Comprendre vos ados : cours d’été !

Chers parents d’adolescents… Parce que cette période de leur vie les bouscule et les fragilise tout autant qu’elle vous fragilise et vous bouscule, quoi de mieux, pour prendre du recul, que de comprendre ce qui se joue à cet âge ?

La plateforme Fun-Mooc met ainsi en ligne, à l’attention des éducateurs, des cours gratuits sur le développement physique, psychologique et social des adolescents. Dispensés pendant 6 semaines, du 6 juin au 7 août, par Christine Cannard, psychologue clinicienne, Docteur en psychologie de l’enfant et de l’adolescent et Ingénieur de recherche à l’Inserm, ils aborderont les thèmes suivants :

  • Semaine 1 : Les changements pubertaires fondamentaux
  • Semaine 2 : À la conquête de soi
  • Semaine 3 : Les relations entre parents et adolescents
  • Semaine 4 : Les relations avec les pairs et la culture adolescente
  • Semaine 5 : L’adolescent dans le contexte scolaire
  • Semaine 6 : Les adolescents et leur santé

N’est-ce pas là une excellente raison de redevenir élève ? Si cela vous intéresse, cliquez ici !

Nathalie Jomart (contact.grumeau@free.fr et pour suivre son blog http://grumeautique.blogspot.fr/).

Nathalie Anton

Les problèmes de discipline en classe

Je reproduis aujourd’hui des extraits de l’interview de Denis Meuret menée sur France Info par Anne Brigaudeau le 31 mars dernier. Dans une note du Conseil scientifique de la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE), ce professeur en sciences de l’éducation montre, à partir des données de l’enquête PISA 2015 (1), que les classes françaises sont victimes d’une indiscipline supérieure à celle observée dans les autres pays.

« Franceinfo : Comment peut-on comparer l’indiscipline qui règne dans les classes françaises à celle qui existe dans les autres pays ? 

Denis Meuret : Le questionnaire Pisa ne demande pas aux élèves de 15 ans des pays développés si la discipline règne dans leur classe. Il leur pose des questions très concrètes. Y a-t-il du bruit dans la salle ? Le professeur doit-il attendre longtemps avant que les élèves se calment pour débuter le cours ? Grâce à ce questionnaire, Pisa 2015 a calculé un index de « climat de discipline » selon la fréquence de la situation évoquée. S’il y a du bruit à chaque cours, l’indice sera bas. S’il n’y en a jamais ou presque jamais, il sera haut. Les pays asiatiques ont de très bons indices de discipline. Les pays anglo-saxons aussi, alors qu’ils ne sont pas les plus répressifs dans les classes.

L’indice français a chuté à partir de l’an 2000. Et il se trouve que, depuis 2012, la France est le pays où ce climat de discipline est le plus dégradé au sein de l’OCDE. L’indice a légèrement augmenté en 2015, mais il reste le plus bas, loin derrière le Japon, où le climat de discipline est le meilleur.

Est-il possible d’identifier les causes de cette indiscipline ? 

L’enquête Pisa ne nous permet pas de comprendre pourquoi les élèves français se comportent si mal en classe. Si l’on regarde de près, on constate que l’absentéisme et les retards des élèves sont, en France, plutôt proches de la moyenne de l’OCDE. On peut en déduire qu’il n’y a pas de rejet, a priori, des matières enseignées : les jeunes Français se rendent autant aux cours que les autres élèves de l’OCDE.

Certes, les relations entre élèves et enseignants ne sont pas bonnes, en comparaison avec les autres pays, mais cet indice n’est pas aussi catastrophique que celui de la discipline. L’enquête nous montre que les classes apparaissent aussi moins agitées dans le privé que dans le public, en lycée qu’en collège. En revanche, il n’y a pas de différence significative entre établissements ruraux et urbains.

Quelles pistes faut-il explorer pour remédier à ce problème de discipline ?

Je ne crois pas que l’exclusion temporaire à grande échelle soit une bonne réponse. Peut-être faut-il renforcer le dialogue entre parents et enseignants dans chaque établissement. Cela semble d’autant plus opportun qu’ils se parlent moins en France que dans les autres pays de l’OCDE, selon un questionnaire Pisa.

(…) Il faut se rapprocher davantage de la culture anglo-saxonne ou scandinave : l’école travaille avec les parents pour permettre aux enfants de progresser. Il est nécessaire de développer cette idée que les parents ne sont pas des adversaires, mais des alliés.

Pourquoi cette question de la discipline est-elle importante ?

L’indiscipline est un facteur d’inefficacité évident, même si ce n’est pas le seul. Quand elle règne, les élèves ont moins de temps pour étudier car l’enseignant passe plus de temps à rétablir l’ordre. »

Dans un article consacré au même sujet, la journaliste de L’Express Anne Benjamin explique en effet que « certains pays dans lesquels les élèves réussissent bien à Pisa ont un indice de discipline qui n’est pas très bon, comme la Finlande. À l’inverse, d’autres pays où la discipline est très stricte ont un score moyen Pisa très faible, à l’image du Kazakhstan. » Cependant, le professeur de sciences de l’éducation à l’université de Lorraine et membre de l’institut universitaire de France Eirick Prairat rappelle clairement que « ce sont des exceptions, une classe ordonnée est d’abord une classe où l’on apprend bien. » La réflexion sur le climat scolaire au sein des établissements français semble plus que jamais nécessaire.

Nathalie Anton

(1) Programme international pour le suivi des acquis des élèves, mesurant tous les 3 ans auprès de jeunes de 15 ans les performances des systèmes éducatifs de 72 pays.

Illustration : Sempé, Le Petit Nicolas.

Suicide, harcèlement, viol… Pourquoi et comment discuter de « 13 Reasons Why » avec les adolescents

13 reasons whyOn m’en parlait, je l’ai regardée… et vais aujourd’hui, épisode par épisode, donner des ressources et des points de discussion possibles avec les adolescents sur la série « 13 Reasons Why«  diffusée depuis le 31 mars par Netflix. Celle-ci mérite de la part de tout éducateur, parents comme professeurs, une grande attention, car elle aborde de manière explicite les thèmes du harcèlement, du viol et du suicide avec l’école et la famille en toile de fond. Tirée du roman américain de Jay Asher (« Treize Raisons« ), la série raconte en 13 épisodes l’histoire de Hannah Baker, une adolescente de 17 ans, qui met fin à ses jours après avoir été victime de harcèlement en milieu scolaire et d’agression sexuelle au cours d’une soirée alcoolisée chez un camarade de classe. Si la série connaît un succès foudroyant auprès des jeunes, il est important que les adultes en encadrent la vision. Non seulement certains épisodes montrent très explicitement des viols (épisodes 9 et 12) et un suicide (épisode 13), mais l’irréversibilité de cet acte est gommée par la narration. En effet, la narratrice de « 13 Reasons Why » n’est autre que la défunte Hannah, qui, juste avant de mourir, a envoyé à ceux qu’elle juge responsables de sa mort des cassettes audio sur lesquelles elle explique les événements qui l’ont conduite au suicide. Entendre d’outre-tombe la voix de l’héroïne, qui semble donc toujours en vie au cours des 13 épisodes, atténue dangereusement la réalité de sa mort. Hannah agit comme un chef d’orchestre à travers ses cassettes, et continue post-mortem à exercer un pouvoir sur les vivants. Or, les adolescents fragiles doivent comprendre que le suicide ne rend pas tout puissant. Au contraire. Celui qui le comment n’est plus en mesure de profiter de la peine, des remords, des élans d’affection suscités par son acte. Par ailleurs, les causes d’un suicide sont complexes, et la responsabilité ne peut pas être uniquement rejetée sur l’entourage : comme le dit l’un des personnages de la série, la décision appartient avant tout à la personne qui le commet. Il est donc impératif, à travers le dialogue ouvert par cette série, que les adultes décodent ces présupposés, au même titre qu’ils doivent discuter des situations dans lesquelles les jeunes personnages s’engagent de manière souvent involontaire ou maladroite (harcèlement, sexisme, homophobie, mise à l’écart, propagation de rumeurs, diffusion de photos à caractère humiliant…). Ces actions reposent souvent sur la loi du silence, la loi du plus fort et la non assistance à personne en danger. De même, il est crucial de leur rappeler que les adultes sont là pour les aider à trouver des solutions à des situations qui bien que ressenties sur le moment comme insurmontables, s’avèrent, à l’échelle du temps, passagères. Voici, avant de passer en revue chaque épisode, deux liens utiles visant à prévenir tout passage à l’acte tragique et définitif :

https://suicideecoute.pads.fr/

http://sante.gouv.qc.ca/conseils-et-prevention/prevenir-le-suicide/

Episode 1. Hannah, une lycéenne de 17 ans, est arrivée depuis 2 mois dans son nouvel établissement. Sa seule amie, Kat, déménage. Lors d’une soirée, elle tombe amoureuse d’un joueur de basket, Jansen. Leur premier rendez-vous donne lieu à leur premier baiser. Cependant, Jensen laisse publier par ses amis une photo suggestive qu’il a prise de Hannah allongée laissant supposer qu’ils auraient eu une relation sexuelle dès le premier soir. Il ne dément pas, et Hannah acquiert la réputation d’être une fille facile. Double peine pour l’héroïne : le regard méprisant des autres sur elle et la trahison de celui dont elle était tombée amoureuse.

Points de discussion : Vulnérabilité d’adolescents arrivant dans un nouvel établissement  / Propagation de rumeurs / Droit à l’imagediffusion de photos de mineurs dénudés ou dans des situations à caractère sexuel / Confiance à accorder à un inconnu, même de son âge, même de son école / Apprendre à dire « non » malgré la pression du groupe, à s’interposer face aux rumeurs nuisant à la réputation de quelqu’un.

Episode 2. Un trio se forme entre Hannah et Jessica et Alex, deux autres élèves nouvellement arrivés. Leur relation immédiate et fusionnelle évolue à mesure qu’ils apprennent à se connaître. Peu à peu, l’amitié se transforme et Jessica et Alex développent une relation amoureuse sans le dire à Hannah, qui se sent exclue.

Points de discussion : Relations fusionnelles à l’adolescence / Evolution des amitiés à un âge où l’on grandit et où les centres d’intérêt changent vite / Ruptures amicales et amoureuses.

Episode 3. Avec d’autres garçons de l’équipe de basket dont il veut désespérément être apprécié, Alex établit une liste de parties physiques dont les plus et moins « attractives » sont attribuées à différentes filles de l’établissement. Les « plus belles fesses » reviennent à Hannah. La liste circulant parmi les élèves, ils en déduisent injustement que Hannah serait la raison pour laquelle Alex aurait rompu avec Jessica, qui se dispute alors violemment avec Hannah. Alex avoue avoir fait cela pour énerver Jessica qui ne voulait pas coucher avec lui. Par ailleurs, les garçons commencent à parler de, puis à oser toucher les fesses de Hannah. Des graffiti dans les toilettes des filles montrent qu’elles s’insultent les unes les autres en reprenant les stéréotypes masculins.

Points de discussion : Sexisme, traitement de la femme comme un objet sexuel, que l’on peut s’approprier / Harcèlement entre pairs / Utilisation à son insu d’une personne pour en atteindre une autre / Désir d’appartenir à un groupe quitte à taire ses propres valeurs, sa propre personnalité (pression sociale).

Episode 4. Tyler, l’élève photographe du journal du lycée, est amoureux de Hannah. Il fait une fixation sur elle, l’espionne et prend des photos d’elle, notamment un soir où, Courtney, une amie, l’embrasse dans sa chambre après qu’elles ont bu en l’absence des parents de Hannah. Par dépit, il publie une des photos prise ce soir-là. Même si personne ne reconnaît sur le moment les deux jeunes filles, Hannah ne se sent plus en sécurité ni au lycée, ni dans sa propre maison.

Points de discussion : (deux citations extraites de l’épisode) « Chaque action entraîne des conséquences. » (père de Clay vis-à-vis de la consommation excessive d’alcool) / « Facebook, Snapchat, Instagram ont tous fait de nous des voyeurs. » (Hannah) / Fluctuation normale de l’orientation sexuelle à l’adolescence (attirance physique et affective ressentie pour quelqu’un du même sexe ou de sexe opposé).

Episode 5. Terrifiée d’être perçue comme homosexuelle, Courtney accuse Hannah d’être bisexuelle et de l’avoir incitée à l’embrasser, pour attirer les garçons à participer à des jeux érotiques à 3. Hannah est accusée d’être une fille facile et lascive devant Clay. Celui-ci, au prétexte que cela n’affecte en rien la considération qu’il a pour elle, n’intervient pas pour s’opposer aux insinuations.

Points de discussion : Homophobie / Que faire quand on est témoin de harcèlement ? Comment s’y opposer ?

Episode 6. Pour la St Valentin, Hannah est invitée à sortir par Marcus, un joueur de l’équipe de basket qui se montre avec elle charmant. Cependant, il arrive avec une heure de retard au rendez-vous avec 4 de ses co-équipiers, et se permet très vite de la toucher de manière inappropriée. On comprend qu’il avait parié avec ses amis sur la facilité qu’il aurait à avoir une relation sexuelle avec elle, au vu de sa réputation. Bien qu’elle le repousse violemment, Hannah se sent publiquement humiliée et coupable de générer ce genre de réactions chez les garçons.

Points de discussion : Machisme, traitement de la femme comme objet de satisfaction sexuelle / Effet de groupe, pression des pairs.

Episode 7. Un autre membre de l’équipe de basket, le très populaire Zach, veut réconforter Hannah après l’épisode de la St Valentin. Elle le repousse cependant publiquement, après qu’il a fait référence maladroitement à ses « belles fesses ». Blessé dans son orgueil, il contribue à l’isoler davantage pour se venger, et l’ignore quand elle lui fait part de sa détresse.

Points de discussion : Surmonter le dépit amoureux, accepter de ne pas plaire à l’autre sans lui faire payer / Réagir à la détresse exprimée par un camarade, même s’il n’est pas un ami / Conséquences de la mise à l’écart sur l’estime de soi et la confiance en soi et dans les autres.

Episode 8. Les notes de Hannah commencent à chuter. Elle intègre un groupe de poésie auquel participe Ryan, le rédacteur en chef du journal du lycée. Il publie, sans dire qui en est l’auteur mais sans son consentement, un de ses poèmes dans lequel elle exprime son désespoir. Les autres élèves devinent qu’il est d’elle et s’en moquent. Elle rentre à la maison et demande à ses parents de déménager. Trop pris dans la comptabilité de leur pharmacie, ils ne relèvent même pas cet appel au secours.

Points de discussion : Qu’est-ce qui relève de la vie privée ou de ce qui est public ? / Publication de contenu sans autorisation de la personne concernée / Reconnaître les signes d’alerte d’un mal-être exprimé 

Episode 9. Hannah se rend à une soirée après les grandes vacances où elle découvre que Justin et Jessica sont désormais ensemble. Hannah se retrouve sans être vue dans une chambre dans laquelle Jessica s’endort après avoir trop bu. Bryce, un joueur de l’équipe de basket, fait pression sur son co-équipier Justin, pour qu’il le laisse entrer dans la chambre « pour s’amuser un peu » au prétexte qu’ils partagent « tout ». Il viole alors Jessica, à moitié inconsciente, avec le consentement tacite de Justin, qui, rongé par la culpabilité, ne dira rien même après avoir dessaoulé.

Points de discussion : Consentement avant tout rapport sexuel : une personne en état d’ébriété ne peut pas être considérée consentante / Responsabiliser les adolescents… et leurs parents vis-à-vis des risques liés aux soirées alcoolisées / Comment assister une personne en danger malgré la peur ? / Comment résister à la pression des pairs face à des actes dangereux ou répréhensibles ? / Comment faire face aux sentiments de culpabilité et de honte ?

Episode 10. Après la soirée, un jeune se tue dans un accident de voiture après avoir apparemment trop bu. Ses proches se sentent coupables de n’avoir pas pu empêcher le drame.

Points de discussion : Dangers de la conduite en état d’ivresse, stratégies pour l’éviter

Episode 11. Lors de la soirée, Clay et Hannah s’embrassent enfin mais, repensant à toutes les relations avec les autres garçons dont elle a été victime jusqu’alors, elle le rejette. Au lieu de lui avouer ses sentiments amoureux, il la laisse seule dans la chambre où elle sera ensuite témoin du viol de Jessica par Bryce. Il pense être responsable de sa mort pour n’avoir pas su l’épauler quand elle en avait besoin.

Points de discussion : Culpabilité ressentie après le suicide d’un proche pour n’avoir pas dit ou fait ce que l’on aurait souhaité / Complexité des motifs poussant quelqu’un à agir ou réagir.

Episode 12. De plus en plus désemparée, Hannah déçoit ses parents et a l’impression que tout le monde irait mieux si elle n’était plus là. Elle s’invite à une soirée donnée par Bryce, qui finit par la violer dans un jacuzzi. Celui-ci n’éprouve aucun remords, au prétexte qu’elle était en sous-vêtements, qu’il connaissait sa réputation et qu’elle n’a pas dit « non ».

Points de discussion : Violences sexuelles / Que faire en cas d’agression ? Vers qui se tourner ? Comment faire face au sentiment de honte pouvant être lié à l’agression dont on a été victime ? / Jusqu’où peut-on aller pour excuser, pour couvrir le comportement d’un ami ? / Jusqu’on doit-on garder un secret s’il implique des faits répréhensibles ? 

Episode 13. Hannah confie au psychologue scolaire qu’elle a été violée, mais celui-ci minimise les faits en suggérant qu’elle aurait peut-être induit par son comportement l’agression. Il la culpabilise également en lui disant que c’est une lourde accusation à porter contre un autre adolescent. Le conseil de tourner la page qu’il lui donne finit de la convaincre que personne ne peut l’aider. A la fin de la série, les cassettes de Hannah étant rendues publiques, on apprend que son meilleur ami du départ, Alex, a apparemment tenté de se suicider.

Points de discussion : levée du secret professionnel en cas de risque de suicide ou de crime / Le suicide n’est pas la solution

Nathalie Anton