Science et religion, petite comparaison

Croyance ( religieuse), croire = tenir pour vrai « Lorsque l’assentiment n’est suffisant qu’au point de vue subjectif, et qu’il est insuffisant au point de vue objectif, on l’appelle croyance. » Kant« un système solidaires de croyances et de pratiques relatives à des choses sacrées qui unissent tous ceux qui y croient en une communauté morale » DURKHEIM, les formes élémentaires de la vie religieuse (1925) Science , savoir = savoir pourquoi on sait ( certitude et justification)  = certitude ( assentiment suffisant au point de vue subjectif , car suffisant du point de vue objectif) Un système de connaissances explicatives par des rapports d’identité, de causalité donc par des rapports rationnels et établies méthodiquement  
Vérité Vérité absolue ( selon Russell) Vérité provisoire ou vérité technique ( selon Russell)
4 critères de vérité La vérité est une propriété du jugement sur les choses, non des choses (réelles ou non, authentiques ou non)Il y a différents critères de vérité:1. Est vrai ce que tout le monde croit = Théorie conformiste de la vérité Critère de vérité = unanimité ou majorité ou est vrai ce qui est dit par quelqu’un faisant autorité (argument d’autorité)2. Est vrai ce qui est évident =. Critère de vérité = évidence intellectuelle première ou seconde (Théorie rationaliste de la vérité)3. Est vrai ce qui est la conclusion d’une inférence valide = Théorie de la vérité-cohérence. C’est le critère des sciences formelles (logique, mathématiques), permettant d’établir des vérités formelles

4.Est vrai ce qui est conforme à la réalité = Théorie de la vérité-correspondance.

Source -Hétéronomie (révélation et /ou arguments d’autorité = thèse conformiste ) Autonomie de la Raison, lumière naturelle
Expérience mystique ou intuition : Pascal et « les vérités du cœur ». « Nous savons que nous ne rêvons point », « Le cœur sent » (VERITE EVIDENCE) Expérimentation ou démonstration : Pascal et les « vérités de la raison »(VERITE CORRESPONDANCE ou VERITE COHERENCE)
« il est aussi ridicule et inutile que la raison demande au cœur des preuves de ses premiers principes, pour vouloir y consentir, qu’il serait ridicule que le cœur demandât à la raison un sentiment de toutes les propositions qu’elle démontre, pour vouloir les recevoir. » Pascal
Objet Métaphysique (Dieu, âme, éternité…) objets du monde physique , phénomènes et leurs relations invariables (observation directe ou indirecte – via instruments   ou même « expérience de pensée » Ex. le plan incliné de Galilée ( avec clochettes à même distance) , un mvt de chute est un mvt accéléré
But Répondre aux questions premières (pourquoi ?) et dernières ( pour quoi ?) et à celle du comment ( à l’état théologique : un phénomène naturel= une intervention divine, premier état de l’esprit selon la loi des 3 états d’Auguste Comte dans son Cours de philosophie positive au XIX dont l’état métaphysique suivant n’est qu’une variante) -La science tourne le dos à la magie : refus d’une action de l’esprit sur la matière– « reconnaissant l’impossibilité d’obtenir des notions absolues, renonce à chercher l’origine et la destination de l’univers, et à connaître les causes intimes des phénomènes, pour s’attacher uniquement à découvrir, par l’usage bien combiné du raisonnement et de l’observation, leurs lois effectives, c’est-à-dire leurs relations invariables de succession et de similitude. L’explication des faits, réduite alors à ses termes réels, n’est plus désormais que la liaison établie entre les divers phénomènes particuliers et quelques faits généraux dont les progrès de la science tendent de plus en plus à diminuer le nombre. »« relation…phénomènes » ? lois de la nature
Donne du SENS et répond à un BESOIN social, psychologique ou métaphysique d’où 3 fonctions de la religion. Aspire à la VERITE , à une représentation de la nature (« miroir mental » : théorie reflet/copie )  ou   plus modestement et ce depuis Descartes, à un moyen de « manipuler la matière » ( vérité technique – théorie-outil « comme maitre et possesseur de la nature »)
Rapport La religion souligne les insuffisances de la science et de la raison : « le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point » La science prétend avoir rompu avec la religion et la croyance en général1. rupture avec les états théologique et métaphysique, selon Auguste Comte2.rupture avec l’opinion et les croyances irrationnelles fondées sur l’expérience première , les croyances propres à la science (tendance à généraliser et à substantialiser) qui sont pour Bachelard des « obstacles épistémologiques »

« quand l’esprit se présente à la culture scientifique, il n’est jamais jeune, il a l’âge de ses préjugés ». La science présuppose une véritable « catharsis intellectuelle et affective ». « L’esprit scientifique se forme en se réformant »

3. rupture avec toute conviction au terme de la démarche expérimentale: Alain, « penser n’est pas croire »

 

? La religion et la piété sont-elles   nécessairement contraires à la raison ? La science a-t-elle vraiment rompu avec la croyance et n’est-elle pas qu’une croyance rationnelle ?

 

Petite comparaison inspirée par cet extrait de Science et religion ( 1935) de Bertrand Russell:

« Un credo religieux diffère d’une théorie scientifique en ce qu’il prétend exprimer la vérité éternelle et absolument certaine, tandis que la science garde un caractère provisoire : elle s’attend à ce que des modifications de ses théories actuelles deviennent tôt ou tard nécessaires, et se rend compte que sa méthode est logiquement incapable d’arriver à une démonstration complète et définitive. Mais, dans une science évoluée, les changements nécessaires ne servent généralement qu’à obtenir une exactitude légèrement plus grande ; les vieilles théories restent utilisables quand il s’agit d’approximations grossières, mais ne suffisent plus quand une observation plus minutieuse devient possible. En outre, les inventions techniques issues des vieilles théories continuent à témoigner que celles-ci possédaient un certain degré de vérité pratique, si l’on peut dire. La science nous incite donc à abandonner la recherche de la vérité absolue, et à y substituer ce qu’on peut appeler la vérité « technique », qui est le propre de toute théorie permettant de faire des inventions ou de prévoir l’avenir. La vérité « technique » est une affaire de degré : une théorie est d’autant plus vraie qu’elle donne naissance à un plus grand nombre d’inventions utiles et de prévisions exactes. La « connaissance » cesse d’être un miroir mental de l’univers, pour devenir un simple instrument à manipuler la matière. »

Laisser un commentaire