Cours-Chapitre 3 : L’Europe des Lumières (XVIIIe s.)

Histoire

Lumières : Courant de pensée du XVIIIe siècle qui regroupe des savants et des penseurs voulant guider l’humanité sur le chemin du bonheur et du progrès.

Philosophe : Au XVIIIe siècle, personne qui cherche à comprendre le monde par la raison.

Fiche « Qu’est-ce que l’Ancien Régime en France au XVIIIe s ? »

A recopier dans le cahier.

*** Au XVIIIe siècle, la France est une monarchie absolue de droit divin. Sa société est fortement inégalitaire : la noblesse et le clergé, minoritaire en nombre, possèdent des privilèges dont ne bénéficie pas le Tiers-État, qui regroupe 97% de la population française. L’économie est contrôlée par le roi.

Monarchie absolue : régime politique où le roi détient à lui seul tous les pouvoirs (exécutif, législatif et judiciaire).

Monarchie de droit divin : régime politique où le roi prétend tenir son pouvoir de Dieu.

Société d’ordre : organisation de la société en trois groupes (ordres) inégaux : la noblesse, le clergé et le Tiers-État. Les deux premiers ordres dominent le troisième grâce à leurs privilèges.

Privilèges: droits accordés à la noblesse et au clergé pendant l’Ancien Régime et que ne possède pas le Tiers-État (ex : exemption de l’impôt sur les revenus, accession aux postes d’officiers…).***

En quoi la monarchie absolue et la société d’ordre sont-elles remises en cause par les Lumières au XVIIIe s ?

I- Diderot et Emilie du Châtelet, un homme et une femme des Lumières

Que nous apprennent les vies de Diderot et d’Emilie du Châtelet sur les Lumières européennes au XVIIIe s ?

Fiche « Que nous apprend la vie d’Emilie du Châtelet sur les Lumières européennes au XVIIIe s ? » OU « Que nous apprendre la vie de Denis Diderot sur les Lumières européennes au XVIIIe s ? »

Cours-Chapitre 2 : L’urbanisation dans le Monde

Géographie

Urbanisation : phénomène de concentration de plus en plus importante de la population dans les villes.

Ville : lieu de fortes concentrations humaines où l’espace est densément bâti et où les moyens de transports sont nombreux.

Métropole : grande ville qui cumule de nombreuses fonctions de commandement (politiques, économiques, culturelles), qui attire de nombreuses activités et populations, et qui rayonne sur un vaste territoire.

Mégapole : ville de plus de 10 millions d’habitants.

Mondialisation : mise en relation des différentes parties du monde sous l’effet de l’accélération des échange, favorisée par les progrès des transports et des télécommunications, favorisée par les progrès des transports et des télécommunications.

En quoi la mondialisation transforme-t-elle les villes ?

I- Une croissance urbaine de plus en plus rapide

Comment évolue la population urbaine dans le Monde ? Comment se répartit-elle dans le Monde ?

Fiche « Comment évolue la population urbaine dans le Monde ? »

Fiche « Comment l’urbanisation se répartit-elle dans le Monde ? »

A recopier dans le cahier.

*** Croissance urbaine : augmentation de la population vivant en ville.

En 2015, 54% de la population mondiale vit en ville soit plus de 3,5 milliards de personnes. L’ONU prévoit qu’en 2050 les deux tiers de l’humanité vivront en ville. C’est dans les pays les plus développés que la part d’urbains dans la population est la plus forte aujourd’hui (plus de 75% en Europe et Amérique du Nord contre 40% en Afrique et en Asie) mais les taux de croissance urbaine y sont faibles. Les taux les plus forts se retrouvent dans les pays en développement et émergents et les plus grandes villes du monde se trouvent majoritairement dans ces pays.***

II- Les différents paysages des espaces urbains

Quels sont les différents paysages de l’espace urbaine ? Comment se transforment les centres et les périphéries des villes dans le Monde ?

Fiche « A quoi ressemble les différents paysages urbains d’une ville ? Etude d’une ville au choix »

Fiche « Quels sont les paysages urbains des différents type de villes du Monde? »

A recopier dans le cahier.

*** Quartier d’affaires : quartier constitué de grandes tours où se concentrent les banques, les bureaux, les commerces de luxe et les grands hôtels. Aux Etats-Unis, on l’appelle le CBD (Central Business District)

Gentrification : phénomène d’embourgeoisement d’un quartier, souvent central, due à l’installation de populations aisées dans des quartiers rénovés (auparavant plus modestes).

Etalement urbain : phénomène d’extension de la périphérie des villes.

Edge-city : espace urbanisé en périphérie des villes qui concentre des bureaux, des services et des centres commerciaux

Gated-community: quartier aisé, fermé et surveillé en permanence par des entreprises privées.

Les villes du Monde sont composées d’une ville-centre et de périphéries, qui sont des espaces contrastés qui offrent des paysages variés.

Une ville-centre est d’abord le lieu le plus fréquenté de la ville, vers lequel convergent d’importants flux, de personnes, de capitaux et de biens. En Europe et en Asie, le centre-ville est aussi le centre historique de la ville, c’est-à-dire la partie la plus ancienne à partir de laquelle s’est effectuée la croissance urbaine. Dans les villes les plus récentes, le centre est le quartier des affaires reconnaissable à ses gratte-ciels. Beaucoup de ces villes-centre sont de plus en plus rénovées et donc habitées par des populations aisées : c’est la gentrification. Les populations les plus modestes sont donc relayées dans les périphéries.

Les centres-villes sont entourés de couronnes urbanisées : les périphéries urbaines (banlieues et couronne périurbaine), qui s’étalent de plus en plus. La densité des aménagements et de la population diminue au fur et à mesure que l’on s’éloigne du centre. Les paysages y sont très divers selon le niveau de vie des habitants, le type de constructions, les activités de la ville et diffèrent profondément d’un continent à un autre. Dans les villes des pays en développement et des pays émergents, d’immenses bidonvilles côtoient des gated-communauties. Dans les pays développés, les périphéries résidentielles connaissent aussi des inégalités sociales fortes mais sont dynamisées par des zones d’activités comme les edge-cities.

Les villes sont des lieux d’inégalités importants ; on parle de fragmentation de l’espace urbain.***

III- Des villes inégalement intégrées aux réseaux de la mondialisation

Comment les villes se connectent-elles aux grands réseaux de la mondialisation ? Quelles en sont les conséquences ?

Livret « Qu’est-ce qu’une ville mondiale, très intégrée à la mondialisation ? »

Fiche « Comment les villes s’intègrent-elles et organisent-elles l’espace mondial ? »

Fiche « Pourquoi certaines villes restent-elles à l’écart de la mondialisation ? »

A recopier dans le cahier

*** villes mondiales : métropoles de rang mondial, c’est-à-dire des grandes villes qui cumulent de nombreuses fonctions de commandement à l’échelle mondiale (politiques, économiques, culturelles), qui attirent de nombreuses activités et populations du monde entier, et qui rayonnent dans le monde entier.

Mégapoles : villes de plus de 10 millions d’habitants.

Mégalopoles : région urbaine formée de plusieurs agglomérations qui se sont rejointes et qui concentre les pouvoirs

Archipel métropolitain : ensemble des métropoles qui contribuent à la direction du monde (économiquement, politiquement et culturellement) et qui entretiennent entre-elles des relations fortes et privilégiées.

villes Monde (ou villes globales) : ce sont les quatre villes mondiales qui possèdent le plus de pouvoirs, New-York, Londres, Paris et Tokyo, et qui sont extrêmement bien reliées les unes aux autres.

Shrinking city : ville qui perd des activités et de la population, et qui s’appauvrit.

Flux : déplacements de personnes, de biens matériels (des marchandises) ou de biens immatériels (des informations, des transactions bancaires par exemple).

Firmes transfrontalières : entreprises présentes dans plusieurs pays. ***

Cours – Chapitre 1 : Bourgeoisies marchandes, négoces et traites négrières au XVIIIe s

Histoire

Bourgeoisie : groupe de personnes aisées (vivant dans bonnes conditions) non-noble (=des roturiers) dans les villes pratiquant les métiers du commerce, de la finance et de l’artisanat.

Négoce : commerce de marchandises en grande quantité et sur des grandes distances

Traites négrières : commerces des esclaves originaires d’Afrique subsaharienne.

Comment se développe et s’organise le commerce international des Européens au XVIIIe s  ?

I- Grand commerce et Bourgeoisies marchandes au XVIIIe s.

Comment se développe le grand commerce européen grâce aux empires coloniaux au XVIIIe s ? Comment le commerce maritime transforme-t-il les villes et la bourgeoisie des ports atlantiques au XVIIIe s ?

Fiche « Comment se développent les empires coloniaux et le grand commerce européen au XVIIIe s. ? »

Fiche « Comment le commerce transforme-t-il les ports atlantiques et leur bourgeoisie au XVIIIe s. ? » Etude d’un tableau du port de Bordeaux OU « Etude des tableaux du couple de bourgeois nantais, les Deurbroucq »

A recopier dans le cahier.

*** Colonie : territoire conquis, administré et exploité par un pays étranger.

Comptoir : port stratégique sur une côte, à l’extrémité d’une route commerciale, qui permet d’exercer des échanges avec un pays et d’abriter des navires.

Empire colonial : ensemble des colonies et des comptoirs administré par une puissance (un pays).

Au début du XVIIIe siècle, le Royaume-Uni, la France, L’Espagne, le Portugal et les Provinces Unies affirment leur puissance par la domination d’empires coloniaux surtout en Amérique et en Asie, où ils fondent des colonies et des comptoirs. Leur présence en Afrique est beaucoup moins importante et se limite à quelques littoraux. Les Européens rivalisent pour contrôler différents territoires afin d’affirmer leur puissance et s’enrichir.En effet, les empires coloniaux permettent aux Européens de contrôler le commerce maritime et d’importer des marchandises à forte valeur commerciale telles que le cacao, la soie, les épices ou les métaux précieux.

Au XVIIIe s, Bordeaux et Nantes, comme tous les ports atlantiques européens, sont prospères. En effet, elles sont des carrefours commerciaux où se croisent de grands navires rapportant des marchandises venues du monde entier et de barques à voile permettant un commerce européen pour la revente de ces produits exotiques. Ainsi, leurs activités bancaires et financières (Bourse) se développent.

Grâce à leurs activités économiques florissantes, ces ports atlantiques s’enrichissent considérablement au cours du XVIIIe s, ce qui leur permet donc de s’embellir. En effet, les façades des immeubles sont refaites pour adopter le style classique très à la mode, des jardins publics sont construits pour apporter de la « nature » dans la ville. Les bourgeois marchands – qui font vivre économiquement ces ports comme Jacques Deurbroucq à Nantes- aiment s’y promener dans leurs plus beaux habits afin de montrer leur réussite sociale. Ils forment un groupe de plus en plus important et aisé dans les ports atlantiques.***

II- Traites négrières et esclavage au XVIIIe s

Traite atlantique : une des traites négrières. Commerce des esclaves originaires d’Afrique subsaharienne pour travailler en Amérique, entre le XVIIe et le XIXe s.

Fiche « Comment se déroule le parcours des esclaves de la traite atlantique de leur capture en Afrique à leur mise en vente en Amérique ? Etude d’une œuvre de fiction, Amistad de Steven Spielberg (1997) »

Fiche « Comment vivent les esclaves dans les plantations des colonies européennes d’Amérique ? »

Fiche « Comment s’organise le commerce triangulaire au XVIIIe s ? »

Récit sur le parcours des esclaves à corriger

            *** Au XVIIIe s, la traite atlantique est pratiquée. Des hommes et des femmes sont capturés en Afrique pour être réduits en esclavage et amener de force dans les plantations des Amériques.

            En effet, des Africains vivant près des côtes d’Afrique de l’Ouest capturent en nombre (on parle de razzia) à l’intérieur de l’Afrique de l’Ouest  des individus issus d’autres tribus. Ces captifs sont ensuite acheminés, dans de longs voyages à pied, jusqu’aux comptoirs européens situés sur les littoraux, où ils sont échangés aux Européens contre des pacotilles (ou achetés par d’autres Africains). Les captifs les plus recherchés sont des jeunes adultes masculins mais il y a aussi des femmes et des enfants.

            Transportés sur des navires négriers pour traverser l’océan atlantique, ces esclaves subissent un voyage long et éprouvant (entre 2 et 3 mois) caractérisé par des conditions « inhumaines » (à son fond de cale, entassés les uns sur les autres, mal nourris, maladies…) et sont frappés par une forte mortalité (environ 10%).

            Enfin, débarqués en Amérique, ces hommes et ces femmes, considérés comme des marchandises, sont vendus aux enchères,  aux colons européens les plus offrants, sur le marché aux esclaves. Leur dignité humaine est bafouée (nudité, nouvelle identité, etc.) : ils sont déshumanisés. ***

A recopier dans le cahier.

            ***Sur l’Atlantique, au XVIIIe s,  un trafic est en place. Des navires européens quittent les ports atlantiques. Ils font escale sur les côtes de l’Afrique de l’Ouest où ils échangent des esclaves contre des produits européens bons marchés, les pacotilles. Une dure traversée de l’océan Atlantique s’ensuit vers les colonies d’Amérique : de nombreux esclaves meurent lors du voyage. Les survivants sont vendus et réduits à l’esclavage dans les plantations. Les navires rentrent ensuite en Europe, chargés de produits coloniaux (sucre, coton..) qui enrichissent l’Europe et tout particulièrement les bourgeois marchands des ports atlantiques européens.. Pour décrire ce circuit on parle souvent de commerce triangulaire.

            Exploités dans des plantations américaines dirigées par des colons européens, soumis à une stricte discipline et à de dures conditions de vie, les esclaves récoltent, au XVIIIe s, la canne à sucre, le tabac, le coton, le café, le cacao… ou travaillent dans la maison de leurs maîtres. Le statut des esclaves est régi, en France, par le Code noir. Ainsi, toutes désobéissances des esclaves est sévèrement puni.***


Fiche de révisions. Contrôle le lundi 10 octobre pour les 4eD et le mardi 11 octobre pour les 4eF.

Je sais localiser et situer :

  • les pays européens qui possèdent un empire colonial du début du XVIIIe s.

  • les possessions des pays européens dans le Monde au XVIIIe s (au moins un territoire par pays européen)

  • quelques routes maritimes et les produits échangés

  • les lieux du commerce triangulaire

Je sais décrire :

  • un port européen de l’Atlantique et le mode de vie de sa population bourgeoise au XVIIIe s (comme à Bordeaux et le couple Deurbroucq à Nantes) à partir d’un tableau.

  • la vie des esclaves dans les plantations d’Amérique

  • le commerce triangulaire

Je sais expliquer :

  • le développement du grand commerce européen au XVIIIe s.

Je sais raconter :

  • la capture, le trajet et la mise en vente d’un esclave.

Je connais le vocabulaire clef du cours :

  • empire colonial / colonie / comptoir

  • bourgeoisie / négoce

  • traites négrières / traite atlantique

  • commerce triangulaire