Le jardin

En 2018, notre projet Jardin et patrimoine migre vers l’abbaye de La Sauve-Majeure, avec de nouveaux partenaires :

Depuis 2013, les Amis de l’abbaye de La Sauve-Majeure ont mis en place et entretiennent un jardin d’inspiration médiévale du XIe siècle, en partenariat avec la Maison Familiale Rurale et le Syndicat viticole de l’Entre-deux-Mers.

Les plantes sont réparties en usages principaux : plantes médicinales, potagères, aromatiques, textiles et tinctoriales, ornementales. On y trouve de la bardane, de l’armoise, de la bourrache, des pois chiches et de la roquette, de la garance des teinturiers, des chardons à foulon, du concombre, du lin, de l’hysope, de l’hellebore, de la bétoine, du fenouil, de la lavande, et de nombreuses autres plantes utilisées dans les abbayes médiévales. La visée du jardin n’est pas esthétique mais utilitaire, comme il a dû l’être dès le XIe siècle, au moment de la fondation de l’abbaye.

L’enclos des plantes textiles et tinctoriales

La sauge, aromatique mais surtout médicinale aux multiples vertus !

Le lin, plante textile

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2018, on compte plus de 60 plantes et le jardin continue d’évoluer !

Les potagères

Le chardon à foulon, pour carder la laine

Vous trouverez sur ce blog et sur le site des Amis de l’abbaye (rubriques Jardin médiéval et Fiches plantes) de nombreuses informations sur les plantes médiévales.

L’abbaye de La Sauve-Majeure

Léo Drouyn, Album de la Grande-Sauve, 1851

Historique 

L’abbaye de La Sauve-Majeure doit son nom à la forêt – la sylva major– dans laquelle Gérard de Corbie, bénéficiant du soutien du duc d’Aquitaine (Guillaume VIII), implanta en 1079 une communauté monastique (bénédictins). L’abbaye jouit rapidement d’un grand prestige confirmé par le nombre de ses prieurés – 76 au moment de la canonisation du fondateur – en 1197. Désormais en ruines, l’abbaye conserve toutefois de remarquables vestiges médiévaux et modernes. Elle est classée monument historique depuis 1920.

L’abbaye a été classée au patrimoine mondial de l’UNESCO au titre des chemins de Saint-Jacques de Compostelle.

Léo Drouyn, Album de la Grande-Sauve, 1851

 

L’architecture de l’abbaye

Les ruines actuelles sont celles de l’abbatiale élevée dans la première moitié du XIIe siècle. Cet édifice possède un chevet à cinq chapelles échelonnées, plan souvent en usage dans l’architecture monastique du XIIe siècle, mais recevant là une ampleur jamais adoptée en Bordelais. Quant aux parties de la nef encore en élévation, elles montrent que l’on avait choisi d’élever une large nef flanquée de bas-côtés voûtés d’arêtes. Sur le vaisseau central, on lança des voûtes d’ogives qui marquent l’adoption dans la région, autour des années 1150, du voûtement gothique.

Vue du clocher

Au début du XIIIe siècle, de nouveaux travaux permirent l’installation du grand clocher octogonal.

L’achèvement de ces travaux suscita une nouvelle consécration en 1231, dont on garde trace dans le monument par la présence de disques sculptés aux effigies des apôtres. Cette période a également dû être marquée par une grande entreprise de rénovation des bâtiments conventuels comme en témoignent les vestiges du XIIIe siècle conservés in situ ou dans le musée lapidaire.

Vue satellite Geoportail

Sculpture

Dans le chœur et le bas-côté sud subsistent de remarquables chapiteaux romans. Ceux des parties basses du chœur présentent des thèmes bibliques et des scènes de combats. Parmi ces dernières, une grande corbeille située à la retombée de l’arcature séparant le chœur de l’absidiole nord présente notamment un homme luttant contre un lion, un centaure et un sagittaire et un combat d’aspics et de basilics.

Dans l’absidiole nord est représenté le Péché originel et en face, deux robustes lions dévorant un homme, probable pécheur soumis aux châtiments de l’enfer. Au sud voisinent notamment les thèmes de Daniel dans la fosse aux lions, Samson et le lion, ou la Tentation du Christ.

Le chapiteau de la Décollation de saint Jean-Baptiste, dans le bas-côté sud, représente la danse de Salomé, la décollation proprement dite, et la remise de la tête de Jean-Baptiste à Hérode.

Les bâtiments conventuels :

Sur la partie sud, les bâtiments conventuels en ruines rappellent la vie quotidienne des moines bénédictins. Autour du cloître s’articulaient les différents espaces : salle capitulaire (salle de réunion du chapitre, tous les matins) et dortoir aujourd’hui disparu, réfectoire, cellier.

Vue sur le cloître et le réfectoire depuis le clocher

Vestige de la salle capitulaire voûtée

Arcade du réfectoire

Bibliographie :

BRUTAILS (J.A.), Les vieilles églises de la Gironde, Bordeaux 1912.

COUZY (H.), Les chapiteaux de La Sauve-Majeure, Bulletin Monumental 1968.

GARDELLES (J.), L’abbaye de La Sauve-Majeure, Congrès archéologique de France Bordelais et Bazadais, 1990.

LACOSTE (J.), La sculpture romane de La Sauve-Majeure et ses origines, :L’Entre-Deux-Mers et son identité  L’abbaye de La Sauve-Majeure de sa fondation à nos jours, Actes du cinquième colloque Entre-deux-Mers tenu à la Sauve-Majeure 9-17 septembre 1995, éditions du C.L.E.M. 1996.

Nombreux articles historiques importants dans :L’Entre-Deux-Mers et son identité  L’abbaye de La Sauve-Majeure de sa fondation à nos jours, Actes du cinquième colloque Entre-deux-Mers tenu à la Sauve-Majeure 9-17 septembre 1995, éditions du C.L.E.M. 1996.

 

 

L’abbaye est gérée par le Centre des monuments nationaux.

Pour en savoir plus, rdv sur le site dédié abbaye-la-sauve-majeure.fr

 

Les jardins des CM2 l’école Bourran de Mérignac

Plantations, arts plastiques, réalisation de quartiers imaginaires, poésie…

Les CM2 de Bourran n’ont pas chômé cette année ! Pour découvrir les réalisations des élèves dans le cadre de ce dense projet, cliquez sur l’image ci-dessous.

Ensuite, cliquez sur « ouvrir avec Xodo PDF » en haut de la page, et attendez le chargement du document….car il vaut le coup d’œil !

Les gravures des CE2-CM1 de La Rivière

Voici quelques-unes des gravures réalisées en classe par les CE2-CM1 de La Rivière, à partir de leurs propres dessins effectués lors de la visite d’un monument de leur patrimoine local, le château de La Rivière.

Bravo à eux !

Bilan d’une année Loupiac l’Antique – Les CE2/CM1 de Cadillac-en-Fronsadais

Le livre numérique sur les plantes des CM1-CM2 de Lormont

Cette année, dans le cadre du projet « Jardins et patrimoine », les CM1-CM2 de Lormont ont réalisé un livre numérique pour nous présenter leurs recherches ! Des questions sont posées sur les plantes et la réponse est donnée par… André Le Nôtre en personne, personnifié par les élèves. Allez vite voir en suivant ce lien !

Découvrir leur travail

 

Léo Drouyn à Rions avec les CE2 de Floirac

Les CE2 de l’école Jean Jaurès de Floirac nous expliquent les différentes étapes de la carte à gratter, de la gravure et nous présentent leurs travaux de cette année, basés sur leur visite à Rions. Bravo à eux pour tout ce travail !

 

Et le résultat :

Lettrines, jardin et herbiers-vitraux des CE1-CE2 de Sadirac

Les CE1-CE2 de Sadirac sont fiers de vous présenter leur travail de l’année, avec de belles lettrines enluminées, exposées devant l’épeautre en pleine fleur semé par leur soins.

Ils ont également réalisé un herbier vitrail, une création originale exécutée à partir de feuilles de saule et d’érable, disposées en regard de vitraux médiévaux.

Bravo à eux pour ces belles réalisations !