Mission : protection de la jeunesse !

Ces mardi et mercredi 18 et 19 février, les professeurs d’Histoire-Géographie et d’Enseignement Moral et Civique ont supervisé la venue de la P. J. J . au collège. Tous les élèves de 4° ont eu le privilège de débattre avec deux intervenants. L’idée était de rappeler les bases essentielles du Vivre ensemble. Découverte de ce temps fort d’intervention !

Protection Judiciaire de la Jeunesse

P. J. J.  signifie « Protection Judiciaire de la Jeunesse« . Un éducateur P.J.J est une personne qui prend en charge les mineurs ayant commis des délits et les accompagne pour les aider à éviter la récidive et une incarcération en leur proposant d’autres alternatives.

Cette intervention a été bénéfique en nous permettant d’apprendre des tas de choses :

Un juge peut envoyer des mineurs en prison pour enfants à partir de 13 ans jusqu’à 18 ans. On nous a également rappelé que les enfants ont des droits et des devoirs et qu’ils se doivent de les respecter (aller à l’école, avoir un droit d’expression, un droit fondamental à la sécurité,…)

Suite à cette venue de la P. J. J, nous avons interviewé un professeur et deux élèves ayant assisté à ce temps d’échange :

Vue de la professeure :

Elle a choisi d’organiser cette intervention en rapport avec le cours d’EMC sur la justice. Bien que maîtrisant déjà le sujet, elle a pu rafraîchir sa mémoire sur certains points précis. « Je trouve cette intervention bénéfique. Le rappel sur le harcèlement est le bienvenu. Très bons intervenants par ailleurs. »

Du côté des élèves, l’avis est le même :

  • « Très bonne intervention, j’ai appris beaucoup de choses par rapport aux droits-devoirs. »
  • « Cette intervention m’a beaucoup intéressée. »

Pour ma part j’ai trouvé que l’on avait bien besoin de ces rappels. Les intervenants étaient très sympathiques et à l’écoute de nos questions. Le service  d’information auprès des jeunes et donc la prévention qu’ils assurent nous est très utile.

Nos remerciements aux intervenants : Naima Tourni, Tony Rousseau, Waliba Aissani et Axelle Betems.

Professeure et élèves interrogées : Mme Daoussi, enseignant d’Histoire Géographie EMC, Nassira Boukaibat et Chloé Dupré, élèves de 4°2.

Une enquête dansante

Après une séance de cinéma en tant que V.I.P. à l’automne, une petite escapade vers Lyon en janvier pour assister à un spectacle (ou une enquête) de danse !  La  Maison de la danse  accueille en effet un spectacle chorégraphique et humoristique magnifiquement bien réalisé, intitulé « Dans le détail ». Le concepteur de ce spectacle très original a pour nom Denis Plassard…

Sur le site de la Maison de la danse, on peut lire la présentation suivante pour annoncer DANS LE DÉTAIL : « DENIS PLASSARD INVENTE UN JEU CHORÉGRAPHIQUE SUR FOND DE DÉLIT ET INVITE LE SPECTATEUR À MENER L’ENQUÊTE POUR  DÉMASQUER LE DANSEUR/COUPABLE« 

Chorégraphie Dans le détail

Nous, les spectatrices et spectateurs devons nous amuser à scruter la danse, dans le détail, afin de repérer quel.le danseur.se refait la même chose entre toutes les scènes. Attention, des pièges ont été glissés dans la chorégraphie ! Les indices et les pièces à conviction sont essentiellement fondés sur le mouvement. Élaborées sous forme de courts métrages dansés, les scènes qu’il a imaginées se déroulent dans des ambiances très différentes. On retrouve dans ce défi artistique les préoccupations du chorégraphe — le jeu, la contrainte, l’humour, l’articulation entre écriture chorégraphique et récit, avec un nouveau pari : aiguiser le regard du spectateur. Ludique et loufoque.

Au début du spectacle, une voix synthétique nous avait prévenu.e.s : un des danseurs aurait enlevé le créateur d’un centre de réorientation. Hormis celui de danseur contemporain, voici les métiers proposés :

  1. stripteaseur
  2. prof de sport
  3. présentateur
  4. Ministre de la Culture
  5. Tchi
  6. Masseuse
  7. influenceuse

Du Cluedo à la danse…

Distribution :
DENIS PLASSARD• Dans le détail
7 danseurs – Chorégraphie Denis Plassard – Costumes Julie Lascoumes, Béatrice Vermande – Enregistrement et mastering Eric Dutrievoz – Création lumière Dominique Ryo – Crédit photographique Pierre Borasci

 

Les filles, osez vous voir en scientifiques plus tard !

Les associations « Elles bougent » et « UPSTI » ont lancé la 7ème édition de la journée nationale « Les Sciences de l’Ingénieur au Féminin » dans 330 collèges et lycées partout en France – et même à l’étranger – ce jeudi 21 novembre. Une journée qui a pour objectif de nous sensibiliser, nous collégiennes et lycéennes, aux carrières scientifiques et technologiques au travers de témoignages d’ingénieures, techniciennes et élèves ingénieures.

@Les Sciences de l’Ingénieur au féminin

Cet après-midi, à partir de 14 h, toutes les filles des six classes de 4e que compte notre collège ont rendez-vous en salle d’étude pour faire connaissance avec huit femmes ingénieures et autres techniciennes scientifiques, dans le cadre de l’opération Elles bougent ! L’objectif de l’association est de faire découvrir les métiers passionnants d’ingénieures et techniciennes. Elles bougent, c’est 1570 collégiennes, 1670 lycéennes, 7130 étudiantes, 5450 marraines, 740 relais, 203 partenaires, 833 collèges et lycées… dont le collège de l’Isle !

Après une présentation générale des objectifs de cette après-midi découverte, nous allons être réparties en petits groupes de 8, 10 ou 12 élèves pour, à tour de rôle, rencontrer chacune de ces femmes venues nous parler de leur métier et de leurs domaines et secteurs d’activités professionnelles.

Pendant ce temps, les garçons, sont pris en charge par des professeur.e.s et autres intervenant.e.s formé.e.s à l’EVAS (Éducation à la Vie Affective et Sexuelle) et vont réfléchir à la « relation à l’autre »… Vaste programme pour eux aussi !

 

Land Art et la manière de vivre une journée de cohésion en 6e

Pour la première année, toutes les classes de 6e de notre collège ont vécu une journée de cohésion à l’extérieur de l’établissement, au centre de loisirs de Gémens (commune d’Estrablin). En deux temps, le mardi 17 septembre pour les classes de 6e 2 et 6e 3 et le jeudi 19 septembre pour les classes de 6e 1, 6e 4, 6e 5 et 6e 6, les élèves ont bénéficié de nombreuses activités sous un ciel estival et dans une ambiance détendue.

Pour mieux se connaître et éviter d’éventuels conflits futurs, chaque classe, autour de son professeur principal, a enchaîné plusieurs ateliers au cours de la journée. Un moyen de travailler autrement, en profitant d’un grand parc, propice aux animations et jeux d’extérieur.

Focus sur une activité particulièrement appréciée et réussie : le land art, animée pour les six classes par Madame NOVE, professeure d’Arts plastiques rattachée au collège.

Le land art : une activité à laquelle on met du coeur !
@ASNove

Détail d’une girafe réalisée selon la technique du Land Art…
@ASNove

La créativité brille de tous ses rayons…
@ASNove

Quoi, ma g. ? Qu’est-ce qu’elle a ma g. ?
@ASNove

La voix sur la voie

C’est reparti pour une nouvelle année scolaire, avec de nombreux projets en préparation et le retour d’une classe médias en 4e 4 ! La VOIX sera à l’honneur, sous toutes ses formes et tonalités, pour s’exprimer et porter haut et loin textes littéraires et idées contraires !

Studio avec vue… sur le micro !
Crédits photographiques : @MagRR

La mise en voix va être l’axe principal du projet artistique et médiatique pour toute l’année scolaire.

QUI : Toutes les classes de 4e du collège, avec la 4e 4 comme guide

QUOI  : une résidence d’artiste avec le comédien Steeve BRUNET

COMMENT : Trois semaines (non consécutives) de présence au collège pour réaliser des travaux autour de la mise en voix de textes et la réalisation d’émissions de radio

OÙ : au collège et dans les locaux de C’rock radio, notre partenaire culturel autre que le Théâtre de Vienne

QUAND : une séance hebdomadaire pour la classe de 4e 4, chaque jeudi entre 11h et 12h, avant le club médias ouvert à tous les volontaires… pour accompagner le projet entre chaque venue au collège du comédien

POUR QUOI : pour permettre aux élèves de tout le niveau de 4e de réfléchir au pouvoir des mots et à la force des idées et des voix, pour comprendre et s’approprier le monde de l’information et de la littérature, pour devenir des ambassadeurs et ambassadrices du Verbe, bref pour oser clamer ses émotions au monde entier !

Les artisans du projet :

Le Théâtre de Vienne, pour la résidence d’artiste de Steeve BRUNET

C’rock radio et la MJC de Vienne, grâce à Benjamin LOMBARDO, pour le conseil et l’apport technique

Le Conseil départemental de l’Isère pour le financement du projet via le PICC

Madame OVIZE, professeure de français pour la conception et la conduite du projet

Madame RAMET ROULOT, professeure documentaliste, pour l’initiative, la co-conception et la coordination du projet

Enfin tous les élèves et personnels de l’établissement qui vont s’investir et s’approprier le projet, s’ils en VOIX (voient) l’intérêt !

 

 

 

 

 

C’rock ô d’Isle : l’été sera choc !

 

Studio avec vue… sur le micro !
Crédits photographiques : @MagRR

É… Mission accomplie. Ce jeudi 20 juin, entre 13 et 14 h, depuis le studio de C’rock radio, à la MJC de Vienne, le Club médias a relevé le défi du direct.

Sous la supervision technique de Benjamin Lombardo et le coaching de Kmie, les C’rockologues ont enchaîné rubriques et remarques, en musique…

Solange Morissette lors de l’enregistrement à C’rock radio
Crédits photographiques : @MagRR

Seul le « Quart d’heure québécois » avait été préalablement enregistré le mercredi 12 juin, dans les conditions du direct, pour profiter de la présence à Vienne de Solange Morissette et de Gaston Beaulieu, venus célébrer le 30e anniversaire de leur première participation à l’aventure Jazz à Vienne dans le cadre du jumelage avec le Festijazz de Rimouski !

Pour écouter ou ré-écouter l’émission en podcast, suivez le lien, si vous le voulez bien !

Pause mosaïques aux JGR de Saint Romain-en-Gal

Pour la troisième année consécutive, l’atelier mathématiques de Monsieur TROUDET installe son stand au Musée de Saint Romain-en-Gal, lors de la première des Journées Gallo-Romaines, en ce début du mois de juin 2019…

Trois mosaïques réalisées par des élèves de l’atelier au cours de l’année scolaire…
@xmrgraph

Neuf élèves de l’atelier vous présenteront leur travail de tracés géométriques puis de réalisation de mosaïques à partir de véritables oeuvres romaines, viennoises ou colombines. Ils vous attendent dès 10 h, ce samedi 1er juin, et vous espèrent nombreux.ses… en ce viaduc de l’Ascension !

Pour tout renseignement, suivez les ennemis de Rome… à la Thrace !

Cette année, vivez notre reportage en direct sur Twitter et Instagram : @pressquisle

Une fille de… crée la surprise lors du palmarès du Prix Alizé

Ce mardi 28 mai 2019 au matin, les élèves des classes de 4e et 3e des collèges Grange, de l’Isle, Ponsard, Robin et Saint Charles, avaient rendez-vous à la médiathèque Le Trente pour élire le Prix Alizé 2019. Sept livres étaient en compétition :  cinq romans, un manga et une Bande Dessinée. Au terme d’un débat très discuté, une surprise est venue d’un des titres, pas du tout considéré comme favori a priori…

Aux dires des professeures documentalistes et des bibliothécaires,  cela faisait très longtemps qu’il n’y avait pas eu autant d’avis tranchés, d’une classe à l’autre… au moment du vote. Si l’ouvrage primé est incontestablement celui choisi par plusieurs classes et jurés, le deuxième et troisième à prendre place sur le podium étaient plus attendus : Chronoctis Express, en tant que premier tome d’un manga occidental et Twist Again, roman ayant permis aux classes de rencontrer l’auteure Sylvie Allouche, des moments forts encore dans tous les esprits !

Palmarès Alizé 2019 _ 4e-3e. Choix des classes (encre bleue) et vote personnel des jurés (encre rouge) / Photographie : @MagRR

 

Ce court roman « d’une seule voix » de Jo Wintek Une fille de… donne la parole justement à la fille d’une prostituée, qui a dû se construire avec « ça »…, le métier exercé par sa mère, une profession pas comme les autres, car subie et non choisie. Derrière le mépris, les insultes, les jugements hâtifs, il y a surtout l’amour profond et véritable qui unit mère et fille. Un récit coup de poing et coup de gueule vis-à-vis des préjugés. Une course de fond aussi…

Les jurés 4e / 3e pour le prix Alizé 2019 / Photographie : @MagRR

Un texte à lire et à partager, une histoire qui fait grandir. Un consensus surprenant qui constitue une surprise mais correspond parfaitement aux objectifs de cette édition 2019 du Prix Alizé : amener les adolescents de 4e et 3e à découvrir des œuvres variées, aux thématiques très diverses et aux styles très différents. Mission accomplie, p***** !

Une vraie rencontre avec Sylvie Allouche

Ce jeudi 11 avril 2019, en fin de matinée, les élèves de 4e et 3e participant au Prix Alizé, ainsi que les Ambassadeurs et Ambassadrices du club lecture, ont vécu à la médiathèque scolaire un moment d’une rare intensité. Une vraie rencontre avec l’auteure Sylvie Allouche, pour son roman Twist again en lice pour l’élection du meilleur titre le 28 mai prochain.

Un bel échange devant un public d’élèves et d’adultes visiblement conquis… @MagRR

La rencontre s’est déroulée en trois étapes :

  • un portrait chinois un peu décalé
  • un entretien plus classique au sujet du « métier d’écrivain »
  • une discussion à propos de Twist Again qui nous a permis de mieux comprendre l’univers personnel de Sylvie Allouche et des personnages qu’elle a mis en scène

Extraits du portrait chinois -très long mais très original ! – selon ses dires…

« Si vous étiez un livre : Twist Again ; si vous étiez un pays : le Japon mais aussi l’Égypte, si vous étiez une femme célèbre : Simone VEIL, si vous étiez un plat : le couscous de MA maman car je n’en ai jamais mangé de meilleur »

Nous avons aussi posé des questions plus inattendues telles que : « si vous étiez une émotion : la spontanéité, si vous étiez un chiffre : le 7, si vous étiez un chapeau : ceux en paille ! »

Portrait feutré d’une très belle personne, rayonnante et sincère… @MagRR

Le métier d’auteur pour elle, c’est libérer des émotions : « écrire un livre, c’est donner de soi ». À ce propos, Sylvie ALLOUCHE nous a décrit sa méthode personnelle pour donner vie à une histoire. Elle met environ huit mois pour écrire un roman policier. Elle aime être dans un lieu où elle se sent bien, au calme pour être dans « sa bulle ». Lors du premier jet, elle écrit tout ce qui lui passe par la tête même si cela ne lui servira pas forcément.Tout l’inspire, que ce soit « la mer, jusqu’à la feuille qui tombe de l’arbre ». Pour écrire Twist Again elle est retournée dans les quartiers de banlieue où elle a vécu pendant son enfance et son adolescence. Elle s’est imprégnée du langage, de l’attitude des habitants actuels, notamment des plus jeunes. C’est là que sont nés les personnages de Brothers que l’on retrouve dans Twist Again.

Sylvie Allouche en train de lire un extrait de Twist Again, à notre demande…
@MagRR

Sylvie ALLOUCHE nourrit sa création de toutes les rencontres et observations quotidiennes qui jalonnent sa vie. Elle apprécie particulièrement celles avec les jeunes, dans le cadre scolaire ou lors de salons. En 2018, elle a ainsi échangé avec plus de 10 000 jeunes. Nous ferons donc partie du comptage 2019 !

Elle s’est intéressée à nos centres d’intérêt, notamment notre goût prononcé pour les mangas. Elle a l’intention de découvrir ce genre nouveau pour elle. Très ouverte aux différentes cultures, elle apprécie de changer de style et ose se risquer sur des terrains littéraires inconnus. Elle a même profité du menu japonais de la cantine qu’elle a partagé avec nous, à la médiathèque scolaire !

Souvenir d’une rencontre inoubliable pour les Ambassadeurs et Ambassadrices du Club et du prix Alizé @MagRR

Cette matinée restera très longtemps dans notre mémoire,  nous avons approché une femme vraie, qui a répondu à toutes nos questions avec enthousiasme. Son énergie et son franc-parler la rendent très sympathique et charismatique. Nous ne pouvons que vous conseiller de plonger au plus vite dans un de ses romans ! Pourquoi pas son nouveau polar paru en mars : Snap Killer, la suite de Stabat Murder, une enquête policière au cœur d’un lycée parisien où le cyberharcèlement a fait deux victimes….