envie de lire ‘Attentat’ car les messages que le livre nous donne c’est ne pas faire des commentaires sur les personnes sous l’effet de la société. C’est possible que quelqu’un est laid. Mais l’importance est dedans d’un corps et d’un visage. L’importance est abstraite. Comme j’ai deja dit Amélie Nothomb peut me donner beaucoup de messages aprés avoir lu ce livre. Par exemple; je peux apprendre quelques details sur ‘être stéréotype.’
Finalement l’important c’est d’avior une opinion personelle sur les evenements dans la vie.
A bientôt !

Commentaires

Vous devez vous connecter pour faire un commentaire.