2021 ou la fin d’un cycle professionnel majeur et irréversible dans ma carrière, qui aura duré 6 ans

Il m’est venu cette semaine l’idée saugrenue, pure produit d’une nuit de quasi insomnie offerte par ma cadette qui a toujours la bonne idée de tomber malade les week-ends et/ou vacances scolaires (ce serait dommage d’en faire profiter son exceptionnelle assistante maternelle ou de puiser dans mes « jours enfant-malade », mais passons) ; l’idée donc de donner un nouveau souffle et surtout une nouvelle finalité à mon « blog », ouvert il y a déjà 7 ans (mon deuxième album partait alors au pressage vinyle, pour les rares initiés qui connaissent mon côté obscur).

J’ai donc décidé de proposer des articles en page d’accueil, consacrés uniquement à ma pratique professionnelle, ni plus ni moins. Exercice assurément égotiste, narcissique potentiellement, mais qui vise surtout à faire partager mes réflexions et productions à chaud, à froid, le plus souvent tièdes.

Il me semble en effet être arrivé à la croisée des chemins professionnellement parlant, d’être parvenu à un stade de maturité pédagogique tel que je peux sans problème évoquer librement mes réussites et mes doutes, mes heurs et malheurs, mes moments de grâce comme mes abattements, vécus en salle de classe, en salle des profs ou lors de formations que j’anime.

J’ai pour ambition de rédiger deux articles par mois au minium, un par semaine au maximum, et ce dès la semaine de reprise au cours des ultimes journées aoûtiennes.

Cependant, avec un peu d’avance et en guise d’introduction, je souhaite démarrer cette nouvelle aventure intellectuelle, voire « méta » pour le dire pompeusement, avec cet écrit réflexif remis à l’IA-IPR une semaine avant l’inspection, qui eut lieu lors des derniers jours de l’année (qui fut un honneur, très sincèrement compte tenu de l’annus horribilis que nous, sur le terrain, avons connu).

En raison des nombreuses ressources qu’il contient, cet écrit professionnel qui fait le bilan de mes 6 dernières années de pratiques innovantes et d’expérimentations pédagogiques, les liens évoqués ne sont pas consultables publiquement mais peuvent être accessibles aux collègues qui m’en feront la demande, de manière argumentée et à l’issue d’échanges, afin d’éviter tout « consumérisme » ou « tourisme » professionnel.

Partager ce document très personnel, vise surtout à encourager les collègues à faire de même lors de leur rendez-vous de carrière, avec pour vertu principale de faire un bilan du travail abattu durant plusieurs années, et ce d’abord pour soit. En ce qui me concerne cet exercice m’a permis de gagner en sérénité après des années marquées par la fatigue voire l’épuisement professionnel ; surtout de me rendre compte de ce que l’institution me doit… et non l’inverse !

Car nous n’attendons plus grand-chose de notre institution, pas même ces modestes « accélérations de carrière » qui ne sont pas fichues de compenser le gel inique du point d’indice et l’érosion de notre pouvoir d’achat due à l’inflation…

Je vous souhaite bonne lecture si le cœur vous en dit (9 pages très denses, tout de même). Surtout n’hésitez pas à me poser des questions en commentaires. Je tâcherai d’y répondre avec grand plaisir !

Au programme des prochains articles prévus dès la rentrée prochaine :

  • pratiquer les pédagogies coopératives d’inspiration FREINET avec des UPE2A = mon défi pour l’année 2021-22 !
  • 4 classes de 5e = poursuivre avec mes anciens 6e (au 3/4) des démarches innovantes, afin d’approfondir les compétences langagières complexes, écrites et orales, travaillées avec moi en 2020-21 et avec des succès manifestes !
  • 2 classes de 6e = ouvrir le champ des possibles de l’égo-géo et des échanges épistolaires anglophones en leur consacrant une heure par semaine, durant les temps des travail autonomes !