Oct 15 2018

Temporada 2018

Publié par Giraldillo dans Temporada      

Que retiendra-t-on de cette saison, au-delà des anecdotes ?

  1. Tout d’abord que le sceptre du toreo a changé de main : Roca Rey est incontestablement devenu le roi ; pas seulement le triomphateur de la saison. Pour sa troisième année chez les grands, le petit Péruvien est devenu un Grand du toreo. On peut regretter qu’il ne sorte pas du monoencaste mais… il a encore si peu d’expérience. Son toreo s’est malgré tout affermi, et son courage n’a pas vari ; il est beaucoup plus sûr malgré des prises de risques encore insensées. Parfois il montre de son art une version moins bouillonnante en conduisant le toro derrière la hanche avec une pureté indéniable et s’il a trouvé un style propre il a largement les moyens de le faire évoluer et de bousculer encore les schémas préétablis. Révolutionnaire ou évolutionniste ? Cela reste à voir mais on peut d’ores et déjà lui réserver une place dans l’histoire du toreo.
  2. Justice pour De Justo! Don Emilio a fait son trou, à la force du poignet. Révélé à nous depuis plusieurs saisons, celui qui est considéré comme le torero révélation de l’année en Espagne a en fait explosé. Capable devant tout type de bétail, il possède un toreo de grande valeur qui devrait le maintenir au sommet, d’autant plus que contrairement à certains jeunes qui sont montés trop vite au firmament, il connaît et savoure déjà la valeur de son ascension.
  3. La véritable nouveauté de l’année a pour nom Álvaro Lorenzo, qu’on avait vu à Madrid dans une grande faena en tant que novillero mais qui n’avait pas pu éclater au grand jour en raison d’une épée maladroite. Ce problème résolu, son triomphe à Madrid dans un pur classicisme fait espérer qu’il sera l’un des chefs de file de la nouvelle génération, ce que son récent triomphe à Saragosse pourrait laisser entrevoir. S’agira-t-il d’un espoir déçu comme pour les révélations plus ou moins fugaces de ces dernières années ?
  4. A mi-chemin de l’ancienne et de la nouvelle, López Simón obtient lui aussi un triomphe madrilène (ils sont quatre à peine à en avoir obtenu autant que lui parmi les toreros actuels, seul José Tomás fait mieux) mais son indolence passée ne convainc pas les bureaux, qui l’ont ostracisé, à l’instar d’un Talavante. Après avoir quitté une des familles historiques de la pègre taurine (dixit l’ancien apoderado de Fandiño qui a eu maille à partir avec certains d’entre eux), lui aussi est très irrégulier, il est vrai, mais autant que c’est un vrai artiste. « On torée comme on est » disait le premier d’entre eux ; aussi comme on se sent sur l’instant et Dieu seul sait, si tant est qu’il existe, combien il est difficile de puiser en même temps dans la force et dans la fragilité pour créer le grand œuvre : il y parvient au centre du monde taurin pour la cinquième fois, une prouesse ! Mais l’injustice la plus flagrante a été à l’encontre de celui qui avait déjà fait montre de ses qualités en plus haut lieu et qui les a revendiquées de manière exponentielle à partir de la fin août pour son troisième contrat en ressuscitant de façon vengeresse le toreo éternel : Urdiales s’impose à Bilbao pour la troisième fois avant de le faire à Madrid en Automne deux contrats plus tard. Les mêmes qui l’ont méprisé l’an passé vont se mettre à genoux : ainsi vont les choses, les toros finissent par mettre chacun à sa place.
  5. Continuons avec ceux de la nouvelle génération : Román se maintient en payant plusieurs fois le prix fort, Marín déçoit les attentes placées en lui après avoir été révélation l’an dernier, malgré une oreille lors de la feria de San Isidro,  puis paye un lourd tribu en fin de saison avec une blessure au visage. C’est encore Luis David qui s’en tire le mieux malgré un début de saison difficile. S’il lui reste encore tout à prouver, l’originalité de son toreo de cape en fait une attraction mais c’est au prix d’éclipser son grand frère qui ponctue tout de même à Madrid comme on dit. Fortes, malgré un concept irréprochable, ne s’envole toujours pas bien qu’il ait ouvert la saison madrilène par une oreille d’un victorino pour les Rameaux mais il continue à être châtié par le destin, ce qui soit dit en passant ne le fait pas reculer. D’autres aussi semblent éternellement voués au rôle d’espoir, années après années : Luque ou Garrido notamment qui ne parviennent pas à transcender leurs indéniables qualités malgré quelques succès ponctuels.
  6. Le drame a encore été trop présent dans les arènes cette année, d’abord avec le jeune Manolo Vanegas qui est toujours paraplégique puis avec le grand Ureña qui a définitivement perdu la vision d’un œil dans une véronique à l’image de son toreo tout entier, d’une beauté désespérée. L’issue du coup de corne à Thomas Joubert à Bayonne aurait également pu être fatale mais il semble s’en être bien sorti. D’autre blessures aussi ont été terribles, notamment celle d’El Galo. Heureusement, il y a aussi de bonnes nouvelles avec le retour de De Miranda suite à sa lésion médulaire, un torero de personnalité qui peut fonctionner.
  7. Pour le reste de l’escalafón, certains se maintiennent au plus haut niveau : El Juli, tout en passant le témoin, le maestro Ponce bien-sûr toujours au-dessus de tout et Castella qui fait plus que jamais partie du groupe des as dans la capitale espagnole. Perera fait une temporada mitigée, Manzanares réalise une saison franchement mauvaise même s’il est toujours le Prince de Séville et Morante travaille à mi-temps sans trop forcer son talent mais avec un retour en forme dans son rincón d’Andalousie ou quelques arènes de deuxième catégorie du nord. Ferrera, qui avait réussi à renter dans les meilleurs cartes réalise quant à lui une saison en demi-teinte qui risque de lui faire perdre ce statut privilégié. José Tomás est presque un mirage qui surgit comme un spectre quand et où il veut; une seule fois cette année, réunissant cette fois ses sectateurs au plus profond de l’Espagne, là où se séparent deux continents et se réunissent la mer et l’océan, sur l’île : « al-yasîra », comme l’avait appelé les Arabes.
  8. Pour la deuxième file, Manuel Escribano est toujours là en corridas dures où la notion de triomphe est toujours plus aléatoire. Chacón arrive dans le circuit après avoir été inclus (comme le précédent) dans celui de nos terres taurines françaises. Moral se maintient aussi comme un élément indispensable dans cette catégorie avec un toreo plus esthétique et aussi peut-être plus léger mais avec le temple pour maître-mot. Robleño, quand on n’y croyait plus (sauf à Céret), se rappelle au bon souvenir des aficionados à Madrid.
  9. Deux toreros importants de retirent vers une vie plus paisible : Padilla et Juan Bautista. Pour les autres français, l’espoir reste de mise pour Dufau qui rentre dans le club fermé des toreros ayant coupé un trophée à Las Ventas et pour Juan Leal qui en obtient un à Bilbao au prix du sang après avoir triomphé des pedrazas à Béziers. El Adoureño a pris l’alternative et chez les novilleros Dorian Canton se révèle alors que Salenc se relève en fin de saison, surtout en Espagne et notamment à Saragosse. Cependant, le triomphateur dans la catégorie inférieure a pour nom De Manuel.
  10. Chez les toreros modestes, Javier Cortés coupe une oreille à Madrid (avant de triompher à Santander) et Juan Ortega sort des ténèbres en en faisant de même le 15 août avec un toreo exquis. Aguado a très peu toréé mais cela ne l’empêche pas d’être l’un des très rares toreros à avoir coupé une oreille à Séville et à Madrid. Je pourrais en citer d’autres comme Cristian Escribano, plus que digne pour sa Confirmation, mais mon intention n’est pas d’être prolixe.

***

            En dehors des arènes, plusieurs choses ont également frappé mon attention. La première est à mettre au crédit de Simon Casas, qui, s’il n’est pas un saint de ma dévotion, a le mérite d’avoir eu l’un des coups de génie dont il est parfois capable. Peut-être le bombo (tirage au sort, par métonymie) n’aura-t-il pas un effet cataclysmique comme mais il sera à n’en pas douter salutaire… si tant est qu’il parvienne vraiment à l’imposer. Si c’est le cas, faire venir les figuras une seule fois avec les élevages qu’ils exigent sans qu’ils mettent de véto à leur collègues va nécessairement ouvrir des portes. L’expérience a le mérite d’être tentée.

            Côté animalistes, s’ils gagnent du terrain médiatiquement parlant, ils semblent moins virulents à notre endroit en élargissement le débat sur la question de la condition animale dans son ensemble (la condition humaine ne semble plus faire rectte) : les boucheries étant maintenant visées, ils montrent au grand public l’ineptie de leurs positions liberticides. C’est à Nîmes où ils ont été le plus actifs avec 200 activistes qui ont fait autant parlé que s’ils étaient 2 millions. Le journal Libération a été de leurs soutiens avec en particulier son article contre les sorties scolaires à Nîmes : les parents de ces gamins sont vraiment indignes ! C’est à un beau retour d’un paternalisme jacobin auquel on assiste, celui d’une forme de bienpensance et à l’apparition simultanée d’une totale absence de hiérarchisation dans les problèmes du monde.

            En Espagne, les insultes à la mémoire de Víctor Barrio et Iván Fandiño ont été pénalement punies grâce à la Fundación del Toro qui s’est alliée avec les organisations françaises et portugaises pour défendre la tauromachie auprès des institutions publiques, notamment européennes. Une instance publique, le PENTAURO, essaie aussi de faire avancer le schmilblick, sans que ses travaux n’ait débouché sur quelque chose de concret. Malheureusement, le leader de PODEMOS a eu l’idée d’un référendum sur la question taurine. Et demain pourquoi ne pas interdire la viande si les omnivores passent en-dessous de 50 % ? Voilà les combats qui pointent accompagnés de la fin des idées de tolérance et de liberté.

            Heureusement que l’ANPTE (association des présidents, l’équivalent du CAPAC en France), après sa reconnaissance officielle passée, défend sans esprit corporatiste les aficionados. J’en veux pour preuve le soutien apporté à Ana María Romero, vilipendée par les professionnels parce qu’elle maintient des critères sérieux en rapport avec la catégorie de Malaga comme arènes de première catégorie. D’un autre côté, cette même association a déjugé le président qui a refusé à Madrid une oreille majoritaire à Fortes ; justice contre l’arbitraire, à tous les niveaux.


Déc 27 2016

América (décembre)

Publié par Giraldillo dans Temporada      

 

Colombie

A Cali, double trophée pour Roca Rey après une trophée simple pour Ramsés. Pour la troisième course, deux oreilles pour Guerrita et une pour Roca et Manzanares. Dans la quatrième, Bolívar obtient les deux appendices d’un toro de vuelta de Salento. Pour la dernière, Bolívar gracie un toro de la Venta del Espíritu Santo et Castella et Simón l’accompagnent a hombros.

Equateur

A Quito, Roca Rey coupe 6 oreilles sur 4 toros.

Mexique

A Mexico, une oreille pour El Payo et une autre pour Sánchez pour le premier week-end du mois. Silveti en obtient une autre le deuxième alors que Morante sort a hombros et qu’Adame repart avec 3 appendices pour son encerrona

A Querétaro, deux oreilles pour Zotoluco et une pour Talavante et El Payo.

A Monterrey, double trophée pour Adame et un pour Perera.

Pérou

Roca Rey obtient 4 trophées et gagne de le Scapulaire d’Or; double trophée à Manzanares et un à Morante.


Déc 14 2016

Compte à rebours (13)

Publié par Giraldillo dans Temporada      

Encore une bonne saison de Juan Bautista : oreille à Madrid, 4 oreilles à Nîmes au printemps, un trophée à Pampelune à un toro d’Escolar Gil et des triomphes à Santander, Châteaurenard, Aranda, San Martín puis Arles (4 oreilles et une queue), puis Nîmes à nouveau, un rabo là aussi.


Nov 25 2016

América (novembre)

Publié par Giraldillo dans Temporada      

Equateur

A Latacunga, 3 oreilles et une queue pour Ponce et 4 trophées pour Roca Rey avec des toros de Huagrahuasi. 3 oreilles pour El Fandi et une pour Castella avec du bétail du même fer.

Pérou

A Lima, une oreille pour Luis López dans la novillada d’ouverture de la saison. Double trophée pour Roca Rey et une oreille pour El Juli. Galdós et Simón ont obtenu un trophée chacun dans la corrida de Zalduendo. Une oreille chacun à Ponce (plus une vuelta), Talavante et Adame avec les juanpedros.

Colombie

A Cali, 3 oreilles pour Juan Dinastía et une pour Francisco Puerta dans la novillada d’ouverture. Colombo coupe deux oreilles à un toro de Vistahermosa et Manrique une. Double trophée pour Perlaza dans la corrida de 6 locaux.

Mexique

A San Luis Potosí, 3 oreilles pour Roca et deux fois une pour Silveti.

A Juriquilla 4 oreilles pour Roca Rey, une pour Silveti.

A Irapuato, 3 oreilles et une queue symbolique pour Perera et une pour Zotoluco.

Dans la capitale, oreille pour Serna dans la première novillada de la Temporada Grande. Dans la deuxième, lot apparemment « encasté » de Median Ibarra avec une oreille et un coup de corne important pour Román Martínez. Un trophée pour Manzanares dans la première corrida. Double trophée pour Sergio Flores pour la première sortir en triomphe de la saison.

A Ciudad Juárez, Zotoluco et Silveti 3, Perera 2.

A Aguascalientes, vuelta pour Perera. Une oreille protestée et trois avis pour le novillero Valadez dans son encerrona. Deux doubles trophées pour Joselito Adame après la fracture de la clavicule et la commotion cérébrale de son frère.

A Guadalajara, une oreille pour J.P. Sánchez. Une oreille Pour Adame et une autre pour Roca le 20 novembre.

A Tlaxcala, oreille pour Luque et S. Flores. El Zotoluco coupe 4 oreilles et une queue; deux fois une pour Gárate.

A Mérida, oreille pour Silveti et Saldívar.

A Pachuca, 3 oreilles pour Macías contre une à Samperio.

Venezuela

Orellana obtient 3 trophées à Maracaibo.


Oct 22 2016

Temporada 2016

Publié par Giraldillo dans Temporada      

La temporada 2016, outre les tragédies de Víctor Barrio, d’El Pana ou de Renatto Motta que nous n’oublions pas, aura été celle de Roca Rey pour les toreros et de Victorino Martín pour les ganaderos, quoi que ni l’un ni l’autre ne fassent l’unanimité – l’heure n’est plus au consensus ni dans les Toros ni dans rien d’autre et c’est déjà bien de rassembler une grande majorité.

Le premier, pour sa première saison complète, a impressionné partout, Madrid inclus, faisant preuve d’une insolence mais aussi d’une chance surprenantes avant que celle-ci, la fatigue aidant, ne semble tourner au milieu de la saison, à Malaga.

Le deuxième sort beaucoup de lots, offrant parfois un jeu inégal, divers et varié, certains d’une grande qualité, incarnée dans la grâce de Cobradiezmos à Séville, d’autres rappelant les victorinos d’antan, comme à Vic, pour faire taire les Anciens.

Sinon, l’année du renouveau a été confirmée par un torero comme José Garrido qui a joué des coudes pour se faire une place en première file aux côtés de celui qui avait surgi l’an passé : López Simón, leader de l’escalafón, dans une saison compliquée car chacun sait que se maintenir au top niveau est plus difficile qu’y parvenir. Il y a réussit dans l’ensemble en dépit de quelques défaillances ou doutes. Le quatrième jeune à se hisser en haut vient de Séville et rappelle un certain Espartaco, il se nomme Javier Jiménez.

Pour Paco Ureña, 2016 aussi aura été une confirmation mais dans la progression, avec une régularité qui lui faisait défaut. Elle manque en revanche à Urdiales qui renouvelle cependant son triomphe de l’année dernière à Bilbao.

Les toreros en place ont quant à eux été assez discret même si quelques coups d’éclat nous rappellent à leur bon souvenir : Manzanares atteint une nouvelle dimension à Madrid après une période en demi-teinte, Castella revient en force en fin de saison et perd de peu une Porte du Prince, El Juli descend d’une marche et ne se retrouve vraiment que face à son rival théorique mais pour une fois bien réel : José Tomás qui a fait avec 6 corridas sa plus grosse saison depuis bien longtemps. Le plus en forme du G5 est sans doute Talavante même s’il n’a pas connu de triomphes retentissants alors que Perera est plus discret et toujours plus cérébral que passionné. Ponce, n’en déplaise au critique d’El País, est toujours là et, espérons-le, pour longtemps. Morante est un dieu grec qui se fout trop souvent de nous, simples mortels. El Cid en revanche a retrouvé une certaine régularité et a fait une saison très correcte ce qui n’est pas le cas d’un Luque qui perd son statut depuis trop longtemps injustifié de figurita.

Pour les autres, il faut parler d’Escribano qui a bien débuté la saison avant d’être gravement blessé. Il sera de retour en 2017, nous ne pouvons lui souhaiter que bonne chance. Rafaelillo reste le leader des corridas dures. La bonne surprise de l’année est venue de Curro Díaz qui ne s’est pas démonté après avoir été l’un de ceux qui ont payé la montée de la nouvelle génération : sortie par la Grande Porte madrilène puis inclusion dans les affiches les plus difficiles avec un pundonor digne de louanges. Malgré une oreille à Madrid et son triomphe arlésien, on attendait mieux de Morenito de qui on disait qu’il était arrivé à maturité, ce qui ne semble qu’à moitié vrai.

Fandiño, n°1 pendant trois saisons, a poursuivi sa chute de l’an passé, bien aidé en cela par les organisateurs qui lui ont fait payer ses prétentions passées, alors que David Mora a eu son moment de résurrection à Madrid sans que les empresas là encore l’incluent par la suite dans les ferias; renaissance continuelle pour Padilla avec son succès à Séville et son sens permanent du spectacle jusqu’au bout de la saison. Dans leur créneau, le revenant Cayetano réalise aussi une bonne saison et El Fandi reste toujours aussi régulier devant son public. Juan Bautista s’il n’est plus une nouveauté est au sommet de son art.

Parmi les toreros les plus modestes, Lamelas s’accroche, Emilio de Justo profite de ses opportunités françaises et Octavio Chacón surprend face aux fers les plus « encastés » avant d’être blessé. Voilà un torero qui mérite des opportunités. Côté français, c’est un retour réussit pour Thomas Joubert. Juan Leal a plutôt réussi sa confirmation madrilène puis il a quasiment disparu.

Quelques noms encore qui font le métier par intermittence ou en stagnant un peu mais qui peuvent surprendre : Román et Juan del Álamo parmi les plus jeunes, Fortes dans une version toujours aussi valeureuse mais plus posée, Joselito Adame et sa variété à la mexicaine, ainsi que Pérez Mota ou Alberto Aguilar avec du bétail compliqué. Pinar ne veut pas être oublié mais l’exposition produit la blessure.

Parmi ceux qui ont pris l’alternative : le leader-triomphateur des novilladas, Luis David Adame, l’a prise à Nîmes, le Péruvien Galdós est loin de la notoriété de son compatriote et ex-rival en novilladas mais réussit son accession à la catégorie supérieure, Marín ne s’en sort pas trop mal. Clemente rentre dans le métier avec un coup de corne.

Côté bétail, à part Victorino – qui a montré le meilleur à Séville, Cieza, Plasencia, Calasparra (indulto de Plebeyo par Díaz), Almería, Logroño (grâce de Plandeadito), Illescas (Platónico) – Cuvillo a réalisé une saison très régulière après un fracaso à Valence en tout début de saison (bons lots à Istres ou Mont de Marsan pour ce qui est de la France). Victoriano del Río reste au sommet, notamment avec le double triomphe Manzanares-Simón lors de la San Isidro et la meilleure corrida des sanfermines. Los Maños a sorti un grand toro à Vic, Saltacancelas, puis de bons lots à Bayonne ou Parentis en novilladas. Alcurrucén, Baltasar Ibán ou Fuente Ymbro sortent quelques toros isolés mais déçoivent par rapport aux saisons précédentes. Pedraza a sorti aussi quelques bons individus mais on attendait mieux. Torrealta semble peu à peu revenir au niveau qui doit être le sien, comme ne témoignent les lots de Nîmes, Málaga ou Pontevedra. En novilladas, Fernando Peña a envoyé du bétail intéressant à Madrid, Arganda ou Valence. Dans les novilladas françaises ce sont Ana Romero ou Dolores Aguirre qui ont donné le plus de jeu.


Oct 15 2016

Octobre

Publié par Giraldillo dans Temporada      

Pour la clôture de la saison madrilène vuelta pour Robleño et Aguilar, le premier subissant un varetazo dans les côtes en recevant son toro a portagayola.

Pour l’ouverture de la feria du PILAR, Isiegas coupe une oreille d’un maño. Un trophée pour Adame, coup de corne pour Jiménez et le banderillero Rafael Limón et varetazo pour Fandiño dans la corrida de Fuente Ymbro. Dans la corrida de Juan Pedro, grande faena de Ponce inconclue aux aciers, oreille pour Simón et bonne disposition de Cayetano. Oreille pour Mora dans la corrida de Victoriano del Río. Deux oreilles plus une vuelta pour Younès et un trophée également pour Valadez dans la deuxième novillada. Perera obtient un trophée d’un toro de La Palmosilla. Bonne corrida de Cuvillo pour clore le cycle : une oreille avec forte demande de la deuxième pour Padilla après une commotion à son premier, deux fois une oreille pour Talavante, une pour Morante dans une faena très personnelle après une bronca.

A JAÉN, 3 oreilles pour Luque et deux fois une pour Fortes.

A Illescas, encore un grand lot du Sorcier : grâce de Platónico et queue symbolique pour Gómez del Pilar, accompagné a hombros de R. Rivera et C. Escribano.

Pour la feria d’AUTOMNE, oreille pour Román d’un fuenteymbro. Corrida mansa et compliquée de Puerto de San Lorenzo avec des blessures pour les deux toreros qui ont fait preuve de vergüenza torera; faena importante de Díaz; salut d’Algabeño.

A Mont de Marsan, deux oreilles et vuelta pour Emilio de Justo et un trophée pour Lamelas  avec les victorinos.

A Vauvert, deux oreilles plus un tour de piste pour Camille Juan.

Novilladas

A Madrid, une oreille pour Palacios.

A ARNEDO, une seule vuelta, pour Vanegas avec les hoyos. Oreille pour Gardel avec un fuenteymbro de vuelta et tour de piste pour Serna. 3 avis pour Escudero et Fermín dans une dure novillada d’Escolar. Valadez obtient les deux appendices auriculaires d’un Bastonito de Ibán qui a reçu les honneurs posthumes.

A Guadarrama, deux oreilles pour Valadez et vuelta pour Fermín avec les laquintas. Deux oreilles pour Sánchez, une pour Serna et Mora avec un lot de Fuentespino (Algarra-Núñez). Double trophée pour Marcos d’un novillo de vuelta de Montealto et deux fois une oreille pour Younès et Aguado.

A Soria, Valadez a hombros et oreille pour González.

NSP

Francisco Manuel est sorti a hombros des arènes de Las Ventas; oreille pour Alejandro Adame.

Infirmerie

Fandiño reçoit un coup de corne dans la cuisse à Úbeda. Blessure également pour la banderillero Luis Carlos Aranda à Arnedo et problèmes de mémoire pour Padilla suite à une voltereta lors du festival de Povedilla.


Sep 23 2016

Septembre

Publié par Giraldillo dans Temporada      

Espagne

A MADRID, oreille à l’ancienne de Pérez Mota pour une estocade.

A SEVILLE, une seule vuelta et une grosse rouste pour Javier Jiménez. Double trophée pour Castella et pour Manazanares avec les toros d’Olga Jiménez.

A LOGROÑO, El Cid coupe les deux oreilles de Planteadito, un victorino de vuelta; une pour Díaz. Double trophée pour El Juli et un pour Urdiales avec les sous-domecq d’El Vellosino. Ponce sort a hombros avec les pilares. Garrido obtient deux oreilles contre une à Simón. Une oreille pour Castella dans la dernière.

A ALBACETE, une grosse oreille pour Ponce et une autre pour El Fandi avec les samueles lors de l’alternative de Filiberto. Dans la novillada, une oreille pour le débutant Pérez. Double trophée d’un montalvo pour Castella et oreille pour Garrido. Une vuelta pour Díaz dans la corrida de La Quinta. Trois trophées pour le local Pinar d’un alcurrucén; coupe de corne de 12 cm à David Mora. El Juli et Talavante essorillent chacun un toro. Dans la novillada, 3 oreilles pour Adame et vuelta pour Aguado. 4 oreilles pour Manzanares, une à Lorenzo, tour de piste pour Ponce et vuelta à un cuvillo. Pinar récidive lors de sa substitution de Roca Rey et repart avec 3 appendices dans sa besace: une pour Simón.

A SALAMANQUE, López Simón réussit son encerrona avec 4 oreilles dans sa besace. 3 oreilles pour Ponce et une pour Castaño et Garrido dans une corrida très moyenne d’El Pilar. Trois oreilles et une queue pour Del Álamo qui gracie Higuero de D. Hernández; une oreille par coleta pour El Juli et Morante, qui avait reçu une bronca à son premier. Marcos coupe deux oreilles à un novillo de Castillejo de Huebra. Perera obtient deux oreilles d’un toro de Montalvo primé d’une vuelta malgré une seule pique, un trophée pour Ureña et 3 avis pour Castella.

A MURCIE, pour le mano a mano Perera/Ureña 2 oreilles à 3. Corrida triomphale pour Ponce, El Juli et Puerta avec du bétail de Victoriano del Río. Double trophée pour El Fandi et López Simón alors que Manzanares obtient un trophée avec les victorianos. Dans la novillada deux oreilles pour Fernández, une pour José Manuel et Ferrer.

A GUADALAJARA, une oreille pour Vara et De la Casa. Perera coupe les deux oreilles d’Abotinado de José Vázquez et Fandiño une autre. Fandi, Fandiño et Adame a hombros avec un lot de José Luis Marca.

A Aranda de Duero, Juan Bautista obtient un double trophée d’un alcurrucén, un pour Adame et Marín. Morenito et Simón coupent chacun 3 oreilles dans le mano a mano. Dans la corrida de Victoriano del Río, Padilla, Manzanares et Talavante essorrillent chacun un toro, le 3e de vuelta.

A VALLADOLID,une queue pour Talavante, deux oreilles pour Morante et El Juli et un trophée pour Padilla et Tomás dans la corrida hommage à Victor Barrio. Une oreille pour Castella et Simón le jeudi. Tomás et Manzanres coupent trois oreilles chacun à leurs cuvillos. Une oreille pour El Juli et David Mora dans une mauvaise corrida d’El Pilar. El Fandi et Garrido a hombros alors que Díaz coupe une oreille pour la dernière.

http://www.youtube.com/watch?v=XSemeyckw5Q

A Ronda, pour la novillada, Cadaval a hombros ,oreille pour Orozco et vuelta pour Serna avec le lot de La Plata. Manzanares, Cayetano et Simón a hombros pour la goyesca.

Dans les arènes toristes d’Andorra, vuelta à un doloresaguirre auquel Álvarez coupe les deux oreilles, une pour Vara et Valls.

Corrida triomphale de Sáncho Dávila a Villanueva del Arzobispo avec notamment la grâce d’un toro par Ponce.

A San Martín de Valdeiglesias, dans la vallée de la Terreur, vuelta a Costurito de Ibán, triomphe de Pinar et oreille pour De Mora et Rafaelillo. La veille, triomphe de Juan Bautista.

A PALENCIA, nouveau triomphe de Paco Ureña puis oreille pour Simón avec une nouvelle commotion de Roca Rey. 3 oreilles pour Garrido et double trophée pour Mora dans une autre bonne corrida de Bañuelos. Le lot de Montalvo permet aux trois toreros d’accompagner le mayoral a hombros avec un toro gracié après une seule pique et un autre honoré du mouchoir bleu : Perera 4 oreilles et une queue, Del Álamo 3 et Castella deux fois une.

A MÉRIDA, Ponce (avec 3 oreilles), Talavante et Garrido a hombros avec un lot de Cayetano Muñoz.

A Melilla, 4 oreilles et une queue pour le Cyclone Padilla, une pour El Cordobés.

A Priego, double trophée pour Luque avec un toro de vuelta et oreille pour Castaño dans la corrida d’Adolfo Martín.

A El Álamo, Chacón surprend à nouveau avec deux oreilles obtenues d’un aguirre.

France

A NÎMES, Porte des Consuls pour Juan Bautista et oreille pour Rafaelillo le samedi matin. Dans la novillada d’ouverture, deux fois une oreille pour Vanegas, presque autant pour Younès et un autre trophée pour Garcia. Castella coupe deux fois une oreille dans son solo face à 6 adolfos 6. Juan Bautista récidive en coupant une queue lors de la corrida de Victoriano del Río; 2 oreilles pour Joubert et une pour Manzanares. Pour la dernière, double trophée pour Talavante et deux fois un pour Adame lors de son alternative et un pour Simón.

Pour la feria arlésienne du RIZ, 4 oreilles et une queue pour Juan Bautista, accompagné a hombros pour Esplá lors de son retour et oreilles prostestée pour Morante après une bronca de plus cette saison. Dans la novillada oreille pour Vanegas, Valadez et Younès. Le toro Cronista d’El Tajo est le vainqueur de la corrida-concours, bien piqué par Franciso J. Quinta en 4 rencontres dont la dernière au regatón : 2 oreilles pour Morenito, son matador et deux autres protestées pour Savalli.

A Dax, oreille de poids pour Fandiño face à un fuenteymbro. Deux fois un trophée pour Manzanares et un pour Galván avec les montalvos. Dans la novillada, nouveau triomphe de Salenc avec les laquintas.

A BAYONNE, oreille pour Vanegas, Adame et Salenc dans la novillada de Los Maños où le mayoral a été invité à saluer. Dans la première corrida, seulement un tour de piste pour Fandiño. Le dimanche, double trophée pour Castella accompagné a hombros de Luque.

A Boujan, une oreille pour Savalli dans la corrida des vendanges.

A VIC, pour la novillada de la Saint Mathieu, grand lot de Dolores Aguirre avec 20 varas; une oreille pour Vanegas et double ovation pour Castilla.

 

Novilladas

Pour la première d’Algemesí, González a hombros avec les torrestrellas. Durán btient un trophée et fait un tour de piste avec les cebadas. Aguado et Cadaval coupent un trophée aux rehuelgas. Oreille pour Jareño dans une bonne novillada de Daniel Ramos (Marqués). Deux oreilles d’un alcurrucén pour Carretero. 3 oreilles pour Younès et deux pour Valadez avec un lot de D. Hernández.

A GRENADE, 3 oreilles pour Joselete, une pour Crespo et Romera face à un lot de Julio de la Puerta.

A Arganda, triomphe de Vanegas avec les cebadas. Adame et Ochoa frôlent la Grande Porte avec leurs lots de Fernando Peña. Double trophée et vuelta pour Salenc avec son lot d’Osborne.

A Villaseca, dans une novillada encastée de flor de Jara, vuelta pour Vanegas et coup de corne pour González dans la cuisse. Valadez frôle la grande porte avec les cebadas. Vuelta pour Salguero et Castilla avec les ibans. Oreille pour Daniel García dans la quatrième.

A Villa del Prado, triomphe de León dans la première puis carton de Colombo dans la suivante (4 oreilles et une queue) accompagné a hombros par Aguado.

A Calasparra, deux fois une oreille pour D. Fernández avec son lot de Monteviejo. Triomphe de Colombo face à son lot de Pañajara. Oreille pour Castilla et Salenc. Une oreille d’un pabloromero pour Rivera.

A Peralta, Silva a hombros et vuelta pour Toñete avec du bétail de Sobral.

Infirmerie

Clemente reçoit deux coups de corne à l’aisselle et dans la jambe.

Chacón est blessé à la cuisse à Villamartín après avoir coupé 4 oreilles et une queue.

Pinar est doublement blessé à Madrid : jambe et cuisse.



Août 26 2016

Août

Publié par Giraldillo dans Temporada      

A MADRID, vuelta pour Ricardo Torres dans une corrida de Ventorrillo jugée intéressante. Le 15 août, oreille pour De Mora et Román avec des toros d’El Montecillo. Grande Porte pour Javier Jiménez et vuelta pour Huertas dans une bonne corrida de Bañuelos.

A BILBAO, oreille pour Padilla et Adame dans la corrida de Puerto de San Lorenzo. Ponce en fait de même avec un garcigrande du mardi. Urdiales coupe deux oreilles à Atrevido d’Alcurrucén dont la dépouille reçoit la vuelta; tour de piste pour Marín. Oreille et vuelta pour Garrido le vendredi donnant une bonne dimension face aux quatre adversaires qui lui échoient après le malaise de Simón. Avec le dernier fuenteymbro Garrido se sublime et coupe deux oreilles qui le consacrent définitivement comme torero de Bilbao et comme figura del toreo. Vuelta pour Fandiño après une faena importante à un jandilla.

https://www.youtube.com/watch?v=1mLHWjRnKvg

A DONOSTIA, une oreille pour Urdiales et une autre pour Adame. Double trophée pour El Juli contre un à José Tomás dans la corrida événement. Deux oreilles pour Roca Rey et une pour Talavante de troisième jour. López Simón obtient un double trophée et Manzanares un simple pour la clôture.

A MALAGA, une oreille pour Robleño avec un sobrero d’El Torreón dans une corrida mansa de Partido de Resina. Vuelta pour Younès, Santana et Lavado alors que Valadez reçoit un coup de corne lors de la novillada. Ureña coupe une oreille le mardi après une bonne faena. Torrealta sans être revenu au niveau d’antant est sur la bonne voie avec 3 toros sur huit dans la picassiana : Adame deux fois une et Fortes une autre de poids dans une faena bien « templée ». Roca Rey héroïque est pris de mauvaise manière et revient pour une faena de deux oreilles avant de s’évanouir littéralement à la mise à mort; Morante dans un manque total de torería, écoute les trois avis en refusant de tuer puis en tentant un coup de descabello depuis le burladero : honteux ! Dans la corrida de Victoriano del Río, oreille pour Ponce et Cayetano; coup de corne au banderillero El Suso. Un trophée pour Talavante le samedi.

A ALMERÍA, 3 oreilles pour Simón, un double trophée pour El Juli et un simple pour Talavante. Pour la deuxième triomphe de Ponce et Mora (3 oreilles). Double trophée pour Castella et triomphe a minima pour Ureña dans la troisième. Victorino fils accompagne Curro Díaz a hombros alors que Galván et Román obtienent chacun un trophée pour la dernière course de la feria.

A LINARES, 3, 2 et 1 oreille respectivement pour Díaz, Talavante et Manzanares.

A CIUDAD REAL, 3 oreilles pour El Juli et Manzanares alors que Talavante obtient un trophée. Triomphe d’El Fandi et López Simón dans la corrida d’Alcurrucén.

A CUENCA, la reine Cristina coupe deux oreilles à son premier et donne une vuelta à son deuxième alors qu’El Juli l’accompagne a hombros (deux fois un trophée) et que Ponce coupe une oreille. Dans la novillada de José Vázquez, Gallo et le débutant Marcos coupent trois oreilles chacun. L’après-midi Perera gracie un toro du même fer (3 oreilles et une queue en tout) et Castella obtient un trophée. Dans la corrida de Zaldueno les trois toreros triomphent : Morante, Talavante (3 oreilles) et Simón. Manzanares sort lui-aussi a hombros pour la clôture alors qu’El Fandi et Perera sont récompensés d’un appendice.

A HUESCA, 3 oreilles pour López Simón contre 1 à Padilla. El Fandi et Roca Rey, deux fois une oreille chacun. Un trophée pour I. Sánchez et une vuelta pour E. Gallo et B. Jiménez dans la troisième.

A GIJÓN, 4 oreilles pour Adame contre 1 à Aguado dans la novillada de Zacarías Moreno où le mayoral accompagne le torero mexicain. Face aux laquintas, le grand-frère sort a hombros et Robleño coupe une oreille. 3 oreilles pour Perera et un double trophée pour El Juli dans la corrida de Garcigrande. 3 oreilles pour Ponce et une pour Talavante dans la corrida de juanpedro. Dans la dernière, une oreille pour El Fandi et Manzanares alors que Padilla fait un tour de piste.

A PONTEVEDRA, El Juli et Roca Rey sortent a hombros avec 3 oreilles chacun. Deux fois un trophée pour Lorenzo et un autre pour Simón le 13. Après celui de Nîmes, le lot de Torrealta permet le triomphe des toreros : 4 oreilles pour El Fandi, trois pour Manzanares et une pour Cayetano.

Au PUERTO, une oreille pour Talavante puis 3 contre 2 pour López Simón et Manzanares. Trois oreilles pour Galván, un pour El Cid et vuelta pour Díaz le 14 août.

A HUELVA, 4 oreilles pour José Tomás contre 2 à López Simón et une au toricantano Miranda; oreille pour Silvera dans la novillada.

A VITORIA, deux fois une oreille pour Roca, une pour Urdiales et Talavante. Le dimanche, deux trophées pour Perera et un pour Adame.

A Palma de Mallorque, 3 oreilles pour Ponce et deux pour Talavante.

A San Sebastián de los Reyes, El Juli, Manzanares (3 oreilles) et J. Jiménez ouvrent la Grande Porte. Simón finit son encerrona sur un bilan de quatre oreilles et un tour de piste. Dans la novillada, 3 oreilles pour Adame, une pour A. Sánchez et une vuelta pour A. García.

A Colmenar Viejo, une oreille pour Juan Bautista le premier jour puis corrida triomphale de Jandilla avec un toro de vuelta auquel Talavante coupe les deux oreilles; deux fois une pour Simón et une pour Castella.

A Cenicientos, double trophée pour Chacón et un pour Venegas dans la corrida d’Escolar; le banderillero Azuquita a été sérieusement encorné.Face aux Pallarés et Pilar Buendía 2 oreilles pour Joselillo et une pour Ritter.

A Tafalla, une oreille pour Marco dans la corrida de Prieto de la Cal. Dans la course de Dolores Aguirre, Joselillo frôle la Grande Porte et Aguilar obtient un trophée.

A Íscar, Fandiño gracie Peleador, le meilleur d’une bonne corrida de Mollalta (Torrealta) où Morenito obtient un double trophée et El Cid un trophée simple.

La corrida de Dolores Aguirre d’Almorox permet à Chacón de triompher à nouveau aux côtés de Herrera alors qu’Álvarez obtient un trophée.

France

A DAX, deux fois une oreille pour Galdós et un trophée pour Díaz. Une oreille pour Moral le samedi. El Juli, Simón et Roca triomphent le dimanche matin. Dans la corrida de Pedraza, oreille pour Rafaelillo. Del Álamo frôle la Grande Porte pour la clôture.

A BEZIERS, une oreille pour Castella lors de l’ouverture qui en coupe deux le samedi contre une à Talavante et Roca Rey. Le dimanche, une oreille pour Juan Bautista et Mora et un tour de piste pour Urdiales. Pour terminer Rafaelillo poursuite son excellente saison avec 3 oreilles de miuras alors que Savalli en obtient une. Dans la novillada, oreille pour Younès et Salenc tandis qu’Adame donne une vuelta.

A BAYONNE, Simón et Garrido triomphent a minima.

A Carcassonne, oreille et vuelta pour Vara alors que la prestation de l’autre torero de l’affiche est à passer sous silence dans une course intéressante et variée de Prieto de la Cal. Oreille et vuelta pour Pacheco dans la novillada de Miura.

A Saint-Gilles triple triomphe dans la novillada : Vanegas, Younès et Salenc (3 oreilles). Pour la corrida, Joubert coupe les deux oreilles à un toro de Mollalta de vuelta et Fandiño obtient un autre trophée.

A Mimizan, oreille pour Dufau.

Aux Saintes Maries, 6 oreilles et une queue pour Castella lors de son solo.

A Villeneuve oreille pour Dufau et Guillon pour son retour.

Novilladas (hors férias)

A MADRID, vuelta pour Sotos et Rivera.

Pour la novillada-concours de Saint-Perdon grand novillo de Pedraza, Alambrisco, très bien piqué par Glores García en trois rencontres, et deux oreilles à son matador, Diego Carretero.

A Roquefort, oreille pour Vanegas et Valencia face aux saltillos.

A ALICANTE, 5 oreilles dans la novilldada de José Cruz : 2 pour Álvarez et Rico, une pour Velasco.

A Parentis, une oreille pour Valencia et une vuelta pour Castilla dans la course de Los Maños. Le dimanche, oreille pour Vanegas le matin et pour Rivera l’après-midi; prix au meilleur picador pour Sanz.

A Millas, le novillo de Gallon gagne la concours et Climent triomphe alors que Valadez manque de peu de l’accompagner par la Grande Porte et que Salenc coupe une oreille; prix au meilleur picador pour Soro.

A Riscle, une oreille pour Vanegas et une autre pour Garcia.

A Soustons, Adame frôle la Grande Porte et Aguado obtient un trophée.

Infirmerie

Le banderillero José Manuel Soto a été amputé d’une jambe après une infection survenue suite au coup de corne reçu lors d’une novillada non piquée à Peal de Becerro. Ce fait nous rappelle une fois de plus la dureté de ce mode de vie aussi beau que cruel. ¡Ánimo!

 

 


Juil 28 2016

Juillet

Publié par Giraldillo dans Temporada      

Pour la Feria de JULIO valencienne, après une novillada où Adame poursuit son chemin (oreille et vuelta), Roca Rey, avec 3 trophées, continue sa campagne imparable. Un trophée pour Perera et Mora dans la course de Victoriano del Río. Dans la dernière Román obtient les deux oreilles de d’Algarra et Rafaelillo en coupe une d’un cuadri.

A PAMPELUNE, pour la novillada d’ouverture, Adame continue à marquer les esprits en obtenant 3 trophées; oreille et vuelta pour Marín avec son lot d’El Parralejo. Roca Rey continue sa marche triomphale avec 3 oreilles dans la première corrida. Dans une corrida de Cebada dure, grosse rouste pour Jiménez qui mérite d’autres opportunités. Juan Bautista obtient une oreille d’un escolar. Après une corrida de Pedraza décevante, celle de Jandilla permer à Simón et à Talavante de couper une oreille; ce dernier signe aussi une excellente faena au 5e mais tue mal. El Juli coupe deux oreilles avec un brio terne (oui c’est un oxymore) face à Desgarbado, un bon toro de Victoriano del Río qui finit rajado mais reçoit une vuelta; Padilla obtient un trophée et perd la Grande Porte à l’épée; un autre pour Simón. Dans la course de Cuvillo Roca effraie la mort et coupe deux nouvelles oreilles; une pour Castella alors que Perera perd un triomphe aux aciers après une voletereta. Pour la miurada de clôture, une oreille pour Dávila Miura et une vuelta pour Rafaelillo et Castaño.

A SANTANDER, 3 oreilles pour Marín et une pour Talavante dans la première. Ponce sort le grand jeu face à Bendecito, toro de Miranda y Moreno dont la dépouille a été promue d’un tour de piste; tour de piste également pour Del Álamo. Perera, Juli et Roca sortent tous trois a hombros avec les garcigrandes. Juan Bautista sort par la Grande Porte alors que Caballero est blessé. Dans la novillada, oreille pour Marcos et Adame. El Cid coupe deux oreilles symboliques en graciant Madroñito d’Adolfo Martín.

Au PUERTO, López Simón obtient 3 trophées et Padilla frôle la Grande Porte.

A PALMA de Mallorque, Padilla et El Fandi a hombros.

A TERUEL, oreille pour Sánchez pour la corrida de l’opportunité et un trophée pour Curro Díaz pour la corrida tragique où Víctor Barrio perd la vie.

A SORIA, 2 oreilles pour Ureña avec le meilleur adolfo puis Adame et Simón se répartissent 3 trophées chacun le lendemain.

A Azpeitia, oreille pour Luque tandis que Juan Bautista perd les trophées à l’épée dans la course d’Ana Romero. Deux fois un trophée pour Paulita avec les cuadris. Curro Díaz change aux aciers  un triomphe pour une vuelta et Adame obtient un appendice dans la corrida de Pedraza.

A Calasparra, Curro Díaz coupe une queue et gracie Pelebeyo de Victorino Martín.

A Tudela, El Capea obtient un trophée d’un toro de Dolores Aguirre et Esaú d’un animal de Miura.

France

A BAYONNE, une oreille pour Juan Bautista et Castella.

A MONT de MARSAN, après le nouveau triomphe de Roca Rey, Manzanares donne à nouveau sa meilleure version tandis que Ponce et Dufau obtiennent un trophée chacun dans une corrida de Cuvillo où le 3e reçoit la vuelta. Oreille pour Castella et Fandiño dans la deuxième. Oreille de poids d’un miura pour Lamelas.

A CERET,  Mota coupe une oreille d’un sobrero de Zaballos et Díaz fait un tour de piste. Double tour de piste pour Aguilar dans une corrida de Saltillo avec 3 individus offrant des possibilités.

A Orthez, Adame a hombros et vuelta pour Salenc dans la novillada d’El REtamar tandis qu’Emilio de Justo triomphe l’après-midi avec son lot de Hoyo de la Gitana.

A Châteaurenard, 4 oreilles pour Dufau, 3 à Juan Bautista et une à El Fandi alors qu’un toro de Santiago Domecq, Romano, reçoit une vuelta.

A Saint-Vincent oreille pour Castaño et Campos dans une course décevante de Valdellán.

A Eauze, deux fois un trophée pour Castella contre un pour Dufau qui abandonne les arènes par la porte de l’infirmerie.

Novilladas (hors ferias)

A MADRID, oreille pour Menes et coup de corne au banderillero Vicente Osuna. Oreille pour El Gallo et vuelta pour Martínez. Blessure de Terrón dans une bonne novillada de Fenando Peña. Deux graves coups de corne pour Belando (thorax) et Salguero qui coupe une oreille, comme Maestro.

Au PUERTO, Crespo obtient un trophée et Aguado une vuelta dans une novillada de Peñajara remarquée.

A Hagetmau, vuelta pour Valencia et deux fois trois avis pour Castilla le samedi (meilleure pique à Fernández Lozano) puis un trophée chacun pour Aguado, Valadez et Adame dans une bonne novillada dominicale d’Ana Romero, le premier méritant le mouchoir bleu.

A Beaucaire, seulement une vuelta protestée pour Vanegas.

A Tarascon, 3 trophées pour Younès et Garcia.

Nécro

Le grand aficionado Robert Chay est décédé à Fréjus suite à un accrochage provoqué par une vachette d’un spectacle de taureau piscine. Condoléances à la famille.

Le ganadero Fermín Bohórquez s’est éteint à l’âge de 82 ans.


Juin 23 2016

Juin

Publié par Giraldillo dans Temporada      

A BURGOS, une oreille pour Ponce lors de l’ouverture. Bonne corrida de Conde Mayalde qui permet à Fortes (2+1) et Adame (1+1) de sortir a hombros. Dans la course de Bañuelos, ce sont Padilla (3) et Garrido qui sont hissés vers les cieux. Pour la clôture triomphes d’importance de Perera et Roca Rey.

A Zamora, Cayetano est accompagné par la Grande Porte de Clemente pour son alternative.

A Ségovie, David Mora et El Fandi a hombros après une faena à un toro de vuelta de Marqués del Quintanar; une oreille pour Paquirri.

A ALICANTE, El Fandi et Cayetano sortent par la Grande Porte et un toro de García Jiménez reçoit une vuelta. Nouvelle vuelta dans la corrida de Daniel Ruiz qui permet à Ponce, López Simón et Roca Rey de sortie a hombros. Dans la corrida de Cuvillo où un animal reçoit les honneurs posthumes, Tomás et Manzanares montrent leur meilleure version. Dans la corrida d’Adolfo, un trophée pour Ureña et deux fois une oreille et arrachement de la veine fémorale pour Escribano lors de l’estocade.

A ZAMORA, triple triomphe pour Ponce (3), Castella et Perera dans une corrida d’Alcurrucén.

A BADAJOZ, El Juli triomphe avec 3 oreilles alors que Roca Rey repart avec un trophée. Triple triomphe le lendemain pour Perera, Garrido et Marín.

A ALGECIRAS, López Simón triomphe et Castella et Padilla touchent du poil. Galván coupe 4 oreilles et une queue avec un toro de vuelta de Núñez de Tarifa.

A LÉON, El Fandi, Castella et Simón sortent par la Grande Porte grâce à un lot de Jandilla. Padilla et Cayetano coupent chacun 4 oreilles contre une à Manzanares; vuelta au dernier cuvillo.

A ALBACETE, Perera sort en triomphe avec 3 oreilles pour son solo.

A Ávila, double trophée pour Ponce et une oreille pour Espada.

A Plasencia, bonne corrida de Victorino Martín avec une vuelta pour Embrocado auquel Del Álamo coupe les deux oreilles; une pour El Cid et une autre pour Escribano.

France

A Saint-Sever, Castella et Garrido repartent avec 3 trophées chacun du lot d’El Pilar.

A La Brède, 3 oreilles pour Díaz et une pour Galdós.

A Istres, pour l’ouverture, 2 pour Talavante, 1 pour Juan Bautista et López Simón. Lors de la novillada, triomphe de Salenc et un trophée pour Younès et Valadez. Joubert sort a hombros tandis qu’Urdiales et Garrido repartent avec un trophée dans la course de Joselito. Pour l’alternative de Galdós, seuls Manzanares et Simón touchent du poil mais l’après-midi Ponce fait son festival avec 8 oreilles et une queue et la grâce d’un cuvillo en guise de cerise sur le gâteau.

A Mauguio, 3 oreilles pour Perez et une pour Ortiz; vuelta à un toro de Jalabert.

Novilladas

A MADRID, oreille pour Juan Miguel et coups de cornes pour Valencia et Serna, au pronostic très grave pour ce dernier; à nouveau une novillada remarquée de Guadaira. Oreille et fracture pour Carballo pour la dernière du mois.

A SEVILLE, tour de piste, oreille et blessure pour David Martín, vuelta pour Pacheco.

A Boujan, Vanegas sort a hombros, Carballo obtient un trophée et Garcia donne une vuelta dans la novillada du matin et Vanegas touche à nouveau du poil l’après-midi.

A Captieux, deux fois un appendice pour Salenc, sur le point d’être accompagné d’Ochoa.