Ils ont la critique facile !

Un site utilisant LeWebPédagogique

Archive for the 'Critique du mois' Category

Ne lisez pas ça !

Source : http://www.allocine.fr/film/ fichefilm_gen_cfilm=144685.html

Stephen King                  Source https://fr.m.wikipedia.org/wiki/ Fichier:Stephen_King,_Comicon.jpg

Si vous avez regardé le film Ça et que vous l’avez apprécié, ne perdez pas votre temps à lire le roman de 799 pages écrit par Stephen King (en fait 1437 p. les 2 tomes). Ce roman très réputé dans le domaine de l’horreur et de l’épouvante est en réalité très en dessous des éloges qui lui sont faites.

L’histoire se déroule dans la petite ville américaine de Derry, où nous rencontrons le « Club des Ratés » composé de sept enfants : Bill, Ben, Beverly, Richie, Mike, Eddie et Stan. Nous allons les suivre durant deux périodes différentes de leur vie. En effet, King fait beaucoup de transitions entre 1957 (la période où ils sont enfants) et 1984 (une fois qu’ils sont devenus des adultes).

Durant tout le roman, nos héros vont être confrontés à une chose épouvantable nommée Ça qui prend l’apparence des peurs les plus intenses mais qui généralement apparaît sous la forme d’un abominable clown prénommé Grippe-Sou.

Cette histoire peut vous donner envie de débuter la lecture de ce roman mais un conseil : Ne lisez pas Ça ! Voici  pourquoi :

Premièrement, ce roman de King est assez volumineux et ce n’est que le tome 1. Mais la taille du livre n’est guère un prétexte pour renoncer à la lecture si l’histoire est entraînante. De fait, avec Ça, l’histoire est loin de l’être. Certains passages de l’œuvre de King sont d’un ennui à en mourir. Parfois pendant des dizaines de pages à la suite, nous avons affaire à des descriptions d’aucune utilité qui ne font aucunement avancer l’histoire. Au contraire, ça ne fait que nous endormir davantage. Je ne vous cache pas que mon envie de passer des pages était très grande !

Deuxièmement, l’histoire en elle-même est une excellente idée à mon sens mais Stephen King la fait tourner en boucle. Nous avons toujours le même scénario : la peur d’un des personnages puis, quand son histoire est terminée, on passe à un nouveau personnage avec une autre histoire, puis encore un autre… et cela nous paraît indéfiniment long. Et le peu de fois où l’histoire est intéressante, King vient littéralement casser le rythme avec un changement chronologique. Si vous ajoutez cela au premier point énuméré plus haut, vous devez vraiment avoir du temps à perdre pour vous consacrer à la lecture de ce roman !

La lecture de Ça a vraiment été pour moi une immense déception car je m’attendais à ressentir les mêmes émotions que pendant le visionnage du film. Au lieu de cela, je me suis littéralement ennuyé, à passer des pages pour que ce supplice se termine le plus tôt possible.

Stephen King est un auteur très réputé dans le domaine de l’horreur. C’est une personne qui possède des idées monstrueuses intéressantes à la base mais qui n’arrive clairement pas à les retranscrire pour en faire une histoire rythmée ET effrayante. Le seul point positif que l’on peut trouver à son œuvre est que certains passages sont à en glacer le sang, mais c’est le principe d’un roman d’horreur, donc ce n’est pas vraiment une surprise, juste quelque chose de normal.

Donc oui, vraiment : Ne lisez pas Ça !

 

 

King, StephenÇa (tome 1). Librairie Générale Française. 799 p.

King, StephenÇa (tome 2). Librairie Générale Française 638 p.

Lucas DEFACHELLES, 1ère1

posted by desfachelleslucas in Critique du mois,Monstres & Monstruosités,Présélection 2020 and have No Comments

Larmes silencieuses brisent le silence !

                Jean d’Ormesson disait :   » Est-il possible que des vies entières, que des destins uniques dépendent ainsi d’un silence ou de quelques paroles ? « 

        Cette bande dessinée qui rassemble plusieurs auteurs engagés pour les droits des femmes fait partie d’une série dédiée à cette thématique. Publiée aux éditions Des ronds dans l’O, elle est soutenue par Amnesty International. En chemin elle rencontre… réunit donc une association d’éditeurs, graphistes, artistes, femmes et hommes portés par la volonté de défendre les droits humains. L’éditrice responsable, Marie Moinard, a contacté plusieurs associations comme le Planning familial et le Groupement pour l’Abolition des Mutilations Sexuelles afin d’obtenir la meilleure diffusion possible. La série est constituée de trois albums réunissant récits, documents, poèmes, illustrations. Le premier porte sur les violences faites aux femmes, les deux derniers sont dédiés au respect des droits des femmes et l’égalité femme-homme.

Source : Collectif. En chemin elle rencontre… : les artistes se mobilisent contre la violence faite aux femmes. [Livre]. Des ronds dans l’O éditions / Amnesty international, 01-09-2009. 95 p.

J’ai été profondément bouleversée par ce si bel album dans lequel ces artistes ont laissé leurs plus belles traces. L’ensemble est illustré de graphismes différents pour chaque histoire, donnant une dynamique forte tout au long de la lecture. Nous y comprenons directement le but de cette œuvre : Dénoncer, faire réagir, libérer la parole. Tout au long de la lecture, nous découvrons le quotidien de femmes soumises, aux injonctions de la société, à leur conjoint. J’ai également aimé cet ouvrage puisque nous y comprenons que les violences faîtes aux femmes ne s’arrêtent pas seulement aux coups, c’est aussi une pression, des insultes et des reproches qui, malheureusement, perdurent avec le temps. C’est avec le cœur serré face à ces détresses que j’ai lu ce magnifique plaidoyer. Un plaidoyer m’apportant de nouvelles connaissances sur les effets néfastes de la société et de la religion sur la gent féminine, effets parfois inconnus pour moi, comme l’excision clitoridienne ! Barbarie que raconte ce passage où une jeune étrangère du nom d’Awa apprend, à l’âge de 22 ans par le biais d’un simple rendez-vous médical, qu’elle a été mutilée enfant, ce qui lui interdit tout plaisir sexuel. Cette histoire m’a bouleversée et choquée, j’ignorais l’existence de cette coutume qui est pour moi une simple excuse pour rendre les femmes dociles et soumises aux désirs de l’homme. L’auteur, Charles Masson, y dénonce la pression des idées religieuses sur la femme. Le passage marquant pour ma part était celui de sa voix empreinte de larmes :  » Avec mon intégrité, mon identité, je suis moi et je veux être entière ! « . 

L’esthétique de l’œuvre, le ton, les images utilisées donnent l’envie de continuer, d’en apprendre davantage, page après page. Parfois ces petits récits ne présentent pas de fin à proprement parler, sans doute pour pousser le lecteur à s’interroger, à se remettre en question et/ou deviner l’issue de ces tragiques événements.

J’ai adoré cette BD, je vous la conseille vivement. En plus d’être superbe et très prenante, elle est rapide et simple à lire, donc accessible à toutes et à tous ! 

Il est important de donner la parole aux larmes silencieuses, de libérer toutes ces femmes, toutes LES femmes de ce poids de la société, de celui que certains hommes peuvent nous infliger ! Parfois il ne suffit que d’une simple main tendue, d’une oreille, d’une épaule pour redonner confiance et donc sauver des vies. Le choix d’une retranscription en bande dessinée est très judicieux pour toucher un public plus large, et notamment les jeunes, et ainsi provoquer leur révolte devant de telles situations de violence inadmissibles ! 

                                                     Plus fort que la violence : votre silence !

CollectifEn chemin elle rencontre… : les artistes se mobilisent contre la violence faite aux femmesDes ronds dans l’O éditions / Amnesty international, 01-09-2009. 95 p.

Maurine DRESCHEL, 1ère1

posted by dreschelmaurine in Critique du mois,Monstres & Monstruosités,Présélection 2020 and have No Comments

A lire sang hésiter !

source : https://svgsilh.com/fr/image/41390.html

Le célèbre roman de Bram Stoker, Dracula, conte l’histoire de Jonathan Harker, jeune notaire anglais, qui rend visite au comte Dracula en Transylvanie. Mais ce dernier s’avère être une créature démoniaque qui se nourrit de sang humain. Lorsque le vampire arrive à Londres, il commence à s’en prendre à Mina, la fiancée de Jonathan. Notre héros parviendra-t-il à la protéger de ce monstre ?

Ce roman m’a agréablement surprise et c’est pourquoi je vous le recommande. Bram Stoker parvint à nous donner envie de poursuivre notre lecture au fil des chapitres. En effet, l’histoire est captivante et on se questionne du début à la fin sur le personnage de Dracula : Qui est-il vraiment ? Quel est son but ? Ses points faibles ? Tout cela fait de lui un personnage mystérieux et le rend ainsi très intéressant. Le passage durant lequel Jonathan Harker pénètre dans la chambre du vampire est pour moi l’un des plus intéressants. En effet, on est à la fois inquiet pour lui et curieux de savoir ce qu’il va trouver dans cette pièce interdite.

De plus, il est très intéressant de se rendre compte des différences et des points communs entre l’image du vampire au XIXe siècle et celle de nos jours. Tout le monde à déjà entendu parler de vampire ! Mais connaissez-vous réellement l’un des premiers vampires : Dracula ?

La présentation de l’histoire à travers les journaux intimes de différents protagonistes m’a également plu. Cela permet de nous plonger au cœur de l’intrigue car on se sent alors plus proche des héros. Qui plus est, comme nous suivons plusieurs personnages, vous en trouverez forcément un que vous apprécierez, auquel vous pourrez vous identifier, et qui vous donnera envie de lire !

source : https://pixabay.com/fr/vectors/maison-halloween-spooky-effrayant-42391/

J’ai relevé cependant un point négatif sur le développement des figures féminines du roman. En effet, celles-ci gardent un rôle très passif et je trouve cela dommage de les considérer juste comme des personnes à protéger. Cependant ce problème est davantage lié à l’époque à laquelle le roman a été écrit et tous les points positifs effacent ce « détail », c’est pourquoi je vous recommande ce livre. Alors, qu’attendez-vous pour le lire !?

Stoker, Bram. Dracula.  Flammarion, 01-08-2006. 222 p.

 

Pauline LEFEBVRE, 1ère1

posted by lefebvrepauline in Critique du mois,Monstres & Monstruosités,Présélection 2020 and have No Comments