Temporada 2019 (2e partie)

Dans la première partie de la saison nous avions rencontré un Roca Rey imparable mais un problème de cervicales l’a arrêté pour le reste de la temporada.

  1. Au bout du compte, le triomphateur de cette année aura incontestablement été Paco Ureña avec 5 oreilles à Madrid (la dernière en Automne), 4 à Bilbao et 1 à Saragosse en plus de triomphes à Santander, Almería, Valence et Logroño. Il reçoit par contre un coup de corne à Palencia, prix de son engagement total.
  2. Le deuxième nom de la saison est Antonio Ferrera qui sort une deuxième fois a hombros des arènes de Madrid après son encerrona réussie du mois d’octobre. Le reste de ses prestations ne sont pourtant pas du même acabit quoiqu’il soit toujours professionnel.
  3. Emilio de Justo n’aura pas connu sa grande saison comme on pouvait l’espérer mais il ne lâche rien (comme disent les sportifs) avec un solo réussi à Dax, rien de moins que face aux victorinos, un trophée à Bilbao et quelques triomphes clairs, à Albacete notamment.
  4. Les noms qui ont aussi résonné dans la partie la plus chargée de la saison auront été ceux de toreros en progrès comme Cayetano ou Luis David Adame (dont le frère a interrompu la saison). Le premier est le triomphateur absolu des Sanfermines mais il triomphe aussi à Huesca, Malaga ou Logroño et le deuxième aurait été celui de Bilbao (3 oreilles) sans un certain Ureña ; il a aussi donné une bonne dimension à Pampelune mais il montre surtout une évolution certaine qu’il devra encore accentuer sur la durée pour atteindre le sommet.
  5. On ne va rien dire de nouveau sur Enrique Ponce qui est revenu après sa blessure de début de saison comme si le temps et les contre-temps n’avaient aucune prise sur lui. Les autres figuras ne peuvent pas en dire autant.
  6. Parmi les révélations de la saison, Pablo Aguado a connu quelques moments brillants (Ronda, San Sebastián de los Reyes, Palencia, Huelva, Logroño) mais on a peu vu David de Miranda.
  7. Pour ce qui est des toreros dont le nom a peu fait parler, le triomphateur de la saison dernière, Diego Urdiales, a pourtant parfois balayé les pistes de sa muleta magique (oreille à Dax et Saint-Sébastien) mais sans succès retentissants. Après sa Porte du Prince, El Juli aurait peu de chance dans les tirages au sort (mdr) même s’il parvient à toucher du poil à Pampelune et Bilbao. Perera garde un grand pouvoir de domination mais il n’enflamme pas vraiment les gradins. Manzanares a ressurgi sporadiquement, surtout à Bilbao, comme savent le faire les grands même dans les moments de crise. Morante, qu’on n’attendait plus, a coupé une oreille à Saragosse. Le dernier membre d’un G5 bien lointain, Talavante, a semble-t-il voyagé.
  8. Chez les français, Juan Leal confirme à Bilbao, mais aussi à Saint-Sébastien, ses bonnes dispositions madrilènes. Au-delà des concepts, son courage est évident et ses progrès aussi mais il est loin d’être un prophète chez lui malgré ses engagements dans des corridas loin d’être faciles, comme dans son nouveau triomphe biterrois. Castella marque un peu le pas cette année même s’il se retrouve un peu en cours de saison (ses plus gros succès auront pour scène Dax et Bayonne). Juan Bautista (nouvel empresario, au sens espagnol, de Mont de Marsan) en revanche aura plus fait parler de lui en une seule corrida que le précédent sur toute une saison. Dorian Canton est devenu matador après son alternative frustrée à Bayonne. Les autres ont peu toréé sans avoir démérité mais être digne ne suffit plus dans ce métier. Les Joubert, Dufau, Younès, Clemente, Adoureño et maintenant Salenc (double trophée à Bayonne) ou Garcia vont devoir jouer des coudes pour se faire une place.
  9. Un départ d’envergure, celui de El Cid qui réalise une bonne fin de saison en se rappelant qui il a été, en particulier à Bilbao et à Séville avant d’obtenir un double trophée à Saragosse pour sa dernière corrida espagnole.
  10. Parmi les spécialistes des corridas dures, Escribano s’accroche après son « tabac » de San Isidro mais il a incontestablement du mal à retrouver le sitio, perdu totalement en revanche chez des toreros comme Chacón ou Moral (malgré son succès arlésien). López Chaves et Robleño font dans ce contexte figure de valeurs sûres mais aucun torero n’arrive au statut d’Emilio de Justo, même de loin, si ce n’est Daniel Luque, qui coupe une queue à Bayonne et qui est l’incontestable triomphateur de la saison française (Vic dans la première partie puis Dax ou Nîmes dans la deuxième, pour les grandes arènes). Il faut tout de même compter sur Rubén Pinar qui a montré sa dimension à Villeneuve et surtout chez lui à Albacete dans son 6 pour 1. Un tragique accident, celui de Javier Cortés, qu’on a beaucoup vu en France cette année et qui pourrait perdre le troisième matador en une décennie à perdre un œil. Mais le meilleur espoir pour cette catégorie est porté par un torero qui n’est encore que novillero mais qui prouve déjà qu’il a tout d’un Torero en majuscule comme dans sa prestation cérétane. : Maxime Solera.
  11. On parle depuis un certain temps de relève mais cette année la génération qui devait prendre le relais ne s’est pas hissée au sommet comme on l’attendait. Marín a fait une saison correcte mais sans plus, Lorenzo n’a pas vraiment profité des opportunités. Il n’y a que Román, à base de responsabilité et d’exposition, qui progresse. Celui qui avait frappé fort il y a 4 saisons de cela, López Simón, n’est plus que l’ombre de lui-même, même s’il triomphe à Mont de Marsan. Colombo a montré en fin de saison qu’il faut compter avec lui et Caballero paye une fois de plus par le sang sa disposition.
  12. Pour les nouveaux venus, Isiegas coupe une oreille pour son alternative dans la capitale aragonaise et Ángel Jiménez passionne la Séville flamenca. Chez les novilleros, des surprises prometteuses comme le Mexicain San Román, triomphateur à Pampelune, Tomás Rufo, qui est sorti par la Grande Porte de Las Ventas en Automne (4 oreilles sur la saison) et des toreros comme Rafael González (2 oreilles à Séville et 1 à Madrid), Francisco Montero (Arnedo, Villaseca ou Peralta après Boujan) ou Fernando Plaza dont on attend beaucoup mais qui n’a encore rien prouvé. Pour les français, El Rafi, Olsina, Lamothe et désormais Solalito montrent que la relève est bien là.

Côté bétail, des confirmations chez Pedraza, malgré la décadence annoncée et des surprises comme avec La Palmosilla mais pour le piquant rien de tel que Cebada ou Saltillo. En novilladas, Baltasar Ibán, Los Maños et Pincha ont montré le plus de bravoure. On a vu beaucoup d’élevages portugais cette année et ceux qui se sont fait remarquer sont Condessa de Sobral et Murteira Grave en plus de Palha.


Laisser un commentaire