Le chemin de Sarasvati /Claire Ubac

Claire_Ubac

A peine née, Isaï est menacée de mort par sa tante. Naître fille en Inde est perçu comme une catastrophe dans beaucoup de familles pauvres, considérant que la dot à prévoir pour le mariage ruinera la famille.

Mais sa mère Dayita, la protège et refuse de la laisser un seul instant sans surveillance, aidée par le grand-père qui est émerveillé par sa petite fille. Elle lui apprend à chanter dans sa langue maternelle, l’hindi. Elle la donne en protection à Sarasvati, la déesse de la Sagesse et des Arts…qu’elles honnorent ensemble par des offrandes et des prières.

Mais le malheur s’acharne sur la petite fille. Son père est parti à Bombay pour trouver un travail et tarde à revenir. Sa tante ne sait plus que faire pour l’exploiter et voilà que sa mère tombe malade et meurt…Isaï n’a que dix ans.

Elle fait à ce moment là connaissance avec Murugan, un jeune garçon (qui la prend pour un garçon car sa tante lui a fait raser la tête). C’est un hors caste  considéré comme impur par la société, mais elle devient son ami. Ensemble ils vont chanter, improviser et imaginer un avenir meilleur. Mais la tante, qui vient de contracter un emprunt pour financer le futur mariage de son fils, envoie Isaï travailler chez un usurier pour rembourser sa dette.

Isaï voit là une occasion de s’enfuir et  de partir rejoindre son père dans la capitale.  Murugan part avec elle. Les voilà tous deux confrontés à des adultes sans scrupules prêts à exploiter leur faiblesse, à voler le peu d’argent qu’ils possèdent et à profiter de leur jeunesse et de leur naïveté…

Isaï arrivera-t-elle à retrouver son père ?

Quel destin attend les deux enfants ?

Ce que j’en pense

La situation en Inde pour des milliers d’enfants démunis est certainement encore moins facile que celle de nos deux héros…

Mais l’auteur a le mérite de nous plonger dans cette vie si éloignée de la nôtre et de nous inviter à un voyage dans la réalité de la société et des croyances hindoues : les droits de l’homme bafoués (le travail des enfants,  la condition de vie des femmes…),  la surpopulation, la pauvreté,  les bidonvilles, la vénération des dieux, le système de castes, bref… un pays entre modernité et traditions où les préjugés ont la vie dure surtout dans les campagnes.

L’auteur nous invite aussi à un véritable voyage géographique dans  l’Inde aux multiples visages. Le lecteur découvre la beauté des temples, des villes et la variété des paysages traversés par les enfants. Il découvre aussi les différents plats traditionnels et quotidiens…

Un très bon roman initiatique pour adolescent préconisé pour les 4° dans les listes de l’Éducation nationale.

A lire absolument !

Commentaires

Votre commentaire