Les applications  » anonymes » expliquées aux parents

Documentation 0 commentaire

Les applications de « discussion anonyme » expliquées aux parents

Quelles sont les promesses de ces applications ?

Elles promettent que les échanges, les discussions sont totalement anonymes et ne collectent aucune donnée personnelle. Elles garantiraient des échanges anonymes avec des amis ou avec de parfaits inconnus.

Avec quel appareil utiliser ces applis ?

Elles ont été conçues pour être utilisées principalement avec des smartphones.

Ces applications sont-elles « anonymes » ?

Pas du tout ! Elles collectent des données personnelles tout comme le réseau Facebook. Or, elles sont vendues avec l’argument de ne pas collecter d’informations personnelles comme le fait Facebook. Tous ces outils recueillent beaucoup d’informations malgré leur discours publicitaire. Whisper propose une fonction de géolocalisation. Whisper se base sur une adresse IP. Secret bénéficiait d’une fonctionnalité identique. Snapchat prétend ne pas collecter d’informations mais les applications permettant de sauvegarder les messages éphémères envoyés avec l’application ont fleuri sur la toile dès que Snapchat a été lancé. De plus, une simple capture d’écran permet de conserver un « snap ».

Quelles sont ces applications ?

Les plus populaires chez les adolescents, collégiens, lycéens, mais aussi écoliers, étaient / sont Rumr (aux USA), Snapchat, Whisper, Secret, Gossip, WhatsApp.  

Peut-on être identifié si on utilise ces applications ?

Oui ! Les applications ont accès à votre identifiant unique de téléphone, à des informations sur votre terminal. Le journal Le Monde mentionne la tentative d’informaticiens qui ont pu facilement remonter jusqu’à une personne qui avait écrit un texte avec Secret (22/10/2014).

Comment les adolescents ou les adultes utilisent-ils ces applications ?

Rumr regroupe des groupes de discussion, des chats allant jusqu’à 100 personnes. Secret, fermé en avril 2015, permettait de poster des messages à ses amis, ou à son réseau relationnel. Whisper est utilisé pour partager des secrets, des jeux de mots, des angoisses. Gossip, qui a fait scandale, permettait de partager des rumeurs, des ragots, en écrivant du texte ou en postant des photos ou des vidéos, avec une identification des personnes. Très populaire dans les cours de récréation, cette application avait inquiété les fédérations de lycéens, les institutions à la suite de dérives. Gossip avait été fermé. Hélas, cette application qui « démocratise les potins de façon démocratique » semble disponible sur l’App Store. Et permet donc de répandre n’importe quel potin ! Snapchat dont le succès ne se dément pas permet d’envoyer des photos qui n’ont d’éphémères que le nom. L’application est utilisée pour envoyer des photos « intimes » ou gênantes, parfois plus anodines ou « rigolotes » (vous pouvez vous dessiner des oreilles de lapin roses ou des lunettes vertes sur vos snaps). De très nombreuses photographies pornographiques sont ou ont été diffusées via l’appli (ce qui est interdit !). Snapchat, a été « piraté » en 2014, et plus de 100 000 photographies pornographiques qui impliquaient de nombreux mineurs ont été diffusées sur la toile.  Les pirates avaient tout simplement utilisé une application tierce employée par les clients (formellement interdite par Snapchat !).  Ceux qui ont diffusé ou téléchargé ou conservé les clichés s’exposent à des poursuites et des peines de prison dans le cadre de la lutte contre la pédopornographie infantile : des photos dénudées de mineurs entrent dans le cadre légal de la notion de « pédopornographie ».

Soyez donc vigilants lorsque vos ados utilisent des applications comme Snapchat ou Gossip ! Oui, mais comment faire ? est-il possible de contrôler ce que font des ados avec leur mobile ? Les informaticiens le savent : tout est possible, l’anonymat est une illusion mais la liberté en est une autre sur Internet !

Est-il possible de savoir ce que fait mon ado avec son mobile ?

Pourquoi pas ? Vous pouvez installer des logiciels espions tout à fait légaux pour surveiller vos ados !

Il y a même des prix pour la fête des pères ! Ce n’est pas plus compliqué que le contrôle parental sur les ordinateurs classiques. Par exemple : MSPY le leader sur le marché propose un contrôle sur WhatsApp, les SMS, les appels, la localisation géographique. Mais je ne fais pas de publicité : les « logiciels espions » sont nombreux. Plus de 280 000 résultats pour une recherche avec ces mots-clés sur Google.

Françoise Grave

Professeur documentaliste

Collège Camille Claudel

Villeneuve d’Ascq

Le téléphone mobile et les bons usages

Documentation 0 commentaire

Du bon usage du téléphone portable

L’enquête de Familles rurales révèle une profonde méconnaissance des bons usages des téléphones portables.

Qui se cache derrière le nom « Familles rurales » ?

Une association de défense des consommateurs.  C’est un mouvement familial qui regroupe 180 000 familles adhérentes. Un des derniers articles parus sur leur site est consacré au Cyberharcèlement.

http://www.famillesrurales.org/

L’association et le CSF ont publié une enquête sur les bons usages du téléphone portable. Les médias la relaient largement aujourd’hui.

http://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/16273-Telephone-portable-les-familles-ignorent-les-regles-de-bon-usage

Le dossier de presse du 15 juin 2016 est disponible en téléchargement sur cette page :

http://www.famillesrurales.org/Actus-1718/3-4-des-utilisateurs-de-telephone-portable-ne-comprennent-pas-a-quoi-sert-le-kit-mains-libres

De nombreux articles partagés par Google actualités évoquent l’échec de la campagne de prévention de l’INPES (Institut National de Prévention et d’Education à la Santé) sur le téléphone portable. Cette campagne de sensibilisation aux dangers du téléphone portable est disponible sur Internet et mériterait d’être mieux mise en valeur dans les établissements scolaires. Le CDI organisera dès la rentrée une petite exposition sur des panneaux mais aussi une exposition en ligne qui reprendra toutes les ressources pour faire une prévention efficace. Une des collections Pearltrees du CDI est d’ailleurs consacrée au téléphone portable.

La campagne de l’INPES :

http://www.lesondesmobiles.fr/

http://www.radiofrequences.gouv.fr/spip.php?article95

 

Quel était le but de la campagne de l’INPES ?

Le but de cette campagne était de réduire l’exposition des jeunes aux radiofréquences émises par les mobiles. Le constat est que la majorité des familles ignore les règles de prévention. Familles rurales constate que moins de 1% des français ont eu connaissance de cette campagne. La loi « Abeille » votée en février 2015 laissait espérer une nouvelle campagne de prévention, mais rien n’a été fait. Familles rurales note cependant que les opérateurs mobiles donnent des conseils de prévention.

Quel sont les publics à protéger de l’exposition aux radiofréquences émises par les mobiles ?

Les adolescents, les enfants, les femmes enceintes.

Quels sont les conseils à respecter pour un bon usage du téléphone portable ?

  • Utiliser un kit mains libres : les opérateurs en fournissent, et éditent une plaquette de conseils d’utilisation.
  • Protéger les enfants, les adolescents, les femmes enceintes.
  • Téléphoner dans des zones de bonne réception.

Quelle est l’utilité du kit « mains libres » fourni aux utilisateurs de mobiles ?

Le Kit limite l’exposition aux radiofréquences. Peu d’utilisateurs se servent du kit.

Le public des enfants et des adolescents. Quelles recommandations ?

Les scientifiques recommandent d’éviter l’utilisation du portable avant 14 ans.

L’enquête rappelle l’existence de l’article L5231 du code de la santé publique.

Il nous semble utile de le citer :

« Toute publicité, quel qu’en soit le moyen ou le support, ayant pour but direct de promouvoir la vente, la mise à disposition, l’utilisation ou l’usage d’un téléphone mobile par des enfants de moins de quatorze ans est interdite ».

Or, chacun sait que beaucoup d’adolescents ou d’enfants de moins de quatorze ans possèdent un téléphone portable. Le nombre de cartes SIM vendues en décembre 2015 était de 72,1 millions !

Les recommandations des scientifiques : éviter d’équiper son enfant de moins de quatorze ans d’un mobile ! Mais les pressions des « ados » sont fortes : parfois, ne pas avoir de smartphone ou d’IPhone vous condamne à la relégation, aux moqueries, à l’exclusion ! Aussi n’est-il pas rare de croiser des enfants aux abords d’écoles ou de collèges l’oreille collée à leur mobile ! 75% des enfants qui possèdent un mobile ont été équipés avant cet âge !

Les scientifiques recommandent aux parents de conseiller à leurs enfants de n’utiliser leur mobile que pour les appels indispensables. Ils préconisent également l’usage de l’oreillette et l’envoi de SMS qui réduit l’émission d’ondes.

Il n’est pas rare non plus d’assister à de vrais psychodrames lorsqu’ un enseignant ou un personnel de direction d’établissement scolaire confisque un mobile pendant quelques heures.  Le réseau Morphée (spécialisé dans les troubles du sommeil) s’est inquiété récemment de la dépendance des adolescents au téléphone portable et de l’impact sur le sommeil d’une utilisation nocturne du mobile.

Quels sont les souhaits de Familles rurales ?

Familles rurales souhaite que l’état organise enfin une vraie campagne de prévention.

En conclusion : je recommande à tous la lecture du glossaire de cette enquête et la lecture des résultats bruts à la fin du PDF téléchargeable.

Cette ressource du site Internet sans Crainte, un guide à l’intention des parents, est une ressource utile. Il comprend un abécédaire du mobile, et nombre de conseils très utiles :

http://www.internetsanscrainte.fr/pdf/guide_parents_8%20novembre%202010.pdf

 

La collection Pearltrees du professeur documentaliste sur le téléphone portable : les usages, les textes officiels, les campagnes de prévention, les utilisations pédagogiques, les règlements d’établissements scolaires…

http://www.pearltrees.com/fglettres/le-telephone-portable/id15957738

 

Françoise Grave

Professeur documentaliste

Collège Camille Claudel

Villeneuve D’Ascq

 

 

 

Les Ados qui s’ennuient ou la nouvelle mode des posts antisémites ou racistes

Veille 0 commentaire

Les Ados qui s’ennuient : la nouvelle « mode » des post(s) antisémites et des « fan-club » d’Hitler sur les réseaux sociaux

Faut-il l’avouer ? L’auteure de ce billet de blog n’a vraiment aucune sympathie pour l’incitation à la haine raciale, le nazisme, l’antisémitisme, l’humour de mauvais goût. Mais vraiment aucune.

Hélas, sur les réseaux sociaux depuis quelque temps, des sujets deviennent très populaires, sont « likés » ou obtiennent des + 1, et suscitent des commentaires odieux, de l’ordre de l’infraction pénale. ET rappelons-le, les fonctionnaires comme les particuliers ont obligation de signaler à la justice des propos qui incitent à la haine raciale. Personnellement, lorsque lors de ma navigation, je rencontre des profils qui font l’apologie d’Hitler, de la Shoah ou de toute autre forme d’incitation à la violence, je les signale. Comme la loi française s’applique sur les réseaux, les plateformes doivent retirer les profils.

Individuellement, il n’est plus possible de déposer plainte même si le signalement est obligatoire : les associations comme La Licra peuvent en revanche se constituer partie civile.

Donc, passons aux topics populaires chez les Ados qui s’ennuient. Et qui ne mesurent absolument pas les conséquences de leurs partages, ou qui ne réalisent pas qu’ils propagent des idées nauséabondes.

Sur Google+, des topics s’adressent aux Ados. Sur les sites de jeux vidéo (comme jeuxvideo.com), c’est la même chose. Or, depuis quelque temps, j’ai constaté que nombre d’Ados s’abonnaient à des topics nauséabonds ou faisaient la promotion d’Hitler et de l’antisémitisme. Bien sûr, je signale sur Pharos, un vieux réflexe, mais je signale également les commentaires haineux, racistes, sexistes. Pas de jaloux.  Comme je n’ai pas nécessairement un caractère facile et que je déteste les plaisanteries tordues, je signale des contenus comme ceux-ci.

Revue de presse de quelques topics qui font fureur chez les Ados, hélas. Les collègues d’Histoire ont du pain sur la planche !

Par exemple, sur Google+, un topic rencontre un certain succès. Il vient d’ailleurs, certes, mais il a trouvé son public d’ados. Je ne dis pas merci à Google pour ne pas avoir supprimé le compte qui diffuse ce topic. Donc, un compte « humoristique » très populaire chez les Ados, qui compte des centaines, que dis-je des milliers d’abonnés a partagé ce « post » :

Le commentaire illustrait une photo du dirigeant nazi (oui, Hitler) qui a causé la mort de millions de personnes.  Le voici :

« Le seul qui a dis j’vais niquer ta race et qui la vraiment fait »

Le compte a changé de pseudo mais n’a pas disparu. Le topic non plus, toujours partagé et accessible via Google Images. Un peu de pédagogie : imaginez qu’un Ado like ce post infâme ( ou lui attribue un +1) : si on fait une recherche sur son nom (un entrepreneur pour une demande de stage, un futur employeur) et que l’on trouve ce post lié à son profil sur Google+, quelles sont les conséquences ? Les +1 sont liés aux profils sur Google +. On peut donc facilement retrouver ceux qui partagent. D’ailleurs, on sait bien que les recruteurs pour le djihad observent qui like ou approuve certains contenus pour mieux approcher sous de faux profils des personnes susceptibles d’être manipulées.

Sur Twitter aussi, ce post a été partagé avec des variantes.

Ados twitter

 

Vous remarquerez que je ne mets pas l’identité du Twitto sur ma capture d’écran. Cependant l’adolescent ou l’adolescente qui a partagé ce tweet débile et dangereux, n’est nullement protégé par son anonymat. Les RT peuvent être récupérés avec des outils de veille. La liste de tous ceux qui ont partagé certains tweets s’affiche. C’est très utile lorsque l’on veut signaler sur Pharos des comptes ne respectent pas la loi.

4048 RT pour ce tweet! Et 940 j’aime. L’éducation à la citoyenneté a de beaux jours devant elle.

Le problème pour le profil : l’ado a oublié de désactiver la fonction de géolocalisation de son smartphone. On peut donc savoir où il vit. Mieux, il a indiqué un lien vers d’autres publications sur les RS.  Sur le profil en lien, Vine, sa photo et plein d’informations. Du reste,  il suffirait de lire les commentaires de Twitter, de voir avec qui il interagit pour presque tout connaître de lui, et entrer en contact avec lui. Parce que figurez-vous, il a laissé son adresse e-mail sur cet autre profil !

D’ autre  part, il a publié une photographie. Google est très performant au niveau de la recherche d’images. Le moteur peut vous indiquer si vous lui envoyez la photo (un clic suffit pour la télécharger sur Twitter et l’enregistrer) où, sur quels autres sites la photographie a été partagée.  Les ados partagent souvent les photos des copains et copines sur leurs RS. Si un ado devenu grand supprime de ses profils une photographie compromettante, rien ne l’assure qu’elle ne sera pas encore indexée dans Google images. Sous un autre mot-clé ou nom.

Sur twicsy,  le Tweet est toujours référencé.

Sur jeuxvideo.com, Hitler est malheureusement aussi un sujet de conversation. J’ai envoyé un message aux modérateurs adultes de ce site pour protester.

Un exemple de ce qui est en ligne :

Ados

 

La discussion aurait mérité de disparaître de la toile. Voilà le message que j’ai posté aux modérateurs :

« Bonjour,

Le sujet de discussion sur Hitler est totalement déplacé. Je vous invite à relire les commentaires. Je publie un billet de blog sur le sujet, et il ne fait pas l’éloge de votre modération ».

C’est surtout pour le principe !

Sur Facebook par contre, une page a disparu. Mais il n’est dans les habitudes de Facebook de supprimer avec diligence les sujets sensibles !

Mais il y a pire encore : les communautés prolifèrent. Les ados qui s’ennuient, ou Teenager Posts.

Communautés qui publient les pires âneries. Mais, il y aussi ces deux communautés que j’ai signalées :

Adolf  Hitler Fan Club et Anti Sous Races Certifié. Et là, on est dans l’apologie du nazisme et l’incitation à la haine raciale contre des groupes ethniques, ou religieux, les musulmans ou les noirs par exemple. J’ai donc signalé ces deux communautés sur Pharos, me réservant l’envoi de captures d’écran à des associations pour demain.

Parents, enseignants, adolescents, soyez vigilants, sur Google + comme ailleurs.

Ados qui s'ennuient Miche Delarue Google

 

Les membres de ces « communautés » sont d’ailleurs parfaitement identifiables.

Françoise Grave

Professeur documentaliste

Collège Camille Claudel Villeneuve d’Ascq

 

Les portails documentaires pour les troisièmes : initiation à Esidoc

Recherche documentaire 0 commentaire

Le lien vers mon support :

 

Tags :

buy windows 11 pro test ediyorum