A propos Gpm

votre professeur de français...

Point Brevet 10 : le dialogue argumentatif

Rédaction ! Sujet de réflexion / sujet d’invention Point brevet 10 : le dialogue

argumentatif

Fichier à télécharger : PTbrevet10

Exemples  :

  • dialogue théâtralisé

Sujet : Deux amis discutent de l’interdiction totale des téléphones au collège. L’un n’y voit pas d’inconvénients, l’autre est contre.

LISA, affolée : _ Tu as entendu ? Les téléphones portables sont interdits dans l’enceinte de l’établissement ! Comment je vais-faire ?

ANISSA, avec un petit sourire _ Comment on va faire quoi ? Travailler ?

LISA _ Ne te moque pas de moi ! Sérieusement, je ne peux pas passer une heure sans mon téléphone, même pendant les cours de français des fois j’ai envie de le prendre !

ANISSA _ Ma pauvre Lisa ! Comme je te plains ! Elle tapote ironiquement l’épaule de sa camarade Qu’as-tu besoin de faire sur ton téléphone ? N’as-tu pas d’amis ? La vraie vie ne te plais pas ?

LISA _ Si, bien sûr mais je ne sais pas ce que pense Théo de ce que je lui ai envoyé par message ou je ne peux pas continuer mon délire avec Waffa !

ANISSA _ Franchement, Lisa, Waffa ? Celle qui t’a harcelée sur Insta toute l’année dernière ? Allez, donne moi de vraies raisons pour avoir ton téléphone au collège !

LISA , avec un air d’évidence_ Je peux appeler mes parents si un prof est absent !

ANISSA _ Le règlement intérieur précise que tu dois passer ton coup de fil à la Vie scolaire !

LISA _ … ou si je rate le bus ! Ah !

ANISSA _ N’y-a-t-il pas de téléphone au bureau des surveillants ?

LISA _ Arrête avec des questions rhétoriques, tu as raison. Mais regarde, en cours parfois on utilise nos téléphones, Mme PM nous laisse photographier le tableau si nous n’avons pas terminé ou nous enregistrer ! Cela peut servir de chronomètre aussi !

Mme PM passant par là _ Mais Lisa, depuis l’arrivée des tablettes ce n’est plus nécessaire ! Je crois surtout que comme une bonne partie de la population française tu es accro au téléphone !

ANISSA _ Vous aussi madame ?

Mme PM _ J’ai dû me désaccoutumer, c’est comme une drogue.

ANISSA _ Ma mère passe toutes ses soirées sur le sien, elle ne m’entend plus quand je lui parle, c’est pour cela que je pense que l’interdiction dans le collège est une bonne chose. Nous passons toutes nos soirées sur des écrans, parfois nos nuits et du coup nous n’écoutons plus et nous ne réfléchissons plus. Le téléphone est une avancée intéressante mais si nous ne faisons pas attention, il va faire partie de nous. Ce n’est qu’une machine, je préfère les gens !

LISA _ Tu n’as pas tort, mais cela me semble très difficile.

ANISSA _ Rassure-toi, tu n’y penseras plus demain, en attendant va parler à Théo, il t’attend vers le gymnase

Elle lui fait un clin d’œil et Lisa rougit.

 

Projet : semaine radiophonique

Avant le début de la semaine, il faudra  :

  • faire les groupes ( pas plus de 3)
  • choisir votre sujet parmi ceux-ci et lire les sujets qui y sont associés. Prendre des notes en utilisant le Point brevet 9
  1. le minimalisme article 1 sur Usbeketrica.fr article 2 sur rts.ch article 3 sur Wedemain.fr
  2. le veganisme article 1 sur Le Figaro  article 2 sur libération.fr article 3 sur le monde.fr
  3. le transhumanisme un exposé d’élèves canadiens, article 2 sur lesechos.fr , article 3 sur wedemain.fr
  4. le zéro déchets article 1 sur le monde.fr article 2 sur wedemain.fr article 3 sur wedemain.fr bonus : un jour zéro déchet sur libération.fr
  5. https://www.wedemain.fr/50-000-spectateurs-zero-dechet-les-secrets-du-festival-le-plus-green-de-France_a1065.htmlLa cyber dépendance :  article 1sur Psychologies.fr , article 2 sur les échos.fr article 3sur le site de l’université de Laval
  6. l’autosuffisance des villes  émission 1 sur France cultures article 1  sur wedemain.fr article 2 sur Wedemain.fr
  7. la collapsologie ou effondrement écologique : article 1 sur wedemain.fr article 2 sur le point.fr (voir aussi l’épisode 4 de la série Next sur le même site)
  8. l’intelligence artificielle article 1 sur CEA.fr article 2 sur numerama.fr article 3 sur 20minutes.fr

3EMES Plan de travail N° 1 Chapitre 1 : Liberté !

Vous trouverez ci-dessous en pdf le Plan de travail du Chapitre 1 à télécharger ( clic-droit et enregistrer sous)

Bonne rentrée !

3EMESpdt1

Pour s’entrainer en orthographe : http://www.ralentirtravaux.com/lettres/exercices/index.php

Pour s’entraîner en Grammaire : https://www.salle34.net/

Pour s’enttrainer en dictée : http://unedicteeparjour.fr/les-dictees/

Pour retrouver les cours sur la chaîne Youtube du cours de Mme PM : https://www.youtube.com/channel/UCzoXupzpL259JNbUDd8b0Iw?view_as=subscriber

point Brevet 7 : Partager le doute ou la certitude

Point Brevet n° 7 Exprimer le doute ou la certitude leçons

REDACTION / ARGUMENTATION

Lorsqu’on donne son avis sur un sujet, on est subjectif. Tous ces mots qui montrent le doute ou la certitude sont des modalisateurs.

  1. Pour exprimer le doute ou la prudence  :

    Moyens employés

    Exemples

    Verbes d’opinion

    Je pense, suppose, crois, doute, espère, imagine, présume, soupçonne que

    Tournures impersonnelles (elles utilisent « il » sans que ce « il » ne soit quelqu’un)

    Il faut, il ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

    a

    Douteux, incertain, vraisemblable, probable, possible, envisageable, …

    a

    Certainement, sans doute, probablement, vraisemblablement, apparemment, peut-être…

  2. Exprimer la certitude ou la conviction

Verbes d’opinion et groupes verbaux

Je sais, je t’assure, j’affirme, je certifie … je suis persuadé/ convaincu/ sûr / certain /j’ai la certitude / la conviction que,

T

i

Il est sûr, il apparaît que, il est évident que …

a

Sûr, certain, inévitable, clair, évident …

a

Assurément, forcément, réellement…

  • Le conditionnel et le futur peuvent montrer l’incertitude (ex= Il se sera perdu, elle se serait fait mal)
  • Les phrases interrogatives (types de phrases) peuvent aussi montrer le doute (Ex = Peut-être devrais-je partir ? )
  • les phrases exclamatives et injonctives peuvent montrer la certitude (Ex = Non, je refuse ! C’est totalement sûr ! )

Point Brevet exercices d’entraînement

Question 1

Repère les procédés de modalisation dans ces quatre phrases : quelle nuance apportent-ils ?
– Ce roman a injustement obtenu le prix Goncourt.
– Que tu es maladroit, fais donc attention !
– Il a repeint les murs de sa maison avec des couleurs criardes.
– La réunion s’est prolongée indéfiniment.

?un doute ? une certitude ?un jugement péjoratif ?un jugement mélioratif

Question 2

Repère les procédés de modalisation dans ces quatre phrases : quelle nuance apportent-ils ?
– Notre professeur de SVT serait absent aujourd’hui.
– Il doit y avoir une erreur.
– Vous avez peut-être mal compris, je l’ai vu tout à l’heure.
– N’est-ce pas sa voiture garée sur le parking du collège ?

?un doute ? une certitude ?un jugement péjoratif ?un jugement mélioratif

Question 3

Quel est l’énoncé qui traduit un sentiment de l’énonciateur ?

  • Je pense que leurs revendications sont légitimes.
  • Il me semble que le jour se lève.
  • J’estime qu’il est temps de nous séparer maintenant.
  • J’espère que nous nous reverrons bientôt.

Question 4

Quel est l’intrus parmi les phrases suivantes ? Expliquez votre réponse.

  • Les clients se sont jetés sur les soldes dans une frénésie délirante.
  • Les cargaisons de touristes défilent à la chaine devant les pyramides.
  • Un air doux, une lumière blonde : c’est une belle journée d’automne.
  • Les usagers du métro sont comme branchés en perfusion à leur

point Brevet 6 : Partager son accord / son désaccord

Point Brevet n°6 : Partager son accord / son désaccord Leçons

REDACTION / ARGUMENTATION

  1. Pour donner son opinion directement :

    expressions adverbiales

    Selon/ d’après moi, à mon sens / avis, pour ma part, à mon point de vue, personnellement…

    Verbes d’opinion

    Estimer, penser, constater, considérer, croire, trouver …

    expressions verbales

    Je suis d’avis que, j’ai l’impression que , je reste convaincu que, il me semble…

  2. Opinion favorable

Adverbes

Exactement, évidemment, absolument, effectivement, en effet, bien sûr, tout à fait …

Verbes

Approuver, soutenir, adhérer à, apprécier …

Expressions verbales

Je suis pour/ en faveur de, je me prononce pour, je suis favorable à, je suis de l’avis de / du côté de, je souscris aux idées de, je partage votre analyse/ point de vue / propos, il est vrai que…

3. Opinion défavorable

Verbes

Nier, rejeter, dénier, réfuter, refuser, récuser, déplorer, condamner, désapprouver, regretter…

Expressions verbales

Je manifeste mon désaccord, je ne suis pas d’accord avec, je m’inscris en faux face à , je ne souscris pas aux idées de , je m’élève, m’insurge contre, je m’oppose à, je suis hostile aux idées de, nos opinions divergent…

4. Accord ou désaccord nuancé

Accord ou désaccord total

Adverbe juste après le verbe : Je suis …. tout à fait, totalement, pleinement, parfaitement, entièrement, absolument, radicalement, fermement…

Accord ou désaccord partiel

Adverbes : à peu près, en partie, partiellement, en gros, grosso modo…

Accord ou désaccord nuancé

C’est bien possible, toutefois, je ne suis qu’en partie d’accord. Admettons, mais … Ce n’est pas si simple, En effet, … Certes, mais … Oui, mais d’après moi, c’est plutôt…

 

Point Brevet 5 : Le point de vue

Image de prévisualisation YouTube

 

Point brevet n°5 : le point de vue

Le point de vue c’est se demander …………………………………………..…. ? On se demande qui ………………… ou …………………………….… les événements racontés dans une histoire.

On se demande qui est le …………………………………..… ?

1) Le point de vue I………………………………….

  • Le narrateur a vécu les événements, il utilise « ………. ». (1ere personne)

  • Il décrit ses s……………………………………..…, ses s…………………………………………..…, ses ac……………………… et ses p…………………………………..…..

II) Le point de vue O…………………………………………..… (omni= tout / scient = savoir)

  • le narrateur ne fait pas partie de l’histoire, il utilise « …… » ou « ……… » ( 3eme personne)

  • Il connaît le ………………………..…., le p………………………………..…, le f……………………………………. il s…………….…. tout de tous les p……………………………………………………. , c’est pour cela qu’on appelle ce point de vue, le point de vue de D……………………………

III) le point de vue E…………………………………………..

  • le narrateur est extérieur à l’histoire, il est un témoin qui assiste à la scène, il utilise « ………. » ou « ………….…. » ( 3eme personne)

  • Il ne peut raconter que ce qu’il voit, entend, touche, sent ou goûte. Il ne décrit pas ses p……………………………… ou celles des autres personnages. Il ne sait rien d’autre.

Point Brevet 4 : Le personnage et le cadre spatio-temporel

Point Brevet n°4 : Le personnage et le cadre spatio-temporel

I) Les personnages

  • Observez toujours leurs noms, ils correspondent souvent à l’image que l’auteur veut nous donner d’eux.

    Exemple : Cosette, le diminutif-ette montre la fragilité du personnage tandis que Cosa en latin veut dire chose. Son nom signifie « petite chose ».

  • Etudiez leur portrait, leur façon de se comporter et leur cadre de vie. Ils vous donnent des indices pour comprendre leurs réactions et mieux saisir pourquoi l’auteur les imagine ainsi. A qui ressemblent-ils ? Quel type d’être humain représentent-ils ? Un avare ? Un idiot ? Un mélancolique ?

II) Le cadre spatio-temporel

  • Repérez les marques de temps : le matin, cette année-là, deux heurs auparavant… Ce sont souvent des Ccde temps qui vous aident à vous repérer dans le récit. Attention, parfois il y a des ellipses ( des moments qui ne sont pas racontés), des retours en arrière ou au contraire des anticipations (on raconte ce qui se passera plus tard).

  • Repérez les marqueurs de lieu, les éléments spatiaux, qui nous permettent de nous repérer dans l’espace.

Ces éléments sont des indices qui doivent vous permettre de comprendre où se situe la scène et à quelle époque même si cela n’est pas dit. Par exemple, si une sirène de bateau retentit, un port n’est pas loin. Si on évoque un roi et qu’on se déplace à cheval. Nous sommes entre le moyen-âge et le 19eme siècle, il faut chercher d’autres indices pour préciser votre réponse.

Point Brevet 3 : Construire un paragraphe

Point Brevet n° 3 Construire un paragraphe flashez !

Un paragraphe commence par un ……………………………., c’est-à-dire un retrait de deux carreaux par rapport à la marge.

Quand le paragraphe est terminé, il convient de ……………………………… une ligne.

Il existe une règle ( notamment dans le sujet d’invention) : un paragraphe correspond à une idée. Dans un texte narratif ( qui ……………………………………………… ), lorsqu’une action ou une séquence est terminée, on change de paragraphe. Cela fonctionne comme les changements de plan au cinéma.

Le texte est ainsi plus clair, plus lisible, le lecteur peut agréablement suivre votre lecture.

Exercice :

A faire

A ne pas faire

Alinéa = [

retour à la ligne = *

Les textes sont découpés en parties appelées des paragraphes (composés de phrases). Les paragraphes sont séparés les uns des autres par des lignes vides. Chaque paragraphe ne parle que d’une seule idée importante à la fois. Le découpage en paragraphe permet de suivre plus facilement les explications.Pour plus de clarté, les paragraphes sont souvent séparés les uns des autres par une ou plusieurs lignes vides. Et souvent la première phrase d’un paragraphe commence par un espace vide appelé retrait

Point Brevet 2 : Le sujet de réflexion

Point Brevet 2 : Le sujet de réflexion (rédaction type brevet)

Reconnaître le texte argumentatif

Un texte argumentatif cherche à convaincre (en utilisant la raison) ou à persuader (en utilisant les sentiments). Pour cela, il utilise plusieurs procédés :

  • les a……………………………….…. et les ex………………………………….. = ils sont clairs et permettent de prouver ce que l’on défend (la thèse) Chaque argument est mis en valeur dans un paragraphe distinct.

  • Le texte argumentatif contient beaucoup de m…………………………………………………… comme le conditionnel ou des mots qui montrent la cer…………………………………. Ou au contraire le d…………………………………..

  • Les questions rhétoriques : ce sont des questions qui n’attendent pas de réponse mais qui cherche à interpeller le lecteur.

  • Les phrases excl………………………………..…… : elles donnent plus de force au propos et renforcent l’indignation

  • Les points de suspension : ils permettent de laisser réfléchir le lecteur ou de mettre en valeur une idée

  • L’impératif et le futur créent une dynamique, surtout s’ils sont employés avec « nous »

    « Il faut être » est moins fort que « Soyons »

  • les connecteurs logiques sont souvent employés

Comment construire un texte argumentatif ?

  • Le sujet me donne un thème :

Sujet : Les écrans sont en plein développement. Certains pensent que les enfants et d=les adolescents devraient n’avoir qu’un accès limité aux écrans. D’autres prônent une plus grande liberté. Exposez, dans un devoir organisé, des arguments pour les deux camps.

  • Je dois ensuite choisir ma thèse : …………………………………………. et déduire l’antithèse : …………………………………….

Le plan peut être : pour / contre ou avantages / inconvénients

  • Au brouillon, je cherche des arguments et des exemples

  • J’utilise des connecteurs logiques pour relier mes idées :

explication : parce que , puisque, car, c’est-à-dire

Addition : et, de plus, en outre, ensuite

Opposition : toutefois, par contre, en revanche, or mais , néanmoins, cependant

Conséquence : par conséquent, finalement, donc, si bien que, en effet

Hiérarchie : tout d’abord, ensuite, finalement

Exemples : ainsi, c’est le cas de, comme en témoigne, comme le prouve, comme le montre par exemple

  • Je suis ensuite la maison de l’argumentation pour construire mon travail.

Point brevet 1 : le genre du texte

Point brevet 1 : Reconnaître le genre d’un texte

Roman

Nouvelle

Conte

Autobiographie

Poésie

Lettre

Théâtre

*Personnage de fiction

*cadre spatio-temporel précis

* évènements réalistes (sauf pour la science-fiction)

*temps du récit présent / passé

Personnage de fiction peu décrit

cadre spatio-temporel peu décrit

évènements réalistes

chute

texte court

Cadre spatio-temporel imprécis et ancien

personnages désignés par un nom ou une profession

présence du merveilleux

Texte à la 1ere personne (JE)

l’auteur et le narrateur sont la même personnel

récit mêlant souvenir et réflexion

Vers (retours à la ligne)

rimes, strophes

images poétiques

Formules d’adresse et d’envoi

utilisation de la 1ere et 2eme personne ( tu ou vous)

formule de salutation et signature

Nom des personnages devant les répliques

didascalies en italiques

découpage en acte et en scène

 

Point brevet 0 : Lettre privée et lettre officielle

Point Brevet 0 : écrire une lettre officielle / écrire une lettre privée

Ecrire une lettre officielle

Pour écrire une lettre officielle ( destinées à l’administration, lettre de motivation, demande de stage…) il faut respecter certaines règles qui peuvent vous paraître démodées mais utiles pour réussir…

Coordonnées : nom, prénom, adresse, téléphone, mail

Date et lieu d’émission : lieu et date où vous écrivez la lettre

Objet : raison pour laquelle vous écrivez ( demande de stage, réponse à l’annonce, demande de réduction d’impôts…)

Formule d’appel : si vous connaissez la personne à qui vous vous adressez Madame X, Monnsieur Y, si vous ne savez pas qui lira votre lettre : Madame, monsieur,

Formule de congé : Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer madame, monsieur ( voir formule d’appel) mes salutations distinguées ou mes sincères salutations, Cordialement est réservé aux lettres privées ou entre collègues !

Signature : dans un exercice type brevet, ne mettez jamais votre vrai nom ( brevet, brevet blanc, dm, type brevet…) Ceci est valable pour les coordonnées.

Ecrire une lettre privée

Une lettre privée est intime, c’est-à-dire qu’elle n’est pas lue par quelqu’un d’autre que le destinataire avec qui on est généralement proche. La forme est plus libre que dans la lettre officielle et on utilise plus facilement le « tu » et le « Je »… On utilise un langage moins formel et on peut se permettre des libertés…

Date et lieu d’émission : Comme pour la lettre officielle

Formule d’Appel : On peut utiliser un adjectif affectueux ( hypocoristique, on dit ) Chère Maman, Mamounette, Ma chérie, Mon coeur, Bae, mon chaton ….

Corps de la lettre : On utilise des paragraphes et on raconte des évènements personnels qui nous sont arrivés. On exprime ses sensations ( 5 sens ) et ses sentiments. On peut utiliser toute la ponctuation dont les questions et les exclamations.

Formule de congé : tout dépend à qui on s’adresse mais Cordialement est utilisé entre collègues ou connaissances tandis que Affectueusement, Bisou, Ta chérie qui t’aime, Ton canard sont utilisés pour des proches.

On peut rajouter A Bientôt qui garde le contact avec le destinataire.

Signature : Même consigne pour les travaux type brevet que dans la lettre officielle : pas de vrai nom.

PTBREVET 0 lettres

Comment faire ?

Mis en avant

Vous avez un identifiant et un mot de passe du type : prenomnom (attaché, sans accents). Utilisez S’identifier et Publier au dessus de cet article. Dans la colonne de gauche, sélectionnez « Articles » puis « Ajouter« . Laissez libre cours à votre créativité et n’oubliez pas le titre, la catégorie appropriée ainsi que de vous relire !

Bilan chapitre 4 : la lettre

Nous avons lu des lettres de Choderlos de laclos, de Victor Hugo et de Mme De Sévigné.

Nous avons découvert l’utilisation du langage très soutenu dans une lettre d’amour. 

Nous avons appris à utiliser la métaphore, l’énumération, le parallèlisme de construction, les questions rhétoriques, l’hyperbole, l’interjection et la comparaison dans une lettre.

Nous avons vu les topos de la lettre d’amour, comme par exemple l’évocation du physique de la jeune fille et notamment sa gorge.

Nous avons étudié la forme d’une lettre officielle.

Nous avons vu le tableau de la situation d’énonciation (qui parle à qui ? où ? quand ? le thème ? le propos?), les déictiques sont des petits mots (comme des pronoms) qui n’ont de sens que dans leur contexte.

Nous avons essayé de comprendre ce qu’est une phrase simple, nominale ou complexe.

Nous avons vu ce que sont des axes de lecture et comment faire une introduction à une lecture analytique.

Nous avons vu qu’il y a différents types de fautes et nous avons tenté de nous corriger.

 

 

Les lettres d’amour et leurs réponses

Les 4èmes se sont échangés des lettres d’amour brûlantes au cours de ce mois de janvier. Malheureusement, les lettres étaient fautives, ce qui donne lieu à un échange de correspondance.

Vous trouverez dans les articles ci-dessous les lettres d’amour telles qu’elles ont été reçues et leurs réponses.

 

Chers élèves, malgré tous vos efforts, il reste de nombreuses fautes dans les réponses, alors n’hésitez pas à commenter (gentiment) les messages afin d’éradiquer enfin toutes ces fautes.

Et bien sûr, bonne Saint-Valentin !

Assemblée : A quoi sert l’art ?

L’art sert :

  • à s’exprimer  de façon différente ex : Nature morte au radis
  • dénoncer des situations : le racisme, les discriminations
  • à gagner de l’argent ?
  • pour le plaisir
  • à représenter des faits historiques (sacre de Charlemagne, de Napoléon, dans Persépolis, théâtre= histoire du Shah)
  • changer les codes de l’art (ex: cubisme)
  • rendre hommage à une personne (Mandela, …)
  • divertir le spectateur (musique, film)
  • s’ouvrir aux autres, apprendre qqchose sur nous ou sur les artistes
  • apprendre (la question du documentaire a été posé, est-ce de l’art ?)
  • voir qqchose qui nous marque, qui sort de l’ordinaire
  • faire éprouver des émotions (peur, rire, tristesse)
  • faire passer une information, contester une idée

En conclusion, l’art est lié aux spectateurs qui ont des opinions trèsdifférentes selon leurs milieux ou leurs époques.

L’art évolue suite aux réactions des spectateurs.

Exercices en ligne : Les expansions du nom

Pour vous entraîner :

l’adjectif épithète : http://www.francaisfacile.com/exercices/exercice-francais-2/exercice-francais-38316.php

Le complément du nom : http://www.francaisfacile.com/exercices/exercice-francais-2/exercice-francais-1856.php

La Proposition ssubordonnée relative : http://www.francaisfacile.com/exercices/exercice-francais-2/exercice-francais-1857.php

Le pronom relatif : http://www.francaisfacile.com/exercices/exercice-francais-2/exercice-francais-19926.php

exercices en ligne : valeurs des temps

Pour vous entraîner :

La valeur des temps du passé :

http://www.meilleurenclasse.com/programme-d-entrainement/3e/francais/conjugaison/connaitre-les-valeurs-d-emploi-des-temps-du-passe-de-l-indicatif/ent1

Les valeurs du présent :

http://www.francaisfacile.com/exercices/exercice-francais-2/exercice-francais-67961.php

Pour choisir entre imparfait et passé simple :

http://etab.ac-poitiers.fr/coll-sauze-vaussais/spip.php?article1358

Bon courage !

3EME Chapitre1 séance 8 Le Dormeur du Val, Rimbaud

Voici le texte du poème d’Arthur Rimbaud, Le dormeur du Val, écrit en 1870 puis publié en 1891.

C’est un trou de verdure où chante une rivière
Accrochant follement aux herbes des haillons
D’argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c’est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l’herbe sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

(Arthur Rimbaud, Le Dormeur du val, octobre 1870)

Pour vous préparer, vous pouvez lire l’article Wikipedia sur le poème : http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Dormeur_du_val

Et en voici une lecture : le dormeur du val issue du site http://www.litteratureaudio.com

et une lecture plus « vintage »  provenant du site de L’INA (Institut National de l’Audiovisuel):

 

4EME Chapitre 1 séance 4 Le point de vue et texte du Baptême de Maupassant

« Le point de vue »                                                                                                              OUTILS

  •   Identifier un point de vue dans un texte narratif ou descriptif, c’est répondre à la question : « qui voit la scène ? » (personnages, lieux…)

  •   Le point de vue est donc la position que le narrateur va choisir par rapport à l’histoire qu’il va raconter.

 LE POINT DE VUE OMNISCIENT   = IL

-Le narrateur a une vue d’ensemble sur le cadre spatio-temporel et les personnages (physique, caractère, passé, futur, habitudes….) de son histoire. Il voit donc tout et sait tout (« omnis » : tout « scio » : savoir) , d’où la présence de nombreux détails qui donnent une foule de renseignements utiles aux lecteurs.                   =>  Le narrateur en sait plus que les personnages.

 LE POINT DE VUE INTERNE  = JE ou IL

– Le narrateur raconte / décrit une scène à travers le regard d’un des personnages. Le narrateur va donc rapporter ce que le personnage voit, entend, ressent, pense, d’où la présence :  *de verbes de perceptions (voir, regarder, sentir, entendre…..) et d’un champ lexical  des sensations important   * de phrases exclamatives et interrogatives (pensées intérieures du personnage)

-Ce point de vue place le lecteur dans la peau du personnage et permet une forte identification avec lui.  => Le narrateur en sait autant que son personnage.

NOTE : On trouve, par définition, le point de vue interne dans tous les textes écrits à la 1ère personne, puisque le narrateur est également un personnage de l’histoire ; tout est donc vu à travers le regard du narrateur-personnage.

 LE POINT DE VUE EXTERNE (il est rare)

Le narrateur se tient à distance de l’histoire, comme un témoin extérieur qui assisterait à une scène. Ses informations sont donc limitées à ce qui visible de l’extérieur (apparence, actions, paroles de personnages.

-On reconnaît ce point de vue par :* l’absence de pensées, de sentiments, * la présence d’un vocabulaire objectif (couleur, forme, taille…), * la présence de verbes d’action., *l’utilisation de termes indéfinis pour les personnages « un homme » « une femme »  

 IMPORTANT : Il est tout aussi important de savoir reconnaître un point de vue que de justifier son emploi et son intérêt en s’appuyant sur le texte. Dire que tel point de vue est utilisé sans lui donner du sens ne sert à rien.

Continuer la lecture

Des discours politiques…

Voici quelques discours pour vous aider à devenir un grand orateur ! Les vidéos sont longues mais observez la voix et les gestes des orateurs.

Tout d’abord une jeune fille de 13 ans à l’ONU qui lutte pour l’environnement.

Image de prévisualisation YouTube

Puis un discours d’André Malraux :

Image de prévisualisation YouTube

Voici le discours I have a dream de Martin Luther King :

Image de prévisualisation YouTube

Enfin, un discours d’un politicien québécois pour l’indépendance du Québec :

Image de prévisualisation YouTube

Natures de mots/ classes grammaticales OUTILS leçon

 

Voici la leçon (extraite du site : http://www.bertrandboutin.ca/Folder_151_Grammaire/A_a_nature_des_mots.htm )

LE VERBE

? ?
  • Le verbe d’action dit ce que fait la personne, l’animal ou la chose dont on parle.
Pierre mange. Le chat miaule. La table bouge.
  • Le verbe d’état dit comment est la personne, l’animal ou la chose dont on parle. Être, paraître, sembler, devenir, demeurer, rester sont les verbes d’état les plus souvent utilisés.
Nicole est heureuse. Pierre semble fâché.
Ce chien deviendra gros. Cette table paraît solide.
  • La locution verbale est un groupe de mots qui joue le rôle d’un verbe.
Jacques a besoin de ton aide.
Vous feriez mieux de prendre garde à ce chien.

 

 

 

LE NOM

? ?
  • Le nom est un mot qui sert à désigner une personne, un animal ou une chose.
L’oiseau de Mariève s’appelle Bibi et il est dans sa cage.
  • Le nom commun convient à toutes les personnes, à tous les animaux ou à toutes les choses de la même espèce.
Les enfants jouent avec le chat sous la table.
  • Le nom propre, qui commence toujours par une lettre majuscule, convient à une personne, à un animal ou à une chose, ou à un groupe particulier.
François et Louise jouent avec leur chienne Prunelle.
Les Sherbrookois sont fiers de leur ville.

 

 

 

L’ARTICLE

? ?
  • L’article est un petit mot qui signale que le mot qui suit est un nom. En français, l’article indique le genre et le nombre du nom.
  • L’article défini (le, la, les) s’emploie devant des noms d’êtres bien précis, bien définis.
Ouvre la fenêtre de la cuisine.
  • L’article indéfini (un, une, des) s’emploie devant des noms d’êtres mal déterminés, mal définis.
Ouvre une fenêtre.
  • L’article partitif (du, de la, des, de), qui s’emploie devant les noms de choses qui ne se comptent pas, indique qu’il s’agit d’une quantité indéfinie de cette chose.
J’ai acheté des oranges, du pain et de la bière.
Je n’ai pas acheté de lait.

 

 

 

L’ADJECTIF

? ?
  • L’adjectif qualificatif est un mot qui accompagne le nom et qui dit comment est la personne, l’animal ou la chose dont on parle.
Cette maison est jolie. La chaise brune est plus solide.
  • L’adjectif qualificatif peut être épithète, attribut du sujet ou attribut du complément d’objet direct :
épithète : La table blanche est jolie.
attribut du sujet : La table blanche est jolie.
attribut du COD : Je trouve la table blanche jolie.
  • L’adjectif démonstratif (ce, cet, cette, ces) est un mot qui accompagne le nom comme pour montrer la personne, l’animal ou la chose dont on parle.
Ce professeur est gentil. Cette fille me plaît beaucoup.
  • L’adjectif possessif (mon, ton, son, ma, ta, sa, notre, votre, leur, mes, tes, ses, nos, vos, leurs) est un mot qui accompagne le nom pour indiquer à qui appartient la personne, l’animal ou la chose dont on parle.
J’ai perdu mon crayon. J’ai vu tes parents.
  • L’adjectif numéral cardinal (un, deux, trois, quatre, etc.) est un mot qui accompagne le nom pour indiquer le nombre ou la quantité des personnes, des animaux ou des choses dont on parle.
Gilles a deux enfants.
  • L’adjectif numéral ordinal (premier, deuxième, troisième, quatrième, etc.) est un mot qui accompagne le nom pour indiquer le rang des personnes, des animaux ou des choses dont on parle.
Lisez le huitième chapitre.
  • L’adjectif indéfini (aucun, autre, certain, chaque, quelque, tout, etc.) est un mot qui accompagne le nom sans donner d’indications bien précises sur la personne, l’animal ou la chose dont on parle.
Certains étudiants manquent de sérieux.

 

 

 

LE PRONOM

? ?
  • Le pronom est un mot qui représente un mot (généralement un nom) ou un groupe de mots et qui évite ainsi la répétition de ce mot ou de ce groupe de mots.
  • Le pronom personnel (je, me, moi, nous, tu, te, toi, vous, il, elle, ils, elles, se, soi, le, la, lui, leur, eux, en, y) est un mot qui représente le nom et indique la personne grammaticale du verbe.
Je le regarde. Tu lui as serré la main.
J’ai réussi et j’en suis fier. Il se dirige vers elle.
  • Le pronom démonstratif (celui, celle, ceux, celles, ceci, cela, ça) est un mot qui représente le nom en montrant la personne, l’animal ou la chose dont on parle.
De ces deux livres, j’aime mieux celui-ci que celui-là.
  • Le pronom possessif (le mien, le tien, le sien, la mienne, la tienne, la sienne, le nôtre, le vôtre, le leur, la nôtre, la vôtre, la leur, les miens, les tiens, les siens, les miennes, les tiennes, les siennes, les nôtres, les vôtres, les leurs) est un mot qui représente le nom en désignant le possesseur de la personne, de l’animal ou de la chose dont on parle.
Mon livre est déchiré; le sien est comme neuf.
  • Le pronom relatif (qui, que, quoi, dont, où, lequel) est un mot qui représente le nom et relie à ce nom la proposition qui suit.
Voici le dictionnaire dont je me sers.
Le garçon près duquel j’étais assis est très intelligent.
  • Le pronom indéfini (certains, chacun, l’un, l’autre, on, personne, quelque chose, quelqu’un, quiconque, rien, tout, etc.) est un mot qui représente le nom d’une manière vague, sans donner d’indication précise sur la personne, l’animal ou la chose dont on parle.
Il ne parle à personne. Je n’ai rien dit.

 

 

 

L’ADVERBE

? ?
  • L’adverbe est un mot invariable qu’on ajoute à un verbe, à un adjectif ou à un autre adverbe pour en changer ou en préciser le sens.
  • La locution adverbiale est un groupe de mots qui jouent le rôle d’un adverbe.
  • Il y a des adverbes
de manière (bien, mal, vite, lentement, énormément, etc.),
de quantité (beaucoup, peu, tellement, etc.),
de lieu (ici, là, partout, ailleurs, etc.),
de temps (aujourd’hui, déjà, hier, souvent, tout à l’heure, etc.),
d’affirmation (oui, certainement, sans doute, etc.),
de négation (non, ne),
de doute (probablement, sans doute, peut-être, etc.)
– et d’interrogation (comment ? pourquoi ? où ? quand ? etc.).
Je travaille aujourd’hui. Il conduit prudemment.

 

 

 

LA PRÉPOSITION

? ?
  • La préposition (à, de, sur, en, dans, parmi, etc.) est un mot invariable qui sert à introduire un complément.
  • La locution prépositive (afin de, au-dedans de, au lieu de, etc.) est un groupe de mots qui jouent le rôle d’une préposition.
  • Les mots qui peuvent avoir un complément sont le verbe, le nom, l’adjectif et le pronom.
Le livre est sur la table. Elle était assise en face de moi.

 

LA CONJONCTION

? ?
  • La conjonction (ou la locution conjonctive) (avec, car, cependant, donc, et, quand, afin que, aussitôt que, depuis que, etc.) est un mot (ou un groupe de mots) invariable qui sert à unir des mots de même fonction ou à unir les propositions entre elles.
  • La conjonction de coordination (et, ou, ni, mais, car, etc.) unit des mots ou des propositions de même nature et de même fonction.
Gilles est grand et fort.
Je travaille fort mais mon salaire n’augmente pas.
  • La conjonction de subordination (afin que, quand, parce que, tandis que, depuis que, etc.) unit une proposition subordonnée à la proposition dont elle dépend.
Nous partirons quand tu le voudras.

 

 

L’INTERJECTION

?
  • L’interjection (ou (Ah ! Eh ! Oh ! Bravo ! Hélas !) est un mot invariable qui sert à imiter un bruit ou à exprimer un sentiment de joie, d’admiration, de douleur, etc.
  • La locution interjective (Hé bien ! Tant mieux ! etc.) est un groupe de mots qui jouent le rôle d’une interjection.
Ouf ! enfin on va pouvoir respirer.
Eh bien ! qu’en pensez-vous ?

« J’accuse  » Emile Zola

Comme le cahier de texte numérique ne fonctionne pas, vous pouvez retrouvez ici le texte intégral de la lettre de Zola sous format écrit, audio ou vidéo.

Si vous voulez en savoir plus sur cette grande enquête et ce scandale politique, retrouvez le résumé de l’affaire, les pistes et les hypothèses.

Voici le texte étudié en classe :

 

J’accuse… !

LETTRE AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Par EMILE ZOLA

LETTRE A M. FELIX FAURE

Président de la République

 

Monsieur le Président,

Me permettez-vous, dans ma gratitude pour le bienveillant accueil que vous m’avez fait un jour, d’avoir le souci de votre juste gloire et de vous dire que votre étoile, si heureuse jusqu’ici, est menacée de la plus honteuse, de la plus ineffaçable des taches ?

Vous êtes sorti sain et sauf des basses calomnies, vous avez conquis les coeurs. Vous apparaissez rayonnant dans l’apothéose de cette fête patriotique que l’alliance russe a été pour la France, et vous vous préparez à présider au solennel triomphe de notre Exposition universelle, qui couronnera notre grand siècle de travail, de vérité et de liberté. Mais quelle tache de boue sur votre nom – j’allais dire sur votre règne – que cette abominable affaire Dreyfus ! Un conseil de guerre vient, par ordre, d’oser acquitter un Esterhazy, soufflet suprême à toute vérité, à toute justice. Et c’est fini, la France a sur la joue cette souillure, l’histoire écrira que c’est sous votre présidence qu’un tel crime social a pu être commis.

Puisqu’ils ont osé, j’oserai aussi, moi. La vérité, je la dirai, car j’ai promis de la dire, si la justice, régulièrement saisie, ne la faisait pas, pleine et entière. Mon devoir est de parler, je ne veux pas être complice. Mes nuits seraient hantées par le spectre de l’innocent qui expie là-bas, dans la plus affreuse des tortures, un crime qu’il n’a pas commis.

Et c’est à vous, monsieur le Président, que je la crierai, cette vérité, de toute la force de ma révolte d’honnête homme. Pour votre honneur, je suis convaincu que vous l’ignorez. Et à qui donc dénoncerai-je la tourbe malfaisante des vrais coupables, si ce n’est à vous, le premier magistrat du pays ?

*

* *

J’accuse enfin le premier conseil de guerre d’avoir violé le droit, en condamnant un accusé sur une pièce restée secrète, et j’accuse le second conseil de guerre d’avoir couvert cette illégalité, par ordre, en commettant à son tour le crime juridique d’acquitter sciemment un coupable.

En portant ces accusations, je n’ignore pas que je me mets sous le coup des articles 30 et 31 de la loi sur la presse du 29 juillet 1881, qui punit les délits de diffamation. Et c’est volontairement que je m’expose.

Quant aux gens que j’accuse, je ne les connais pas, je ne les ai jamais vus, je n’ai contre eux ni rancune ni haine. Ils ne sont pour moi que des entités, des esprits de malfaisance sociale. Et l’acte que j’accomplis ici n’est qu’un moyen révolutionnaire pour hâter l’explosion de la vérité et de la justice.

Je n’ai qu’une passion, celle de la lumière, au nom de l’humanité qui a tant souffert et qui a droit au bonheur. Ma protestation enflammée n’est que le cri de mon âme. Qu’on ose donc me traduire en cour d’assises et que l’enquête ait lieu au grand jour !

J’attends.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’assurance de mon profond respect.

EMILE ZOLA

La lettre originale est bien plus longue.

Cliquez sur le journal pour voir la lettre en entier !

Enfin, vous pouvez trouver ici une reconstitution vidéo où la lettre est lue.

http://www.dailymotion.com/video/iframe%20src=http://www.dailymotion.com/embed/video/x4ypv_zola-j-accuse_school%20frameborder=0%20width=480%20height=360/iframebr%20/a%20href=http://www.dailymotion.com/video/x4ypv_zola-j-accuse_school%20target=_blankZola%20J’accuse/a%20empar%20a%20href=http://www.dailymotion.com/arc3%20target=_blankarc3/a/em

 

 

Exercice en ligne : Phrase simple/ phrase complexe !

J’inaugure une nouvelle catégorie ( voir dans la barre de Menu à droite) qui s’intitule « Exercices en ligne… »

 

Pour continuer à vous entraîner, vous trouverez => ici un test (corrigé) pour comprendre la différence entre coordonnant et subordonnant**

ici pour différencier phrase simple et complexe.*

Pour des exercices plus durs : ici.***

Enfin, en bas de cette page, vous trouverez un exercice pour différencier les subordonnées… **

Bon courage, bon travail !

harcèlement sur facebook

Pour poursuivre la réflexion amorcée avec les 3eme et pour trouver des solutions si vous êtes dans ce cas, voici quelques pistes :

http://www.francoischarron.com/-/OXFA8buP4n/

http://www.20minutes.fr/societe/718168-societe-compte-facebook-ferme-cas-harcelement-scolaire-comment-ca-va-marcher

et pour éfléchir aux atouts et inconvénients d’internet :

http://www.abelia-formation.com/horizons/page4.htm

 

les figures de style …

Ah ! les figures de style… Les apprendre c’est bien mais savoir les utiliser et les repérer c’est encore mieux ( surtout si on veut aller au lycée…)

Voici donc des sites qui vous permettent de vous entraîner : (cliquer sur l’image)

  • niveau * = tout le monde peut le faire
  • niveau **= il faut la leçon à côté et vous croiserez quelques figures inconnues
  • niveau ***= vous êtes motivés et voulez prendre de l’avance…

niveau **

niveau ***

niveau *

niveau * (les définitions sont données)

niveau **

niveau **

niveau */**

et pour terminer : un didapage compilant les définitions et des exercices !

Mes chers élèves, n’hésitez pas à mettre en commentaire vos questions et vos scores !

Merci à tous les collègues qui ont créé ces supports.