Jun 14 2009

Feuilletons épistolaires – étape 3

Publié par sroul dans 4e, Productions écrites      

A-t-on retrouvé Sarah et Bastien ? Qui est le responsable de ces enlèvements ? La suite …

Lettre 7 :

Coupure de presse, le courrier de l’ouest, 23 mars 1950
Massacre dans les bois
Hier ont eu lieu des recherches de la police ainsi que de la gendarmerie dans la forêt d’Angers concernant la disparition de Bastien âgé de 4 ans et sa maman Sarah âgée de 32 ans, disparus depuis moins d’un mois.
Vers midi des coups de feu retentissent, des policiers non loin de là interviennent et découvrent leurs collègues démembrés.
Nous avons interviewé l’un des premiers policiers arrivés sur les lieux :
« Nos collègues étaient couverts de morsures humaines et animales ; il n’ont pas survécu à l’attaque alors qu’ils étaient armés de pistolets automatiques. Ces policiers étaient tous pères de famille! »
Les gendarmes ont découvert non loin de la scène de crime une grotte contenant, d’après les médecins légistes, une centaine de crânes humains !

lettre 8 :

christophe kapi
16 rue aristide briant
49000 angers
le 25 mars
Mon cher Yohann
Je suis désolé de ne pas pouvoir venir te voir, mon enquête en cours est trop longue et difficile. Mais je t’envoie des policiers de ma brigade pour t’aider et te protéger. Concernant ta maison, de nombreux anciens propriétaires sont morts ou disparus. Ceux qui ont réussi à s’enfuir ou à survivre ont eu de grandes séquelles psychiques et physiques. Une personne encore vivante m’a écrit ; elle explique qu’une personne qu’il n’a jamais identifiée avait essayé, à l’époque, de les décapiter, elle et sa famille. Cela ne me rassure pas car la toute première victime « de cette maison » a été elle aussi décapitée, il y a trente ans. J’ai aussi appris qu’il y a une trentaine d’années, un ermite n’a plus donné signes de vie depuis le commencement de ces meurtres sanguinaires !
Tiens le coup!

Ton ami, Christophe

lettre 9:

date:26/03/1950
Compte Rendu-Mission
« homme des bois »

-Chef de section:Officier Hermond

Déroulement des faits:
Durant la journée du 24/03/1950,après l’assassinat des quatre policiers dans les bois, nous avons, avec votre accord Monsieur Le Commissaire, fouillé la grotte, quand soudain un homme de taille moyenne nous a foncés dessus en poussant des cris stridents après que l’un de mes hommes a fait les sommations. Le brigadier Briand a donc ouvert le feu sur l’individu non-identifié. Ce dernier s’est écroulé. Par la suite, nous l’avons emporté à l’hôpital où il s’est remis de sa blessure. Nous l’avons ensuite transporté au commissariat où il a subi un interrogatoire et un examen psychiatrique : cette personne est d’après les médecins un psychopathe cannibale.Je vous prie de croire Monsieur le Commissaire,en l’assurance de mes respectueuses salutations.