Sciences physiques

Comme une langue bien vivante

© Ra2studio / Shutterstock.com

Bien apprendre [1/3] : les méthodes qui marchent

| 3 Commentaires

Profitons de la première trêve de l’année pour faire le point sur les méthodes de travail qui marchent bien et celles qui ne marchent pas. Et pour cela voyons un peu ce que dit la science.

Dans le numéro des mois de septembre et d’octobre de scientific american mind un article présente une évaluation basée sur la recherche en science cognitive des différentes méthodes d’apprentissage. Cet article est inspiré d’une étude de 2013 menée sur 700 articles scientifiques portant sur 10 techniques d’apprentissage. Celles-ci ont été décortiqués et classées en 3 catégories : les grandes gagnantes, les prometteuses et celles qui ne marchent pas. Ce qui est intéressant ici c’est que toutes les méthodes sont scrutées avec une vrai démarche scientifique. On ne dit pas que ça marche parce que ça marche pour certains (ce qui est généralement le cas lorsqu’on donne des conseils méthodologiques, on conseille ce qui a marché pour soi et/ou son entourage), mais parce que la méthode permet d’obtenir de vrais résultats statistiquement pertinent. Commençons donc cette revue par les méthodes qui marchent.

© Ra2studio / Shutterstock.com

© Ra2studio / Shutterstock.com

Les 2 méthodes qui suivent ont été étudiées par de nombreuses équipes de sciences avec des protocoles sérieux (test en double aveugle, échantillon caractéristique, statistique, etc.) et ce sont montrés excellentes dans l’amélioration des résultats des étudiants.

Auto-test

Les auto-évaluations rapportent des points

Bien que les étudiants préfèrent éviter les interros, des centaines d’expériences démontrent que des sessions d’auto-évaluations régulières améliorent considérablement les apprentissages et la mémoire.
Comment faire en pratique ? On peut utiliser des cartes Quizz ou les questions à la fin des chapitres des livres. La méthode Cornell est aussi très efficace : pendant la prise de note en cours, on écrit dans la marge les mots clés, on note des questions. On peut se tester alors lors de la relecture du cours en répondant aux questions ou en expliquant les mots clés. L’essentiel c’est de faire régulièrement des petits tests, même en dehors de la classe et sans attendre les grosses interros.

Conseilfaîtes vous des cartes « flash » avec des questions d’un côté et les réponses de l’autre. Echangez-les avec cos camarades. N’oubliez pas les quizz du webpedagogique

Pratique dispersée

Pour de meilleurs résultats, dispersez vos temps d’étude

brainLes étudiants ont tendance à se faire de grosses sessions de travail, faisant du bachotage, pendant un temps assez court. Pourtant l’apprentissage dispersé dans le temps est beaucoup plus efficace. Dans une étude célèbre des étudiants avaient à apprendre des mots dans une langue étrangère. Un groupe a bénéficié de toutes les leçons les unes après les autres, pour un autre groupe les leçons étaient espacées d’une journée et pour le dernier de 30 jours. Pour ce dernier groupe les résultats ont été bien meilleurs. Le cerveau a besoin de temps pour digérer et intégrer. Ce résultat se retrouve dans 254 études impliquant plus de 14 000 participants.
Comment faire en pratique ? Bien que les livres et les cours fassent des blocs par sujet, il faut apprendre à « saucissonner » le travail en mixant les sujets. Plus les intervalles sont longs entre les sessions, meilleurs sont les apprentissages. Une règle semble être de faire des intervalles de 10 à 20 % du temps de rétention recherché. Pour retenir quelque chose sur une semaine, il faut espacer les sessions d’apprentissage de 12 à 24 heures, pour 5 ans,
il est nécessaire de les espacer de 6 à 12 mois. Bien que ce temps paraisse très long, on retient quand même des choses sur des périodes si longues et on ré-apprend très vite ce qu’on a oublié. C’est exactement ce qui se passe en terminale où il y a 6 mois entre les cours et les révisions.

Conseil : pendant les vacances, les révisions, organisez-vous des courtes sessions espacées dans le temps. Ne vous mettez pas au travail les 3 derniers jours, apprenez régulièrement. Révisez ce qui a été vu il y a un ou deux mois (10-20 % de 10 mois, le temps entre les apprentissages et le bac) même s’il n’y a pas d’interro prévu sur ces sujets. Je sais, c’est dur, mais quelques petits auto-tests comme préconiser précédemment devrait suffire.

La suite : Les méthodes prometteuses / les méthodes qui ne marchent pas [et c'est prouvé scientifiquement]

Auteur : Cédric Lémery

Professeur de sc. physique-chimie au lycée du Forez à Feurs. Animateur de la page facebook LaPhysiqueAuBacS, prof consultant de campusbac, chaîne de canalsat. Co-auteur de delaphysique.com, 1ère web-fiction pédagogique. Docteur en physique de la terre.