Les grandes femmes n’occupent qu’une petite place

Si on vous demande de citer une femme scientifique célèbre, qui proposeriez-vous ? Marie Curie, certainement… Mais dans le monde des scientifiques, astronomes et autres métiers intellectuels, elle n’est pas seule. C’est pourquoi je vous propose d’en découvrir d’autres.

Jill TARTER (astronome) : Elle est née en 1944. Depuis toute petite, Jill rêvait de découvrir les étoiles, l’espace, les planètes… Elle s’accrocha à ce rêve jusqu’à l’âge adulte, et bien plus encore. Elle pensait que même très loin dans l’univers, il y avait bien de la vie extraterrestre. Malheureusement, personne ne sait quel moyen de communication les extraterrestres pourraient employer. Ses recherches n’ont donc jamais porté leurs fruits, mais elle reste sûre d’elle malgré tout : « Personne n’a jamais dit qu’il n’y avait pas de poissons dans l’océan juste parce qu’un verre d’eau s’est révélé vide », répète-elle.

L’astronome Jill TARTER @womenyoushouldknow.net

Mae C. JEMISON (astronaute et médecin) De son nom complet CAROL JEMISON, elle est née en1956. Mae n’a pas su très tôt ce qu’elle ferait dans sa vie, car elle avait beaucoup d’ambition et le choix était trop vaste. Elle est Afro-Américaine et a étudié le génie chimique, l’histoire Afro-Américaine et la médecine, et a appris les langues russe, swahili et japonaise. Elle fut engagée à la NASA en tant qu’astronaute et était médecin bénévole au Cambodge et en Sierra Leone. Lorsqu’elle put aller dans l’espace, elle effectua des tests auprès de ses collègues grâce à ses talents en médecine dans le but d’améliorer les maux causés par les transports et la vie dans l’espace. De retour sur Terre, elle quitta la NASA, créa sa propre entreprise utilisant des satellites et retrouva sa vie de médecin bénévole.

Mission Specialist (MS) Mae Jemison dans le laboratoire spatial japonais (SLJ)

Margherita HACK (astrophysicienne) : Si de nos jours on n’entend plus parler de cette femme, c’est qu’elle n’est plus d’actualité car née en 1922 et décédée en 2013. Ce qu’il faut d’abord savoir, c’est que les astrophysiciens/ennes sont des scientifiques qui travaillent sur tout ce qui se rapporte aux planètes, aux étoiles et à l’espace. Margherita HACK, une jeune italienne, s’est toujours intéressée à cela : l’espace, les planètes, les galaxies, leurs secrets et leur histoire. Elle a fait sienne cette citation : « Nous faisons partie de l’évolution de l’univers. Depuis le calcium dans nos os jusqu’au fer dans notre sang, nous sommes entièrement constitués d’éléments créés au cœur des étoiles. Nous sommes vraiment des « enfants des étoiles ». » Sur une colline de Florence se trouvait un observatoire astronomique muni d’un grand télescope pour observer les étoiles ; Margherita s’y rendait de temps en temps. Bien plus tard, après avoir voyagé, organisé des conférences et avoir motivé les uns et les autres à s’intéresser à ce qui la passionnait, elle put enfin diriger elle-même son observatoire astronomique, et fut la première femme italienne à réaliser cet exploit. Elle considérait les étoiles comme ses amies, et en a même nommé certaines… Son nom restera inscrit dans l’histoire de l’astronomie, car elle a l’a donné à un astéroïde.

Rita LEVI-MONTALCINI (scientifique) : Cette femme non plus n’est plus si jeune. Elle est née il y a plus de 100 ans, en 1909. Rita a rapidement choisi sa profession car sa pauvre nourrice, morte d’un cancer, lui donna l’idée de devenir médecin. Durant une bonne partie de sa vie, elle dut fuir à cause d’un dictateur injuste ayant déclaré que les Juifs ne pourraient plus fréquenter les ‘universités. Rita, qui avait déjà créé sa petite équipe de scientifiques pour l’aider à avancer dans ses recherches, dut fuir pendant longtemps, mais finit par trouver un lieu de vie fixe où elle créa son propre atelier à partir du matériel trouvé sur place. Hélas elle fut à nouveau contrainte de fuir. À la fin de la seconde Guerre mondiale, elle reçut le prix Nobel de médecine pour toutes ses recherches en neurobiologie. Elle devint la 3ème personne de son école de médecine à l’avoir obtenu, mais la première des femmes !

Au final, Marie Curie n’est pas la seule scientifique a avoir fait preuve d’intuition et de talent mais la postérité a tendance à oublier les autres femmes qui ont tout de même accompli de grandes choses. Comme si en matière d’innovation scientifique les projecteurs ne mettaient que les hommes !

C’est justement pour qu’au 21e siècle les sciences laissent davantage d’initiative aux professionnelles et mettent en valeur les femmes que nous donnons rendez-vous jeudi 04 février prochain à toutes les filles de 4e pour rencontrer des scientifiques et techniciennes, ingénieures pour la plupart, lors de la première édition de FIRSTFemmes & Ingénieures – Réussir en Sciences et Technologies….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *