SITUATIONS MOTIVANTES

Le blog d'une enseignante spécialisée en RASED

SITUATIONS MOTIVANTES DÉMÉNAGE…

Capture Sit Mot

J’ai créé ce blog en 2008 sur la plateforme du WebPédagogique dont j’ai vivement apprécié les services et l’équipe !
 
Maintenant que j’ai progressé dans ma maîtrise des choses du numérique j’ai eu envie d’installer mon blog chez moi, sur mon nom de domaine, avec plus de marge de manœuvre dans la gestion du blog. Situations Motivantes est donc désormais ici avec un classement des billets revu et simplifié.
 
Il n’y aura donc plus ici de nouveaux billets même si les anciens vont rester en place un moment… Pensez à mettre à jour vos favoris pour retrouver les anciens billets et découvrir les nouveaux.
 
Pour les abonnés au blog, s’abonner au nouveau se fait facilement en un clic dans la colonne de gauche du nouveau site.
 
Encore merci au WebPédagogique pour son accueil et pour nous laisser libres de partir facilement avec billets, commentaires et médias sans aucune entrave !

Scénario global pour le TwittMOOC

Voilà, le MOOC eLearn² touche à sa fin et le dernier billet concerne la scénarisation du dispositif…

 

J’ai volontairement botté en touche pour le scénario détaillé de chaque étape parce que les étapes ne sont pas uniformes pour tous ni déterminées à l’avance (même s’il y a une programmation indicative à la disposition des participants) et aussi, je l’avoue par manque de temps. Je me suis concentrée sur le scénario global en essayant qu’il soit à la fois complet et lisible. De plus pour élaborer ce scénario j’ai été aidé par quelques membres du TwittMOOC. J’ai posté une première version sur Twitter puis l’ai affinée en prenant en compte les diverses suggestions recueillies. Vous retrouverez les différentes étapes dans le Storify intégré à la fin de ce billet.

 

Scénarisation d’un dispositif de formation en ligne

 
1. Contexte
Intitulé du cours / de la formation : TwittMOOC, un MOOC pour apprivoiser Twitter
Modalité : 0 % en présentiel, 100 % en ligne mais les rencontres IRL (In Real Life) ne sont pas interdites !

Public cible : adultes débutant ou souhaitant se perfectionner sur Twitter
Pré-requis : aucun si ce n’est une grande motivation et de l’autonomie

Durée totale : modulable de 4-5 semaines à plusieurs mois

Charge de travail pour les apprenants : au moins quelques minutes quasi-quotidiennes à quelques heures par semaine
 
2. Compétences visées par le dispositif / objectifs d’apprentissage :
À la fin de ce cours / cette formation, l’apprenant sera capable de…

  • d’utiliser Twitter pour s’informer, se distraire et même dans le cadre de son travail
  • d’organiser son usage de Twitter en fonction des buts qu’il poursuit
  • d’échanger avec de nombreuses personnes, élargissant ainsi son cercle amical et ses contacts professionnels

 
3. Modalités d’évaluation des apprentissages : Auto-évaluation concrétisée par des badges
 
4. Scénario global : Sous forme de schéma

Scénario TwittMOOC

 

Travail fourni dans le cadre de eLearn²

Voici le billet bilan/synthèse de ma participation au MOOC eLearn².

 

J’ai réalisé toutes les activités et rédigé tous les billets demandés.

Pour le module 6 je n’ai pas réalisé exactement le travail proposé car il ne correspondait pas aux besoins de mon projet. Mon temps étant limité, j’ai préféré traiter le thème en mettant en place une modalité d’évaluation adaptée, je compte sur la compréhension des formateurs pour ne pas m’en tenir rigueur.

 

Voici les liens vers les différents billets publiés sur ce blog :

 

Concernant ma participation à la communauté j’ai été assez peu active sur Google + et dans les forums mais ai été très active sur Twitter. Ces échanges m’ont permis de rester motivée, d’enrichir et de partager ma réflexion, d’aider et d’être aidée. Rechercher ces tweets pour les compiler s’est révélé très intéressant pour relire mes façons de procéder pendant ce travail au long cours…

Ce Storify est la preuve de ces nombreux échanges même s’il est incomplet :

 

 

Enfin, il me semble que la meilleure preuve de mon investissement dans le MOOC eLearn² est la création du TwittMOOC « un MOOC pour apprivoiser Twitter » qui vit depuis maintenant 4 mois et compte à ce jours 148 membres (105 participants et 43 tuteurs) et dont le blog a reçu plus de 30 000 visites.

 

Capture d’écran 2014-05-04 à 17.17.33

Voilà, je pense donc, au vu de tous ces éléments, pouvoir prétendre à l’obtention du badge « MOOC eLearn² – Se former en ligne pour former en ligne ».

Interactions maximum sur le TwittMOOC

leoni-twitter-summer

Me voici au terme du module 7 du MOOC eLearn² concernant les interactions et le tutorat. C’est l’occasion de regarder de plus près comment cela se passe dans le TwittMOOC.

 

Les interactions sont essentielles et même au cœur du TwittMOOC ! En effet comment imaginer se mettre à Twitter sans interagir… impossible !

 

Le TwittMOOC permet de démarrer dans une sorte de sous-communauté de Twitter, c’est comme se baigner à la mer dans un périmètre de sécurité : on est vraiment dans l’océan, mais rassuré par des limites que l’on peut à tout moment dépasser. Tout dans le TwittMOOC est tourné vers les interactions sur Twitter : on accueille les nouveaux, on pose ses questions, on relève des défis qui poussent à s’exprimer et à échanger… Les modalités sont synchrones ou asynchrones suivant le hasard de la présence de chacun sur le réseau, on peut avoir un retour immédiat ou plusieurs heures après mais il est rare de ne pas en avoir du tout. Certains événements sont synchrones comme le défi #PhotoDevinette (où il faut trouver ce qui figure sur une photo mystère) et les points d’étape qui permettent de discuter de l’expérience TwittMOOC et de chercher comment l’alimenter et l’améliorer.

 

Comme le TwittMOOC n’est pas issu d’une institution et repose sur des tuteurs volontaires et bénévoles (à ce jour 41 tuteurs pour 103 participants), le tutorat se fait sur Twitter suivant le temps disponible de chacun. Les tuteurs suivent les participants, répondent à leurs questions, les renvoient vers les billets du blog, les encouragent, les retweetent pour rendre leurs appels plus visibles et pour les aider à se faire connaître… Il y a aussi de nombreux échanges entre participants et avec des twitteurs extérieurs au TwittMOOC. Les interactions n’ont pas forcément de rapport direct avec le TwittMOOC, ce sont aussi des discussions à bâtons rompus, des débats, des piques, de l’humour… Tout cela contribue à créer une ambiance communautaire qui donne envie de revenir sur Twitter pour interagir encore et plus on vient sur Twitter, plus on prend de l’aisance ! La dynamique une fois lancée s’entretient…

Des badges pour le TwittMOOC

6a84e1016c8958bf0e964b846e6ef6e2        1863bcb8192561eb3b47757a738a0a04
Le module 6 du MOOC eLearn² concerne les modalités d’évaluation ce qui n’est pas simple dans le cadre du TwittMOOC. J’ai décidé de ne pas suivre exceptionnellement le travail proposé dans le module qui était au choix sur les QCM ou l’évaluation par les pairs, mais de chercher et mettre en place une évaluation adaptée à mon projet.
 
En effet les attentes et l’aisance des participants sont très variables, ce MOOC ne veut pas se prendre au sérieux (tout en étant efficace !) et je ne vois pas bien comment gérer des “évaluations” à corriger, valider, vérifier… Malgré la présence de nombreux tuteurs cela demanderait de la gestion, du temps passé, des contraintes que je n’ai pas envie de m’imposer, ni d’imposer à d’autres. Le TwittMOOC doit rester léger, souple et ludique ! S’il devient pesant et contraignant il fera fuir…
 
Mais il est aussi hors de question de faire l’impasse sur l’évaluation, elle est nécessaire et le besoin commençait à se faire sentir. Des participants ont exprimé le besoin de pouvoir identifier ce qu’ils ont appris, ce qu’il leur reste à apprendre, de pouvoir visualiser leur progression…
 

Alors quel type et quelle forme d’évaluation choisir ?

 
Pas de QCM vraiment trop réducteur, pas d’évaluation de l’activité en ligne de chacun trop lourde à mettre en place et difficile à critérier ; j’ai bien pensé à l’évaluation par les pairs mais cela ne me semble pas adapté non plus. En effet fixer des critères est extrêmement compliqué car les participants n’ont pas forcément les mêmes buts, l’activité sur Twitter ne peut pas s’évaluer qu’à travers l’observable (ce qui est produit) il y a aussi de la lecture, une implication plus ou moins grande, les retours reçus… de plus “traquer” ce qui est observable exige une bonne maîtrise de Twitter, du temps et l’évaluer me semble hasardeux. En effet, comment fixer des critères de quantité ? de qualité ? de temps passé ? Et puis ça me semble délicat que des pairs ou un tuteur évalue l’activité en ligne d’un participant. En effet, cela est personnel, rempli d’affects, et l’essentiel est que l’activité du participant et ce qu’il en retire lui convienne à lui, pas à un observateur !
 
Bref, il me restait alors une seule solution : l’auto-évaluation avec des critères suffisamment souples pour s’adapter à chacun mais suffisamment clairs pour permettre de se situer.
 
Maintenant la forme… dès le lancement du TwittMOOC il m’a été demandé s’il y aurait des badges. Les badges sont des éléments graphiques numériques tangibles remis aux participants pour attester d’un niveau atteint, de compétences acquises. J’avoue n’avoir pas tout de suite adhéré à cette idée par peur de l’effet bon-point, médaille… Mais en y réfléchissant et en discutant avec d’autres j’ai constaté qu’on pouvait voir ce système de badges plutôt dans l’esprit des ceintures ou des brevet utilisés en pédagogie Freinet : marquer une progression, donner des indications sur les prochaines étapes à franchir, participer à la motivation sans devenir un but en soi…
 
Ensuite j’ai passé un long moment à essayer de comprendre le fonctionnement des badges et comment les intégrer dans WordPress. En effet il me fallait des badges intégrables sur le blog du TwittMOOC avec peu de manip’, j’ai dû renoncer à utiliser Open Badges qui demandait des compétences et des moyens que je n’ai pas ou m’obligeait à gérer des envois par mail trop contraignants. J’ai donc retenu la solution BadgeOS entièrement intégrable dans WordPress via un plugin, qui permet en passant par Credly de capitaliser ses badges. J’ai donc retenu cette solution gratuite, peu contraignante dans la gestion, techniquement accessible pour moi et intégrée au blog.
 

Concrètement il me suffit de valider les inscriptions au blog (ce qui réserve l’accès aux badges aux participants vraiment inscrits au TwittMOOC) puis de confirmer les demandes de badges. Même si les badges résultent d’une auto-évaluation, il m’a semblé que le fait de passer par une demande puis une confirmation leur donne une certaine valeur. Je compte bien sûr, sauf écart manifeste et évident entre la demande et l’activité du participant, confirmer les demandes sans processus de vérification. Enfin, une solution gratuite me convient puisque le TwittMOOC est artisanal, géré bénévolement et qu’il est hors de question que les badges soient payants.

 
Les deux premiers badges sont lancés, le premier ici se veut accessible à tout participant qui démarre le TwittMOOC, les critères de l’auto-évaluation pour les suivants sont élaborés sur un document collaboratif auquel chacun peut contribuer, participants et tuteurs.
 
Reste à trouver un moyen de les rendre visibles sur Twitter via une application permettant de “badger” sa photo de profil, si possible pas trop intrusive, à étudier…

Immerger sans noyer…

twitter.duck_Me voilà arrivée au module sur les activités en ligne du MOOC eLearn² et donc voici venu le temps de m’interroger sur celles proposées par le TwittMOOC.

 

Tout d’abord il me semble que la caractéristique du TwittMOOC est de proposer des activités en ligne de type immersif !

 

Tout comme pour la natation, les langues étrangères ou les techniques de survie où l’on plonge les participants dans un milieu (l’eau, un pays étranger ou une contrée hostile) pour leur apprendre à s’y débrouiller, le TwittMOOC consiste avant tout à plonger les participants dans Twitter.

Les plonger, oui, les noyer non ! Il convient donc d’être attentif à quelques conditions nécessaires :

  • un support plus classique où prendre des informations et respirer (le blog)

  • un accompagnement constant des tuteurs mais aussi des autres participants (ne pas être seul)

  • du ludique, de l’intriguant, de la chaleur humaine (pour donner envie de venir et revenir)

 

Pour s’approprier Twitter il faut y être actif, échanger avec d’autres, apprendre ses codes et c’est au bout d’un certain temps d’immersion qu’on commence à découvrir ce que l’on peut y faire et en faire. Pour que les participants soient actifs sur Twitter, le TwittMOOC leur propose de s’y amuser et d’expérimenter un certain nombre de pratiques possibles à travers des défis à relever. Sur le blog, chaque défi est soigneusement décrit, illustré d’exemples et comporte souvent plusieurs niveaux de réalisation.

 

Les aspects techniques pour la réalisations des défis sont abordés dans des billets “outils” et des questions peuvent être posées à tout moment sur Twitter aux tuteurs et aux autres participants.

 

Concrètement, les défis sont soit des exercices “twittéraires” permettant de tester un ton, un style d’écriture et de donner une “couleur” à son compte, soit la recherche d’échanges dans un but utilitaire ou simplement ludique. Quelques exemples : régler un problème de SAV, rendre compte en direct d’un événement, deviner les titres du 20h, pratiquer l’auto louange ou raconter son quotidien en le sublimant

 

Les principales difficultés pour que les défis soient réalisés par les participants me semblent être un manque de temps et la peur de se lancer…

 

Ces défis peuvent paraître ambitieux et impressionner un peu, certains demandent du temps… il a donc été décidé lors d’un point d’étape fait entre tuteurs et participants sur Twitter de proposer régulièrement des mini-défis qui sont courts, plus accessibles, à faire dans l’instant. Ils ont plutôt un but de meilleure maîtrise de l’environnement de Twitter (chercher un tweet, suivre une conversation…). Ces mini-défis sont en test et leur descriptif à venir en réflexion… Proposés de façon quasi quotidienne, par les tuteurs mais aussi les participants eux-mêmes, ils devraient encourager une activité régulière sur Twitter et donner confiance pour aborder les autres défis.

 
À suivre…

Comment le TwittMOOC motive…

5-Twitter-Marketing-Tactics-for-Building-a-Fanatical-Following-Pour ce sixème billet dans le cadre du MOOC eLearn² portant cette fois-ci sur la motivation je vais m’appuyer comme demandé sur les facteurs de Viau mais aussi sur l’illustration du billet de @didac2b, concernant les facteurs de réussite d’un MOOC, qui a nourri ma réflexion ces derniers jours…

 

Alors selon Rolland Viau pour motiver les apprenants il faut les convaincre :

  • de la valeur des tâches en ligne proposées

  • de leur compétence à réaliser ces tâches

  • du contrôle qu’ils ont sur l’atteinte des résultats

Les tâches en ligne proposées par le TwittMOOC sont sous forme de défis à relever, d’immersion dans Twitter et d’interactions. Nous proposons « d’apprendre en faisant » ce qui de mon point de vue est ce qu’il y a de plus efficace. Le TwittMOOC ne néglige pas pour autant d’autres apports théoriques et réflexifs via les billets du blog.

 

Les participants sont compétents pour réaliser ces tâches car les défis sont proposés avec plusieurs niveaux dont un facile à atteindre, parce qu’ils peuvent librement les choisir et aussi les relever plusieurs fois. Pour les défis et les interactions ils sont soutenus et encouragés par les tuteurs et les autres participants, aucune tentative n’est “ratée” c’est toujours un pas dans la bonne direction qui montre au moins une erreur ou une maladresse à éviter. Le seul “échec” c’est de ne rien tenter du tout !

 

Le contrôle sur l’atteinte des résultats selon Rolland Viau réside dans le sentiment d’avoir une certaine part de responsabilité dans le déroulement de ses apprentissages. Dans le cadre du TwittMOOC les participants sont entourés, accompagnés mais seul chacun d’eux peut agir pour avancer : relever un défi, poser une question, faire part d’une réflexion ou d’un besoin, solliciter de l’aide… De plus les participants sont invités à témoigner sur le blog et même à contribuer aux billets. Tout ces aspects, avec aussi la valorisation par les tuteurs des différentes tâches effectuées, doit donner aux participants ce sentiment de contrôle sur l’atteinte des résultats.

 

Bdz351JCAAAVCGg

Maintenant, venons-en à l’illustration de Didac2b qui, pour moi, fait largement écho à ce qui se passe dans le TwittMOOC.

Il a été lancé il y a 7 semaines en version très incomplète et ouvert de façon officielle il y a un peu plus de 2 semaines. Depuis le début il a accepté des inscriptions de participants et des tuteurs volontaires. Nous en sommes aujourd’hui à plus de 14 000 visites sur le blog qui comporte 47 articles (d’une quinzaine de contributeurs différents) et 138 commentaires. Nous avons aujourd’hui 66 participants inscrits et 31 tuteurs volontaires. Je crois que l’on peut parler d’un succès et j’observe une grande motivation tant chez les participants que chez les tuteurs.

 

Sur le TwittMOOC il se passe quelque chose, quelque chose qui n’est pas que de l’agitation. La communauté qui se forme autour du TwittMOOC est active sur Twitter, elle échange, réfléchit, partage, s’entraide, s’amuse aussi, et ça se voit !

 

Les tuteurs utilisent le réseau Twitter par la force des choses, ils sont experts mais également en recherche et apprennent, eux aussi, beaucoup. La rubrique du blog “Outils/conseils pour utilisateurs avancés” répond aux besoins des participants plus à l’aise mais aussi des tuteurs qui ont envie de se perfectionner. Ils sont totalement bénévoles mais semblent trouver leur compte dans leur implication dans le TwittMOOC, à la fois pour eux-mêmes et aussi, je pense, dans l’idée de contribuer à faire découvrir Twitter davantage sous son côté très humain et relationnel plus que technique.

 

L’attention est maintenue par le fait qu’il se passe toujours quelque chose sur Twitter et que n’importe quel participant peut à tout moment lancer un jeu, une discussion, une activité…

 

L’activité des participants est mise en valeur sur le blog et par les tuteurs qui répercutent et rendent visibles sur Twitter ce qui est réalisé, grâce à leur réseau plus étendu. La question d’éventuels badges va être aussi étudiée…

 

Le sentiment de participer à une expérience inédite est indéniable, à commencer par moi ! Lancer un MOOC sans temps dédié, sans équipe préexistante en m’appuyant sur mon réseau et des contributions volontaires était pour le moins un pari hasardeux… Je suppose que participants et tuteurs partagent ce sentiment, et c’est vrai que c’est motivant !

 

Le TwittMOOC comme tremplin pour un projet personnel ? C’est un peu tôt pour le dire mais cela me semble réaliste, avec aussi la possibilité en s’appropriant Twitter de construire un projet d’utilisation auquel on n’avait pas du tout pensé au départ… ce point est à confirmer dans les semaines à venir.

 

L’équilibre entre autonomie des participants et action des tuteurs n’est pas simple à trouver… Les tuteurs ne peuvent pas, dans la configuration du TwittMOOC, être proactifs et aller “chercher” les participants inactifs, par contre, vu leur nombre, les sollicitations des participants ont des retours plutôt réactifs (de la part des autres participants aussi d’ailleurs). Il va falloir être attentif à cet aspect si le nombre de participants augmente beaucoup…

 

Et vous, observateurs ou impliqués dans le TwittMOOC, qu’en pensez-vous ?

 

Crédits images :
Oiseau Twitter avec porte-voix – auteur inconnu – Droits Réservés
Facteurs de réussite d’un MOOC – Didac2b

Objectifs du TwittMOOC

origin_3942001028 (1)Avant le travail proposé par le MOOC eLearn² sur les objectifs, j’avais spontanément fixé les objectifs en ces termes :

 
À la fin de ce MOOC vous serez en mesure : 

  • d’utiliser Twitter pour vous informer, vous distraire et même dans le cadre de votre travail
  • d’organiser votre usage de Twitter en fonction des buts que vous poursuivez
  • d’échanger avec de nombreuses personnes, élargissant ainsi votre cercle amical et vos contacts professionnels

 
Et ajouté en clin d’oeil :
 
Et aussi vous risquez : 

  • d’être pris d’une envie irrépressible d’acquérir un smartphone
  • d’avoir envie d’ouvrir un blog
  • de ne plus jamais vous sentir seul et désemparé

 
Je ne les renie pas mais ai pu les affiner et les préciser en me servant de la taxonomie de Bloom (la formulation des 6 points provient de Wikipedia) et voilà ce que cela donne :
 

  1. Connaissance : arranger, définir, dupliquer, étiqueter, lister, mémoriser, nommer, ordonner, identifier, relier, rappeler, répéter, reproduire.

=> organiser sa TL*, se constituer un réseau

  1. Compréhension : classifier, décrire, discuter, expliquer, exprimer, identifier, indiquer, situer, reconnaître, rapporter, reformuler, réviser, choisir, traduire

=> découvrir les différentes fonctionnalités, interagir

  1. Application : appliquer, choisir, démontrer, employer, illustrer, interpréter, opérer, pratiquer, planifier, schématiser, résoudre, utiliser, écrire.

=> résoudre des problèmes dans sa vie professionnelle et personnelle avec Twitter

  1. Analyse : analyser, estimer, calculer, catégoriser, comparer, contraster, critiquer, différencier, discriminer, distinguer, examiner, expérimenter, questionner, tester, cerner.

=> intégrer Twitter dans nos outils de questionnement du monde

  1. Synthèse : arranger, assembler, collecter, composer, construire, créer, concevoir, développer, formuler, gérer, organiser, planifier, préparer, proposer, installer, écrire.

=> utiliser Twitter pour concevoir et mener nos projets

  1. Évaluation : arranger, argumenter, évaluer, rattacher, choisir, comparer, justifier, estimer, juger, prédire, chiffrer, élaguer, sélectionner, supporter.

=> interroger l’impact de l’utilisation de Twitter sur nos fonctionnements, nos modes de pensée, nos stratégies

 

Ces objectifs supposent une pédagogie active, immersive et implicante, quant à l’évaluation j’ai du mal à l’imaginer autrement que sous forme d’auto-évaluation car c’est chaque apprenant qui peut dire si sa participation au TwittMOOC lui permet d’avancer dans son appropriation de Twitter… Mais je vais probablement avancer ma réflexion sur ce point dans la suite du MOOC eLearn².

 

*Time Line = liste des messages des personnes auxquelles on est abonné

 

Crédit image : Rosaura Ochoa via photopin cc

Projet TwittMOOC lancé, réflexions en cours…

medium_8476983849Mon chemin dans le MOOC eLearn² se poursuit alors que parallèlement mon projet de TwittMOOC est lancé sur Twitter et  via un blog dédié.

 

En effet j’ai souhaité commencer à tester mon idée, même si tout est loin d’être abouti, pour voir si cela pouvait fonctionner, réajuster en fonction des premières réactions et solliciter la participation des premiers inscrits et tuteurs volontaires. En deux semaines le blog TwittMOOC a reçu plus de 4000 visites et le dispositif compte 19 inscrits et 13 tuteurs volontaires. Les échanges commencent à être fournis sur Twitter… bref, c’est parti, maintenant il va falloir assurer !

 

Pour le moment j’alimente le blog support en contenu en privilégiant la catégorie “kit de départ” pour outiller les apprenants et surtout la catégorie “défis” destinée à les motiver à se mettre en situation active. Le blog permet de trouver les éléments utiles à la formation et d’avoir des retours via les commentaires. Cela manque d’interactivité et de lisibilité par rapport à une plateforme LMS, mais assure le minimum et correspond à ce que je peux gérer sur mon temps libre.

 

Le but est de toutes façons que l’essentiel se passe directement sur Twitter puisque ce MOOC se veut immersif. J’incite au maximum les échanges entre pairs et avec les tuteurs et ça commence à prendre. Je n’utilise que le blog et les échanges sur Twitter n’ayant pas le temps de me lancer en plus dans des envois d’informations par mail par exemple. Cette contrainte a l’avantage de concentrer les interactions sur Twitter qui est à la fois l’objet de l’apprentissage et son outil principal. Pour cela j’informe des nouveaux contenus du blog, j’accueille chaque inscrit et répercute son inscription avec la balise #TwittMOOC, je réponds aux questions (en essayant de ne pas être trop réactive afin de laisser de la place aux tuteurs et autres participants). Le tutorat est uniquement réactif, ce serait trop lourd d’aller chercher les inscrits qui ne se manifestent pas, surtout quand ils seront plus nombreux, et cela supposerait de visualiser l’activité de chacun ce qui n’est pas réaliste.

 

Concernant les outils je pense élaborer assez rapidement une première version de “carnet de bord” pour permettre aux participants de planifier leur parcours (rythme des défis à relever, fonctions à maîtriser…) et de noter quelques éléments concrets leur permettant de visualiser leur progression (nombre d’abonnements, d’abonnés, de tweets émis). Je vais soumettre cette première mouture à la communauté TwittMOOC naissante pour qu’elle puisse être améliorée, complétées et répondre aux attentes. Je pense aussi me pencher dans un deuxième temps sur la question de badges éventuels et de l’évaluation avec peut-être l’utilisation de QCM, mais j’attends aussi de voir comment eLearn² va traiter ces questions et m’aider à avancer dans ma réflexion.

 

Voilà où j’en suis de ma réflexion. Je souhaite que le TwittMOOC soit à la fois efficace et réponde à son slogan “un MOOC pour apprivoiser Twitter” et ludique, tant pour les participants que pour les tuteurs.

 

À suivre…

 
Crédit image : mkhmarketing via photopin cc

Storify, un outil pour organiser et conserver l’information

medium_3389565299Toujours dans le cadre du MOOC eLearn² je devais créer un tutoriel sur un logiciel de eLearning et parallèlement j’essaie d’avancer concrètement dans mon projet de TwittMOOC.

 

Voulant faire « d’une pierre deux coups », j’ai réalisé le tuto d’un outil utile pour le projet TwittMOOC et que je considère comme étant aussi intéressant dans le cadre du eLearning.

 
En effet, Storify est un outil qui agrège et organise du contenu issu de Twitter mais aussi d’autres réseaux sociaux et du web en général. Il permet donc de conserver et de rendre lisible un live-tweet (tweets émis en direct pendant un évènement) de conférence ou de cours par exemple.
 
J’ai donc fait mon tout premier tuto vidéo :


 
J’ai trouvé l’exercice bien plus difficile que je le croyais, même pour un outil que je connais très bien.
 
Il faut choisir un logiciel de capture d’écran et le prendre en main, bien s’organiser, être au clair sur ce que l’on veut expliquer, ne pas être trop long… Bref, cela semble simple quand on regarde un tuto mais est bien plus délicat quand on le fait soi-même. Il m’a fallu 2 heures d’essais successifs pour réaliser ces 10 minutes loin d’être parfaites et trop longues !
 
J’ai utilisé pour réaliser ce tuto l’outil Screencast-O-Matic qui est facile à prendre en main mais sommaire… notamment on ne peut pas faire de montage après coup, juste des pauses en cours de réalisation. J’ai ensuite transféré le résultat sur Youtube pour avoir une vidéo facilement intégrable et lisible partout.
 
Ce tuto est mis en service sur le blog dédié au TwittMOOC ici.
 
Crédit image : ~Ilse via photopin cc