Suite des feuilletons épistolaires – 4e

Vous souvenez-vous de l’enlèvement-disparition de Bastien ? Voici la suite, merci à Mélina, Mariane, Estelle et Chloé !

LETTRE 4

Christophe KAPI
16 rue Aristide Briand
49000 Angers.

Le 13 mars 1950,

Mon cher Yohann,
Je t’écris pour te dire que je vais être en retard pour venir te voir pour te parler de l’enquête. J’ai quelques petites choses qui me retiennent ici, rien de grave ne t’inquiète pas. Je peux juste te dire que j’ai cherché dans les archives des renseignements sur les anciens habitants de la maison où tu vis, et ce que j’ai trouvé est quelque peu étrange. Personne n’est resté bien longtemps et à ce que je peux lire, plusieurs personnes ayant habité ici ont disparu sans laisser aucune nouvelles…
Tout cela va être bien trop long à expliquer sur papier, je préfère attendre de te le dire une fois sur place. J’espère que tu tiens le coup. Je peux te promettre une chose, je vais tout faire pour retrouver ton petit Bastien.
Surveille bien Sarah. Si toi aussi de ton coté tu trouves des informations, fais les moi parvenir. Bon courage, j’espère arriver bientôt.
A toi,

Ton fidèle ami, Christophe

 
LETTRE 5

RAPPORT DE POLICE

LE 21 MARS 1950
Plaignant : Mr PETIT
Suspect : inconnu.

Objet : Disparition
Victime :
Nom : PETIT
Prénom : Sarah
Âge : 32 ans
Adresse : 4 impasse de l’aiguille
Code postal : 49250
Ville : Mûrs-Érigné
Description physique :
Taille : 1,62 mètre
Cheveux : blonds et très longs
Couleur de peau : mate
Couleur d’yeux : bleu/gris
Vêtements portés : Petit pull rayé, jeans slim de couleur noire.
Déroulement des événements :
Dans les environs de 14h30, Mr PETIT se rend au commissariat pour dire aux policiers qu’il s’inquiète car sa femme n’était toujours pas rentrée déjeuner à 14h.
A 13h30, il pensait qu’elle était juste en retard, mais il trouvait bizarre qu’elle ne l’aie pas prévenue, car elle est toujours très ponctuelle.
A 16h15, la police décide de signaler la disparition de Mme PETIT Sarah.

LETTRE 6

Yohann PETIT
4 impasse de l’aiguille
49250 Mûrs-Érigné

Le 22 mars 1950,

Christophe,
Je suis vraiment anéanti, après Bastien, voilà que Sarah disparaît à son tour. Je ne sais pas quoi faire, j’ai tellement peur. Tes recherches n’arrangent en rien mon état, rien que de savoir que d’anciens habitants ont disparu, je n’arrive plus à fermer l’œil de la nuit. Pourtant cette maison m’a plu de suite…
Je voulais te dire que des policiers m’ont rapporté le petit lapin blanc en peluche de Bastien, ils m’ont dit qu’ils l’avaient retrouvé dans les bois non loin de chez moi. Je suis tout seul maintenant dans cette grande maison. J’ai l’impression que la nuit, il y a des gens ici. Je crois que je deviens fou, quand je lis le journal pour voir si il n’y a pas eu de personnes retrouvées, j’ai l’impression qu’il y a quelqu’un derrière moi, qui lit derrière mon dos. Et pourtant, il n’y a personne.
Bastien est tout pour Sarah : elle était si affolée quand on a signalé sa disparition…
Et si ma femme avait craqué sous la pression ?
Et si je ne retrouvais jamais Bastien et Sarah ?
J’ai si peur, aide moi…

Ton ami Yohann.

 


Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.