Quels sont les métiers où l’on se sent le plus heureux ?

29 10 2013

Une récente étude a interrogé le sentiment de bonheur des français au travail.

L’étude interroge également les personnes sur les critères qui contribuent le plus au

bonheur dans le travail:

http://laqvt.fr/les-palmares-du-bonheur-au-travail-etude-viavoice-pour-le-nouvel-observateur




Devoir n°1 (2e trimestre)

21 10 2013

Explication de texte:

Quelqu’un dira peut-être : «Un sage mourant de faim ne pourra-t-il enlever sa nourriture à un autre homme complètement inutile ? Un homme de bien, pour ne pas mourir de froid, ne prendra-t-il pas, s’il le peut, son vêtement à un Phalaris, tyran cruel et monstrueusement inhumain? » Il est très facile de répondre. Si, pour ton propre avantage, tu dépouilles un homme qui n’est bon à rien, tu agis de façon inhumaine et contrairement à la loi de nature. Si cependant tu pouvais, en restant en vie, rendre de grands services à l’État et à la société humaine et si, pour cette raison, tu prenais quelque chose à un autre, il n’y aurait rien à redire. Ce cas mis à part, il faut que chacun supporte son mal plutôt que de prendre quelque chose du bien d’autrui. Ni la maladie donc, ni la pauvreté, ni quoi que ce soit de semblable n’est donc plus contraire à la nature que l’acte de s’emparer du bien d’autrui ou le sentiment de la convoitise, mais il est également contraire à la nature de déserter la cause commune, cela aussi est injuste. Ainsi la même loi de nature qui protège et concilie les intérêts des hommes, admet nettement qu’un sage, un bon citoyen courageux, dont la mort serait pour tous une grande perte, prenne pour sa subsistance l’avoir d’un être inactif et inutile, pourvu qu’agissant ainsi, il ne se laisse pas entraîner, par la trop haute opinion et l’amour excessif qu’il a de lui-même, à commettre l’injustice. Ainsi remplira-t-il sa fonction d’homme travaillant pour le bien commun et la société que je rappelle si souvent.

 

Ciceron, Les devoirs, Livre III

Consignes:

1) Problématisation: Afin de problématiser le texte se servir de la distinction suivante:

a) Droit positif: droit écrit en vigueur dans une société donnée (correspond à ce qui est légal)

b) Droit naturel: droit supérieur au droit positif correspondant à un idéal de justice, à une loi morale universelle (correspond à ce qui est légitime). Ce droit provient de la nature, de Dieu ou de la raison humaine universelle.

2) Discussion:

Comparer la vision de la nature chez Cicéron à celle de Freud. Peut-on établir un droit

naturel à partir de la conception de la nature chez Freud ?

Remise des copies: 

TS: Lundi 02 décembre.

TES: Jeudi 05 décembre.

 




Rentrée des vacances de la Toussaint

15 10 2013

Avoir lors du premier cours pour la correction du devoir, un exemplaire de l’extrait

du texte de Diderot.




Remarques devoir n°2

15 10 2013

J’ai corrigé déjà plusieurs devoirs n° 2 – explication de texte.

Les défauts:

1) La méthode n’est pas toujours bien suivie, en particulier dans l’introduction.

L’annonce de plan est souvent insuffisante: a) découpez les texte en parties, b) précisez

les n° de ligne c) annoncez ce qui va être vu dans la seconde partie liée à la discussion du

texte.

2) L’explication du texte:

a) elle est linéaire et part de la citation précise de passages du texte

b) toutes les notions importantes utilisées par l’auteur doivent être définies en contexte.

c) vous devez expliquer toutes les expressions de l’auteur. C’est un travail minutieux.

Il faut donc prendre en compte toutes les thématiques abordées par l’auteur dans son

texte.

3) La discussion (ou commentaire):

a) vous devez essayer de discuter l’ensemble des aspects du texte

b) vous devez ne pas vous contenter d’une référence superficielle aux auteurs, mais

restituer leur argumentation.

Pensez qu’il s’agit d’une épreuve de 4h et non pas de 2h.




A l’attention des TES1

15 10 2013

J’ai eu l’information tardivement d’une formation à laquelle je dois participer

concernant l’accueil des élèves déficients visuels.

La formation a lieu jeudi matin le 17 Octobre.

Par conséquent, le devoir pour les TES1 devra être rendu le vendredi 18 Octobre.




Devoir N°3: L’art doit-il être engagé ? (Premier trimestre)

8 10 2013

Dissertation à rendre pour:

– les TS 1 et TS3: lundi 4 novembre

– les TES1 et TES2:  jeudi 7 novembre.

Outre ce qui aura été vu en classe et les cours figurant sur le blog, vous pouvez également vous aider des textes suivant:

– Platon: L’interdiction de la poésie dans la Cité idéale (in La République) :

http://www.alafoliesophie.com/anthologie%20art/art%20Platon%201.html

– Kant: Le jugement de goût suppose un jugement désintéressé (in Critique de la faculté de juger):

http://www.alafoliesophie.com/anthologie%20art/art%20Kant%201.html

– André Breton et Diego Rivera, Pour un art révolutionnaire indépendant:

http://s1.e-monsite.com/2010/06/11/76925279art-revo-pdf.pdf

– Benjamin Peret, Le déshonneur des poètes:

http://www.benjamin-peret.org/extraits-de-loeuvre/13/61-le-deshonneur-des-poetes.html

 




L’argent fait-il le bonheur ?

7 10 2013

Une video dans laquelle le philosophe Vincent Cespedes donne son point de vue sur

la question lors d’une émission sur I Télé:

http://www.youtube.com/watch?v=BYV_rBKCWxI




Pour réfléchir à l’école:

7 10 2013

La réussite scolaire s’obtient-elle par la compétition ou grâce au désir d’apprendre des élèves ?

Deux pays se trouvent entête des classements internationaux de la réussite des élèves en matière de culture mathématique, de capacités de lecture et de compréhension, et de culture scientifique:  la Corée du Sud et la Finlande.

Mais ces deux pays ont fait des choix radicalement différents dans leur méthode pour faire réussir les élèves:

– La Corée mise sur la compétition et  les cours particuliers:

Une video sur le système coréen: http://www.youtube.com/watch?v=Kn4HRDBSuTw

– La Finlande a un système qui repose peu sur le classement des élèves et qui s’appuie sur le désir d’apprendre des élèves:

Video sur le système finlandais: http://www.youtube.com/watch?v=hcNNS3Ug3-k




Correction: Peut-on réaliser son désir d’être heureux ?

3 10 2013

Correction : Peut-on réaliser son désir d’être heureux ?

 

Exemple de dissertation rédigée à la demande d’élèves :

Il s’agit d’une version basique correspondant au minimum à ce que l’on peut attendre. Il est en effet possible d’étoffer le développement.

NB: Désolée, mais il y a des problèmes techniques que je ne parviens pas à bien gérer

dans l’alignement entre les deux colonnes. Celles-ci se trouvent donc décalées.

 

Méthodologie Devoir
IntroductionAccroche :

 

Citation du sujet :

 

Analyse des notions :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Annonce de plan :

Lorsque l’on regarde les couvertures de magazine, il est possible de constater que la recherche du bonheur semble être une aspiration bien partagée. Néanmoins, il est possible de se demander : « Peut-on réaliser son désir d’être heureux ? »

Le désir est une tendance qui nous pousse vers une fin consciente. Le bonheur peut apparaître comme la fin idéale qui réaliserait tous nos désirs. Le bonheur peut en effet être défini comme un idéal de plénitude complète, à la fois physique et morale. Mais si le bonheur est un idéal, cela signifie qu’il n’est pas réalisé. Réaliser, c’est rendre réel. On peut donc être conduit ainsi à formuler le problème philosophique suivant : Le désir de bonheur peut-il être réalisable ou est-ce un idéal impossible à atteindre ? Le terme « peut-on » nous conduit à nous interroger non seulement sur l’impossibilité physique, mais également sur la légitimité de la réalisation d’un tel désir.

Nous examinerons tout d’abord la thèse selon laquelle le désir de bonheur peut être réalisé. Dans un second temps, nous serons conduit à présenter des arguments sur le caractère illusoire de l’idéal de bonheur. Enfin, dans une troisième partie, nous nous interrogerons sur le sens optimiste que nous pouvons donner à notre existence en dépit de cela.

Première partieChapeau :

 

 

Argument personnel :

 

 

 

 

Auteur et son argumentation :

 

 

 

 

 

 

 

 

Exemple :

 

 

 

 

Transition :

Tout d’abord, nous allons examiner la thèse présupposée par le sujet, à savoir que le bonheur peut être réalisé.

Le bonheur renvoi subjectivement à un état agréable, plaisant. Il semble donc évident d’identifier bonheur et plaisir. Être heureux, ce serait éprouver du plaisir. En tant qu’être sensible, je suis capable d’éprouver du plaisir. Par conséquent, si je parviens à éviter les sensations de souffrance, je pourrai être heureux.

Cette thèse se trouve défendue par le philosophie Épicure dans sa lettre à son disciple Ménécée. En effet, ce philosophe considère que l’être humain est tout d’abord un être sensible et que par conséquent le bonheur réside dans le plaisir. Le bonheur nous dit Épicure est facile à atteindre. Il s’agit d’agir avec sagesse en repoussant les désirs inutiles et sans limites. C’est eux qui rendent le bonheur inatteignable. A l’inverse, il suffit de savoir se contenter des plaisirs naturels et nécessaires. Ce sont ceux qui sont utiles à la santé du corps et à l’âme. C’est ainsi qu’il est possible d’atteindre une félicité complète.

Cette philosophie de vie peut rappeler aujourd’hui, celle de ceux qui prônent la simplicité volontaire. Il s’agit de personnes qui vivent en essayant de limiter leur consommation et donc les désirs liés à la société de consommation. Ce sont des personnes en recherche d’une vie authentique, plus naturelle selon eux.

Néanmoins, il est possible de se demander si une telle thèse ne soulève pas des objections. C’est ce que nous allons examiner dans une seconde partie.

Deuxième partie :Chapeau :

 

Argument personnel :

 

 

 

 

 

 

Argument auteur :

 

 

 

 

 

 

 

 

Exemple :

 

 

 

 

 

 

Transition :

Nous allons nous demander s’il n’est pas possible de concevoir le bonheur comme une illusion, un idéal impossible à atteindre.

 

Si l’on identifie le bonheur au plaisir, il est possible de penser que le bonheur n’est pas atteignable. En effet, le plaisir est une sensation éphémère. Or le bonheur semble pour pouvoir être complet devoir durer sans fin. Il est en outre possible de se demander s’il n’y a pas une contradiction entre désir et bonheur. En effet, si le bonheur est l’effet d’un désir, alors on peut être conduit à se dire qu’une fois un désir satisfait, il fera naître d’autres désirs.

Le philosophe Kant, dans Les fondements de la métaphysique des mœurs, va encore plus loin dans sa critique du bonheur comme finalité de la vie terrestre. En effet, il remarque que nous n’avons pas nous même une idée claire de ce qui nous rendrait heureux. Le bonheur semble n’être qu’un idéal de l’imagination et non pas de la raison. Personne n’a réussi à produire une définition objective du bonheur qui provoquerait l’accord de tous. Par conséquent, la recherche du bonheur ne lui semble pas être la finalité que peut assigner à son existence terrestre un être humain.

Il est ainsi possible de constater que les êtres humains ont identifié la recherche du bonheur avec des projets de vie très divers. Certains font de l’argent et de la richesse la finalité de leur existence. D’autres au contraire recherchent un bonheur authentique dans le détachement des biens matériels. Certains recherchent le bonheur dans l’innocence de l’ignorance, d’autres dans le savoir….

Néanmoins, si l’idéal de bonheur terrestre n’est-il qu’une illusion, cela signifie -t-il pour autant que nous soyons conduit à nous tourner nécessairement vers une vision pessimiste de l’existence humaine ?

Troisième partie :Chapeau :

 

 

 

Arguments personnels :

 

 

 

 

 

 

Arguments auteurs :

 

 

 

 

 

 

 

Exemple :

S’il n’est pas possible d’atteindre un état idéal que serait le bonheur, peut-être est-il néanmoins possible de parvenir à une joie non pas dans la réalisation de son désir, mais dans l’activité même qui nous conduit à le réaliser.

 

En effet, mon activité n’a pas qu’une valeur du point de vue de son résultat. Ce n’est peut être pas tant d’atteindre son but que le mouvement de transformation de soi que suppose la recherche de son accomplissement. En essayant d’atteindre un but, nous pouvons développer nos facultés et ce mouvement peut provoquer en nous l’exaltation de la joie.

Le philosophe Nietzsche ne fait pas de l’idéal de bonheur entendu comme état stable de plaisir la finalité de l’existence. En effet, se contenter d’éprouver du plaisir, c’est possible en étant passif. Pour sa part, il valorise l’activité qui conduit à la création de soi. Il écrit ainsi : « Deviens qui tu es ». Cela signifie suit le mouvement de ton désir afin de réaliser un accomplissement de soi. Cela ne signifie pas pour autant pour lui, céder à ses plus bas instincts. S’il ne s’agit pas de tuer ses désirs, il s’agit cependant de « spiritualiser les passions » comme il l’écrit dans Le crépuscule des idoles.

Ce mouvement que nous décrit Nietzsche, il est possible sans doute de le retrouver dans la mode d’existence de toutes les personnes qui s’appuient sur leur passion pour développer leurs potentialités. Il est possible de penser que c’est le mouvement qui anime la vie des sportifs de haut niveau, des scientifiques, des artistes….

Conclusion :

Nous avons examiné tout d’abord la thèse selon laquelle il est possible de réaliser son désir de bonheur en s’appuyant sur le plaisir. Néanmoins, nous avons été conduit à émettre des objections concernant une telle aspiration. Nous avons été ainsi amené à admettre que le bonheur pouvait n’être qu’un idéal illusoire. Pour autant, une telle position ne nous réduit pas au pessimisme. Elle nous a amené à placer le sens de notre existence non pas dans une fin idéale, mais dans le mouvement d’une vie qui cherche en réalisant ses désirs à devenir meilleurs. En définitif plutôt que pour un état idéal de plaisir, nous optons pour une vie intéressante.




Structure de l’explication de texte

1 10 2013

Introduction:

§1 – Présentation de l’extrait: auteur + titre de l’oeuvre

§2- Thème de l’extrait, thèse de l’auteur,

problème philosophique (construit en opposant la thèse de l’auteur et une thèse

de l’opinion commune ou philosophique opposée)

§3- Annonce de plan:

1 – Explication: Mouvement du texte découpé en deux ou trois parties

(avec les numéros de ligne)

2- Commentaire: Thèse opposée à celle de l’auteur permettant de discuter la position

de l’auteur

 

Développement:

Première partie: Explication linéaire du texte

Chapeau: thèse de l’auteur.

Chaque paragraphe correspond à une partie du texte de l’auteur.

Partir de citations précises du texte qui doivent être expliquées.

Expliquer c’est:

a) Définir les notions importantes en contexte

b) dire pourquoi l’auteur dit cela. C’est-à-dire reconstruire l’argumentation qui

permettrait de justifier son affirmation.

 

Transition: annoncez que vous allez discuter la thèse de l’auteur.

 

Deuxième partie: Discussion de la thèse de l’auteur.

Chapeau: énoncez l’antithèse à la thèse de l’auteur.

Premier paragraphe: position d’un philosophe opposé à l’auteur de l’extrait

Deuxième paragraphe: position d’un philosophe opposé à l’auteur de l’extrait.

 

Conclusion: votre position argumentée en faveur de l’une ou de l’autre

de ces positions, ou les avantages et les limites de chaque positions.