Chapitre 5 : La Révolution Française et l’Empire (1789-1815)

Histoire

La Révolution française (1789-1799) puis le Consulat (1799-1804) et enfin l’Empire (1804-1815) sont des périodes pendant lesquelles la vie politique, sociale, administrative et économique française a été profondément bouleversée.

Fiche-friche chronologique intro

Comment la Révolution française et l’Empire transforment-ils en profondeur l’organisation de la France ?

I- La Révolution et l’Empire : un bouleversement politique

A- Devenir citoyens : les débuts de la Révolution française (années 1780-1789)

Pourquoi et comment la monarchie absolue est-elle mise en difficulté dans les années 1780 ? Pourquoi Louis XVI est-il obligé de convoquer les Etats-Généraux en 1789 ?

Réalisation de l’escape game (pour le refaire c’est ici) ET Organigramme sur les mécontentements des Français dans les années 1780

Disette : période courte pendant laquelle la population manque de nourriture.

Révolte frumentaire : révolte causée par un manque de nourriture.

Un déficit : c’est lorsque dans un budget, les dépenses sont supérieures aux recettes (= aux revenus).

Etats généraux : assemblée des représentants des trois ordres du royaume réunis par le roi dans des circonstances exceptionnelles.

Un cahier de doléance : un cahier qui consigne les demandes et les plaintes des Français (par ordre et par province) auprès du roi en vue des Etats généraux.

Comment se sont faits le renversement la monarchie absolue et l’affirmation de la souveraineté et des droits du peuple ? Comment les Français passent-ils du statut de sujet à celui de citoyen ? (1789-1791)

Fiches sur les années 1789-1791 : organigramme + documents

Une constitution: un texte de loi suprême fixant le fonctionnement d’un Etat. 

La souveraineté : le droit d’exercer l’autorité politique, d’exercer le pouvoir.

Une monarchie constitutionnelle : un régime politique dans lequel les pouvoirs du roi sont définis et limités par une Constitution.

Une Nation : Communauté vivant sur un même territoire et affirmant sa volonté de vivre ensemble.

Le suffrage censitaire : le droit de vote réservé à ceux qui paient un impôt important (= les plus riches).

B- La Révolution française en marche : la République (1792-1799)

En quoi la prise des Tuileries, le 10 août 1792, met-elle fin à la monarchie ? Quel rôle joue le peuple dans cet événement ?

Les sans-culottes : petit peuple révolutionnaire des villes (qui portent le pantalon et non la culotte des nobles et des bourgeois).

Les fédérés : les gardes nationaux chargés du maintien de l’ordre dans les villes de province.

Une république : un régime politique sans roi dans lequel la population ou une
partie de celle-ci détient le pouvoir

Fiche 10 août 1792

En quoi les dangers encourus par la République entraînent-ils le régime de la Terreur ? Quelle expérience politique la République connaît-elle alors ?

Fiche sur la Terreur

Les Montagnards : groupe de députés appelés ainsi car ils siégeaient en haut des gradins. Ils sont plus proches du petit peuple que les autres députés (notamment les Girondins, plus proches des bourgeois).

La levée en masse : l’obligation pour tous les hommes célibataires de 18 à 25 ans de partir au combat

A recopier dans le cahier. Pour le vendredi 1er avril pour les 4eC et pour le mardi 05 avril pour les 4eD.

*** La République française naît en septembre 1792 et donne le pouvoir à une assemblée toute puissante, la Convention, où s’opposent Girondins et Montagnards. Le roi est guillotiné. Pour lutter contre les dangers qui menacent la République (guerre avec les pays voisins, guerre civil) et pour sauver la démocratie (le suffrage universel masculin est instauré), le régime de la Terreur, qui est une dictature, est mis en place par Robespierre et les Montagnards. Celui-ci s’arrête en 1794 avec la mort de Robespierre. La République perdure avec le Directoire mais la démocratie recule (e suffrage censitaire est réinstauré).

Suffrage universel masculin: droit de vote pour tous les hommes majeurs quelque soit leur niveau de revenu.***

C- Le Consulat et l’Empire : rupture ou continuité de la Révolution ?  (1799-1815)

Comment Napoléon Bonaparte a-t-il mis fin à la Révolution ? Comment s’inscrit l’expérience politique du Consulat et  de l’Empire par rapport à la Révolution ?

Fiches sur le Consulat et Empire

A recopier dans le cahier. Pour le jeudi 21 avril pour les 4eC et pour le mardi 19 avril pour les 4eD

*** En 1799, le général Bonaparte, soutenu par l’armée, prend le pouvoir par la force : c’est le coup d’Etat du 18 brumaire (9 novembre 1799). Il met en place un nouveau régime politique, le Consulat. Bonaparte cherche à rétablir la paix civile : il prône le retour des émigrés et signe le Concordat.

Si en apparence le Consulat maintient les principaux acquis de la Révolution (égalité des droits, séparation des pouvoirs…), il permet à Bonaparte, devenu premier consul, de renforcer progressivement son pouvoir. En effet, il possède le pouvoir exécutif, il dirige l’armée, il est à l’initiative des lois et contrôle les assemblées législatives, il nomme les ministres, les fonctionnaires et les juges…

Ce retour à un régime personnel et autoritaire s’accentue au fur et à mesure du Consulat

(Bonaparte se fait nommer consul à vie en 1802) ; jusqu’à aboutir en 1804 à la proclamation de l’Empire. Napoléon imite le sacre des rois de France (sceptre, main de justice…) et des empereurs romains (couronne de laurier…), et règne désormais seul.

Même si certains principes de la Révolution sont conservés (l’égalité de droits), le régime est désormais de nouveau personnel et autoritaire : les libertés de la presse et de réunion disparaissent par exemple.

Il ne s’agit cependant pas d’un total « retour en arrière » car la France est transformée : elle a une nouvelle monnaie, des fonctionnaires formés efficacement, un Code civil…***

Chapitre 4 : Droit et Justice en France

EMC

Comment le Droit s’applique-t-il et la Justice s’exerce-t-elle dans la démocratie française ?

I- Le fonctionnement de la Justice en France

Quels sont les grands principes de la Justice française ? Comment la Justice française
fonctionne-t-elle ?

Fiches sur le fonctionnement de la Justice

A recopier dans le cahier. Pour le lundi 17 janvier pour les 4eC et pour le vendredi 14 janvier pour les 4eD

*** Le Droit est l’ensemble des règles écrites qui s’imposent à tous dans les relations entre les personnes. Par le droit, les membres de la société renoncent à la force pour résoudre leurs conflits. S’il garantit des droits et des libertés, il crée aussi des obligations : respecter le Code de la route, réparer les dommages causés à autrui…

La justice est la même pour tous. Elle protège, punit et arbitre les conflits. Le procès doit être équitable : débat contradictoire, respect des droits de la défense, peine proportionnelle à l’infraction commise. Si le justiciable est mécontent de la décision de justice, il a le droit de faire appel.

À chaque conflit, sa justice : la justice civile traite des litiges entre particuliers, la justice pénale punit les infractions à la loi, la justice administrative juge les litiges entre les personnes privées et les collectivités publiques. Chacun, sans distinction de nationalité, d’âge, de sexe, de revenus, peut recourir à la justice.

Droit : il définit à travers des textes de lois, les droits et obligations de tous.

Impartialité : Le fait d’être neutre et indépendant.

Infraction : Acte, parole, comportement puni par la loi.

Litige : Désaccord sur l’application du droit, donnant lieu à un arbitrage ou à un procès.

Loi : Règle adoptée par le parlement (les députés), que doivent respecter les habitants d’un pays.

Partie civile : Personne qui s’estime victime lors d’une affaire judiciaire et qui demande réparation.

Peine : punition, sanction appliquée pour une faite commise.

Peine avec sursis : Sanction que le condamné est dispensé d’exécuter à condition qu’il se soumette à certaines obligations (ne pas récidiver, travail d’intérêt général…).

Présomption d’innocence : Principe selon lequel toute personne doit être traitée comme innocente tant qu’elle n’a pas été déclarée coupable par un tribunal.

Prévenu : Personne poursuivie pour un délit qui n’a pas encore été jugée.

Recours : Procédure qui permet d’obtenir un nouvel examen d’une décision de justice.

Tribunal correctionnel : Juridiction pénale qui juge les délits (vols, violences, harcèlement, infractions à la sécurité routière) passibles d’amendes ou pour la plupart de peines d’emprisonnement.

Cour d’assises : Tribunal chargé de juger les crimes (homicide, viol, vol à main armée).

Tribunaux d’instance et de grande instance : Ils règlent les litiges de la vie quotidienne (loyers impayés par exemple) et statue sur l’identité des personnes, le droit des familles (adoption, divorce, héritage, etc.).

Conseil de prud’hommes : Juridiction civile qui règle les différends entre salariés et employeurs. ***

Reconstitution d’un procès en correctionnelle : brouillon de préparation + autoévaluation

II- La Justice des mineurs

Comment fonctionne la justice des mineurs en France et aux Etats-Unis ?

Fiches sur la Justice des mineurs

Chapitre 3 : Les villes dans la mondialisation

Géographie

Voir fiche d’introduction : qu’est-ce qu’une ville ?

Ville : lieu de fortes concentrations humaines où l’espace est densément bâti et où les moyens de transports sont nombreux.

Métropole : grande ville qui cumule de nombreuses fonctions de commandement (politiques, économiques, culturelles), qui attire de nombreuses activités et populations, et qui rayonne sur un vaste territoire.

Mondialisation : mise en relation des différentes parties du monde sous l’effet de l’accélération des échanges, favorisée par les progrès des transports et des télécommunications. Elle transforme les territoires et les sociétés.

Comment les villes se connectent-elles aux grands réseaux de la mondialisation ? Quelles en sont les conséquences ?

I- Etudes de cas : qu’est-ce qu’une ville mondiale ?

Qu’est-ce qu’une ville mondiale, très intégrée à la mondialisation ?

Fiches sur le choix de la ville pour l’Occitane

II- Des villes inégalement intégrées aux réseaux de la mondialisation

Comment les villes s’intègrent-elle et organisent-elles l’espace mondial ?

Fiches intégration des villes à l’espace mondiale

Mégapoles: villes de plus de 10 millions d’habitants.

villes mondiales : métropoles de rang mondial, c’est-à-dire des grandes villes qui cumulent de nombreuses fonctions de commandement à l’échelle mondiale (politiques, économiques, culturelles), qui attirent de nombreuses activités et populations du monde entier, et qui rayonnent dans le monde entier.

Flux : déplacements de personnes, de biens matérielles (des marchandises) ou de bien immatériels (des informations, des transactions bancaires par exemple).

Firmes transfrontalières : entreprises présentes dans plusieurs pays.***

A recopier dans le cahier. Pour le lundi 03 janvier pour les 4eC et pour le vendredi 10 décembre pour les 4eD

*** Mégalopoles : région urbaine formée de plusieurs agglomérations qui se sont rejointes et qui concentre les pouvoirs

Archipel métropolitain : ensemble des métropoles (voir chapitre 2) qui contribuent à la direction du monde (économiquement, politiquement et culturellement) et qui entretiennent entre-elles des relations fortes et privilégiées.

villes Monde (ou villes globales) : ce sont les quatre villes mondiales qui possèdent le plus de pouvoirs, New-York, Londres, Paris et Tokyo, et qui sont extrêmement bien reliées les unes aux autres.

Shrinking city : ville qui perd des activités et de la population, et qui s’appauvrit.

Les villes mondiales sont les lieux du cosmopolitisme (=où des gens viennent du Monde entier) et de la verticalité (avec les immenses gratte-ciels), symbole de modernité et de pouvoir. Elles sont des lieux de production de richesses et d’échange, de concentration des pouvoirs de commandement, attirant les sièges sociaux des plus grandes firmes transnationales ainsi que les investissements étrangers. Les plus grandes d’entre elles, New-York, Londres, Paris et Tokyo, échangent principalement entre elles et sont à la tête des principales mégalopoles. Avec les autres villes mondiales, elles forment un réseau puissant de villes bien reliées qui assurent l’essentiel des activités de la mondialisation, autour de relations économiques, politiques, culturelles et humaines, définissant ainsi un « archipel métropolitain mondial ».

Aux côtés des villes bien connectées à la mondialisation, appartenant aux pays riches et émergents, existent des villes en marge des flux (=des échanges) humains, financiers, commerciaux et d’information liés à cette mondialisation. Ce sont des villes en rétrécissement comme Détroit aux Etats-Unis ou Leipzig en Allemagne, des villes du monde pauvre comme Bangui en Centrafrique, des villes en guerre comme Damas en Syrie ou des villes sous le joug d’une dictature comme Pyongyang en Corée du Nord. Leurs situations politiques, économiques et financières expliquent leur mise à l’écart.***


Contrôle le lundi 03 janvier pour les 4eC et le vendredi 17 décembre pour les 4eD.

Fiche de révisions

Je sais localiser :

  • les villes-Monde, les grandes villes mondiales et les pays où elles se situent

Je sais décrire et expliquer :

  • une ville mondiale à partir d’exemples étudiés en classe

  • une ville à l’écart de la mondialisation

  • l’inégale connexion des villes aux réseaux de la mondialisation

Je maîtrise le vocabulaire clef du cours :

  • mondialisation

  • ville mondiale / ville monde

  • firme transnationale

  • mégalopole

  • archipel métropolitain

  • shrinking city

Chapitre 2 : L’Europe des Lumières (XVIIIe s.)

Histoire

Fiche qu’est-ce que l’Ancien Régime

A recopier dans le cahier. Pour le lundi 11 octobre pour les 4eC et pour le vendredi 08 octobre pour les 4eD.

*** Au XVIIIe siècle, la France est une monarchie absolue de droit divin. Sa société est fortement inégalitaire : la noblesse et le clergé, minoritaire en nombre, possèdent des privilèges dont ne ne bénéficient pas le Tiers-État, qui regroupe 97% de la population française. L’économie est contrôlée par le roi.

Monarchie absolue : régime politique où le roi détient à lui seul tous les pouvoirs (exécutif, législatif et judiciaire).

Monarchie de droit divin : régime politique où le roi prétend tenir son pouvoir de Dieu.

Société d’ordre : organisation de la société en trois groupes (ordres) inégaux : la noblesse, le clergé et le Tiers-État. Les deux premiers ordres dominent le troisième grâce à leurs privilèges.

Privilèges: droits accordés à la noblesse et au clergé pendant l’Ancien Régime et que ne possèdent pas le Tiers-État (ex : exemption de l’impôt sur les revenus, accession aux postes d’officiers…).***

En quoi la monarchie absolue et la société d’ordre sont-elles remises en cause par les Lumières au XVIIIe s ?

I- Diderot et Emilie du Châtelet, un homme et une femme des Lumières

Que nous apprendre la vie de Diderot et d’Emilie du Châtelet sur les Lumières européennes au XVIIIe s ?

Fiches Denis Diderot ou Emilie du Châtelet

A l’aide des textes ci-dessous, corrige ton développement construit sur Denis Diderot OU Emilie du Châtelet. Pour le lundi 15 novembre pour les 4eC et pour les 4eD.

       *** Issu d’une famille d’artisans aisés, Denis Diderot est un philosophe des Lumières qui a vécu au XVIIIe siècle.

       Diderot est un homme de lettres et de sciences. En effet, ses ouvrages nous montrent que ses centres d’intérêt sont multiples : il s’intéresse au théâtre, aux arts aux lettres et à la philosophie mais également aux sciences. Son œuvre principale, l’Encyclopédie, en est d’ailleurs une autre preuve. Il dirige cet ouvrage avec d’Alembert, un scientifique. L’Encyclopédie regroupe des articles, rédigés par 144 auteurs, sur l’ensemble des connaissances humaines.

       De plus, Denis Diderot est un homme engagé. Effectivement, il ne cesse de critiquer l’Ancien Régime, tant la monarchie absolue de droit divin que son intolérance religieuse et il propose des idées nouvelles comme la démocratie et l’athéisme. Par ailleurs, l’Encyclopédie contribue également à son engagement car, avec cet ouvrage, Diderot espère apporter à tous les êtres humains de nombreuses connaissances qui pourront leur permettre de réfléchir par eux-mêmes et donc d’être libres.

       Ainsi, Diderot cherche à diffuser ses idées grâce à ses ouvrages. Sa correspondance avec d’autres hommes et femmes des Lumières et son voyage, à travers l’Europe, jusqu’à la cour de l’impératrice Catherine II de Russie sont également des moyens, pour Diderot, de faire circuler ses idées. Cependant, il subit la censure et se fait plusieurs fois condamner à l’emprisonnement ; ce qui entrave la diffusion de ses idées.

       Denis Diderot est donc bien un homme des Lumières.***

      ***Issue d’une famille de la haute-noblesse, Emilie du Châtelet est une scientifique et une femme des Lumières qui a vécu au XVIIIe siècle.

      Emilie du Châtelet est une femme de sciences et de lettres. En effet, ses ouvrages nous montrent que ses centres d’intérêt sont multiples : il s’intéresse aux mathématiques et la physique mais également à la littérature, aux langues et à la philosophie. Son œuvre principale, Institutions de physique, est remarquable car elle y traduit les découvertes de Newton tout en les commentant et les critiquant, afin de les rendre compréhensible par tous.

      De plus, Emilie du Châtelet est une femme engagée. Effectivement, elle dénonce les inégalités entre les hommes et les femmes. Elle condamne particulièrement la quasi-absence d’éducation qui est apportée aux filles au XVIIIe s et qui les condamne à se considérer inférieures aux garçons. Elle est toujours virulente dans ses plaidoyers pour l’égalité : elle n’hésite, par exemple, pas à interpeller le Roi.

      Par ailleurs, Emilie du Châtelet cherche à diffuser ses idées et ses connaissances. Pour cela, elle utilise ses nombreux ouvrages, tant scientifiques que philosophiques. Ses Institutions de physique sont d’ailleurs un véritable best-seller, qui est traduit dans plusieurs langues et qui permet donc la circulation de ses connaissances et idées partout en Europe. De plus, elle entretient avec Voltaire, un philosophe des Lumières, une relation privilégiée qui permet à ce dernier d’avoir accès à l’œuvre de Newton.

      Emilie du Châtelet est donc bien une femme des Lumières.***

II- Les idées des Lumières : des idées qui contestent l’Ancien régime et s’appuient sur des connaissances nouvelles

Comment les idées des Lumières remettent-elles en cause l’absolutisme et l’Ancien Régime ?

Fiche idées des Lumières

III- La circulation des idées des Lumières en Europe : des salons bourgeois aux despotes éclairés

Comment se diffusent les idées des Lumières en Europe ? Quelles sont les limites de leur diffusion ?

Fiche diffusion des idées


Contrôle le jeudi 18 novembre pour les 4eC et  le mardi 16 novembre pour les 4eD.

Fiche de révision

Je sais raconter et expliquer :

  • des éléments de la vie de Diderot, qui sont révélateurs du siècle des Lumières OU de la vie d’Emilie du Châtelet, qui sont révélateurs du siècle des Lumières.

Je sais décrire :

  • le système politique en France au XVIIIe s (monarchie absolue, de droit divin)

  • la société d’Ancien Régime

  • le système économique d’Ancien Régime

Je sais expliquer :

  • les remises en cause faites par les Lumières

  • les idées nouvelles des Lumières basées sur la Raison.

  • la diffusion des idées des Lumières et ses obstacles

  • ce qu’est l’Encyclopédie.

  • le despotisme éclairé et notamment le régime de Catherine II de Russie.

Je connais le vocabulaire clef du cours :

  • Monarchie absolue

  • monarchie de droit divin

  • société d’ordre

  • privilèges

  • Pouvoir législatif / exécutif / judiciaire

  • salons

  • censure

Chapitre 1 : Bourgeoisies marchandes, négoces et traites négrières au XVIIIe s

Histoire

Bourgeoisie : groupe de personnes aisées (vivant dans bonnes conditions) non-noble (=des roturiers) dans les villes pratiquant les métiers du commerce, de la finance et de l’artisanat.

Négoce : commerce de gros et sur des grandes distances

Traites négrières : commerces des esclaves originaires d’Afrique subsaharienne. 

Comment se développe et s’organise le commerce international des Européens au XVIIIe s  ?

I- Grand commerce et Bourgeoisies marchandes au XVIIIe s.

Comment se développe le grand commerce européen grâce aux empires coloniaux au XVIIIe s ? Comment le commerce maritime transforme-t-il les villes et la bourgeoisie des ports atlantiques comme Bordeaux au XVIIIe s ?

Voir fiches empires coloniaux et grand commerce

A recopier dans le cahier. Pour le lundi 13 septembre pour les 4eC et pour le lundi13 septembre pour les 4eD.

*** Colonie : territoire conquis, administré et exploité par un pays étrangers.

Comptoir : port stratégique sur une côte, à l’extrémité d’une route commerciale, qui permet d’exercer des échanges avec un pays et d’abriter des navires.

Empire colonial : ensemble des colonies et des comptoirs administré par une puissance (un pays). ***

Compagnie commerciale : grande société commerciale qui obtient de l’Etat (du roi donc le plus souvent) le monopole (= l’exclusivité) du commerce de certains produits avec certaines colonies et certains comptoirs. 

A recopier (ou corrigez votre bilan de l’ex.3 à parti du texte ci-dessous). Pour le jeudi 13 septembre pour les 4eC et pour le vendredi 14 septembre pour les 4eD.

*** Au début du XVIIIe siècle, Le Royaume Uni, la France, L’Espagne, le Portugal et les Provinces Unies affirment leur puissance par la domination d’empires coloniaux surtout en Amérique et en Asie, où ils fondent des colonies et des comptoirs. Leur présence en Afrique est beaucoup moins importante et se limite à quelques littoraux. Les Européens rivalisent pour contrôler différents territoires afin d’affirmer leur puissance et s’enrichir.

En effet, les empires coloniaux permettent aux Européens de contrôler le commerce maritime et d’importer des marchandises à forte valeur commerciale telles que le cacao, la soie, les épices ou les métaux précieux. Les compagnies commerciales en ont parfois le monopole (= l’exclusivité). Les Provinces-Unies contrôlent le commerce des épices venues d’Asie en passant par le Sud de l’Afrique. Les Français et les Anglais exploitent le coton, tabac, sucre des plantations d’Amérique en traversant l’Atlantique.***

Fiches sur l’essor du port de Bordeaux au XVIIIe s

Corrigez votre bilan à parti du texte ci-dessous. Pour le lundi 20 septembre pour les 4eC et pour le vendredi 1er octobre pour les 4eD.

*** Au XVIIIe s, Bordeaux, comme tous les ports atlantiques européens, est prospère. En effet, elle est un carrefour commercial où se croisent de grands navires rapportant des marchandises venues du monde entier et de barques à voile permettant un commerce européen pour la revente de ces produits exotiques. Ainsi, les activités bancaires et financières (Bourse) de Bordeaux se développent.

Grâce à ces activités économiques florissantes, Bordeaux s’enrichit considérablement au cours du XVIIIe s, ce qui lui permet donc de s’embellir. En effet, les façades des immeubles sont refaites pour adopter le style classique très à la mode, des jardins publics sont construits pour apporter de la « nature » dans la ville. Les bourgeois marchands – qui font vivre économiquement le port de Bordeaux- aiment s’y promener dans leurs plus beaux habits afin de montrer leur réussite. Ils forment un groupe de plus en plus important et aisé dans la ville.

Ainsi, l’œuvre de Vernet témoigne du formidable développement des ports atlantiques, lieux d’échange de marchandises venues du monde entier, qui s’enrichissent et s’embellissent considérablement au XVIIIe siècle. ***

II- Traites négrières et esclavage au XVIIIe s

Traite atlantique : une des traites négrières. Commerce des esclaves originaires d’Afrique subsaharienne pour travailler en Amérique, entre le XVIIe et le XIXe s.

Quelles sont les étapes de la vie des esclaves de la traite atlantique ? Comment se déroulent-elles ?

Fiches sur le parcours des esclaves

Corrigez votre bilan à parti du texte ci-dessous. Pour le vendredi 1er octobre pour les 4eC et pour le vendredi 1er octobre pour les 4eD.

*** Au XVIIIe s, la traite atlantique est pratiquée. Des hommes et des femmes sont capturés en Afrique pour être réduits en esclavage et amener de force dans les plantations des Amériques.

En effet, des Africains vivant près des côtes d’Afrique de l’Ouest capturent en nombre (on parle de razzia) à l’intérieur de l’Afrique de l’Ouest des individus issus d’autres tribus. Ces captifs sont ensuite acheminés, dans de longs voyages à pieds, jusqu’aux comptoirs européens situés sur les littoraux, où ils sont échangés aux Européens contre des pacotilles (ou achetés par d’autres Africains). Les captifs les plus recherchés sont des jeunes adultes masculins mais il y a aussi des femmes et des enfants.

Transportés sur des navires négriers pour traverser l’océan atlantique, ces esclaves subissent un voyage long et éprouvant (entre 2 et 3 mois) caractérisé par des conditions « inhumaines » (à son fond de cale, entassés les uns sur les autres, mal nourris, maladies…) et sont frappés par une forte mortalité (environ 10%).

Enfin, débarqués en Amérique, ces hommes et ces femmes, considérés comme des marchandises, sont vendus aux enchères, aux colons européens les plus offrants, sur le marché aux esclaves. Leur dignité humaine est bafouée (nudité, nouvelle identité, etc.) : ils sont déshumanisés. ***

Fiche sur la vie des esclaves dans les plantations

Corrigez votre bilan à parti du texte ci-dessous. Pour le lundi 04 octobre pour les 4eC et pour le lundi 04 octobre pour les 4eD.

*** Exploités dans des plantations américaines dirigées par des colons européens, soumis à une stricte discipline et à de dures conditions de vie, les esclaves récoltent, au XVIIIe s, la canne à sucre, le tabac, le coton, le café, le cacao… ou travaillent dans la maison de leurs maîtres.

Le statut des esclaves est régi, en France, par le Code noir. Ainsi, toutes désobéissances des esclaves est sévèrement puni. ***

Fiche croquis de synthèse sur le commerce triangulaire

A recopier. Pour le jeudi 07 octobre pour les 4eC et pour le mardi 05 octobre pour les 4eD.

*** Sur l’Atlantique, au XVIIIe s, un trafic négrier est en place. Des navires européens quittent les ports négriers sur les côtes européennes de l’Atlantique. Ils font escale sur les côtes de l’Afrique de l’Ouest où ils échangent des esclaves contre des produits européens bons marchés (armes, tissus), les pacotilles. Un dure traversé de l’océan Atlantique s’ensuit vers les colonies d’Amérique : de nombreux esclaves meurent lors du voyage. Les survivants sont vendus et réduits à l’esclavage dans les plantations. Les navires rentrent ensuite en Europe, chargés de produits coloniaux (sucre, coton..) qui enrichissent l’Europe et tout particulièrement les bourgeois marchands des ports atlantiques européens.. Pour décrire ce circuit on parle souvent de commerce triangulaire. ***


Contrôle le lundi 11 octobre pour les 4eC ET les 4eD.

Fiche de révision

Je sais localiser et situer :

  • les pays européens qui possèdent un empire colonial du début du XVIIIe s.
  • les possessions des pays européens dans le Monde au XVIIIe s (au moins un territoire par pays européen)
  • quelques routes maritimes et les produits échangés
  • les lieux du commerce triangulaire

Je sais décrire :

  • un port européen de l’Atlantique et le mode de vie de sa population bourgeoise au XVIIIe s (comme à Bordeaux) à partir d’un tableau.
  • la vie des esclaves dans les plantations d’Amérique
  • le commerce triangulaire

Je sais expliquer :

  • le développement du grand commerce européen au XVIIIe s.

Je sais raconter :

  • la capture, le trajet et la mise en vente d’un esclave.

Je connais le vocabulaire clef du cours :

  • empire colonial / colonie / comptoir
  • compagnie de commerce
  • traites négrières / traite atlantique
  • commerce triangulaire