Archive for octobre 21st, 2011

Oct 21

Un projet musical innovant pour « les chorallèges »

Les chorallèges font entendre les voix de plusieurs milliers  collégiens depuis 10 ans dans les Pays de Loire. Cette année, c’est un projet ambitieux qui réunira 500 choristes dans un spectacle intitulé « Pour l’amour d’une reine », troisième volet d’une trilogie composée par Alan Simon.

Ce dernier a exploré les légendes et l’histoire du monde celtique. Excalibur, la légende du roi Arthur et la vie tragique de Anne, duchesse de Bretagne serviront de  toile de fond au spectacle. La musique de Alan Simon (meilleur réalisateur musical en 2009), dessine un univers qui emprunte des sonorités au rock, au folk et à la musique celtique :

  • – un répertoire de 13 titres,
  • – 6 musiciens professionnels (guitare électrique, violon, flûte, synthétiseur),    spécialistes du répertoire celtique,
  • – une mise en scène sobre et efficace,

le tout orchestré par l’A.C.E.I.A.N. (Association des Chorales et Ensembles Instrumentaux de l’Académie de Nantes).

Ce projet musical, en phase avec les objectifs pédagogiques, permet de développer :

  • – la maîtrise du geste vocal et instrumental,
  • – des capacités d’expression musicale
  • – des capacités d’écoute dans un contexte polyphonique
  • – la confiance en soi
  • – le respect et l’écoute des autres, des règles et des engagements.

Les concerts publics auront lieu dans des lieux prestigieux comme le Palais des Congrès à Nantes ou le Quai à Angers. En ce qui nous concerne, rendez-vous :

le 13 et 14 juin 2012

aux Ondines.

Pour plus d’infos…

Mais avant, présence de Alan Simon et James Wood

au collège mardi 8 novembre : échange avec les élèves de la chorale

0
comments

Oct 21

Le diable épineux

A première vue ce « lézard » a l’air dangereux… Mais il est totalement inoffensif, ce dragon de poche tient dans une main (15 à 18 cm) et sa bouche est tellement petite qu’il ne peut pas mordre. En vérité, toutes les épines qu’il a sur lui ne lui servent que de bouclier pour se défendre des prédateurs qui voudraient le manger ; aussi contre la chaleur car sa peau est imperméable, c’est grâce à elle que le diable épineux ne transpire pas. Sinon toute l’eau de son corps s’évaporerait car dans le désert australien la température monte souvent à 45°C.

Et à l’ombre?  Il n’y a pas d’ombre, pas un arbre, pas un buisson, le sable recouvre tout ! Tout ce que l’on voit, ce sont des fourmis que notre « lézard » mange (il ne mange que ça…).

Bien que les jours de pluie soient rares, le diable épineux a toujours de l’eau qui ruisselle entre les épines de sa carapace. La peau hérissée de ce lézard change de couleurs selon le temps: brun, gris, jaunâtre…

Il est très solitaire (sauf pour la reproduction). La femelle pond de 3 à 10 œufs en été (dans un terrier).

Elise, 6e

0
comments