Le passeur du goût des autres

Ce vendredi 26 février, l’écrivain-voyageur Jean-Yves LOUDE a fait escale au collège pour toute une journée. Ce chantre des mots mais aussi héraut de la paix et du goût des autres a partagé son expérience de baroudeur infatigable en Asie (chez les Kalash), en Afrique (Burkina Faso, Mali…), en Amérique du sud (Brésil), mais aussi des Açores à Haïti en passant par le Cap-Vert… pour livrer des histoires qui revisitent l’Histoire.

Un fameux conteur en action…

Pour les élèves de la session 2 du Dispositif Relais, c’était l’occasion de conclure un échange épistolaire amorcé il y a huit semaines. Pour deux classes de 5e (5e 3 et 5e 5), la rencontre les a conduits jusqu’à Tombouctou, au Mali… non sans avoir découvert toutes sortes d’aventures culinaires et humaines… vécues par notre habitué des voyages et de l’ailleurs…

Un atelier d’écriture avec les élèves du Dispositif relais a permis de créer une « salade » particulière, livrée à un public restreint de parents, de personnels et d’élèves, après 16 h 30…

L’occasion également d’annoncer la gagnante du concours culinaire, Madame Catherine Porte, pour son carrot cake…

Les grandes femmes n’occupent qu’une petite place

Si on vous demande de citer une femme scientifique célèbre, qui proposeriez-vous ? Marie Curie, certainement… Mais dans le monde des scientifiques, astronomes et autres métiers intellectuels, elle n’est pas seule. C’est pourquoi je vous propose d’en découvrir d’autres.

Jill TARTER (astronome) : Elle est née en 1944. Depuis toute petite, Jill rêvait de découvrir les étoiles, l’espace, les planètes… Elle s’accrocha à ce rêve jusqu’à l’âge adulte, et bien plus encore. Elle pensait que même très loin dans l’univers, il y avait bien de la vie extraterrestre. Malheureusement, personne ne sait quel moyen de communication les extraterrestres pourraient employer. Ses recherches n’ont donc jamais porté leurs fruits, mais elle reste sûre d’elle malgré tout : « Personne n’a jamais dit qu’il n’y avait pas de poissons dans l’océan juste parce qu’un verre d’eau s’est révélé vide », répète-elle.

L’astronome Jill TARTER @womenyoushouldknow.net

Mae C. JEMISON (astronaute et médecin) De son nom complet CAROL JEMISON, elle est née en1956. Mae n’a pas su très tôt ce qu’elle ferait dans sa vie, car elle avait beaucoup d’ambition et le choix était trop vaste. Elle est Afro-Américaine et a étudié le génie chimique, l’histoire Afro-Américaine et la médecine, et a appris les langues russe, swahili et japonaise. Elle fut engagée à la NASA en tant qu’astronaute et était médecin bénévole au Cambodge et en Sierra Leone. Lorsqu’elle put aller dans l’espace, elle effectua des tests auprès de ses collègues grâce à ses talents en médecine dans le but d’améliorer les maux causés par les transports et la vie dans l’espace. De retour sur Terre, elle quitta la NASA, créa sa propre entreprise utilisant des satellites et retrouva sa vie de médecin bénévole.

Mission Specialist (MS) Mae Jemison dans le laboratoire spatial japonais (SLJ)

Margherita HACK (astrophysicienne) : Si de nos jours on n’entend plus parler de cette femme, c’est qu’elle n’est plus d’actualité car née en 1922 et décédée en 2013. Ce qu’il faut d’abord savoir, c’est que les astrophysiciens/ennes sont des scientifiques qui travaillent sur tout ce qui se rapporte aux planètes, aux étoiles et à l’espace. Margherita HACK, une jeune italienne, s’est toujours intéressée à cela : l’espace, les planètes, les galaxies, leurs secrets et leur histoire. Elle a fait sienne cette citation : « Nous faisons partie de l’évolution de l’univers. Depuis le calcium dans nos os jusqu’au fer dans notre sang, nous sommes entièrement constitués d’éléments créés au cœur des étoiles. Nous sommes vraiment des « enfants des étoiles ». » Sur une colline de Florence se trouvait un observatoire astronomique muni d’un grand télescope pour observer les étoiles ; Margherita s’y rendait de temps en temps. Bien plus tard, après avoir voyagé, organisé des conférences et avoir motivé les uns et les autres à s’intéresser à ce qui la passionnait, elle put enfin diriger elle-même son observatoire astronomique, et fut la première femme italienne à réaliser cet exploit. Elle considérait les étoiles comme ses amies, et en a même nommé certaines… Son nom restera inscrit dans l’histoire de l’astronomie, car elle a l’a donné à un astéroïde.

Rita LEVI-MONTALCINI (scientifique) : Cette femme non plus n’est plus si jeune. Elle est née il y a plus de 100 ans, en 1909. Rita a rapidement choisi sa profession car sa pauvre nourrice, morte d’un cancer, lui donna l’idée de devenir médecin. Durant une bonne partie de sa vie, elle dut fuir à cause d’un dictateur injuste ayant déclaré que les Juifs ne pourraient plus fréquenter les ‘universités. Rita, qui avait déjà créé sa petite équipe de scientifiques pour l’aider à avancer dans ses recherches, dut fuir pendant longtemps, mais finit par trouver un lieu de vie fixe où elle créa son propre atelier à partir du matériel trouvé sur place. Hélas elle fut à nouveau contrainte de fuir. À la fin de la seconde Guerre mondiale, elle reçut le prix Nobel de médecine pour toutes ses recherches en neurobiologie. Elle devint la 3ème personne de son école de médecine à l’avoir obtenu, mais la première des femmes !

Au final, Marie Curie n’est pas la seule scientifique a avoir fait preuve d’intuition et de talent mais la postérité a tendance à oublier les autres femmes qui ont tout de même accompli de grandes choses. Comme si en matière d’innovation scientifique les projecteurs ne mettaient que les hommes !

C’est justement pour qu’au 21e siècle les sciences laissent davantage d’initiative aux professionnelles et mettent en valeur les femmes que nous donnons rendez-vous jeudi 04 février prochain à toutes les filles de 4e pour rencontrer des scientifiques et techniciennes, ingénieures pour la plupart, lors de la première édition de FIRSTFemmes & Ingénieures – Réussir en Sciences et Technologies….

Bubulle chante la Marseillaise !

Après deux semaines de sondage pour renommer « Bubulle », il est temps de dévoiler son nouveau patronyme. Merci à tou.te.s les participant.e.s pour vos suggestions des plus farfelues aux plus originales.

Dorénavant notre mascotte s’appellera Rouget de l’Isle
C’est le nom proposé par Madame Brignone qui l’emporte pour son à-propos sans égal !

Parmi les suggestions ayant eu beaucoup de succès, notons :
Aquarelle et Junior avec 5 voix
et Milo avec 3 voix

Avec beaucoup d’humour, Madame FAKIH aurait préféré qu’il se nommât Croustibat

Toutefois, il n’y a pas de quoi relancer une Révolution pour ça !

Sinon le vrai Claude Joseph Rouget de Lisle, auteur de l’hymne révolutionnaire devenu La Marseillaise, s’invite ainsi dans notre webzine pour la plus grande joie des élèves de 4e et de leurs enseignants d’Histoire et d’Éducation musicale ! 

Vive le Land Art !

Mardi 15 et jeudi 17 septembre, c’étaient les journées de cohésion au parc de Gémens pour les classes de 6e. D’abord pour trois d’entre elles le premier jour : 6e 1, 6e 2 et 6e 5 puis au tour des 6e 3, 6e 4 et 6e 6 le deuxième. Parmi les ateliers proposés à chaque groupe classe, l’activité LAND ART a été bien appréciée et a permis de mettre en valeur la créativité de certains élèves. Ci-après le témoignage de Lucas, apprenti-journaliste !

Une fleur façon mandala…

« Le Land Art permet aux enfants d’exprimer leur créativité. Des nids dans les arbres, un cœur avec des feuilles, [réalisés grâce à] des fleurs, des pommes de pain, du foin, des marrons et des coquilles d’escargot… C’est tout ce dont les élèves ont besoin. »

Une première à trois titres au moins…

Pour la première fois de l’histoire de la publication Press’qu’Isle, nous avons participé au Festival E-xpresso de la presse jeune qui a lieu chaque année, depuis 16 ans, à Paris, durant un week-end du mois de mai…

À cause de la grave crise sanitaire que connaît notre pays, il n’a pas été possible aux différentes rédactions jeunes de se retrouver physiquement dans le gymnase Louis Lumière dans le 20e arrondissement de la capitale. C’est donc à distance, pour la première fois, via la plateforme Discord (merci les gamers !) que les équipes ont travaillé, échangé, joué et concouru à travers deux épreuves redoutables ! Le contre-la-montre : cinq sujets imposés avec lesquels il faut créer un journal entre 15 h et minuit (samedi) avant de devoir réaliser une vidéo (entre 30  » et 5 ‘ max) pour la Minute Rédac’, le dimanche matin (entre 9 h et 13 h 30) !

Bravo aux organisateurs de l’association Jets d’encre que nous vous avions déjà présentée, pour leur créativité et leur réactivité… 

En plus, notre publication en ligne était apparemment la seule rédaction collégienne en compétition ; là aussi une première ! Un week-end aussi médiatique que sportif auquel ont activement participé Rimbaud1 et Speedboy (= Speedraw), du club et de la classe médias, coachés par Kmie ! Nous tenons à remercier les journalistes jeunes autres que ceux de la rédaction de Press’qu’Isle qui nous ont donné un sérieux coup de main au fil des heures du jour et de la nuit : Ilnapator (élève de 4e), Ouarce (élève de 2nde), sur les épaules duquel le montage vidéo a entièrement reposé… et deux étudiants (Hans Orsell, notre dessinatrice pigiste et Providentiel, l’invité de dernière minute aussi discret qu’efficace)…

Maintenant, nous attendons avec impatience les résultats et espérons avoir une (toute petite) place au palmarès… Celle de la persévérance et de l’entraide pour ce « baptême du feu » ! Pour découvrir notre (modeste) production, consultez la page spécialement réservée à cette expérience : E-xpresso ! À vos commentaires !

Lundi 25 mai, 18 h : Le prix Coup de coeur nous a été attribué ! Autre lauréat ex-aequo pour cette récompense, la rédaction du F’ti (journal étudiant réalisé au sein de l’Ecole Centrale de Lille, grande école de formation d’ingénieur.e.s généralistes). Le petit Poucet (Press’qu’Isle, weblog collégien) a fait son entrée dans la cour des (très) grands, les journaux lycéens et étudiants !

Prochainement aussi, la vidéo sera accessible ici…

Mission : protection de la jeunesse !

Ces mardi et mercredi 18 et 19 février, les professeurs d’Histoire-Géographie et d’Enseignement Moral et Civique ont supervisé la venue de la P. J. J . au collège. Tous les élèves de 4° ont eu le privilège de débattre avec deux intervenants. L’idée était de rappeler les bases essentielles du Vivre ensemble. Découverte de ce temps fort d’intervention !

Protection Judiciaire de la Jeunesse

P. J. J.  signifie « Protection Judiciaire de la Jeunesse« . Un éducateur P.J.J est une personne qui prend en charge les mineurs ayant commis des délits et les accompagne pour les aider à éviter la récidive et une incarcération en leur proposant d’autres alternatives.

Cette intervention a été bénéfique en nous permettant d’apprendre des tas de choses :

Un juge peut envoyer des mineurs en prison pour enfants à partir de 13 ans jusqu’à 18 ans. On nous a également rappelé que les enfants ont des droits et des devoirs et qu’ils se doivent de les respecter (aller à l’école, avoir un droit d’expression, un droit fondamental à la sécurité,…)

Suite à cette venue de la P. J. J, nous avons interviewé un professeur et deux élèves ayant assisté à ce temps d’échange :

Vue de la professeure :

Elle a choisi d’organiser cette intervention en rapport avec le cours d’EMC sur la justice. Bien que maîtrisant déjà le sujet, elle a pu rafraîchir sa mémoire sur certains points précis. « Je trouve cette intervention bénéfique. Le rappel sur le harcèlement est le bienvenu. Très bons intervenants par ailleurs. »

Du côté des élèves, l’avis est le même :

  • « Très bonne intervention, j’ai appris beaucoup de choses par rapport aux droits-devoirs. »
  • « Cette intervention m’a beaucoup intéressée. »

Pour ma part j’ai trouvé que l’on avait bien besoin de ces rappels. Les intervenants étaient très sympathiques et à l’écoute de nos questions. Le service  d’information auprès des jeunes et donc la prévention qu’ils assurent nous est très utile.

Nos remerciements aux intervenants : Naima Tourni, Tony Rousseau, Waliba Aissani et Axelle Betems.

Professeure et élèves interrogées : Mme Daoussi, enseignant d’Histoire Géographie EMC, Nassira Boukaibat et Chloé Dupré, élèves de 4°2.

???? ?????? ??? ??????? ? ???????? ???? ??????????????????? ?????? ??????? ???????????? ???? ????????? ??????? ???? ??? ???????? ?????????? vivus???? ? ???????? ???? ?????? ???? ??? ????? ??? ????????????? ???? ?? ?????? ?????????? 2000 ?? ?????

???? ?? ????? ????????? ??? ?????? zaymi-bistro.ru ???? ?? ????????? ????? ?????????
payday loans are short-term loans for small amounts of money https://zp-pdl.com payday loans online

Une enquête dansante

Après une séance de cinéma en tant que V.I.P. à l’automne, une petite escapade vers Lyon en janvier pour assister à un spectacle (ou une enquête) de danse !  La  Maison de la danse  accueille en effet un spectacle chorégraphique et humoristique magnifiquement bien réalisé, intitulé « Dans le détail ». Le concepteur de ce spectacle très original a pour nom Denis Plassard…

Sur le site de la Maison de la danse, on peut lire la présentation suivante pour annoncer DANS LE DÉTAIL : « DENIS PLASSARD INVENTE UN JEU CHORÉGRAPHIQUE SUR FOND DE DÉLIT ET INVITE LE SPECTATEUR À MENER L’ENQUÊTE POUR  DÉMASQUER LE DANSEUR/COUPABLE« 

Chorégraphie Dans le détail

Nous, les spectatrices et spectateurs devons nous amuser à scruter la danse, dans le détail, afin de repérer quel.le danseur.se refait la même chose entre toutes les scènes. Attention, des pièges ont été glissés dans la chorégraphie ! Les indices et les pièces à conviction sont essentiellement fondés sur le mouvement. Élaborées sous forme de courts métrages dansés, les scènes qu’il a imaginées se déroulent dans des ambiances très différentes. On retrouve dans ce défi artistique les préoccupations du chorégraphe — le jeu, la contrainte, l’humour, l’articulation entre écriture chorégraphique et récit, avec un nouveau pari : aiguiser le regard du spectateur. Ludique et loufoque.

Au début du spectacle, une voix synthétique nous avait prévenu.e.s : un des danseurs aurait enlevé le créateur d’un centre de réorientation. Hormis celui de danseur contemporain, voici les métiers proposés :

  1. stripteaseur
  2. prof de sport
  3. présentateur
  4. Ministre de la Culture
  5. Tchi
  6. Masseuse
  7. influenceuse

Du Cluedo à la danse…

Distribution :
DENIS PLASSARD• Dans le détail
7 danseurs – Chorégraphie Denis Plassard – Costumes Julie Lascoumes, Béatrice Vermande – Enregistrement et mastering Eric Dutrievoz – Création lumière Dominique Ryo – Crédit photographique Pierre Borasci

 

Les filles, osez vous voir en scientifiques plus tard !

Les associations « Elles bougent » et « UPSTI » ont lancé la 7ème édition de la journée nationale « Les Sciences de l’Ingénieur au Féminin » dans 330 collèges et lycées partout en France – et même à l’étranger – ce jeudi 21 novembre. Une journée qui a pour objectif de nous sensibiliser, nous collégiennes et lycéennes, aux carrières scientifiques et technologiques au travers de témoignages d’ingénieures, techniciennes et élèves ingénieures.

@Les Sciences de l’Ingénieur au féminin

Cet après-midi, à partir de 14 h, toutes les filles des six classes de 4e que compte notre collège ont rendez-vous en salle d’étude pour faire connaissance avec huit femmes ingénieures et autres techniciennes scientifiques, dans le cadre de l’opération Elles bougent ! L’objectif de l’association est de faire découvrir les métiers passionnants d’ingénieures et techniciennes. Elles bougent, c’est 1570 collégiennes, 1670 lycéennes, 7130 étudiantes, 5450 marraines, 740 relais, 203 partenaires, 833 collèges et lycées… dont le collège de l’Isle !

Après une présentation générale des objectifs de cette après-midi découverte, nous allons être réparties en petits groupes de 8, 10 ou 12 élèves pour, à tour de rôle, rencontrer chacune de ces femmes venues nous parler de leur métier et de leurs domaines et secteurs d’activités professionnelles.

Pendant ce temps, les garçons, sont pris en charge par des professeur.e.s et autres intervenant.e.s formé.e.s à l’EVAS (Éducation à la Vie Affective et Sexuelle) et vont réfléchir à la « relation à l’autre »… Vaste programme pour eux aussi !

 

Land Art et la manière de vivre une journée de cohésion en 6e

Pour la première année, toutes les classes de 6e de notre collège ont vécu une journée de cohésion à l’extérieur de l’établissement, au centre de loisirs de Gémens (commune d’Estrablin). En deux temps, le mardi 17 septembre pour les classes de 6e 2 et 6e 3 et le jeudi 19 septembre pour les classes de 6e 1, 6e 4, 6e 5 et 6e 6, les élèves ont bénéficié de nombreuses activités sous un ciel estival et dans une ambiance détendue.

Pour mieux se connaître et éviter d’éventuels conflits futurs, chaque classe, autour de son professeur principal, a enchaîné plusieurs ateliers au cours de la journée. Un moyen de travailler autrement, en profitant d’un grand parc, propice aux animations et jeux d’extérieur.

Focus sur une activité particulièrement appréciée et réussie : le land art, animée pour les six classes par Madame NOVE, professeure d’Arts plastiques rattachée au collège.

Le land art : une activité à laquelle on met du coeur !
@ASNove

Détail d’une girafe réalisée selon la technique du Land Art…
@ASNove

La créativité brille de tous ses rayons…
@ASNove

Quoi, ma g. ? Qu’est-ce qu’elle a ma g. ?
@ASNove