Championnat district Futsal benjamins

           Le mercredi 20/12, les benjamins (6e /5e) ont participé au championnat de district Futsal. C’était la deuxième journée, et nous pouvons les féliciter pour leurs résultats car malgré une dernière place au classement, ils ont réalisé de beaux matchs et ont amélioré leurs scores par rapport à la première journée.

L’équipe Futsal de l’Erea

Cet après-midi s’est déroulé dans la bonne humeur et les élèves comme les professeurs ont apprécié les matchs et l’ambiance entre les élèves.

A.J

Posted in L'enfant sportif

UNSS Basket

Ce mercredi 13/12, les cadets / juniors ont participé à la compétition de basket 3×3 niveau district, à Philibert de l’Orme.

L’équipe de l’EREA.

8 équipes ont participé à cette compétition, dans le but de se qualifier pour les départementaux.
2 poules de 4 équipes ont été composées.

Résultats des matchs de poule:
EREA – All Stars 2-4
EREA – Elsa Triolet 2 3-10
EREA – Sylvia Monfort 7-3

Nous terminons 2ème de la poule, et donc qualifiés pour les demis-finales croisées.

1/2 finale:
EREA – Elsa Triolet 1 10-14

Match 3e place:
EREA – Sylvia Monfort 1 6-8

Les matchs ont été très serrés, et cette défaite en demi-finale contre Triolet est plutôt encourageante car ils ont participé aux championnats de France l’année passée.

Nous terminons donc 4eme de ce tournoi, mais comme c’était une compétition Lycées professionnels, seuls ceux ci pouvaient se qualifier. Et comme nous terminons 2ème en lycée pro nous devrions être qualifiés pour les départementaux, en janvier.

A.J

Posted in L'enfant sportif

Concert de Kery James

Le 1er décembre 2017 à l’Atelier à Spectacle de Vernouillet , nous avons assisté au concert de Kery James avec les CAP1 et 2.

Affiche de la tournée de Kery James.

Kery James est un rappeur engagé. Ses textes font la promotion de l’éducation et du sens civique. D’où l’acronyme de sa tournée et de son association A.C.E.S qui signifie (Apprendre, Comprendre, Entreprendre, Servir).

A la fin de chaque concert, il reverse une partie de son cachet à plusieurs jeunes étudiants motivés qui ont participé à l’appel à candidature, pour financer leurs études supérieures.

Vendredi soir, les deux étudiants sélectionnés avaient comme projet l’ostéopathie et la création d’une marque de vêtements. Je trouve cette initiative généreuse car peu d’artistes le font.

Nous avons préparé ce spectacle en cours de Français avec Mme Neveu et Mme Gouault. Nous avons étudié la biographie de Kery James, quelques chansons comme « Lettre à la république », « J’écris », « Y’a pas de couleur » et l’histoire du rap français.

J’ai adoré le concert car il y avait une partie avec des textes touchants et une autre partie où il y avait une bonne ambiance. Il donne beaucoup sur scène et pousse les jeunes à aller dans le droit chemin, à faire des études et à ne pas se laisser influencer par les médias.

Laura

Les élèves accompagnés de notre assistante d’éducation, Cynthia.

Des élèves avec Mme Neveu.

Posted in Jasez sur le pianiste

Journée mondiale du S.I.D.A.

              Dans le cadre de cette journée mondiale du SIDA (1er décembre), des sets de table ont été distribués au self pour sensibiliser les élèves à la maladie, à ses modes de transmission, aux moyens de protection, aux avancées de la médecine, aux préjugés…

Mme Gouin, infirmière de l’EREA, distribue au self des sets de table illustrés qui informent les élèves et les professeurs sur le SIDA.

            L’infirmière est intervenue en classe avec les élèves lycéens pour mener un débat sur le SIDA autour d’une tisane. Ce moment de discussion conviviale a permis de libérer la parole. Différents thèmes ont été abordés, notamment les réticences de certains à utiliser le préservatif. Il s’agissait aussi d’ouvrir le débat sur les représentations des élèves envers les malades du SIDA.

              Une distribution de préservatifs a eu lieu pour les élèves lycéens demandeurs.

 

C.D.

Posted in Domicile médical

Cross des Grands Prés

      Le mercredi 22 novembre, au stade des Grand Prés, on a participé à un cross départemental qui accueillait des collégiens et des  lycéens d’Eure-et-Loir.  Il y avait 5 élèves de l’E.R.E.A. : 2 juniors/cadets , 2 benjamins et 1 jeune officiel.

         Le parcours junior/cadet mesurait 3500m. Issa a terminé 8ème  sur 51. Baptiste a terminé 74ème  sur 100. Tous les élèves ont terminé la course, équipés de leur tee-shirt blanc et de leur dossard. Les élèves ont apprécié cette après-midi sportive et festive. Du sport dans la bonne humeur !

Gabriel

Randy et Gabriel en pleine course.

Voici le lien de l’article de l’Echo Républicain sur le cross:http://www.lechorepublicain.fr/chartres/sports/athletisme/2017/11/22/plus-de-1-300-eleves-aux-departementaux-unss-de-cross-a-chartres-photos-resultats_12640330.html

Posted in L'enfant sportif

Film « Comme un lion »

Les élèves internes de 4ème et 3ème sont allés au cinéma lundi soir voir le film Comme un lion.

Affiche du film « Comme un lion »   www.allocine.fr

Kenan et Alexis nous parlent du film:

C’est l’histoire d’un adolescent africain de 16 ans (Mitri)  qui rêve de devenir footballeur. Il se fait repérer par un agent. Grâce à sa famille qui paie 5 millions de francs CFA, il débarque en France. Il doit passer un test dans un stade mais l’agent qui doit lui faire passer ne vient pas. Il s’endort dans le stade en l’attendant. Il se fait renvoyer par le vigile le lendemain.  Une dame le repère et l’envoie dans un centre pour les sans abris. Une assistante sociale le prend en charge et l’emmène voir un psychologue. Mitri lui explique qu’il veut jouer au foot et passer des tests. Le psychologue et l’assistante sociale lui trouvent un appartement. Cette dernière accepte de lui donner 65 euros pour payer la licence dans un club. Son nouvel entraîneur l’invite chez lui, la chance semble tourner. Sa grand-mère décède soudainement. Cela motive encore plus Mitri à réaliser son rêve pour lui rendre hommage!

Regardez le film pour savoir s’il y arrive!

« J’ai aimé le film parce qu’il parlait de foot » Kenan

« Le film était trop trop trop bien! » Alexis

Posted in Nouvelle Vague

Spectacle de Gaël Faye

Le 14 novembre 2017, avec la classe de CAP1 et quelques élèves de CAP2, nous sommes allés voir Gaël FAYE, accompagné de Samuel KAMANZI (guitare et chant), à l’Atelier à Spectacle de Vernouillet dans le cadre du projet « Lycéens et création contemporaine ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gaël FAYE est un écrivain, mais il est aussi musicien, chanteur et rappeur. C’est donc assez naturellement qu’il mêle, dans cette lecture musicale de son roman intitulé « Petit Pays », les mots et les sons pour dire et chanter le Burundi de son enfance heureuse et l’irruption de la guerre civile. Gaël Faye partage, avec une vraie sincérité, une histoire proche de la sienne: l’exil d’un jeune homme arraché de force à sa terre par la guerre et expulsé en France.

Nous avons préparé ce spectacle en classe de Français en étudiant la biographie et des chansons de Gaël FAYE ainsi que le génocide au Rwanda notamment avec le film « Hôtel Rwanda ».

Je ne connaissais pas cet artiste auparavant mais son histoire m’a beaucoup touchée. J’ai adoré sa personne et ses chansons comme « Petit Pays », « Je pars » ou encore « Pili Pili sur un croissant au beurre». J’ai aussi découvert l’Histoire du Rwanda qui m’a vraiment émue.

Vivement le prochain spectacle qui sera « A.C.E.S Tour » de Kery JAMES, le 1er décembre 2017! « A.C.E.S » signifie Apprendre, Comprendre, Entreprendre et Servir, c’est le nom de l’association de Kery James.

Laura

Les élèves devant la salle de spectacle.

Posted in La pièce d'à côté

Festival du Légendaire

Mercredi 8 novembre après-midi, en atelier éducatif, nous sommes allés voir le spectacle « Ciudad Luz » de Victor COVA-CORREA à la médiathèque de Lucé dans le cadre du Festival du Légendaire. C’était un spectacle de contes d’Amérique du Sud, chant et cuatro (sorte de petite guitare).

Voici le texte de présentation:

« Je n’étais jamais sorti de mon pays. Je ne parlais pas d’autre langue que la mienne et pour moi le monde était empli de gens bienfaisants. Mais voilà qu’un grand condor orange m’avait pris par le col de la chemise et m’avait déposé dans une lointaine contrée appelée la France où des ogres me sautaient à la figure en pleine rue, un enchanteur en habit de chauffeur de bus me montrait parfois un passage secret qui amenait à ma survie. C’était du temps où les téléphones étaient enfermés et attachés dans des cabines, du temps où la musique se cachait dans des gros disques noirs qu’on piquait avec une aiguille, du temps où un chevalier d’Espagne, appelé Indurain, remportait le maillot jaune sur son destrier et que des loups garous lançaient un sortilège explosif dans les souterrains de la Ciudad Luz…”

Le conteur était seul sur scène mais il a réussi à nous faire voyager dans son univers et dans son pays d’origine, le Vénézuela. À la fin de son spectacle, il a dit que nous devions diffuser les histoires qu’il nous avait racontées pour ne pas qu’elles soient oubliées!

Je vous raconte donc un conte que j’ai beaucoup aimé:

« C’est l’histoire d’une maman souris qui s’appelle Mama. Elle a deux bébés et elle va avec eux faire les courses au supermarché. Pour s’y rendre, ils doivent traverser « la montana » (la montagne en espagnol)  » el rio » (la rivière) et « el bosque » (la forêt). Quand ils arrivent devant la grande route, ils se trouvent face au chat (el gato) avec sa grande « cola » (queue), ses « ojos » (yeux) et ses « bigotes » (moustaches). Il leur fait peur donc ils retraversent « el bosque », « el rio » et « la montana ». Ils rentrent à la maison, la maman leur fait de la soupe, les bébés vont au lit et la maman étudie jusqu’à 5h du matin. Le matin, quand le coq fait « kikiriki » (cocorico en espagnol), ils décident d’aller faire les courses au marché pour acheter des produits frais (la maman a appris dans les livres qu’elle lit la nuit que c’était mieux).Ils rencontrent à nouveau le chat qui leur fait peur et la maman souris imite alors l’aboiement du chien et le chat prend ses jambes à son cou.

La maman dit alors à ses enfants: »vous voyez pourquoi c’est important d’apprendre les langues étrangères! »

J’ai beaucoup aimé ce conte car grâce à lui, j’ai appris quelques mots en espagnol et j’ai bien aimé la morale qui dit que c’est important d’étudier.

Alycia

« C’est histoire d’une montagne qui a un petit trou dans son ventre. Dedans, il y a plein de petites maisons où vivent des souris. Dans l’une d’entre elles vit une souris. Elle est jolie et elle le sait. Nous l’appellerons la souris présomptueuse. Une autre souris est amoureux d’elle. Lui est très travailleur. C’est lui qui a creusé toutes les galeries dans la montagne.

Il va lui déclarer son amour mais la souris présomptueuse lui dit qu’elle mérite quelqu’un à sa hauteur! Elle sort donc de la montagne et marche jusqu’à rencontrer le soleil. Elle crie et lui demande de l’épouser. Le soleil lui répond: « ça serait avec plaisir mais il existe quelqu’un de plus fort que moi! » La souris repart jusqu’à rencontrer un nuage, qui a le pouvoir de cacher le soleil. Elle lui demande de l’épouser. Le nuage lui répond: « ça serait avec plaisir mais il existe quelqu’un de plus fort que moi! ». Elle repart pour rencontrer le vent qui est capable de chasser les nuages. Elle lui demande de l’épouser.Le vent lui répond: « ça serait avec plaisir mais il existe quelqu’un de plus fort que moi! » Elle part donc à la rencontre de la montagne qui est capable d’arrêter le vent. Elle lui demande de l’épouser. La montagne lui répond: « ça serait avec plaisir mais il existe quelqu’un de plus fort que moi! C’est une souris qui a été capable de faire un trou dans mon ventre ».

La souris présomptueuse retourne dans la montagne et demande en mariage la souris travailleuse, qui est très heureux et qui l’embrasse! »

J’ai bien aimé la morale de ce conte qui est que le bonheur se trouve souvent juste à côté de nous et qu’il ne faut pas être trop présomptueux!

J’ai également bien aimé ce conte car le conteur faisait des bruitages et des mimes.

Lana

Posted in La pièce d'à côté

Au revoir là haut

Dans le cadre de leur projet sur la Première Guerre Mondiale, la classe de 3ème est allée au cinéma mardi 7 novembre voir le film « Au revoir là haut » d’Albert Dupontel sorti le 25 octobre. Celui-ci est inspiré d’un roman de Pierre Lemaître.

Affiche du film « Au revoir là haut » d’Albert Dupontel. Source: http://www.allocine.fr/film/fichefilm-230699/photos/detail/?cmediafile=21421973

Gaëtan et Seidou nous parlent du film :

« C’est l’histoire de deux hommes dont les destins se sont liés pendant la Première Guerre Mondiale. L’un se fait tirer dessus et tombe dans un trou, enterré vivant sur le champ de bataille. L’autre vient le sauver et se prend des éclats d’obus. Il devient une « gueule cassée  » et se fait passer pour mort auprès de sa famille. Les deux hommes montent une arnaque en vendant des monuments aux morts qui ne seront jamais réalisés. Pour connaître la suite, allez voir le film. »

Seidou et Gaëtan C.

Posted in Nouvelle Vague