Le président de la Fédération du commerce et de la distribution s’oppose à la réforme de la loi Galland dans le contexte de la flambée des prix.

Le projet de réforme de la loi Galland risque d’augmenter les marges arrière et les prix au consommateur, dans un contexte de flambée des tarifs des fournisseurs, a déclaré Jérôme Bédier, président de la Fédération du commerce et de la distribution. « Ce que propose (le secrétaire d’Etat à la Consommation) Luc Chatel va aboutir à une nouvelle spirale de hausse des marges arrière parce que nous faisons face à des augmentations de tarifs énormes », a indiqué M. Bédier. Cette réforme, qui doit être soumise au Parlement en décembre, donne plus de liberté aux distributeurs, en abaissant le seuil de revente à perte.

En revanche, elle ne remet pas en question le principe de la « non discrimination » permettant aux industriels de proposer les mêmes tarifs aux distributeurs, qui n’ont pas le droit de les négocier.

Les distributeurs veulent l’abolition de ce principe, qui est selon eux, depuis la mise en place de cette loi en 1996, la raison principale de la flambée des prix et des marges arrière, ces sommes versées au titre de la coopération commerciale…

La suite sur www.lsa.fr