Léo Drouyn et la Commission des Monuments historiques de la Gironde

L’idée de préserver les bâtiments anciens est apparue juste après la Révolution, pendant laquelle de nombreuses destructions d’églises et de châteaux ont eu lieu. Auparavant, on n’hésitait pas à raser les monuments pour en construire de nouveaux, adaptés aux goûts et aux besoins de l’époque. Pour repérer et conserver les monuments importants d’un point de vue historique ou architectural, l’Etat crée en 1830 le poste d’Inspecteur général des Monuments historiques. Prosper Mérimée, célèbre écrivain, est nommé à ce poste en 1834. Il réalise une longue série de tournées à travers la France pour découvrir les bâtiments en péril. En 1837, il participe à la création de la Commission nationale des Monuments historiques dont le but est de prendre en charge la sauvegarde des monuments et de les protéger des projets d’urbanisme ou des restaurations sans autorisation. Un site Internet est consacré à cet homme, qui incarne cette volonté de conservation des monuments. Pour le découvrir, cliquez sur le lien suivant :

http://www.merimee.culture.fr/accueil_flash.html

La  Commission des Monuments historiques de la Gironde est mise en place en 1839 sur le modèle de la Commission nationale des Monuments historiques. Léo Drouyn travaille pour elle de 1842 à 1849. La mission de cette commission est de réaliser un inventaire des monuments dignes d’être conservés, d’en indiquer l’état de conservation et d’assurer leur protection. Elle fait donc appel à des architectes et des dessinateurs pour représenter les monuments choisis. La Commission des Monuments historiques de la Gironde commande à Léo Drouyn des « études pittoresques », c’est-à-dire des dessins en élévation de nombreux monuments. Léo Drouyn doit également parfois, lorsqu’il se rend sur place pour dessiner les monuments, les étudier ou en dresser un inventaire sommaire. Mais Léo Drouyn quitte cette commission en 1849, devenue selon lui complice du « vandalisme restaurateur », c’est-à-dire des restaurations excessives qui dénaturent les monuments.

Vous trouverez en suivant ce lien une exposition virtuelle réalisée par les Archives départementales de la Gironde, entièrement dédiée à l’histoire de la Commission des Monuments historiques, et où il est question de Léo Drouyn : http://fonds-archives.gironde.fr/4T/exposition/defaut/index.jsp

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.