Commémoration du vendredi 15 octobre à 10 h 00

Citation

Nous sommes réuni.e.s aujourd’hui

pour commémorer un bien triste anniversaire,

celui de l’assassinat de Samuel PATY,

enseignant d’histoire-géographie,

décédé le vendredi 16 octobre 2020

à sa sortie du collège.

Il a été exécuté par un terroriste,

suite à une dénonciation mensongère,

pour avoir seulement exercé son métier.

La minute de silence qui va suivre

tout comme la lecture qui va nous être faite

d’un couplet d’une chanson de Jean-Jacques GOLDMAN

intitulée « Il changeait la vie »

extraite de l’album « Entre gris clair et gris foncé »

datant de 1987

peuvent nous aider à rendre hommage

à la fonction professorale…

Pour que jamais un tel acte barbare ne se reproduise !

[Silence…]

C’était un professeur, un simple professeur
Qui pensait que savoir était un grand trésor

Que tous les moins que rien n’avaient pour s’en sortir
Que l’école et le droit qu’a chacun de s’instruire

Il y mettait du temps, du talent et du cœur
Ainsi passait sa vie au milieu de nos heures

Et loin des beaux discours, des grandes théories
À sa tâche chaque jour, on pouvait dire de lui

Il changeait la vie…

Pour poursuivre notre réflexion sur la fonction même de l’acte d’enseigner, nous vous proposons un poème de Victor HUGO tiré du recueil Les Quatre Vents de l’esprit (1881). Dans ce texte rédigé à l’issue de la visite d’un bagne (= prison), le poète et le citoyen célèbrent l’instruction, l’éducation qui prévient la délinquance, celle qui soigne, celle qui libère, celle qui est indispensable au développement de l’Homme et d’un pays.

Chaque enfant qu’on enseigne est un homme qu’on gagne(…).
Tout homme ouvrant un livre y trouve une aile, et peut
Planer là-haut où l’âme en liberté se meut.
L’école est sanctuaire autant que la chapelle.
L’alphabet que l’enfant avec son doigt épelle
Contient sous chaque lettre une vertu ; le cœur
S’éclaire doucement à cette humble lueur.
Donc au petit enfant donnez le petit livre.
Marchez, la lampe en main, pour qu’il puisse vous suivre.
La nuit produit l’erreur et l’erreur l’attentat.
Faute d’enseignement, on jette dans l’état
Des hommes animaux, têtes inachevées,
Tristes instincts qui vont les prunelles crevées,
Aveugles effrayants, au regard sépulcral,
Qui marchent à tâtons dans le monde moral.
Allumons les esprits, c’est notre loi première(…)
Songeons-y bien, l’école en or change le cuivre,
Tandis que l’ignorance en plomb transforme l’or.

L’automne se mobilise contre les cancers

C’est désormais une (bonne) habitude… Une fois la rentrée scolaire passée, on se mobilise contre les cancers en septembre et octobre. Que ce soit pour lutter contre les cancers pédiatriques « Septembre en or » ou que ce soit pour sensibiliser contre les cancers féminins  » Octobre rose « , la période est l’occasion pour notre rédaction de mettre en avant associations et livres !

Le cancer, une maladie qui fait peur et qui inquiète. Chacun.e peut être touché.e quel que soit son âge. C’est pourquoi la prévention et l’information sont indispensables pour limiter les risques d’en être atteint.e et permettre d’en guérir… grâce à la recherche médicale.

Septembre en or

Partout en France des initiatives et des actions de communication sont réalisées pour sensibiliser aux cancers de l’enfant et de l’adolescent. À Lyon, en partenariat avec le Centre Léon Bérard et plus particulièrement l’Institut d’Hématologie et d’Oncologie Pédiatrique (IHOPe) et l‘Établissement Français du Sang, une association étudiante se mobilise pour redonner le sourire aux jeunes malades : Give Hope. Elle organise des événements pour les petits patients et récolte un maximum de fonds afin d’améliorer leur quotidien et de permettre à l’IHOP de poursuivre ses recherches médicales. Si cette cause vous tient à coeur, vous pouvez les soutenir en suivant ce lien.

Envolée de ballons dans le ciel parisien… @Photo personnelle de MagRR

Octobre rose

D’après l’encyclopédie Wikipédia, Octobre rose est une campagne annuelle de communication destinée à sensibiliser au dépistage du cancer du sein et à récolter des fonds pour la recherche. Le symbole de cet évènement est le ruban rose. Son équivalent anglo-saxon est le National Breast Cancer Awareness Month (« Mois National de la Sensibilisation au Cancer du Sein »). Organisée chaque mois d’octobre, cette campagne a pour but d’accroître la sensibilisation à la maladie et de recueillir des fonds pour la recherche. Elle a été instaurée en 1985.

Oscar et la dame rose : une même couleur, un même thème

Ce roman d’Éric-Emmanuel SCHMITT, paru en 2002, a été adapté au théâtre par l’auteur en 2003, puis au cinéma en 2009. Il raconte les derniers jours à l’hôpital d’Oscar à qui il ne reste que très peu de temps à vivre. Ni la chimiothérapie, ni la greffe de moelle osseuse n’ont pu le guérir de son cancer du sang. Tous les adultes qui l’entourent, soignants et accompagnants, sont désolés de cet échec. Seule « Mamie Rose », une vieille dame à la blouse rose qui rend visite aux enfants pour les soutenir dans l’épreuve de la maladie, ne s’apitoie pas sur le sort d’Oscar. Elle lui propose même d’écrire à Dieu chaque jour qu’il lui reste. Douze jours, douze lettres  qui vont tout changer pour lui ! Cette ancienne catcheuse nommée l’Étrangleuse du Languedoc va permettre à Oscar de finir sa vie en beauté et d’en connaître toutes les étapes…  en accéléré ! Une sacrée leçon et un cocktail d’émotions positives !

Le début de cet ouvrage a été présenté et lu lors de la première séance « officielle » du Club des Ambassadeurs de ce mardi 5 octobre… Il a été l’objet également du Calumet de la page dans l’émission Le Local de l’étape enregistrée et diffusée le soir même sur Crock radio…

Prix Alizé 2021 catégorie 6e / 5e

C’est le roman historique écrit par Régis Delpuech, inspiré d’une histoire vraie, qui remporte la victoire : L’enfant d’Oradour. C’est d’ailleurs le premier choix de la classe de 6e 6 et de la nôtre (6e 1).

Il compte le plus de suffrages dans les classes participantes des six collèges de l’agglomération viennoise.

Le prix du jury revient à Celle du milieu, un roman de Kirsty Applebaum.

La sélection en vue du prix Alizé comptait en 2020-2021 sept livres dont cinq romans, un album et une bande dessinée. Ce prix littéraire est organisé en partenariat avec la Médiathèque Le Trente et les Centres de Documentation et d’Information des établissements secondaires concernés.

Marie Tudor au temps de « Bloody Mary »

Alors que les théâtres sont encore fermés au public, certains spectacles sont néanmoins créés et joués devant des personnes invitées – en nombre très restreint -, appartenant au monde de la culture, de l’éducation ou des médias…  C’est en tant que journaliste jeune que j’ai eu la chance d’assister à la deuxième représentation de la pièce intitulée Marie Tudor, de Victor Hugo. Adaptée et mise en scène par Michel Belletante, directeur du Théâtre François Ponsard de Vienne, cette production aurait dû permettre à tous les élèves de 3ème  de notre collège de l’Isle de participer à un spectacle vivant…

Au vu des conditions sanitaires actuelles et de la fermeture de tous les lieux culturels depuis novembre 2020, les représentations prévues ont toutes été annulées. Mais la création de cette pièce a néanmoins été menée à bien selon le calendrier initialement prévu : cette première semaine de mai. C’est pourquoi toute l’équipe du Théâtre François Ponsard et la troupe de comédien.ne.s Théâtre et Compagnie organisent quatre représentations en matinée entre le 04 et le 07 mai inclus, à destination de la presse et des personnes travaillant dans le secteur du spectacle vivant.

J’ai assisté à la représentation du mercredi 05 mai, la deuxième édition après la Première de la veille… À 14 h 30, horaire très inhabituel, j’ai pu entrer dans le splendide Théâtre à l’italienne de Vienne, lieu que je découvrais pour la première fois ! Le fait qu’il ne soit pas trop grand offre une ambiance plutôt intimiste et paisible. Il faut dire aussi que nous n’étions pas plus d’une trentaine -distanciation sociale oblige – dans une salle qui peut contenir au moins dix fois plus de spectateurs…

Dès que la lumière s’éteint, on est transporté au 16ème siècle, dans un décor et une atmosphère très sombres au début. Même les comédiens -rencontrés à la fin du spectacle- le disent ! Plus les scènes passent et plus nous pouvons découvrir le décor, plutôt minimaliste bien que les jeux de projection, de lumières et de fermetures et ouvertures des voilages soient époustouflants. En effet, des rideaux blancs translucides, ainsi qu’un fond clair, permettent de projeter différents décors, associés à des effets sonores et musicaux. Nous avons l’impression de voir évoluer les comédiens par une fenêtre, par une porte ou bien derrière les terribles murs de la Tour de Londres…

Les costumes sont aussi magnifiques. Qu’il s’agisse de ceux de la reine Marie Tudor ou de ceux de Jane, de grandes robes imposantes, plutôt volumineuses, aux couleurs claires ou vives… ou qu’on fasse référence aux costumes des Lords qui sont beaucoup plus sobres dans la teinte mais riches de détails brodés et confectionnés dans des tissus nobles, le travail des douze élèves costumières a été remarquable. Cette petite promotion -comme on peut le lire dans un article du Monde paru en mars 2021- est en deuxième année de préparation du diplôme national des métiers d’art et du design au lycée La Martinière-Diderot de Lyon, établissement ouvert depuis 2006. On comprend que la presse régionale et nationale ait souligné l’excellence de ce partenariat.  Tout est réuni pour offrir une expérience dramatique magistrale et une immersion dans le règne de Mary Tudor.

Journalisme d’investigation après spectacle théâtral !
Steeve B. et Arthur P. sur scène…
@MagRR

Je voulais remercier le metteur en scène Michel Belletante et les comédiens – notamment Steeve Brunet, rencontré lors de la résidence radio conduite au collège en 2019-2020-2021- qui m’a permis d’accéder au plateau et même de jeter un œil rapide aux coulisses après la représentation… Merci à eux d’avoir accepté de répondre à mes questions à propos du spectacle. 

Je suis ravi à l’idée de revoir cette pièce, en famille et entre amis cette fois… Je vous donne rendez-vous lors de la première semaine d’octobre 2021, pour des représentations enfin ouvertes au grand public, si les conditions le permettent. To be continued… And…

God save the Queen !

George Floyd : son assassin face à la justice

Vous souvenez-vous de cet Afro-américain, George Floyd, tué par un policier à Minneapolis, le 25 mai 2020 ? Sa mort par étouffement avait déclenché une vague de révolte aux États-Unis et dans le monde entier, concernant les violences policières.

La vidéo montrant George Floyd retenu au sol par la pression du genou d’un policier sur sa gorge, pendant près de 9 minutes, a fait le tour du monde. Derek Chauvin est accusé de meurtre pour cet acte de violence et son procès a débuté le 8 avril 2021. Poursuivi pour homicide volontaire, ce policier et son procès très médiatique, sont le triste symbole des violences policières et du racisme vis-à-vis de la communauté noire, d’où le mouvement de contestation « Black lives mater » qui signifie que la vie des Noirs compte aussi !

Etats-Unis : George Floyd, mort étouffé après avoir été ...

image de violen

Je vous propose des extraits d’articles parus dans la presse en ligne qui retracent les étapes et les enjeux de la mort de George Floyd :

Un verdict très attendu, comme l’indiquait l’hebdomadaire LE POINT dans son édition du 24 avril 2021 :

« L’annonce de la sentence est prévue à 13 h 30 locales, 20 h 30 en France. Le policier américain reconnu coupable mardi 20 avril du meurtre de George Floyd connaîtra sa peine le 16 juin, selon un document rendu public vendredi 23 avril par la justice du Minnesota. Derek Chauvin encourt douze ans et demi de prison. Cependant, sa peine pourrait être rallongée si le magistrat conclut à l’existence de circonstances aggravantes. »

En tant qu’amateur de basket, j’ai particulièrement été attentif à l’article (traduit !) du Huffpost qui revient sur les réactions du monde sportif à l’issue du verdict :

« Les mondes de la culture et du sport se lèvent aux États-Unis pour saluer la condamnation de Derek Chauvin ce mercredi 21 avril. Adam Silver, le patron de la NBA, l’association professionnelle de basket aux États-Unis, a salué le verdict reconnaissant le policier Derek Chauvin coupable du meurtre de George Floyd. De nombreuses célébrités d’Hollywood ont également fait part de leur satisfaction face à cette annonce. Dans un communiqué commun avec Michele Roberts, le directeur de l’Association des joueurs de basket, le patron de la NBA a promis que son organisation poursuivrait sa campagne en faveur de réformes dans la justice et la police aux États-Unis. Le meurtre de George Floyd a été un point de rupture dans la façon avec laquelle nous considérons les problèmes de race et de justice dans notre pays, et nous sommes heureux de voir que la justice semble avoir été rendue”, ont déclaré les deux hommes. »

Sinon, qui était vraiment George Floyd ?

George Floyd n’avait que trois ans quand sa mère a quitté la Caroline du Nord, où sa famille était installée depuis des générations, pour Houston. Ses faibles revenus ne lui ont permis de s’installer que dans le Third Ward, un des quartiers les plus pauvres de la ville texane. À cette époque, les habitants sont majoritairement noirs et la plupart vivent sous le seuil de pauvreté. Selon sa famille, « Big Floyd » était « un gentil géant ». De ceux « qui n’utilisent pas leur stature pour intimider ou prendre plus de place » (il mesurait 1m 98). « C’était un farceur, toujours en train de rire et de faire des blagues », raconte un camarade de lycée. Dans sa jeunesse, George Floyd a excellé dans le football américain et le basketball, qu’il pratiquait avec un de ses amis de longue date, devenue une star de la NBA, Stephen Jackson. Pourtant, en 2009, il a été condamné à cinq ans de prison à Houston pour un cambriolage à main armée. C’est pour tout reprendre à 0 qu’il part pour Minneapolis.

Pour la spécialiste des Etats-Unis Charlotte Recoquillon, même si Derek Chauvin a été reconnu coupable du meurtre de George Floyd, ce verdict « ne résout pas le problème des violences policières »

Où sont les fans ?

L’artiste suisse Patrick JUVET, qualifié d’icône du DISCO, est décédé ce jeudi 1er avril, à Barcelone. Il venait d’avoir 70 ans. Une des ses chansons parmi les plus célèbres reste : Où sont les femmes ? Les jeunes que nous sommes ne le connaissions pas mais ce n’est pas forcément le cas de nos parents ou grands-parents… Alors, sans blague, posez la question autour de vous pour trouver d’éventuels fans… de cette personnalité très célèbre à la fin des années 1970 et durant toute la période où la « dance » veut rivaliser avec le rock !

Patrick Juvet
Crédits @fr.wikipedia.org

Exercice de style… journalistique !

En cette 32e Semaine de la Presse et des Médias dans l’Ecole, en plein printemps des poètes, notre équipe de journalistes jeunes s’est risquée à un exercice de création poétique : des acrostiches sur le thème des médias…

 

Pour rédiger un bon « papier », il faut

Rassembler des faits avérés, des infos vérifiées,

Et y ajouter une touche d’humour

Sans laquelle le lecteur risquerait de zapper sur BFM TV

Suprême erreur d’aiguillage pour public peu sage

En quête de sensations fortes et de buzz tout court !

 

Même pas peur de chasser les infox

Énorme défi dans ce monde de rumeurs

Dommage que beaucoup se laissent piéger

Insensés pourtant le mensonge et la méconnaissance

Alors qu’il suffit de réfléchir un peu pour

S’assurer de sources vérifiées…

Bref, vous l’aurez compris, même les jeunes sont capables de muscler leur esprit et d’appliquer au quotidien la recette infaillible pour traquer les fake news : les 5 W qui dégomment les rumeurs à coups de QUI (Who ?), QUOI (What ?), OÙ (Where ?), QUAND (When ?), POURQUOI (Why ?) Understood ?

 

 

Le salon de l’agriculture s’invite chez vous

Malheureusement le salon de l’agriculture qui devait ouvrir ses portes du samedi 27 février 2021 au dimanche 7 mars 2021 est reporté en 2022.

C’est avec un désespoir certain que les agriculteurs ont vu le salon de l’agriculture reporté à des temps meilleurs en 2022 ! Après des mois d’attente, la crise sanitaire a eu raison une nouvelle fois de la formation de la plus grande ferme éphémère de France. Heureusement, les médias locaux, dont le Dauphiné Libéré dans ses éditions iséroises, a choisi de mettre à l’honneur des femmes et des hommes de notre terroir durant toute la durée initialement prévue du Salon de l’agriculture.

Quel est le rôle du Salon de l’agriculture, si ce n’est de mettre en avant les producteurs nationaux de la première puissance agricole européenne ? En effet, ces chers agriculteurs se battent au quotidien pour proposer aux consommateurs que nous sommes des produits qui ne traversent pas le mer en bateau ni en avion. Ils défendent une agriculture locale et durable et des produit bons et à un coût abordable. Cela vaut bien un « éclairage » une fois par an des arboriculteurs, céréaliers, éleveurs, maraîchers et autres vignerons… qui constituent la nouvelle paysannerie du 21e siècle.

Visite du président Emmanuel Macron en Côte-d’Or début mars 2021.

Exercice imposé pour chaque Président de la République : la visite au Salon de l’Agriculture. En lieu et place, en 2021, le Chef de l’État a rendu visite à plusieurs producteurs dans le département de la Côte-d’Or et a rediscuté de la rémunération des agriculteurs en affirmant qu’ils « doivent être payés au juste prix ».

Dans la mesure du possible, nous pouvons aussi soutenir les agriculteurs français en nous fournissant localement et en privilégiant les circuits courts, les marchés, les ventes en coopérative, dans les Amap, directement à la ferme… Mieux manger, c’est aussi se procurer de meilleurs produits, plus frais, moins transformés et de les cuisiner nous-mêmes. Un mouvement doublement gagnant pour l’agriculteur et pour notre porte-monnaie.

Il est indispensable de revenir le plus souvent aux produits de saison et ne pas se laisser tenter par des fruits ou légumes qui ont traversé la planète. On peut aussi soutenir les agriculteurs qui travaillent dur pour nous nourrir en les encourageant à développer des méthodes de production plus respectueuses de l’environnement et donc de leur santé… et de la nôtre ! Bref, manger à la cuisine ou au salon ;-) mais manger local !

Votre journaliste jeune, fils de producteur bovin !

Aston Martin revient à fond la caisse !

Après l’échec en Formule 1 de l’écurie Aston Martin en 1959 et une poursuite en rallyes jusqu’à ces dernières années, ce constructeur britannique revient pour redorer son blason en grands prix.

C’est avec une soif de gagner un titre de champion du monde que le propriétaire de Racing Point, Lawrence Stroll, a racheté la firme Aston Martin au point de lui substituer le nom de l’écurie. Ainsi est ressuscitée «Aston Martin F1 team».

Ufficiale Aston Martin torna in F1 @

La voiture photographiée ci-dessus serait le nouveau véhicule de Formule 1 de l’écurie Aston Martin. À ce jour, tout ceci n’est encore que simple spéculation.

Avec un moteur Mercedes V6 turbo hybride, ce modèle pourrait concurrencer les meilleurs. Les pneus que la livrée portera seront de conception Pirelli. Pour l’instant, l’origine du châssis est inconnue.

L’équipe Aston Martin F1 team comptera dans ses rangs l’Allemand Sébastian Vettel, courant jusqu’alors pour Ferrari mais aussi le pilote canadien Lance Stroll, qui était auparavant dans l’écurie Racing Point, donc déjà dans la place !

On peut espérer qu’Aston Martin connaîtra un départ à fond la caisse ! Sachant justement que gagner en Formule 1 vaut un sacré prix !