Gaston Clémendot

13 06 2011
Vue extraite d'une photo de groupe prise lors d'un mariage à Rugny.

Vue extraite d’une photo de groupe prise lors d’un mariage à Rugny.

 

Gaston Clemendot

Instituteur, Gaston Clémendot a passé toute sa vie dans l’Yonne. Il est né à Flogny en 1868 et est décédé à Saint-Florentin en 1952. Il a successivement exercé son métier à Tonnerre, à Saint-Valérien, d’où il fut – à la suite d’un conflit avec son administration – déplacé à Quarré-les-Tombes, puis à Saint-Sauveur. Après son mariage, il fut nommé à Mélisey (dans le Tonnerrois), où il resta jusqu’à la retraite.

Militant socialiste, il a écrit avec Gustave Hervé un manuel d’Histoire de France pour cours élémentaire et moyen, paru en 1904, Bibliothèque d’Education, manuel dont l’usage a été interdit par le Ministre de l’Instruction publique qui le considère comme « une propagande politique ».

Gaston Clémendot a écrit seul d’autres ouvrages très appréciés par la simplicité du vocabulaire et souvent réédités

L’Instruction civique expliquée aux enfants, 1ère édition, Paris, Arnon-Camus, 1914. Nouveau Précis d’agriculture en langage simple, à l’usage des candidats au certificat d’études,1909 (paru aussi sous le pseudonyme de G. Duvillage)

Histoire de la France expliquée aux enfants, cours élémentaire et moyen, Paris, Bibliothèque d’Education, 1925

L’Histoire au certificat d’études (mémento), Paris, Bibliothèque d’Education, nd.

Citons maintenant la notice concernant Clémendot extraite du  « Dictionnaire biographique généalogique et historique de l’Yonne » par Paul Camille Dugenne (quatre volumes), publié par la  SGY.

CLÉMENDOT Gaston-Henri, alias Fergan/Dusillon/Duvillage

°Flogny, 8 XI 1868 ; † Saint-Florentin 7 XI 1952.

Instituteur, militant socialiste et syndicaliste. « Il a marqué des générations d’instituteurs passés par l’École Normale d’Auxerre ».

Passe successivement à Tonnerre, Saint-Valérien, Quarré-les-Tombes, Saint-Sauveur et, après son mariage, Mélisey.

Il est opposé à Hervé, bien qu’il ait signé avec lui l’Histoire de France anti-cléricale et antipatriotique.

Il s’éloigne du parti en 1909 et s’applique aux questions rurales. Mélisey devient un foyer d’expérimentation création de la Coopérative « La Sociale » qui transforme l’église en silo. Il milite aussi pour le syndicalisme enseignant.

Il devient, en 1908, président de l’Union des instituteurs de l’Yonne, et entre les deux guerres, membre du bureau du S.N.I.

= Histoire de France à l’usage des cours élémentaires et moyens. (en collaboration avec G. Hervé, 1904). Précis d’agriculture à l’usage des candidats au C.E.P. L’instruction civique expliquée aux enfants Dieu, mot équivoque L’Idole de Donrémy L’Action contre la Guerre Le Christianisme contre la civilisation Les Mensonges des religions (avec Lorulot et Malburet) La Nuit du Moyen-Age L’incorruptible Étude sur Bergson Les Origines de l’esclavage.

G. Clémendot, instituteur, Précis d’agriculture en langage simple, Arnon-Calmus, Auxerre, 2e édition

Généalogie de la famille Clémendot :

La famille Clémendot est depuis longtemps installée à Marolles-sous-Lignuères, village de l’Aube, en limite de l’Yonne où ses membres sont prévôts, marchands, bourgeois. Le représentant le plus anciennement connu est Pierre Clémendot, époux de Marie Vérollot, il décède en 1727 à Marolles (génération I) . Un de ses fils, Nicolas épouse en 1706 à Germigny (89) Marie Elisabeth de Villeroy (génération II). De leur union naîtront au moins sept enfants, dont Jean François, né en février 1713, qui épouse, en 1743, à Marolles Geneviève Lejay (génération III). Le couple aura onze enfants. Le sixième François Baltazar, né en décembre 1749 épouse Marguerite Rosalie Cottey en 1796 (génération IV). Quatre enfants naissent, dont François Baltazar, né le 19 février 1802 (génération V). Ce François Baltazar, après avoir épousé Justine Roger, mourra à Flogny (89), le 18 février 1875, chez son fils Jean Baptiste Elie né le 16 juin 1839 (génération VI) ; mais à son décès, les témoins disent ne pas connaître les parents de François Baltazar : la rupture avec la famille restée à Marolles s’est faite depuis le mariage de Jean Baptiste Elie le 15 septembre 1868 à Marolles, à la suite duquel la famille s’est installée à Flogny.

A la septième génération, Gaston Henri Clémendot est l’aîné de cinq enfants, dont deux mourront en bas âge. Sa naissance ne suit que de deux mois le mariage des parents.

Sources : Pour établir cette généalogie, nous avons utilisé les données des tables de mariages de la Société généalogie de l’Yonne, les relevés de Marolles de Gérard Mathieu, les vues numérisées de l’état civil des Archives de l’Yonne.

Gustave Hervé & G. Clémendot, Histoire de France pour les petits, éd. populaire de ‘La Guerre Sociale’, 1910

Gustave Hervé, Histoire de France pour les grands, éd. populaire de ‘La Guerre Sociale’, 1910

G. Clémendot, instituteur, L’Instruction civique expliquée au enfants, Jeannot Frères, Auxerre, 4e éd., 1930

G. Clémendot, instituteur, Précis d’agriculture en langage simple, imprimerie coopérative ouvrière « l’Universelle » 1909


Actions

Informations

3 réponses à “Gaston Clémendot”

13 01 2012
Auteurs scolaires de l'Yonne » Jeannot et Forin, éditeurs (14:57:50) :

[…] l’historique de l’éditeur Arnon-Calmus (éditeur d’un précis d’agriculture de Clémendot), mais nous avons pu glaner quelques éléments concernant Jeannot & Forin dont ils furent […]

2 02 2012
manuel (18:40:07) :

Bonsoir, cela veut-il dire que vous avec ces ouvrages à portée de main?
Notamment ceux abordant l’histoire de France?
Félicitations pour votre beau travail au passage.
cordialement

2 02 2012
cm1 (18:47:23) :

En principe, nous avons effectivement en rayon les ouvrages dont nous parlons.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire