J’utilise les Story Map depuis plusieurs années pour les albums en anglais. Découverts sur les blogs anglo-saxons, j’ai trouvé que c’était un bon moyen pour travailler sur la structure du récit afin de pouvoir le raconter, de faire « le film dans sa tête » si cher à Roland Goigoux, auteur de Lector Lectrix. On approche ainsi un travail du résumé, si complexe.

story

Story Map de Mr Wolf’s pancakes d’un de mes élèves (avec autorisation).

Car les élèves lisent, comprennent les mots, mais ne se fabriquent généralement pas le scénario d’une histoire dans leur tête. Il est difficile pour certains élèves de retrouver les moments importants de l’intrigue dans leur mémoire, puisque les événements, les détails clés n’ont pas forcément été mémorisés, à part pour les bons lecteurs.

 

Comment procéder ?

Concernant les albums : en anglais, comme en français, je procède à plusieurs lectures de l’album avec les images, pour que les élèves s’imprègnent bien de l’histoire. On prend des notes en plusieurs fois sur les événements importants, les personnages, les lieux, on échange énormément pour confronter les idées. A chaque lecture, l’écoute est active car il faut retrouver des informations et les dessiner.

Dessiner est parfois plus facile pour les enfants qu’écrire, sachant qu’on n’est pas en arts plastiques et que l’essentiel est de s’y retrouver. On observe ainsi les déplacements des personnages, les rencontres, les moments-clés. D’un seul coup d’oeil, les enfants pourront ainsi visionner l’histoire. Et cela fera une belle trace écrite dans le cahier de littérature, plus explicite et plus attrayante qu’un questionnaire.

Des exemples de Story Map

Je montre souvent en début d’année à mes élèves des exemples trouvés sur le net car il y en a pléthore sur les blogs anglo-saxons, ou je leur montre des story maps réalisés par les élèves des classes précédentes. Cela leur donne une idée de ce que l’on attend d’eux au départ. Puis, peu à peu, à force de piocher les bonnes idées entre eux, ils arrivent à faire des plans de récits de plus en plus complets et esthétiques, je dois bien le dire.

117942487

-Plan de récit de Mr Wolf’s pancakes, fait par un élève de ma classe de CM1.

 

plan de récit

-Plan de récit envoyé par Véronique Chevallier, sur un compte latino-américain

 

image4

-Plan de récit de Virginie Gorgone-Berger, CM1, sur Louis Braille.

 

Plans de récit d’élèves de ma classe de CE2 sur Urashima :

urashima 4

urashima 5

urashima 6

 

-Plans de récits d’élèves de ma classe sur la fée du robinet (Contes de la rue Broca, Pierre Gripari)

la fée du ro

la fée du robinet

 

-Plan de récit du chapitre 12 du Magicien d’Oz (un récit dans le récit) :

plan de recit

 

 –Plan de récit à partir d’une poésie (élève de ma classe de CE2)

20180312_084754

Voilà donc un moyen de travailler sur la structure du récit, autrement qu’avec un questionnaire monotone qui paraphrase le texte. Cela va avec mon article sur la littérature sans questionnaire : à lire absolument ! 

Tout ceci, je l’ai mis en pratique grâce aux formations de Nathalie Leblanc, formatrice Lettres à l’ESPE et CPD Maitrise de la langue. J’apprends, je m’améliore peu à peu 🙂 Allez voir son site hyper riche : CLIC

 

Le Story Map pour écrire 

Alors évidemment, lorsqu’on passe en production d’écrits en ayant travaillé sur le schéma narratif, on peut utiliser le plan de récit pour préparer sa rédaction. Au début, je donnais ce schéma à mes élèves, qui ont appris qu’il y a plusieurs événements qui construisent le récit, avec un point culminant qui va donner un tournant à l’histoire pour arriver à la fin. Mais peu à peu, les élèves construisent leur propre Story Map, car il y a des variantes.

story map

Télécharger le plan de récit

 

-Un exemple de Story map avant de rédiger l’histoire (élève de CM1 de ma classe).

storymap ecriture

 

Avec cet article, je suis le « coup de coeur » de Val 10 🙂 

Sylvie Hanot, Cafipemf généraliste et LVE

 

Mes publications :