Le Romain Rolland Webzine

Le magazine du Lycée Romain Rolland

Printemps des poètes 2019 !

| 0 Commentaires

Le rire

Toi qui t’amuses à te moquer,

Tel une hyène perversifiée,

Toi qui t’amuses à te moquer

Pour lui rappeler de cesser d’exister.

 

Tout le temps, tous les jours, tu rigoles et fais rire les autres,

Parce qu’il est trop gros, trop grand, trop bête ou trop intelligent,

Parce qu’il préfère les garçons, parce qu’il est noir ou blanc,

Et, tous les jours, tu ris et tu ris encore

Pour lui rappeler qu’il est différent.

Tu l’insultes, tu le frappes et rapidement tu n’es plus seul,

Les autres t’aident et le regardent sournoisement,

Gémir au sol, du sang au coin des lèvres.

Il ne vit plus normalement, la peur au ventre constamment que

Toi et tes amis le frappent violemment.

Petit à petit, des idées noires apparaissent…

Son sourire angélique disparaît…

Ses parents ne comprennent pas…

Ils le questionnent mais il ne répond pas…

Puis un jour il fit un simple achat,

Et sa vie changea

Toi qui t’amuses à te moquer,

La faucheuse devrait t’emmener

Toi qui t’amuses à te moquer,

Comme elle l’a fait avec lui – parce qu’il lui a demandé.

Laisser un commentaire

Champs Requis *.