Félix Rodríguez

Félix Rodríguez avait les qualités pour devenir figura, la vie en a décidé autrement mais il convient pour nous, aficionados, de se souvenir de lui au moment où l’on arrive à ses 80 ans d’alternative.

Considéré comme un successeur de Gallito, comme l’infortuné Granero peu avant, les espoirs mis en lui furent anéantis par une maladie vénérienne.

Né à Santander le 23 juin 1905, il passe son enfance à Valence. C’est là qu’il commence à toréer en public en 1922 puis avec ceux du castoreño l’année suivant. Sa présentation à Madrid a lieu le 5 avril 1925.

Il prend l’alternative le 27 mars 1927 à Barcelone des mains de Valencia II. Moins d’un mois après, le 24 avril, il confirme son doctorat avec Antonio Márquez pour parrain.

Aficionado au jeu et aux dames de petite vertu, il tombe malheureusement malade en 1928. Il fait 65 défilés en 1929 mais perd progressivement ses facultés ce qui le rendra plus inconstant avant de se retirer au début des années 30. Sa dernière corrida eut lieu à Perpignan le 19 juin 1932.

Il mourra le 21 janvier 1943 à Madrid après être devenu paralytique.

Il fut un torero complet, intelligent, classieux et courageux, aussi bon avec la cape, qu’avec les banderilles et la muleta.


Laisser un commentaire