Coffre pépites numériques

Pépites numériques 0 commentaire

Un petit bijou, des films d’animation réalisés par lara Lee .Des enfants décrivent leur animal favori et celui-ci se dessine au fur et à mesure sur l’écran.Mignon, vraiment.

http://graphism.fr/mon-animal-prfr-projet-illustr-anim-par-lara-lee

Tags : ,

Internet modifie-t-il notre cerveau?

Culture numérique 0 commentaire

Le débat agite le toile. Petit tour d’horizon de prises de position.Un entretien entre P. Kosciusko-Morizet , fondateur de price minister et un philosophe , auteur de roman à succès:La théorie de l’information,Aurélien Bellangier. Sur le Figaro.

 

http://madame.lefigaro.fr/societe/cerveau-de-nos-enfants-naura-plus-meme-architecture-230912-284232

 

Cet autre article , trop partial, qui adopte le point de vue de Carr, qui s »est laissé piéger me semble-t-il par la toile.Interviews,quelques exemples mais l’atricle évoque les dangers de l’internet sans réellement convaincre. Mémoire externalisée. Cela dépend des usages! Plus de lecture profonde? Et une citation tronquée d’ Alain Giffard dont le propos est plus subtil…internet ne permettrait qu’une lecture courte fragmentée? Cela dépend de l »utilisateur.A nous aussi de former à l’utilisation de l’outil , comme on formait  à la lecture….

Le plus de l’article, c’est l’étude sur le cerveau des chauffeurs de taxis londoniens, obligés de mémoriser les rues , les plans de Londres et l’impact sur leur cerveau.

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20111018.OBS2756/comment-internet-modifie-notre-cerveau.html

 

Un autre article à la tonalité pessimiste,puisque d’après les auteurs , la fréquentation d’Internet nous ferait perdre 20% de notre matière blanche. Il faudrait s’interroger sur les conditions  de l’étude…

Bref Internet nous ferait perdre notre empathie. L’auteur ajoute que cette empathie est plus développée chez les lecteurs de fiction que chez les non-lecteurs.internet modifie donc notre cerveau. Pour preuve: les cadres de la Silicon Valley inscrivent leurs enfants dans des écoles sans technologies, classiques où on apprend à écrire et à travailler l’imagination.Ecoles Waldorf .Les dangers de l’addiction sont suffisamment éloquents mais résultent-ils de l’Internet lui-même, ou de l’éducation donnée aux enfants-rois?

La technologie peut être au service de l’imagination. Il n’est pas non plus question de renoncer au papier et au stylo ni aux vertus de l’imagination.  Dépendre de Facebook ou du dernier SMS qu’on attend ,c’est la réalité de nombreux jeunes adultes, mais st-elle imputable à Internet? J’en doute.

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20111018.OBS2756/comment-internet-modifie-notre-cerveau.html

 

Cet autre article sur net public: enfants mutants.

Quelques réflexions intéressantes, Roland Jouvet qui remarque que la drogue est aussi numérique. Mais à qui la faute : au numérique ou à notre société?

Serge Tisseron, qui pointe la perte de la capacité à jouer, la perte de l’imagination. De loin , un de ceux qui me convainquent le plus dans leur réflexion sur le numérique.

Edwige Antier remarque que de plus en plus de parents flanquent leurs enfants devant les écrans pour avoir des moments de paix. On a connu ça avec la télé: problème générationnel, pas seulement celui des enfants mutants mais de parents qui n’investissent plus la transmission.

Xavier Pommereau lui déplore le déficit de liens imputable à ce rapport au numérique.

Enfin réflexion étonnante de P. Mérieu, qui affirme qu’il faut apprendre des poèmes, revenir en quelque sorte à certains fondamentaux. Encore qu’Internet ne soit pas incompatible avec la poésie ni avec sa mémorisation!

Il faudrait en convaincre les parents qui vous menacent de procès lorsque vous donnez des poésies à apprendre ou proposez d’écrire des poèmes.

Je reste sur ma faim: les déclarations de spécialistes sont discutables: c’est plus un problème de société qui est souligné .Modification du cerveau? J’attends de lire des articles plus étoffés avant d’être convaincue. Mutants? Un titre bien racoleur. Je dirais plutôt enfants qu’on laisse devant devant l’écran et qu’on n’envoie pas au lit à l’heure et je n’évoque pas même les devoirs.

A lire donc sur Net public:

http://www.netpublic.fr/2012/10/enfants-mutants/

Tags : ,