Bioazur. Gaillac. Jour 2. 18h34.

Une journée plutôt longue où je suis arrivé il y a 3 heures et rien ne s’est réellement passé pour l’instant, les gens se ressemblent, tous ne sont pas aimables mais aucun ne fait de vagues. Jusqu’à ce que j’entende une voix s’élever au niveau de la réserve, je m’approche donc pour écouter ce qui se passe. Un homme d’une cinquantaine d’années aux cheveux gris en chemisette à carreaux, explique qu’il a commandé trois palettes de vingt quatre œufs,  on les lui donne mais il demande le document officiel contenant toutes les informations sur les œufs, papier qui est réservé au magasin normalement. Quand on lui explique que c’est impossible, il s’énerve et exige qu’on lui donne sans quoi il irait acheter ses œufs dans un autre magasin, une employée appelle donc la manager afin de savoir s’ ils ont l’autorisation de lui donner cette fiche: la solution est trouvée, ils vont faire une photocopie, l’homme continue à pester en attendant sa photocopie. Malheureusement le document d’origine étant déjà trop clair,  le code est illisible sur la photocopie, l’homme s’énerve donc de plus belle et se met à crier, on lui propose alors de prendre une photo avec son téléphone mais il rétorque en utilisant les mots « Tout le monde n’est pas un simple mouton sans cervelle équipé du dernier smartphone donc non, excusez moi de ne pas me détruire la vie avec ces choses stupides futiles et sans intérêt ». Une employée paniquée décide donc de recopier la feuille à la main. Malheureusement il juge cela trop long et menace le magasin de faire un scandale, ce qui est plutôt ironique étant donné que presque tous les clients se sont regroupés prés de la porte de la réserve pour écouter ce qui se passe. Une fois le papier  recopié et le client calmé, on lui donne ces œufs et son document. En ouvrant l’une des boites, il repère un œuf fêlé, il pose donc tous ses œufs sur la caisse en s’en va en insultant le magasin et en les traitant d’incompétents,  » plus jamais je ne reviendrai ici ».

Je le vois revenir une quinzaine de minutes plus tard et expliquer qu’il s’est « un peu » emporté qu’il regrette et qu’il va finalement prendre les œufs et le fameux document !

Bonjour Joy Sorman, je me suis inspiré de votre livre Paris gare du Nord pour écrire ce texte,  j’ai essayé de rester fidèle ou au moins de me rapprocher de votre style de description.

Nils

Les Portes d’Albi

Mercredi 21 février 2018 

16h16

POISSONS : 

Je me retourne vers l’entrée du Leclerc et je vois des jumeaux, je pense qu’ils ont environ 5 ans, une petite blonde aux yeux bleus avec une doudoune rose et son frère un petit blond frisé également avec des yeux clairs et une doudoune bleue. Ils ont l’air content et ils sautent partout jusqu’à ce que je vois leur père leur donner une petite poche remplie d’eau où se trouvent deux poissons oranges, la petite fille tient la poche pendant que son frère donne des granulés . Ils regardent tous les deux les petits poissons. Cela m’a rappelé le poisson que je n’ai jamais eu quand j’étais petite.

Océane