Du développement au développement durable

Encore excédentaire en 1961, avec un quart de ses réserves non consommées, la Terre est devenue déficitaire au début des années 1970. Et le jour du dépassement survient toujours plus tôt. Cette date tombait le 5 novembre en 1985, le 1er octobre en 1998, le 20 août en 2009. Depuis le début de la décennie, toutefois, l’accélération du calendrier est moins rapide. Reste qu’à ce rythme, nous aurons besoin de deux planètes en 2030. En cause, la croissance démographique mondiale, mais surtout des modes de vie toujours plus gourmands en ressources et dépendants des énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz).

Alors quels sont les enjeux du développement au XXI°s ?

I. Un constat de développement inégal et déséquilibré à toutes les échelles

Le développement est une mesure difficile, nous utilisons souvent des indicateurs économiques (PIB; PNB ; RNB…) mais il s’agit de mesurer la richesse d’un état, en aucun cas le niveau de développement de ces habitants. Pour ces raisons , L’ONU a crée en 1990 un nouvel indicateur :

L’IDH signifie Indicateur de Développement Humain. Il mesure le niveau de développement d’un état. Il se calcule à partir de 3 critères : le revenu, l’espérance de vie, et le niveau de scolarisation de la population (l’alphabétisation).
Il est toujours compris entre 0 (très bas) et 1 (très élevé).
Mais l’IDH ne prend pas en compte d’autres paramètres comme les inégalités sociales, c’est pourquoi une joyeuse bande d’économistes, de démographes, de mathématiciens… de la CNUCED ont crée un nouvel indicateur:
IPM indice de pauvreté multidimensionnelle qui mesure l’importance de la pauvreté dans une population en fonction de 10 indicateurs d’éducation, de santé et de niveau de vie.
On oppose traditionnellement le Nord, riche et développé au Sud pauvre et arriéré, il serait plus judicieux d’y regarder de plus près. Il est préférable de parler DES NORDS et DES SUDS.
Au Sud, nous trouvons les PMA ( pays les moins avancés ) principalement situés en Afrique ( Mali)et en Asie (Cambodge). Leur faible développement les distingue des pays intermédiaires comme le Pérou et des pays émergents comme la Chine ou le Brésil.
Au Nord les situations sont diverses, regardez l’IDH  de la Russie.
Changeons d’échelle !

Près de 17 000 personnes vivent dans près de 400 bidonvilles en France. C’est l’un des principaux enseignements de l’état des lieux dressé par la Délégation interministérielle à l’hébergement et à l’accès au logement (Dihal), dans le cadre du suivi de la circulaire du 26 août 2012 sur l’évacuation des campements illicites. Parmi ces milliers de personnes vivant dans une extrême précarité figurent 4 300 enfants.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/09/27/en-france-17-000-personnes-vivent-dans-des-bidonvilles_3486302_3224.html#hHwxxBQ1mxfWYXBg.99
L’ONU ne fait pas que des indicateurs! Au sein de la CNUCED, une fois les constats élaborés, l’objectif est clair :  » Il faut changer ! »  En 2000, le Sommet du Millénaire s’est conclu sur l’adoption, par les États-membres de l’ONU, de 8 Objectifs du Millénaire pour le Développement : réduire l’extrême pauvreté et la faim ; assurer l’éducation primaire pour tous ; promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes ; réduire la mortalité infantile ; améliorer la santé maternelle ; combattre le SIDA, le paludisme et d’autres maladies ; assurer un environnement humain durable ; et construire un partenariat mondial pour le développement.
Le bilan n’est pas si négatif, des progrès ont eu lieu, de nouveaux objectifs ont été décidés pour 2030:
OMD 2015-2030

La population mondiale augmente

Combien la Terre comptera-t-elle d’habitants humains en 2100 ? L’incroyable explosion démographique que nous connaissons depuis quelques décennies – nous étions 2,5 milliards en 1950, nous sommes 7,2 milliards aujourd’hui – va-t-elle prendre fin bientôt ? Les scénarios retenus ces dernières années par l’ONU n’ont cessé de dériver. Dans les années 2000, on a d’abord évoqué une stabilisation autour de 9 milliards d’habitants en 2050, puis on a glissé vers une stabilisation plus tardive, vers 2100 aux alentours de 10 milliards d’habitants.

l’Asie, à la fin du siècle, restera probablement le continent le plus peuplé, mais il existe de bonnes chances pour qu’elle soit alors déjà en train de redescendre la montagne démographique après en avoir atteint le sommet aux environs de 2050.

C’est l’explosion programmée de la population africaine qui va alimenter la croissance démographique de l’humanité à la fin du siècle. Actuellement d’un milliard d’habitants, elle s’inscrira très probablement (taux de confiance de 95 %) en 2100 dans une fourchette comprise entre 3,1 et 5,7 milliards d’habitants.

Mais comment sait-on tous ça? Grâce à la TRANSITION DÉMOGRAPHIQUE !

[vimeo]https://vimeo.com/105116396[/vimeo]

En 2050, cela donnera quoi?

Pas de panique ! Inutile de tuer les vieux ou de refuser de faire des enfants, il faut juste changer un peu notre mode de vie car:

Et oui un modèle de développement mais DURABLE!

Mettre en œuvre un nouveau mode de développement.

Concrètement dans le cas des déchets, comparons la situation dans deux types de pays :

Il n'y a pas UN modèle mais des expérimentations qui deviennent des exemples aussi bien dans des pays pauvres que dans des pays riches car le développement durable n'est pas un gadget ou seulement une contrainte, c'est surtout une possibilité de mieux vivre, même si il faut faire un effort, enfin surtout les politiques !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *