La force du témoignage

 

Aujourd’hui nous avons eu l’opportunité de rencontrer le couple Gauthier, membres et fondateurs du CPCR (Collectif des Parties Civiles pour le Rwanda). Alain et Dafroza nous ont livré un témoignage touchant sur le génocide des Tutsi au Rwanda qui se déroule du 7 avril au 17 juillet 1994. Ce génocide est déclenché par le bombardement de l’avion du président Habyarimana, causant sa mort et celle du président du Burundi. Le génocide vise l’extermination de la communauté Tutsi. Le couple nous explique que plusieurs classes sociales cohabitaient au Rwanda mais des Hutus extrêmistes ont donc pris l’initiative d’exterminer les Tutsi.

Plus d’un million de personnes seront tuées pour le simple fait d’être des Tutsi.

Lorsque nous sommes arrivés, le couple Gauthier s’est présenté. Dafroza est une ingénieure chimiste et Alain un ancien professeur, tous deux à la retraite aujourd’hui. Ils mènent leur combat au sein de l’association depuis plus de vingt ans. Ensuite, ils nous ont projetés un reportage diffusé à la télévision il y a trois ans de ça dans 13h15 Le Dimanche (France 2). Dans ce reportage, ils partagent leurs convictions de la nécessité de condamner les génocidaires habitant encore en France. Ils partent au début, au Rwanda pour consolider les témoignages qu’ils ont recueilli, pour ensuite suivre un procès en France pour la condamnation d’un des responsables de ce massacre, un bourgmestre. Le procès dure deux mois et demi et est éprouvant. La condamnation de cet homme est une victoire, dans ce long combat contre des personnes ayant participé au massacre d’un million de personnes, dont une grande partie de la famille de Dafroza.

Lors de la deuxième partie de la séance, nous avons pu leur poser des questions diverses telles que l’organisation d’un procès, ce qui nous a bien été expliqué par Dafroza ; ou bien comment se constituer partie civile lors d’un procès. Le couple comptabilise plus de vingt plaintes depuis 2007. Nous avons ensuite voulu connaître leur point de vue sur l’importance du témoignage et ils nous ont donc répondu que pour leur combat le témoignage est essentiel notamment celui des victimes au Rwanda ou même celui des tueurs, qu’ils sont allés rencontrer en prison.

Nous avons trouvé ce témoignage marquant et d’une considérable importance pour notre culture personnelle. Grâce à cette intervention nous en sommes ressortis grandis et nous avons pu voir ce qui se cache derrière des mensonges politiques.

Auranne et Soukeina 1G9.

avril 9, 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *