Consécration de Paco Ureña

Après plusieurs saisons où il le caressait du bout des doigts, Ureña obtient son grand triomphe, celui qui culmine une carrière (en attendant la suite) et qui en fait une figura indiscutable d’autant plus que son toreo, à l’instar de celui d’Urdiales, De Justo ou Aguado, vient remettre le classicisme au cœur du toreo et vient remplacer une génération certes coruscante mais non moins stéréotypée.

Le petit Francisco est né le 26 décembre 1982 à Lorca (Murcie).

Il torée sa première novillada chez lui puis se présente à Madrid le 22 juillet 2005 où il coupe une oreille à un novillo d’Espartaco.

De face

Il prend l’alternative le 17 septembre 2006 dans sa ville d’origine dans un cartel d’artistes avec Conde pour parrain et Morante comme témoin : 4 oreilles à des toros de Gavira.

En 2009, il a fait sa présentation comme matador en France en triomphant de toros de Pagès-Mailhan à Vergèze.

A la fin de la saison 2012, il totalise un total de 33 corridas en 6 saisons complètes (à peine cinq contrats par an donc). Sa carrière ne décolle pas jusqu’à sa Confirmation, le 25 août 2013 où il repart avec un bilan de vuelta et oreille, frôlant donc la Grande Porte.

En 2014, il s’impose en Arles et gracie un victorino à Cieza avant de recevoir, le 30 mai, à Madrid, 25 cm de corne dans la cuisse gauche, ce qui ne l’empêche pas de triompher à Santander avec les figuras puis à Bayonne mais aussi chez lui à Murcie ou encore à Logroño.

La temporada suivante, après des triomphes à Pampelune et Bilbao (deux fois une oreille à chaque course), il est l’auteur d’une grande faena pour la feria d’Automne 2015 où il perd un triomphe à l’épée face à un toro d’Adolfo Martín mais la prestation épique a impressionnée et ce qui manque aux statistiques nous reste derrière les rétines.

La jambe en avant en contrapostto, le toro autour pour vider la passe derrière la hanche, la difficile simplicité du toreo

 

En 2016, après une oreille à Valence, Ureña essorille un victorino dans la Maestranza le 13 avril, jour de l’indulto de Cobradiezmos. Il obtient ensuite un trophée en deux occasions lors de la feria de San Isidro.

En 2017, il coupe une oreille à Séville à un toro de Victorino Martín puis ponctue à Madrid pour la Corrida Goyesque du 2 mai avant de le faire à nouveau lors de la feria d’Automne puis de couper deux appendices à Saragosse. Entre temps, il obtient un autre trophée d’un victorino à Bilbao après un appendice d’un Puerto de San Lorenzo à Pampelune lors d’un grave coup de corne à El Pirri, son banderillero. A Bayonne, il coupe 3 oreilles aux toros d’El Juli et autant à Albacete. En début de saison il avait aussi touché du poil à Valence et lors de la San Isidro il convient de se souvenir qu’il avait réalisé une faena épique à un victorino mal conclue hélas à l’épée.

En 2018, absent de Séville, il coupe une oreille à Madrid et une autre à Pampelune où il est blessé avant de perdre un œil à Albacete, devant logiquement suspendre la fin de la saison.

Corrida de la Cultura 2019 : deux oreilles d’Empanado de Victoriano del Río malgré une estocade en arrière et une mort un peu longue car la faena a été de 18 carats au moins sinon plus. Notons au passage qu’il était sorti tuer ce dernier toro malgré l’avis des médecins avec une côte cassée. Il est aussi le triomphateur indiscutable de la San Isidro avec 4 oreilles et deux vueltas al ruedo. Sa réapparition à Valence en début de saison avait donné la note : 0 concession.

Le toreo de Paco Ureña est une merveille. A Madrid surtout, il s’abandonne totalement à son rêve de toreo. Ce qu’on ressent en le voyant toréer ne doit rien être en rapport de ce que lui doit sentir. Dieu que c’est beau. Tout à l’instinct, ses choix techniques peuvent parfois être erronés mais il vient aussi par là nous rappeler que l’Art ne surgit que lorsque le possible est dépassé. Ureña n’est pas un cartésien, c’est un spirituel qui s’oublie de son corps, une enveloppe qu’il a fort élastique et qui lui permet d’ailleurs de s’enrouler le toro d’une manière qui défie les lois de la géométrie.

Depuis son accident, il semble plus classique, moins prêt à des concessions modernistes auxquelles il sacrifiait par soif d’être. Son alternance des deux toreos, naturel et changé, lors du début de faena à Empanado est un sommet de classicisme. Si ses trincheras sont puissantes, ses naturelles sont sans doute le meilleur de son toreo, surtout de face, en fin de faena, liées à des pechos énormes, de cartel, souvent complètement de face. Parfois il aime encore faire peur avec les bernadinas à la mode mais il est capable de « fermer » un toro en suivant les canons les plus orthodoxes. Souvent il a recours également aux passes en regardant le tendido, une manière de dire : quoi de plus ?, mais c’est là un excès d’orgueil, dans une ivresse de toreo, qui ne rajoute rien, au contraire; il n’est plus à ce qu’il fait et les passes sont forcément moins bonnes quoi qu’elles témoignent d’une domination absolue. Son toreo, il le réalise fondamentalement en offrant le torse en en conduisant la charge derrière la hanche, en point d’interrogation. A la cape, il est de plus en plus bon, devenant excellent sur plusieurs palos, dont la véronique. Et tout ça devant les toros les plus compliqués, victorinos notamment. Deux mots résument son toreo : exposition et pureté.

A quelle source boit-il ? Difficile de le dire. Il torée plus avec la ceinture qu’avec le poignet et c’est plus un torero du dessin que du rythme; en cela il est plus Castillan qu’Andalou mais son grain de folie et son baroquisme est la marque des grands artistes du sud. Ureña est un mélange : on pense à Manolo Vázquez ou à Paco Camino et même parfois à Paula. D’autres y verront sans doute d’autres inspirations. José Tomás ?


Laisser un commentaire