Archive du catégorie ‘Latin’

ORAUX BLANCS LATIN

samedi,29 avril 2017
  1. GROUPE 1: TL, TS2, TES3

Tableau de passage ORAUX DE LATIN_groupe 1

 

2.GROUPE 2: TS1, TS4, TES1

Tableau de passage ORAUX LATIN_Groupe 2

Sénèque, Lettres à Lucilius, 76, 9 et 10; 92, 3: Raison, vertu et bonheur

mardi,17 janvier 2017

Explication du texte: LA_Lettres_Lucilius-Ratio

Phèdre, Sénèque: dernières paroles de Phèdre

samedi,30 avril 2016

Dernière tirade de Phèdre, vers 1159 à 1198

Traduction du passage et commentaire:LA_Phèdre_Dernières paroles de Phèdre_trad_comm

Sénèque, L’aveu de Phèdre à Hippolyte

mercredi,6 avril 2016

LA_Phèdre_l’aveu_trad et comm

Phèdre, la toute-puissance de l’amour

jeudi,10 mars 2016

Traduction et commentaire

LA_Phèdre_Toute puissance de l’amour

Latin, terminales: prologue de Phèdre (Sénèque)

samedi,27 février 2016

Traduction et commentaire du prologue de Phèdre.

Tirade de Phèdre, vers 99 à 128.

LA_Phèdre_proloque_trad et comm

Sènèque, de tranquillitate animi, II, 11, traduction

mardi,1 décembre 2015

Bacoli_site

Traduction

Sénèque, Entretiens, Lettres à Lucilius, édition établie par Paul Veyne, Collection Bouquin, Robert Laffont, 1993.

L’âme humaine est, en effet, par instinct active et portée au mouvement. Toute occasion de s’exciter et de sortir de soi lui est agréable, d’autant plus agréable que le caractère est mal en point et aime à se frotter à quelque chose qui l’occupe. Certains ulcères provoquent la main qui les envenimera et se font gratter avec délice; le galeux aime ce qui irrite la gale: on peut dire qu’il en est de même de ces âmes où les passions bourgeonnent comme de mauvais ulcères et qui trouvent une volupté à se tourmenter et à souffrir. N’y a-t-il pas pareillement des jouissances corporelles qui se doublent d’une sensation douloureuse, comme lorsqu’on se retourne sur le côté qui n’est pas encore fatigué et qu’on se remue sans cesse en cherchant une meilleure position? tel l’Achille d’Homère se couchant tantôt sur le ventre, tantôt sur le dos, et essayant successivement toutes les postures possibles. Et n’est-ce pas le propre de la maladie que de ne rien supporter très longtemps et de prendre le changement pour un remède? De là ces voyages que l’on entreprend sans but , ces allées et venues de rivage en rivage et cette mobilité toujours ennemie de l’état présent, qui tour à tour essaie de la terre et de la mer: « Vite! partons pour la Campanie ». Bientôt on en a assez des douceurs de la civilisation: « Visitons une région sauvage, explorons le Bruttium et les forêts de la Lucanie ». Mais dans ces solitudes, on soupire après quelque site riant, qui délasse un peu les yeux ravis du rude aspect de tant de lieux sans grâce: « En route pour Tarente, son port si vanté, son climat si doux l’hiver, et pour cette opulente contrée qui serait capable de nourrir sa population d’autrefois! Mais non, retournons à Rome: il y a trop longtemps que mes oreilles sont sevrées des applaudissements et du fracas de l’arène, et j’ai envie à présent de voir couler du sang humain ». Les déplacements succèdent aux déplacements, un spectacle en remplace un autre. Comme dit Lucrèce,

Ainsi chacun se fuit toujours

Mais à quoi bon, si on ne s’évite pas? On se suit soi-même, on ne se débarrasse pas de cette intolérable compagnie. Ainsi persuadons-nous bien que le mal dont nous souffrons ne vient pas des lieux, mais de nous, qui n’avons la force de rien supporter: travail, plaisir, nous-mêmes, toute chose au monde nous est à charge. Il y a des gens que cela mène au suicide: comme leurs perpétuelles variations les font tourner indéfiniment dans la même cercle et qu’ils se sont rendu toute nouveauté impossible, ils prennent en dégoût la vie et l’univers et sentent monter en eux le cri des coeurs que pourrit la jouissance: Eh quoi! toujours la même chose! ».

Latin, secondes: la rencontre d’Enée et de Didon

vendredi,1 mai 2015

rencontre

Nathaniel Dance Holland (1766)

La rencontre de Didon et d’Enée

Londres, Tate Gallery

Commentaire

Avec l’Enéide, Virgile inscrit la littérature latine dans la continuité d’Homère et crée la grande épopée fondatrice de Rome: sur le conseil des Dieux, le troyen Enée abandonne la ville détruite, pour fonder une autre cité, appelée à dominer le monde méditerranéen, Rome. Les six premiers livres, à l’imitation de l’Odyssée, évoquent ses errances, tandis que les six derniers décrivent ses combats pour s’installer dans le Latium, combats qui rappelent l’Iliade. Quant à l’escale du héros à Carthage et à la passion de Didon à son égard, elles permettent d’expliquer de façon mythique la longue rivalité historique qui a opposé les deux états. L’arrivée d’Enée est donc un moment essentiel et les quatre vers proposés ici mettent en présence les protagonistes dans une perspective originale où le héros ne semble pas celui qu’on croit.

(suite…)

Suétone, L’incendie de Rome

jeudi,2 avril 2015

Analyse grammaticale

LA_Incendie de rome-analyse grammaticale

incendie_rome

Voyage à Rome, documents pour la visite

mercredi,11 mars 2015

Voici les documents qu’il convient d’imprimer et de ne pas oublier pour le voyage:

1) Visite du site d’Ostie: OSTIE

2) Visite du musée archéologique: Museo Massimo alle terme

3) Musées du Vatican, place Navone (Piazza Navona!)Jour1 et Jour 3

4) Visite du Forum, du Palatin et du Colisée Forum et palatin

5) Visite de l’Ara Pacis L’Ara pacis et cie