Alain Bataille

21 09 2015

Alain Bataille

(08/07/1936 – 11/09/2015)

P1020523Né le 8 juillet 1936, à Paris, Alain Bataille intègre de 1952 à 1955 l’École normale d’instituteurs de Versailles, il poursuit ses études deux ans au lycée Carnot de Dijon (1955-1957), puis parachève sa formation à l’université de Dijon (1957-1961).

Il épouse, à Versailles, en 1958, Jacqueline Carbon qui va partager sa vie, union d’où naîtront trois enfants. Ensuite, il sera nommé professeur d’histoire-géographie au lycée Jacques-Amyot d’Auxerre en 1961. Il y restera professeur toute sa carrière, jusqu’à sa retraite en 1996. Outre la reconnaissance des ses élèves et des professeurs qu’il a formés, ses compétences et son travail d’enseignant lui ont valu d’être distingué dans l’ordre des Palmes académiques, puis promu officier.

Au cours de sa carrière, parallèlement à ses activités de professeur, Alain Bataille a participé à la réflexion sur l’aménagement du département de l’Yonne et de la région Bourgogne : il était cofondateur de la revue départementale Géographie 89 qui a constitué une référence publique d’importance, mais aussi une aide pour enseignants et décideurs.

Avec Géographie 89, il entendit réfléchir à la façon dont les sociétés organisent leur espace. Il noua des liens avec tous ceux, individus ou organismes, qui touchent à la géographie, parfois sans le savoir. Il eut l’ambition de démontrer que la géographie existait, non seulement en l’enseignant, mais en la produisant.

Il contribue à l’élaboration et à la publication de L’Yonne, un département et est également l’auteur du « Département de l’Yonne » destiné aux élèves des écoles primaires qui préparaient le Certificat d’études primaires (1971).

Il a publié en collaboration avec Claude Delasselle et Danièle Varet Vézelay, haut lieu de lumières (1998).

La retraite, en 1996, fut l’occasion pour Alain de s’occuper encore davantage de sa famille, il faisait volontiers part à ses relations de l’arrivée de nouveaux petits-enfants et arrière-petits-enfants. Il a poursuivi ses activités militantes au sein des associations dans lesquelles il s’était déjà investi, notamment :

– le Cercle Condorcet d’Auxerre, Alain a été très actif lors de la création du Cercle Condorcet d’Auxerre dont il fut l’un des membres fondateurs. Il aussi beaucoup œuvré à la création des nouveaux Entretiens d’Auxerre. Il a contribué aux choix du thème de nombre d’entre eux en participant au comité scientifique des Entretiens d’Auxerre.

– Le Musée du Livre Scolaire dont il a été Président, puis Président d’honneur et en dirigeait l’organisation.

– Adiamos-89 : Cofondateur à l’automne 2000 de cette association s’intéressant à l’histoire de l’Yonne sous un angle social, constamment réélu membre de son bureau depuis, il est intervenu dans plusieurs de ses colloques annuels en présentant des communications érudites, remarquables de concision et de densité.

– La Société Paul Bert à laquelle il participait activement, en particulier pour la défense des valeurs auxquelles il croyait.

Au cours de sa retraite, il écrit et publie en collaboration avec Michel Cordillot : Former les hommes et les citoyens, qu’il considérait comme son testament pédagogique, marquant son attachement à l’école publique et aux valeurs républicaines.




des choses fragiles

22 08 2015

Des Choses fragiles

 Notes de chevet      Mon engagement au « Musée du livre scolaire d’Auxerre », doit beaucoup au souci de tenter de protéger ces objets fragiles que sont les manuels scolaires. Usuels, mais fragiles. Quand ils ne sont pas dépecés par un usage trop fréquent, on les oublie dans un coin de grenier. Lorsque, par hasard, on les retrouve, ils suscitent au mieux un instant de nostalgie avant d’être rejetés avec un petit haussement d’épaule : « A quoi bon ? »

 A l’époque de Sei Shônagon, les manuels scolaires tels que nous les connaissons n’existaient pas encore. Il ne faut donc pas en chercher la trace dans ses « Notes de chevet ». Dans quelle liste Sei Shônagon aurait-elle rangé les manuels scolaires ?

Sans doute pas dans la liste « Choses qui font naître un doux souvenir du passé », car, si nombre des visiteurs du « Musée du livre scolaire d’Auxerre » retrouvent avec nostalgie le livre qui les a accompagné dans l’apprentissage de la lecture, ils ne recherchent pas ceux sur lesquels ils ont peiné et qui ne leur ont laissé aucun doux souvenir.

 Choses qui font naître un doux souvenir du passé

Les roses trémières desséchées.
Les objets qui servirent à la fête des poupées.
Un petit morceau d’étoffe violette ou couleur de vigne, qui vous rappelle la confection d’un costume, et que l’on découvre dans un livre où il était resté, pressé.
Un jour de pluie, où l’on s’ennuie, on retrouve les lettres d’un homme jadis aimé.
Un éventail chauve-souris de l’an passé.
(Un éventail chauve-souris : éventail d’été, souvent sorti pour les fêtes)

Notes de chevet, Sei Shōnagon (trad. André Beaujard),
éd. Gallimard / Unesco, 2015, (ISBN 9782070705337), p. 60

      Plus adéquate me semble être la liste « Choses qui ne servent à rien mais rappellent le passé ». J’y ajouterais donc deux items. Tout d’abord, pour l’enseignant, pastichant un item existant :
« Un homme qui fut autrefois auprès de ses élèves le héros élégant de nombreuses découvertes intellectuelles, maintenant vieux et décrépit. »
Puis, pour les livres d’école :
« Un manuel scolaire aux bords usés dont connaît par cœur tous les préceptes. »

Choses qui ne servent à rien mais rappellent le passé

Une natte à fleurs, vieille, et dont les bords usés partent en lambeaux.
Un paravent dont le papier, orné d’une peinture chinoise est abîmé.
Un pin desséché, auquel s’accroche la glycine.
Une jupe d’apparat blanche, dont les dessins imprimés, bleu foncé, ont changé la couleur.
Un peintre dont la vue s’obscurcit.
Le rideau usé d’un écran.
Un store à tête dont le bord supérieur n’est plus recouvert.
De faux cheveux, longs de sept pieds, qui rougissent.
Un tissu couleur de vigne, teint à la cendre, dont la couleur s’altère.
Un homme qui fut autrefois le héros élégant de nombreuses aventures amoureuses, maintenant vieux et décrépit.
Dans le jardin d’une jolie maison, un incendie a brûlé les arbres. L’étang avait d’abord gardé son aspect primitif, mais il est maintenant envahi par les lentilles d’eau, les herbes aquatiques.

Notes de chevet, Sei Shōnagon (trad. André Beaujard),
éd. Gallimard / Unesco, 2015, (ISBN 9782070705337), p. 210-211

 Une permanence est assurée, chaque mardi de 14 à 16 heures, pendant les périodes scolaires au Musée du livre scolaire d’Auxerre (entrée libre).

 




Maxime Joyal

28 07 2015

Maxime JOYAL

 (1905-1982)

Joyal_chimieIssu d’une famille de vignerons installée à Saint-Bris-le-Vineux (89) depuis des générations, Maxime Charles JOYAL est né à Saint-Bris-le-Vineux le 30 décembre 1905, il s’y est marié le 8 août 1934 avec Madeleine Suzanne BOIVIN, née le 12 juillet 1914 à Ligny-le-Châtel ; il décède le 11 septembre 1982, à Saint-Bris-le-Vineux, âgé de 76 ans. Professeur de physique et chimie au Lycée Charlemagne, Paris (en 1941), il est l’auteur, le plus souvent en collaboration avec Jean Baptise Lamirand, de manuels de physique et de manuels de chimie pour les classes de lycées et pour les classes préparatoires aux grandes écoles. Ces ouvrages connaîtront un large succès et de nombreuses rééditions des années 1940 aux années 1960.

 Rétrospectivement, Lamirand et Joyal restent prudent concernant les idées récemment introduites en physique et en chimie : « Toutefois certains ouvrages, par exemple le manuel de Chimie de Lamirand et Joyal à destination des élèves de Terminale, publié en 1951 (soit 6 ans après Hiroshima), et dans lequel un chapitre complet est consacré à présenter une structure assez détaillée de l’atome, emploient encore le mot hypothèse (p. 13) :

« La théorie atomique repose sur trois hypothèses fondamentales :

1. l’hypothèse moléculaire ;

2. l’hypothèse d’Avogadro ;

2. l’hypothèse atomique. »

Dans ce cas, il ne semble pas y avoir tellement de différences avec le cours de chimie de Métrai de 1907. A moins qu’il s’agisse d’une confusion récurrente de formulation, volontaire ou non, avec le concept de modèle.

Pourtant au niveau de la recherche, L. Poincaré, indiquait dès 1908 : « […] divers physiciens, M. Langevin par exemple, demandent que l’on fasse passer les atomes du rang des hypothèses à celui des principes », au niveau de l’enseignement. Le même Langevin, cité par Hulin (1996), insiste déjà dès 1904 sur l’intérêt pédagogique de ces idées (p. 114) :

« Il suffit, d’ailleurs, de voir avec quelle avidité de bon aloi les élèves assimilent les quelques indications bien vagues que l’on peut se permettre à ce sujet [les idées atomistiques], où ils trouvent avec joie le support qui leur manque, pour être convaincus qu’on se prive volontairement dans l’enseignement secondaire d’un levier bien puissant, par un scrupule de rigueur tout à fait exagéré, et par suite du discrédit injuste dans lequel ces hypothèses sont tombées ».

Aussi, est-ce vraiment un scrupule de rigueur qui explique que cette introduction de concepts de la physique moderne, notamment l’électron, s’est faite si lentement dans l’enseignement secondaire ?

Nous écartons l’hypothèse d’un savoir non vraiment légitimé (tout au moins à partir de 1913) par la communauté scientifique. » [http://trema.revues.org/1811]Joyal_physique_1

Bibliographie :

Joyal (M.)   Cours de physique pour les classes de mathématiques spéciales… chaleur, éd. Masson, 1960, sous la direction de J. Faivre-Dupaigre

Joyal (M.)   Cours de physique pour les classes de mathématiques spéciales… électricité, éd. Masson, 1943 ; 1959

Joyal (M.)    Chimie. Classes de seconde C, M, M’.  1964

Lamirand (J.) / Joyal (M.)  Chimie. Classe de 2e A et B.  1948

Lamirand (J.) / Joyal (M.)   Chimie. Classes de 2e C et moderne.  1953

Lamirand (J.) / Joyal (M.)   Chimie. Classes de 2e. Séries C, M et M’. 1961

Lamirand (J.) / Joyal (M.)   Chimie. Classes de 1ère C, moderne, C’ et M’.  1959

Lamirand (J.) / Joyal (M.)   Chimie. Classes de 1ère. Séries A, A’ et B.   1959 …

Lamirand (J.)/Joyal (M.)  Chimie. Classes de 1re C & moderne. 1943 ;1946 ; 1950 ; 1954 …

Lamirand (J.) / Joyal (M.) Chimie. Classes de Mathématiques et Sc exp.    1951 ; 1959

Lamirand (J.) / Joyal (M.)  Physique. Classes de Mathématiques et de Sc. exp.    1952

Lamirand (J.) / Joyal (M.)   Sciences physiques. Classe de Philosophie.   1952

 




Arluison et Carteret

3 06 2015

Arluison (1854-19..) et Carteret (18..-19..)

 Auguste Victor Arluison & M. Carteret, tous deux inspecteurs de l’enseignement primaire se sont associés pour traiter les départements de l’Yonne et de la Haute-Marne.

 

Jean Felber, page de titre

Jean Felber, page de titre

 

Auguste Victor ARLUISON est né le 10 septembre 1854 à Saint-Martin-du-Boschet (Seine-et-Marne), fils de Auguste Benjamin, 33 ans, manouvrier et d’Agathe Victorine MEUZENET, 23 ans, manouvrière. L’histoire familiale des Arluison est résumée dans ce tableau généalogique.

 Inspecteur de l’enseignement primaire, il participe, dans la seconde moitié du XIXe siècle à la collection d’ouvrages La France par départements. Il collabore avec M. Carteret pour réaliser le supplément de 64 pages encarté dans le livre de Lectures courantes Jean Felber d’A. Chalamet, 1891. Les illustrations sont de Notor (1865-1964) et Massé.

En poste à Langres, il reçoit de nombreuses récompenses pour créations de jardins scolaires…

Il est aussi l’auteur d’ Enseignement antialcoolique et antitabagique, livre du maître, paru en 1901 chez P. Dupont.

 

De M. Carteret, outre sa collaboration avec Arluison, nous savons qu’il participa à une Histoire du département de la Savoie avec la biographie des personnages remarquables qui en sont originaires ; Paris, G. Guérin éditeur, 1890. Mais nous n’avons pas trouvé d’autres éléments concernant sa vie ou sa carrière.




Simone Heurtaux

26 12 2014

Simone HEURTAUX

(1938-1985)

     Simone DUCLOUX est née le 28 septembre 1938 ; épouse d’André Heurtaux, elle est institutrice à Jouy (89), puis enseignante à Sens (CES des Champlaisants à Sens). Elle milite au sein de l’Institut Coopératif de l’Ecole Moderne (mouvement Freinet) et publie divers articles dans les revues de ce mouvement. Sur sa demande, elle obtient un poste en Nouvelle-Calédonie. Elle est mère de deux enfants, Philippe et Myriam.

En 1982 elle donne une synthèse de sa conception de l’éducation corporelle dans un ouvrage publié chez Casterman : A corps retrouvé : éducation corporelle en milieu scolaire, 182 pages, (ISBN 9782203203105)

Lors de son séjour en Nouvelle-Calédonie, le 8 avril 1985, au cours d’un déplacement, près de Nedivin, elle est victime d’un caillassage de la part de jeunes exaltés par les appels à la haine des dirigeants politiques des factions en présence.

Heurtaux




Christian Guérard

15 11 2014

Christian GUÉRARD

(01/06/1942 – …

      Originaire du Sud-ouest, arrivé dans l’Yonne à 19 ans, Christian Guérard, enseigne à Coutarnoux (89), puis, instituteur-secrétaire de mairie, à Girolles (89). Il publie, d’abord une frise murale chronologique en 1983, chez M.D.I., puis, toujours chez M.D.I., en 1986, 32 fiches Multiprint pour le cycle des approfondissements concernant l’enseignement de la géographie : Pour une frise géographique.

En 1988, il publie de même : Mes repères en histoire de France, chez le même éditeur, avec une préface de G. Rémond.

En 1997, il publie chez ScolaFrance, maison d’édition implantée à Appoigny (89), disparue en 2000, une série de fiches.

     Les auteurs de manuels scolaires ne travaillent pas pour être reconnus et sitôt publiés, beaucoup retombent dans l’oubli. Cette remarque est encore plus vraie pour les matrices pour duplication que Christian Guérard à produites : leur utilisation dans un appareil à polycopier fonctionnant à l’alcool les efface et les détruit irrémédiablement. Sur son site, l’éditeur ne présente d’ailleurs pas les auteurs de ces produits.

 Guérard_géo_b

Guérard_b

 

 

 

Mes repères en histoire de France – MDI – 1988 ; 32 fiches Multiprint pour le cycle des approfondissements

Pour une frise géographique / Christian Guérard, 1986 ; MDI 32 fiches Multiprint pour le cycle des approfondissements

 

 




David Coussement

25 08 2014

David COUSSEMENT

(1977-…

Professeur de français et de latin au collège de Saint-Fargeau (Yonne), David Coussement publie, au CNDP de Dijon, en 2014, après sept ans de travail, son dictionnaire étymologique : Les Mots par la racine.

Coussement_photo_b

Il a fallu sept ans à David Coussement pour élaborer ce dictionnaire étymologique qui établit des passerelles entre les mots français courants qui proviennent des mêmes racines qu’elles soient grecques ou latines. Professeur de français et de latin au collège de Puisaye depuis 10 ans, David Coussement, parisien d’origine, est passé par un cursus de lettres classiques. « Au départ ce sont des fiches de synthèse que je préparais pour mes élèves, que j’ai complétées, améliorées et enrichies. Et je me suis dit que ce travail pourrait intéresser d’autres personnes. D’où l’idée d’une publication ».

Une partie exercices pour les élèves

La première partie de son ouvrage porte sur les racines grecques et latines des mots, la deuxième partie propose des exercices autour des champs lexicaux pour les élèves de collège et lycée.

S’il est édité par le Centre national de documentation pédagogique, le dictionnaire ne s’adresse pas seulement à des professeurs. « Je n’ai pas voulu faire un livre pour les érudits mais un livre accessible à tous. Les mots ne sont pas techniques ou compliqués.. Ce sont des mots qu’on utilise tous les jours comme le mot « maintenant » qui signifie ce qu’on tient dans la main », précise l’auteur. Dans cet ouvrage, David Coussement fait des liens entre des mots dont on ne perçoit pas, de prime abord, la parenté, comme les mots : commerce, mercredi et merci qui ont la même racine : Mercure, le dieu du commerce.

Le livre s’accompagne d’un Cd-rom avec des activités pédagogiques autour des prénoms d’origine latine ou grecque, des marques comme Volvo, Andros, Panasonic, Colissimo, ou d’expressions passées en Français courant comme examen, nec plus ultra, lavabo… Beaucoup parlent le latin sans le savoir…

L’ouvrage, subdivisé en quatre parties, sera très utile pour préparer des séquences de français ou de langues anciennes en lien avec le lexique : recherche sur un mot ou une racine précise, en classe ou à la maison, travail particulier sur le vocabulaire pour une fiche étymologique en latin ou en grec, séquence au CDI sur une rédaction grâce aux champs lexicaux, travail individuel préparatoire à une lecture de texte ou une séance d’orthographe… L’auteur donne d’emblée les repères de base (alphabet grec, formation du français, phonétique historique et doublets). Il a établi deux mini-dictionnaires de grec et de latin, donnant racines ou mots de départ et mots d’arrivée, auxquels enseignants, élèves ou étudiants, se référeront facilement, ainsi qu’un index alphabétique des mots français et des expressions expliqués.

Plus de cent activités pédagogiques sont organisées autour de dix-sept entrées. Le cédérom joint met à disposition des exercices d’appropriation ou d’évaluation photocopiables, classés par niveaux. Les élèves pourront ainsi découvrir que les marques n’ont perdu ni leur grec ni leur latin, ou qu’ils parlent parfois grec ou latin sans le savoir, ou encore s’étonner de l’origine de leur prénom. L’étude de près de soixante champs lexicaux permet aux professeurs de langues anciennes de ménager des passerelles supplémentaires en s’appuyant sur des textes latins authentiques et sur une quarantaine d’exercices.

Les enseignants disposent d’un outil attrayant pour améliorer la maîtrise de la langue de leurs collégiens ou lycéens et leur transmettre un patrimoine linguistique.

Les mots par la racine, Canopé académie de Dijon :

Collection : Pratiques à partager, David Coussement, 2014, 288 pages accompagnées d’un cédérom incluant 17 activités pédagogiques, 32.00 €

Coussement_02

 

 




Francette Edet

25 05 2014

 Francette EDET

     Professeur de sciences, formatrice à l’antenne d’Auxerre de l’E.S.P.E. de Bourgogne, Francette Edet, cosigne, chez l’éditeur Hatier, avec Bruno Hennoque, deux ouvrages de la collection Les petits Archimède. Elle a plus particulièrement dirigé la conception du Vivant, pendant que monsieur Hennoque concevait La Matière. Ces ouvrages, destinés au cycle III de l’école élémentaire se déclinent en une version papier et une version numérique (premier exemple par un auteur icaunais d’une tentative de publication adaptée aux nouvelles technologies).

Extrait de la présentation de l’éditeur : « La licence élève est proposée à – 50%, soit 1.50 €, pour tout achat de 15 manuels papier minimum. Un manuel interactif assorti : – d’outils de navigation (sommaire, liens hypertextes, recherche…) – d’un mode d’affichage en plein écran des doubles pages et un outil « zoom » pour agrandir une zone de la page – d’une palette graphique (cache, surlignage, annotations…) .

Les bénéfices pour l’enseignant et l’élève : ♦ Toute la richesse pédagogique Hatier en version vidéoprojetable Une attention plus facilement captée, en phase avec l’appétence numérique de leur génération. Disponible en ligne avec téléchargement et version tablette inclus »

1/ La Matière, Hatier, parution mars 2014, manuel, 64 pages, 22 cm x 28 cm, ISBN : 978-2-218-97961-3

manuel numérique, ISBN : 978-2-218-98237-8

 edet_matiere

2/ Le Vivant, Hatier, parution juin 1964, manuel, 64 pages, 22 cm x 28 cm, ISBN : 978-2-218-97962-0

manuel numérique, ISBN : 978-2-218-98240-8edet_vivant

 




Auxerre 1920

6 05 2014

 

C.F.E.N. Auxerre 1920

C.F.E.N. Auxerre 1920

le groupe candidat au Certificat de Fin d’Études Normales en 1920

AUXERRE

 Ce cliché, pris sur les marches de l’École normale d’instituteurs d’Auxerre, 25 avenue Pasteur, a été généreusement confié au Musée du Livre Scolaire, en 2014, par le docteur Jean Clerc. Y figure le groupe préparant le Certificat de Fin d’Études Normales de la promotion 1918-1920. (cliquez pour agrandir)

 G.F.E. N. Auxerre 1920

C.F.E.N. Auxerre 1920

Ces enseignants, nés au début du XXe siècle, ont pris leur retraite vers 1955-1960. Peut-être un ancien élève de l’Yonne y reconnaîtra-t-il son maître ? [au dos : A mon ami   Clerc    ..errot 118 – 121]




Auteurs scolaires de l’Yonne

16 04 2014

couv_ed02Auteurs scolaires de l’Yonne

 Le Musée du livre scolaire d’Auxerre vient de publier une édition papier de l’ensemble des notices dont il dispose sur les Auteurs icaunais de manuels scolaires. Pour tout renseignement adressez-vous à  : Alain Bataille, al.bataille@wanadoo.fr

 Un volume, 21×14,5, 154 pages  répertoriant 62 auteurs icaunais de manuels scolaires. 15 euros.

Pour une commande par courrier :  adresser le bon de commande ci-dessous, accompagné de votre règlement à Alain BATAILLE – 23 rue Renoir – 89000 AUXERRE.

 Nom & Prénom :………………………………………………

 Adresse : ……………………………………………….

 Code-Ville : ………………………………….

 Commande    . .   exemplaire(s) à 15 € de l’ouvrage  Auteurs icaunais de manuels scolaires. (Port, en sus : 3,50 €)

 Ci-joint un chèque de …. €.

 ————————–

Ce volume reprend l’ensemble des notices mises en ligne sur le site « Auteurs de l’Yonne » du Webpedagogique. (voir ci-après le sommaire de l’ouvrage) 

Sommaire

Les Auteurs icaunais de manuels scolaires

Musée du livre scolaire d’Auxerre

Fourier Joseph                               p. 7

Bachelier Charles Louis Etienne  p. 11

Bonneau Jean Marie                     p. 15

Lafaye Benjamin                          p. 18

Badin Ernest                                 p. 21

Thollois Louis.                             p. 22

Larousse Pierre                            p. 24

Dorlhac de Borne Alphonse        p. 28

Hugot Victor                               p. 30

Bérillon Louis Eugène                p. 32

Pillon François                            p. 35

Collin L.                                     p. 37

Boucheron V                              p. 38

Bert Paul                                    p. 39

Dessignolle                                p. 52

Colin Armand                            p. 53

Hanriot Elie Ernest                   p. 58

Peigné Léon                              p. 60

Clemendot Gaston                    p. 62

Boisseau Gustave                     p. 66

Bodin Marguerite                     p. 68

Gustave Hervé                          p. 70

Ab Der Halden Charles            p. 72

Lavaut Marguerite                   p. 75

Isaac Jules                                p. 76

Dubreuil Léon                          p. 80

Fradet Georges Auguste           p. 82

Séguin Kléber                          p. 83

Tarnier Maurice et Marcelle   p. 88

Lucquin S & L                         p. 89

Seguin Jeanne                          p. 90

Graff Jean                                p. 93

Barré Pierre                              p. 94

Paumier Maurice                      p. 95

Charleux Elisabeth                   p. 96

Coquille Raymond                   p. 97

Garioud Anthelme                   p. 97

Thévenet Serge                        p. 97

Pitot Nicole                             p. 97

Onimus Jean                           p. 101

Dugenne Paul Camille (interview) p. 102

Jeannot & Forin, éditeurs         p. 104

Denise Henri et Jeanne (interview) p. 106

Furet Bernard (récit)               p. 112

Beaumont Roger                     p. 115

Goureau Moïse                       p. 115

Peytard Jean                           p. 115

Tronchère Jean                       p. 118

Rémond Georges                   p. 119

Rousseau Jean-Paul               p. 119

Mignot Jacques                      p. 121

Laguillaumie Pierre               p. 123

Floreau Joël                          p. 124

Laurent Michel                     p. 125

Bataille Alain                       p. 126

Crouzet Roger                     p. 127

Lucile Fourchotte                p. 128

Godinat Françoise               p. 128

Timon Robert (interview)   p. 128

Worobel Michel                  p. 128

Lorrot Danielle                   p. 137

Carré Daniel                       p. 140

Varenne Jacques et Pierre. p. 141

Valtat Alain                      p. 142

Le Clercq Pierre               p. 143

Dalle-Rive Bernard          p. 144

Hennoque Bruno              p. 145

Saturnin Patricia               p. 146

Études sur le département de l’Yonne            p. 148

Liste par matière                                             p. 152

Liste alphabétique                                           p. 155