26 Jun
2017

10.000 kilomètres à eux deux

Bonne nouvelle : le blog reprend du service, après quelques années en sommeil.

Le projet de cette année a été réalisé par les élèves de 4ème, avec l’aide de leurs professeurs de Français et d’Éducation musicale. Ils.elles ont écrit des textes et les ont mis en musique pour les interpréter sur scène, dans le cadre du festival Claque ton slam. Le thème choisi était : « J’aime l’ici et l’ailleurs ».

Finale à la Carène le 30 mai 2017 – Photo N. Franjou

Deux de nos élèves ont traversé l’Europe d’Est en Ouest : 10.000 kilomètres à eux deux ! Ils ont écrit à quatre mains le magnifique texte que voici :

Lacha : Moi, je viens de Géorgie

C’est un petit pays près de la Tchétchénie

On est venu ici

Pour avoir une meilleure vie

 

Aindi :   Moi je viens de Tchétchénie

Un pays entre Russie et Géorgie

On est voisin, cousin

Et ici, on trouve toujours du pain

 

Refrain  L’ailleurs et l’ici sont au cœur de nos vies

De là-bas à ici une nouvelle vie commence

Nos pays d’origine représentent nos racines

Et cette magnifique France représente notre enfance

 

Lacha : Chez moi c’est compliqué

Parfois je parle français

Mais mes parents ne comprennent pas

Alors je parle la langue de là-bas

 

Aindi :   Moi c’est pareil, mes rêves sont changeants

Parfois je me vois en noir et blanc

Parfois en couleurs, assez souvent

Mais la bande-son est différente

 

Refrain

 

Lacha : Chez moi ma mère fait des ringalis

C’est bien meilleur qu’les spaghettis

Quand elle en prépare, c’est la fête

On passe toujours des soirées chouettes

 

Aindi :   Moi ma mère, c’est la reine des tchibourek

J’t’assure, c’est mieux que l’beefsteak

Même si tu m’invites au MacDo

J’te dis, désolé mec, va faire dodo

 

Refrain

 

Lacha et Aindi :

Géorgie, Tchétchénie

Deux petits pays qui remplissent nos vies

Mais y a d’la place pour la France

Finalement, on a plein de chance

 

Refrain * 2

 

PS : Ici on aime s’instruire, alors, Lacha et Aindi, on aimerait bien découvrir les recettes des vingalis géorgiens et des tchibourek tchétchènes… !

Laisser un commentaire

Vous devez connecté pour laisser une réponse.