La loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat

La loi de 1905 : séparation des Eglises et de l’Etat

I / La fameuse loi de 1905 :

Dans la IIIéme République, les républicains au pouvoir craignent encore l’église catholique, dont l’influence dans la société reste très importante.

Le 9 Décembre 1905, le député socialiste Aristide Briand fait voter la loi concernant la séparation des Eglises et de l’Etat. Malgré un débat très vif dans une population encore assez largement partagée : La France devient un état laïc et la religion appartient désormais à la sphère privée.

La loi s’applique sur les 4 confessions représentées en France :

            • Le catholicisme

            • La confession d’Augsbourg ( les protestants luthériens)

            • Les réformés ( les protestants calvinistes )

            • Les israélistes

Cette loi met fin à des affrontements qui opposent deux conceptions sur la place des Eglises dans la société française pendant presque 25 ans .

La loi de 1905 met donc fin et remplace le concordat établi en 1801 sous le gouvernement de Napoléon Bonaparte et qui régissait jusque là les rapports entre les deux institutions ( les Eglises et l’Etat ) .

La loi de 1905 proclame la laïcité à la française, elle proclame aussi la liberté de conscience, garantit le libre exercice des cultes :

          • Article 1er : « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes… »

          • Article 2 : « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne

            subventionne aucun culte… »

Cette loi est la même que la devise républicaine. Par l’article 1er, l’Etat garantit la liberté de conscience, c’est à dire la droit de ne pas être croyant, de croire à n’importe quelle religion sans commentaire d’autrui.

Par l’article 2, l’Etat, les départements, les communes assurent cet objectif à l’égard des citoyens, en refusant d’accorder des avantages spécifiques à certains en raison de leur pratique cultuelle.

II / Les conséquences de la loi :

Dans la séparation des Eglises et de l’Etat, ce sont les Eglises qui sont plus touchées. L’Etat n’intervient plus dans la nomination des évêques… Certains bâtiments ( églises, temples ou synagogues ) deviennent propriété de l’Etat. L’Etat dit en assurer l’entretien et il le confie gratuitement aux nouvelles associations cultuelles (le patrimoine de l’Eglise est aujourd’hui très important encore).

III / Ceux qui résistent :

Cette loi est violemment critiquée, surtout par le Vatican. Le pape Pie X se plaint contre cette loi. Il dénonce une rupture injuste du concordat et interdit aux catholiques français de l’accepter. Avant que l’Etat ne confisque les biens des églises, des manifestations ont lieu et avec plusieurs décès. En 1906, en Algérie et à Cominac on voyait même des ours garder l’entrée des églises pour éviter des conflits. Femmes, hommes et enfants se battent pour leur opinion.

Sources utilisées :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *