Croissance et mondialisation depuis 1850

En quoi l’industrialisation a-t-elle bouleversée l’organisation mondiale?

De 1850 à 1873, l’économie mondiale connaît une période de croissance économique ( 2%/an en moyenne ). Elle s’appuie sur la première phase d’industrialisation : industrie textile & mécanique, charbon et vapeur comme énergie.

La Grande Dépression (1873-1896) porte un coup d’arrêt à ce cycle.

Le deuxième cycle industriel de 1873 à 1929 permet le retour à la croissance en s’appuyant sur un nouveau cycle d’innovation. Il se caractérise par l’automobile, l’aviation, la chimie avec le pétrole et l’électricité comme énergie mais aussi par une nouvelle organisation du travail : le TAYLORISME

Système d’organisation scientifique du travail et du contrôle des temps d’exécution établi par Taylor

Extrait du Film de C Chaplin , les Temps moderne , 1936

Henry Ford s’en inspire permettant à une nouvelle catégorie sociale de consommer, relançant ainsi la croissance.

Cependant la crise de 1929 met fin à ce cycle, la production mondiale s’effondre.

De 1945 à 1975, les Trente glorieuses, cycle de croissance économique (5% /an en moyenne) et démographique : le Baby Boom. Elle s’appuie sur le développement d’un marché de masse, de la société de consommation et des modes de transport. Les chocs pétroliers de 1973 et 1979 renchérissent le coût de l’énergie  et ralentissent la croissance, le chômage augmente.

Depuis, des crises répétées affectent le monde entre deux périodes de croissance.

Toutefois, depuis 1850, nous avons connu une période de croissance importante à l’échelle mondiale.

Quels sont les facteurs de la croissance ?

  • La révolution des transports : 1830 1er train pour passager /1840 ligne maritime transatlantique …
  • Les innovations technologiques (machine à vapeur, moteur à explosion, électricité…)
  • Les procédés industriels (taylorisme, fordisme, robotisation…)
  • Les politiques de libre-échange /libéralisme (baisse des coûts de douane favorisant la libre circulation des marchandises )
  • Le rôle des entrepreneurs et des banques

Des économies-monde successives

On définit comme «économie-monde» un concept désignant un système autonome et intégré d’échanges internationaux centré sur une ville ou un État qui regroupe l’essentiel des fonctions de commandement économique mondial. Ajoutons que c’est l’historien Fernand Braudel qui en avait déterminé les contours.
L’économie monde britannique (1850-1914)

La Grande-Bretagne domine le monde de 1850 à 1914 : 400 millions d’habitants (=1/4 de la pop mondiale ) vivent dans son EMPIRE COLONIAL, qui recouvre 1/3 des terres émergées. Des relations commerciales intenses relient la métropole et ses colonies, les produits tropicaux affluent, comme le coton, et la GB expédie en retour des produits manufacturés.

La GB s’appuie sur une industrie puissante (40% de la prod ind mondiale en 1850) et sur sa marine marchande. Elle est également à la pointe des innovations (métro 1863) et elle peut compter sur les banques et les compagnies d’assurance situées dans la City.

La première guerre mondiale coûte cher à la GB : endettée, elle doit rembourser des prêts aux EU, et la £ perd de sa valeur sur les marchés internationaux au profit du $.

L’économie-monde américaine ( 1918-1979)

Les EU connaissent une première période de croissance à partir de 1870, permettant la naissance de grandes entreprises comme FORD ou la Standard Oil de Rockfeller.

Les deux guerres mondiales ont renforcé la position des EU : elles stimulent leur économie et ils deviennent les banquiers de l’Europe.

En 1945, les Etats-Unis produisent plus de 50% de la richesse mondiale (pour seulement 6% de la population de la planète).

En 1944 à Bretton woods, les EU organisent le nouveau système financier mondial. En 1950, ils possèdent les 2/3 du stock d’or mondial et produisent 1/3 des richesses mondiales, le $ devient la monnaie mondiale de référence.

La superpuissance américaine est également fondée sur l’innovation : l’avance technologique est symbolisée par la conquête de l’espace (en 1969, Neil Armstrong est le
premier homme à marcher sur la lune) et par la révolution informatique qui débute dans
la Silicon Valley (Californie) à partir des années 1970 (la firme Microsoft est fondée en
1975 par Bill Gates et Paul Allen), et se poursuit avec la révolution des NTIC.

Depuis 1991 , un monde multipolaire en construction

Les EU restent la première puissance mondiale mais la croissance est moins forte et la concurrence s’accroit, en particulier venant des pays émergents dont la CHINE.

Il n’y a plus de nos jours une puissance économique dominant seule l’économie-monde. Depuis les années 1970, de nouvelles puissances industrielles ont émergé et font concurrence à la première puissance économique mondiale qui reste les États-Unis. Le Japon a ouvert la voie à ce développement à partir des années 1960 et a servi de modèle à d’autres puissances asiatiques, dont la Chine (depuis les années 1980) qui connaît une croissance extrêmement rapide et affiche clairement ses ambitions internationales. Le Brésil, l’Inde et la Russie post-soviétique sont aujourd’hui des pays émergents qui comptent à l’échelle internationale et sont membres du G20.

Ailleurs, certains pays pauvres se sont développés en attirant les chaînes de production des grandes firmes multinationales, qui n’hésitent pas à délocaliser leurs usines pour trouver une main-d’œuvre nombreuse et bon marché. La nouvelle division internationale suit finalement les mêmes principes que ceux de l’industrialisation européenne du XIXe siècle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *