Home » Non classé

Category Archives: Non classé

L’ouverture d’esprit sur les planches (Liberté Hebdo)

Un « émouvant plaidoyer pour la construction d’un pacifique et tolérant » – Lille Actu

Lille. Le Grand Sud accueille l’aboutissement d’un projet européen Erasmus + mené pour la France

« Que sont devenues les fleurs », le projet européen Erasmus + mené pour la France par le lycée Ozanam de Lille (Nord) a été proposé au Grand Sud de Lille (Nord). Eclairage.

Publié le 30 Mai 18 à 14:39
« Que sont devenues les fleurs », le projet européen Erasmus + mené pour la France par le lycée Ozanam de Lille (Nord) a été proposé au Grand Sud de Lille (Nord). (©Marco Gierschewski)

Projet étudiant. Art. Des élèves du lycée privé Ozanam de Lille (Nord) s’engagent pour la paix.

Ils sont montés sur la scène du Grand Sud de Lille (Nord) avec leur projet « Que sont devenues les fleurs ? ».

Il s’agit de l’aboutissement d’un projet européen Erasmus + mené pour la France. Découverte.

L’organisation du projet

Qu’est-ce que je peux faire pour éviter la guerre ?

Ils ont entre 16 et 18 ans, et c’est grâce à un projet Erasmus + mené par le lycée Ozanam de Lille, le Werdenfelds Gymnasium de Garmisch-Partenkirchen (Allemagne), et la Bayhouse School de Gosport (Angleterre) qu’ils ont pu travailler deux ans durant avec une dizaine d’artistes professionnels, et vivre une aventure humaine exceptionnelle et enrichissante qu’ils ne sont pas prêts d’oublier !

En France, c’est la compagnie Éolie Songe/Thierry Poquet et le comédien Marc Duport qui ont préparé les jeunes d’Ozanam.

Des artistes engagés

Quand on voit sur scène, quasi aussi à l’aise que des professionnels, ces 39 jeunes lycéens européens, qui dans une même ferveur disent non à la guerre et oui à la paix, on se dit que tout espoir n’est pas perdu et que commémorer dans l’esprit du « plus jamais ça » et du travail de mémoire élargi à toutes les guerres, est peut-être ce qu’il y a de plus urgent à faire dans le monde qui vient.

Écrits par les jeunes eux-mêmes lors de sessions communes de travail dans les trois pays concernés, les textes polyphoniques en trois langues ne posent au public aucune difficulté de compréhension car le théâtre, porté par les émotions, est une langue universelle.

La remarquable et très efficace mise en scène de Anja Sczilinski, coordinatrice du projet au Residenztheater de Munich, joue sur la complémentarité entre textes, vidéo, musique et mouvement corporel. Une vraie réussite !

Des émotions assurées

Il est important par les temps qui courent, de montrer que les jeunes d’aujourd’hui, 100 ans après la Première guerre mondiale, savent s’engager avec passion dans un projet de mémoire vivante qui parle de leur rêve européen.

Émouvant plaidoyer pour la construction d’un monde pacifique et tolérant « Que sont devenues les fleurs ? » soulève une certaine espérance juste le temps d’une représentation.

Et si un autre monde était possible ?

Pour profiter du projet « Que sont devenues les fleurs ? », trois nouvelles dates sont prévues :
Mercredi 30 mai 2018 à Amiens (Somme)
Vendredi 1er  juin 2018 et samedi 2 juin 2018 à Gosport (Angleterre)
Informations auprès du lycée privé Ozanam de Lille au 03 20 21 96 50

Françoise Objois

« Un spectacle émouvant qui parle du passé et du présent » – La Voix du Nord

Trois lycées engagés pour un spectacle européen au Grand Sud

Lors d’une répétition au lycée. Rendez-vous au Grand Sud pour le spectacle avec les amis anglais et allemands.

Lors d’une répétition au lycée. Rendez-vous au Grand Sud pour le spectacle avec les amis anglais et allemands.

Cette aventure extraordinaire s’est déroulée durant deux années scolaires dans les trois établissements, dont le lycée Ozanam à Lille. Elle aboutit en ce mois de mai 2018, année du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale. Treize élèves du lycée Ozanam ont participé activement à la réalisation d’une pièce de théâtre européenne. Ce projet, soutenu par le programme Erasmus +, a été marqué pendant deux ans par des temps forts, des rencontres, des visites et, donc, de nombreux ateliers théâtre. En avril, les comédiens lillois sont partis en tournée pour présenter leur pièce, Que sont devenues les fleurs ?, à Garmisch, Gosport et prochainement à Lille.

Un spectacle émouvant qui parle du passé et du présent

Trente-neuf jeunes Français, Allemands et Anglais seront le 28 mai sur la scène du Grand Sud pour une étonnante commémoration du centenaire dans l’esprit du plus jamais ça et d’un travail de mémoire élargi à toutes les guerres. Les textes ont été écrits par les jeunes lycéens lors de sessions communes de travail dans les trois pays participants. Ce spectacle est émouvant car il nous parle à la fois du passé et du présent. Pour les aider dans cette démarche, les apprentis comédiens du lycée de Saint-Maurice-Pellevoisin ont été accompagnés par des professionnels du théâtre. Côté français, c’est la compagnie Eolie songe avec Thierry Poquet, metteur en scène, et Valérie Battaglia, dramaturge, qui ont animé les cours avec le concours de plusieurs professeurs du lycée.

Le spectacle mêle le français, l’allemand et l’anglais sans aucune difficulté de compréhension pour le public car le théâtre est une langue universelle. En ces temps troublés, il n’est pas inutile de montrer que les jeunes Européens d’aujourd’hui, un siècle après la fin du premier conflit mondial, savent s’engager dans un projet de mémoire qui parle aussi de leur rêve de paix et d’avenir…

Lundi 28 mai à 20 h au Grand Sud, 50, avenue de l’Europe. 8 €. 02 20 88 89 90.

Oz’Armes aux Archives départementales du Nord

C’est dans une grande salle d’exposition des Archives départementales du Nord que nos treize lycéens-acteurs se sont produits, le vendredi 9 février, devant un public de plus de 80 personnes.

Encadrés par le metteur en scène Thierry Poquet et le comédien Marc Duport de la compagnie Éolie songe, les élèves du projet Eramus + The War to End All Wars ont ainsi pu présenter un spectacle en évolution permanente, enrichi avec des nouveaux textes. Cette belle aventure collective se poursuivra désormais à l’échelle européenne, aux côtés de leurs partenaires anglais et allemands des lycées de Gosport et de Garmish-Partenkirchen.

Prochain rendez-vous : le 28 mai 2018 au théâtre du Grand sud !

 

 

 

Le projet « The war to end all wars » obtient le label « Centenaire »

Notre projet a obtenu, le 17 janvier, le label « Centenaire ».

Dans le cadre des commémorations organisées pour le centenaire de la Première Guerre mondiale, une mission interministérielle a en effet été créée afin de distinguer les projets les plus innovants, en tenant compte de leur créativité, de la valorisation du patrimoine, de la rigueur scientifique, de l’enjeu international et de la démarche pédagogique.

À cette occasion, Luc Johann, le recteur de l’académie Hauts de France, a tenu à remercier et féliciter les équipes pédagogiques qui se sont impliquées dans le projet.

On parle de nous !

Cécile Huyghe, journaliste à la Croix du Nord est venue rencontrer les élèves du projet Erasmus +.

http://www.croixdunord.com/lycee-ozanam-de-lille-13-lyceens-sur-les-traces-des-poilus_12123/

 

Conférence « Les animaux pendant la guerre 14-18 »

Mardi 31 janvier, Valérie Battaglia, dramaturge au sein de la compagnie Eolisonge est venue animer une conférence sur les animaux durant la 1ère guerre mondiale. Impliquée dans notre projet Eramus + « The War to end All Wars », nous l’avons sollicitée afin qu’elle nous parle de la Grande Guerre sous un regard différent : celui des animaux. Ce sujet a attiré de nombreux lycéens. L’amphithéâtre affichait complet !

« On ignore souvent la part prise par les animaux pendant la première guerre mondiale. Or, ce sont des millions d’animaux qui y ont pris une part active, qu’ils aient été enrôlés dans les combats ou qu’ils se soient retrouvés dans les tranchées au hasard des batailles, sans compter tous les animaux qui ont été abandonnés par les populations en fuite, affamés, rendus fous ou condamnés à l’errance par la destruction de leurs territoires.(…) 12 millions d’animaux morts, 9 millions d’humains. De cette guerre terrible pourtant, les hommages aux animaux restent rares. » explique Valérie Battaglia.