la seconde guerre mondiale , une guerre d’anéantissement

recap 2deGM guerre anéantissement

Une des spécificités de la seconde guerre mondiale, c’est le génocide des juifs et des tziganes. Il s’agit d’un processus idéologique mais aussi industriel .

L’antisémitisme est au cœur de la dialectique hitlérienne, ils sont les bouc-émissaires d’une crise économique mondiale, dans un pays en crise économique et nationalement Hitler va réveiller les vieux démons antisémites présents dans toute l’Europe, tout en survalorisant les allemands présentés comme étant de race aryenne, la race des seigneurs.

Le processus qui conduit à la solution finale est à la fois lent et extrêmement rapide . La première phase consiste à faire disparaitre les juifs de la société : le 1er avril 1933, les nazis organisent un immense boycott des commerces, des cabinets d’avocats et des médecins juifs. Cette journée marque symboliquement le début de l’éviction des Juifs de la vie économique. Ils sont progressivement chassés des professions libérales, de l’armée, de la justice, des métiers de la culture et de la presse. Un numerus clausus est instauré dans les universités, et à partir de 1938, les enfants juifs doivent quitter l’école. C’est le premier acte de la politique antisémite, d’autres suivront .

Le 15 septembre 1935, la loi civile du Reich et la loi « pour la protection du sang et de l’honneur allemand » interdisent les unions exogamiques et toutes relations sexuelles entre Juifs et non Juifs, « génératrices de souillure ». Les Juifs sont privés de leur citoyenneté et deviennent des sujets de statut inférieur. Parallèlement, le décret d’application définit qui est juif : « Est juif celui qui est issu d’au moins trois grands-parents juifs. Est juif celui qui appartient à la communauté religieuse juive ».

La loi du 26 mars 1938 oblige tous les Juifs du Reich à déclarer la totalité de leur fortune aux autorités et permet à Goering de disposer des biens déclarés « conformément aux besoins de l’économie allemande ».

D’avril à novembre 1938, les services du Reich prélèvent ainsi deux des sept milliards de marks de « biens juifs » déclarés. Les boutiquiers et les artisans reçoivent l’ordre de cesser toute activité commerciale avant le 1er janvier 1939. Une série de rafles a lieu à Berlin durant l’été 1938 alors que les contrôles policiers se font plus fréquents. Mille cinq cents Juifs sont internés dans des camps de concentration. Des expulsions, des destructions des biens et de lieux de culte ont également lieu.

Les synagogues de Munich (9 juin) et de Nuremberg (10 août) sont dynamitées. La loi du 18 août 1938 impose l’ajout sur les passeports des prénoms Sara et Israël. Début octobre 1938, le tamponnage des pièces d’identité de la lettre « J » est instauré à l’instigation de la Suisse. La violence culmine le 9 novembre 1938, au cours de la « nuit de cristal », pogrom organisé à l’échelle de l’Allemagne toute entière.

http://www.enseigner-histoire-shoah.org/outils-et-ressources/fiches-thematiques/la-montee-du-nazisme-et-les-persecutions-antisemites-en-allemagne-1933-1939/la-persecution-des-juifs-allemands.html

Pour comprendre ce processus , un petit livre à lire :

F Pavloff 1998

La shoah (catastrophe en hébreu) revêt de nombreux aspects :

  • La création des ghettos ( novembre 40 création du ghetto de Varsovie )
  • les exécutions de masse faites par les einzatzgruppen ( juin 1941 à janvier 1942 : 750 000 juifs assassinés )
  • les camps de concentrations crée dès 1933 pour accueillir d'abord les ennemis politiques du régime, puis les asociaux
  • et les camps d'exterminations suite à la décision de "solution finale " prise le 21 janvier 1942 lors de la conférence de Wannsee.
site Periclès 64
site Periclès 64

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *