Archive for the ‘activités associatives’ Category

talents méconnus de Fourier

Mardi, février 7th, 2017

Le quotidien l’Yonne Républicaine, dans son édition datée du 7 février 2017 rend compte de la conférence donnée par Jean-Charles Guillaume sur l’assèchement des marais de Bourgoin, devant les membres de la société des sciences historiques. Le conférencier qui est allé sur place collecter les informations a souligné en préambule, en s’en étonnant, l’aspect lacunaire des études sur l’administration du département de l’Isère par Joseph Fourier.

Les talents méconnus de Fourier

YR – 07/02/2017 – p.11

     De 1802 à1815, la mathématicien auxerrois Joseph Fourier à été préfet de l’Isère. Et à ce titre il a mené deux gros chantiers.

     C’est un aspect méconnu* de la personnalité de Joseph Fourier, surtout connu pour ses travaux en mathématiques, qui a été mis en lumière par l’historien Jean-Charles Guillaume lors de la conférence donnée à la Société des sciences historiques et naturelles de l’Yonne.

     De 1802 à 1815, Joseph Fourier a en effet été préfet de l’Isère, et à ce titre chargé de deux chantiers conséquents : d’une part la réalisation de la route de Grenoble vers Briançon en suivant la vallée de la Romanche, d’autre part l’assèchement de marais situés entre Bourgoin et La Tour-du-Pin.

     Plusieurs tentatives, dès le XVIIe siècle, avaient échoué, se heurtant notamment à l’hostilité de la population qui craignait des conséquences néfastes. Le talent de Fourier a donc été d’abord de collecter des informations et de rechercher systématiquement la conciliation, on pourrait dire de nos jours qu’il a su entre autres « communiquer ».

     Sa probité fut le troisième point fort, garant du succès de l’opération. Le premier coup de pioche du gigantesque chantier, fut donné Ie 25 novembre 1808. En 1814, l’ensemble des marais était drainé et les terres mises en culture.

c.c.

* [NDLR] Ce talent de négociateur est méconnu aujourd’hui, mais on en avait déjà éprouvé l’efficacité en Egypte, où cela avait étonné Bonaparte, dans l’administration quotidienne (cf l’histoire des 4 oulémas) comme lorsqu’il avait fallu négocier avec les Anglais un sauf-conduit pour rapatrier les savants. Méconnu donc, mais pas si nouveau, bien dans la continuité du personnage.

Fourier à Bourgoin

Jeudi, janvier 19th, 2017

Fourier à Bourgoin

                 Parmi les travaux qui ont accaparé Joseph Fourier lorsqu’il était préfet de Grenoble, l’assèchement des marais de Bourgoin est longtemps resté à la toute première place. Nous avons déjà évoqué cela sur ce site dans un billet.

     Monsieur Jean-Charles Guillaume est allé sur place et a consulté les archives de l’Isère pour reconstituer l’histoire de l’ensemble de ce chantier. Il rend compte des éléments nouveaux qu’il a engrangé au cours d’une conférence à la Société des Sciences Historiques de l’Yonne à Auxerre, le dimanche 5 février 2017 à 14 h 30 sur le thème : Fourier et le dessèchement des marais de Bourgoin.

 

Fourier en creux

Lundi, août 8th, 2016

Fourier en creux

YR 6 août 2016

YR 6 août 2016

     Le 6 août 2016 paraît, à Auxerre, dans le journal local, l’Yonne Républicaine, une page consacrée aux Auxerrois célèbres représentés par une statue dans la ville.

     Huit gloires locales ont ainsi droit à un développement de dix à vingt lignes : Paul Bert, Jean Moreau, le maréchal Davout, Charles Surugue, Marie Noël, Rétif de la Bretonne, Cadet Roussel et saint Amatre.

     La journaliste, Laurenne Jannot prouve qu’elle connaît bien son terroir : Fourier, dont la statue a disparu dans les conditions que connaissent les lecteurs de ce blog, s’il n’est naturellement pas à l’image, a droit à une mention spéciale un peu plus étoffée que celles de ses « rivaux » sous le titre, en grosses lettres « Fourier n’a qu’un médaillon ».

     Il est probable, que dans une prochaine édition, ce souvenir en creux, d’un Fourier voué aux Gémonies par l’occupant, soit gommé lorsque à l’action entreprise par le CCSTIB, sous l’impulsion de Tadeusz Sliva aboutira. Nous en reparlerons alors plus largement.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Fourier en médaillon

Fourier

Fourier

 

Kahane, 90 ans

Jeudi, juillet 7th, 2016

Colloque

en l’honneur de

Jean-Pierre Kahane

     Jean-Pierre Kahane, né le 11 décembre 1926, a 90 ans en 2016, ce qui est l’occasion de rendre hommage à ce mathématicien éminent. Il est professeur émérite à l’Université Paris Sud Orsay et membre de l’Académie des sciences. Un colloque en ce sens s’est déjà tenu (1), début juillet 2016, à Orsay où le comité scientifique a souhaité que soient aussi évoquées ses activités pour l’enseignement et une petite session sur l’enseignement a clôturé le colloque l’après-midi du jeudi 7 juillet 2016, à l’Institut Henri Poincaré, avec des exposés de Michèle Artigue et Etienne Ghys.

Jean-Pierre Kahane

Jean-Pierre Kahane

      La Société Joseph Fourier a des raisons particulière d’être reconnaissante envers Jean-Pierre Kahane : dans les années 1970, il a milité pour que soit reconnu à sa juste valeur le nom de Fourier, encore ignoré en France, mais déjà honoré par les chercheurs du monde entier. En 2011, il écrivait « Fourier, selon Riemann, est le premier à avoir compris complètement la nature des séries trigonométriques, en associant ce que j’appellerai l’analyse, les formules intégrales donnant les coefficients, et la synthèse, la représentation d’une fonction par une série trigonométrique. C’est à cause de Riemann que nous parlons aujourd’hui de séries de Fourier. En France, Fourier a été longtemps méconnu. »

Lorsque l’Association Société Joseph Fourier fut créée, en 2012, Jean-Pierre Kahane en a accepté la Présidence d’honneur.

Nous nous associons donc tout naturellement ici à ces hommages.

———–

(1) Avec la participation de Nalini Anantharaman (Université de Strasbourg) ; Vincent Beffara (Université de Grenoble) ; Jean Bourgain* (IAS Princeton) ; Zoltan Buczolich (Eötvös University) ; Emmanuel Candes (Stanford University) ; Ronald Coifman (University of Yale) ; Nicolas Curien (Université Paris Sud) ; Sophie Grivaux (CNRS/Université de Picardie) ; Peter Jones (University of Yale) ; Michael Hochman (Hebrew University) ; Yves Meyer (ENS Cachan) ; Gilles Pisier (Université Paris 6 and Texas A&M University) ; Kristian Seip (Norwegian University of Science and Technology) ; Stéphane Seuret (Université Paris-est Créteil) ; Vincent Vargas (Ecole Normale Supérieure) ; Julien Barral (Université Paris Nord) ; Frédéric Bayart (Université Blaise Pascal) ; Ai Hua Fan (Université de Picardie) ; Tom Körner (University of Cambridge) ; Eric Saias (Université Pierre et Marie Curie) ; Hervé Queffélec (Université de Lille) ; Emmanuel Trélat (Université Pierre et Marie Curie)

APMEP et Joseph Fourier

Mardi, mai 24th, 2016

L’APMEP, la vie et l’œuvre de Joseph Fourier

APMEP_b

     Daniel Reisz milita au sein de l’APMEP, sur la fin de sa vie, il a préparé pour les adhérents de cette association un article présentant Joseph Fourier. La publication posthume de cet article, en deux parties, date de janvier-février 2016, n° 517 du Bulletin vert, et mars-avril 2016, n° 518.

La première livraison (n° 517 du Bulletin vert de l’APMEP) pp. 81-92 évoque la vie de Joseph Fourier en trois partie :

    – sa jeunesse à Auxerre

    – sa formation scientifique, l’Égypte, Grenoble

    – Le savant socialement et scientifiquement reconnu.

     La seconde livraison (n° 518 du Bulletin vert de l’APMEP) pp. 207-214 traite plus précisément de l’œuvre scientifique et en particulier mathématique de Fourier. Tout en évoquant l’ensemble des publications de Fourier, l’auteur fait une large place à la Théorie analytique de la chaleur qu’il présente en évitant de recourir à des considérations mathématiques dépassant le niveau des connaissance d’un lycéen ; ce qui conduit, sans le dire, à une approche intuitive des Transformations de Fourier.

Une bibliographie figure en annexe.

Un monument pour Fourier à Auxerre

Jeudi, février 18th, 2016

Un monument à la gloire

de Fourier à Auxerre

     Nous avons déjà conté ici l’histoire de la statue de Joseph Fourier à Auxerre fâcheusement disparue lors de la dernière guerre, victime de la rapacité de l’occupant. Nous nous avons présenté son sculpteur, Edme-Nicolas Faillot . Nous nous sommes fait écho le l’initiative du CCSTIB, lançant, en juin 2012, une souscription visant à ériger, à Auxerre, sa ville natale, un monument digne de Joseph Fourier qui mérite mieux que le médaillon apposé en 1952 sur la façade de l’Hôtel de ville.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Médaillon à la mémoire de J. Fourier, sur la façade de l’ancien palais comtal.

     Petit à petit, l’idée de réaliser à Auxerre un monument à la gloire de Joseph Fourier fait son chemin. Des industriels qui utilisent chaque jour les outils exploitant les méthodes de Fourier sont intéressés, il ne leur reste qu’à trouver un moment pour y réfléchir sérieusement et peser leur intérêt à être mécène de cette belle initiative. Du côté des politiques, les soutiens sont acquis tant de la part du Maire d’Auxerre (depuis le 23 octobre 2015) que du député de la circonscription dont la lettre est datée du 30 octobre 2015. A l’instar du directeur de l’Ecole Normale Supérieure, début février, le Président de l’Académie des Sciences s’est engagé à parrainer le projet le 15 février 2016.

     La volonté politique est donc là, la caution morale aussi, reste à aborder les aspects pratiques du projet : quelle forme le monument présentera-t-il ? où sera-t-il érigé ? Quel sera le coût du projet complet ? (ce qui donnera une idée du temps qu’il faudra pour finir de réunir les fonds nécessaire).

     Nous rendrons compte des avancées de la réflexion puis de l’avance de la réalisation. Ceux qui le souhaiteront pourront également se renseigner en consultant directement la page du CCSTIB consacrée à cette action, impulsée par monsieur le professeur des Universités Tadeusz SLIWA, ou le site de monsieur le professeur de Mathématiques Spéciales Alain JUHEL qui rend compte en une bonne place de la vie et de l’œuvre de Joseph Fourier .

Fourier : Assemblée 2016

Vendredi, février 12th, 2016

Société Joseph Fourier

Assemblée Générale 2016

Jean Dhombres, l'Yonne Républicaine du 10 février 2016

Jean Dhombres, l’Yonne Républicaine du 10 février 2016

    Dans les locaux de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de l’Yonne, immédiatement après la conférence donnée par Jean Dhombres sur le thème : Ce que Fourier doit à Auxerre, les adhérents ont été invités à participer, le 7 février 2016, à l’Assemblée générale annuelle.

Cette réunion, dont on peut consulter le compte-rendu ici, a permis notamment de faire le point sur l’état d’avancement de la biographie de Joseph Fourier. La publication de l’ouvrage est prévue pour l’automne 2016 chez l’éditeur Hermann selon les modalités qui ont prévalu pour la biographie de Laplace.

Assemblée Générale 2016

Mardi, janvier 26th, 2016

Société Joseph Fourier Auxerre

Joseph Fourier

Joseph Fourier

N° d’association: W891003630

N° SIREN 539 840 751

Vous êtes invité(e) à assister à l’assemblée générale de la Société Joseph Fourier le Dimanche 7 février à 16 heures, dans les locaux de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de l’Yonne, à Auxerre (1 rue Marie Noël)

Ordre du jour

– Bilan de l’année 2015, réorganisation de la Société Joseph Fourier suite au décès de monsieur Daniel Reisz.

– Bilan financier et fixation du montant de la cotisation 2016

– Perspectives pour l’avenir

– Election des membres du C.A et désignation d’un bureau

– Questions diverses.

[Pour mémoire, sous l’égide de la SSHNY, ce même 7 janvier, à 14 h 30, 1 rue Marie Noël, conférence de Monsieur Jean DHOMBRES : «Ce que le mathématicien et physicien Joseph Fourier doit à Auxerre»]

=====================================================

Pouvoir (à renvoyer à [email protected])

Je soussigné(e)…………………………………………… (nom et prénom), ne pouvant pas assister à l’assemblée générale du 7 février 2016, donne tout pouvoir à……………………………………(nom et prénom),

pour prendre toute décision et participer à tout vote à ma place.

 

Date :

« bon pour pouvoir »

 

Fourier et Auxerre

Mardi, décembre 29th, 2015

Fourier et Auxerre

Ce que le mathématicien et physicien Joseph Fourier doit à Auxerre

La Société des Sciences Historiques et Naturelles de l’Yonne nous annonce qu’une conférence concernant Joseph Fourier sera donnée dans ses locaux : 1 rue Marie Noël à AUXERRE.

Dimanche 7 février 2016

à 14 h 30

Jean Dhombres

Jean Dhombres

Jean DHOMBRES

Ce que le mathématicien et physicien Joseph Fourier doit à Auxerre

 

Rappelons que Jean Dhombres, qui a publié en 2012 chez Hermann une biographie de Laplace, prépare une biographie de Joseph Fourier à paraître prochainement chez le même éditeur.

Les lecteurs de ce billet qui souhaiteraient des précisions peuvent poser leurs questions auprès de [email protected].

Plaque commémorative

Plaque commémorative

Maison natale de J.J. Fourier

Maison natale de J.J. Fourier

Daniel Reisz

Mardi, novembre 10th, 2015

Daniel Reisz

La société Joseph-Fourier en deuil     

Daniel Reisz

Daniel Reisz

Ancien professeur de mathématiques du lycée Jacques-Amyot, Daniel Reisz est décédé dimanche 8 novembre 2015, après-midi. Né en 1937 en Alsace, Daniel Reisz a commencé à enseigner à Dunkerque, où il a rencontré son épouse, originaire d’Irancy. Ce qui a conduit le couple à rejoindre l’Yonne en 1964. Après avoir transmis son savoir au lycée Jacques-Amyot jusqu’en 1982, puis deux ans à l’Ecole normale, il a occupé les fonctions d’inspecteur pédagogique en mathématiques. Il était commandeur dans l’ordre des Palmes académiques.

     Très investi dans la création du Cercle Condorcet, il l’était également dans de nombreuses autres associations, comme la Société des sciences historiques et naturelles de l’Yonne, la Société Paul-Bert et l’Association pour le droit de mourir dans la dignité. Il était aussi le co-fondateur et vice-président de la Société Joseph-Fourier, dont le but est de faire connaître la vie et l’œuvre du mathématicien au grand public. « Il était en train d’écrire un livre sur lui », indique Michèle Skowron, l’une de ses proches.

     Très attaché à la Bourgogne, sans pour autant renier ses racines, Daniel Reisz était altruiste. Il rendait notamment visite aux détenus des maisons d’arrêt, une activité bénévole « dont il était fier. Il disait qu’il avait envie de s’occuper des plus déshérités ».

C’est également à cet homme qu’Auxerre doit les cours de philosophie du mardi soir, à la maison Paul-Bert.

Ces dernières semaines, il a affronté la maladie en face. « Il appelait les choses par leur nom et ne se mentait pas. Ce n’était pas le genre. »

 Son départ laisse la Société Joseph-Fourier orpheline et triste.