Epidémies : des fléaux pas nouveaux !

Le coronavirus n’est pas la première épidémie de l’Histoire. Plusieurs fois par le passé la maladie a frappé le monde entier et malheureusement la médecine n’était pas aussi performante qu’aujourd’hui.

Quand ont eu lieu les premières épidémies ?

Elles ont eu lieu probablement au moment où l’Homme se sédentarise vers -9 000.

Sédentarisation = transmission ?

Malheureusement oui. Quand ils étaient nomades les Hommes se déplaçaient en petits groupes donc les maladies avaient du mal à se transmettre aux autres peuplades. Depuis que nous sommes sédentaires,  nous sommes plus proches des animaux, ce qui a pour effet d’augmenter considérablement le passage de la maladie de l’animal à l’Homme. La construction de villages et de villes a également facilité la transmission de virus car elle a créé des concentrations physiques de personnes.

Les premières trace écrites

Tant que l’écriture n’existait pas, il était impossible d’avoir des preuves. Eh oui, c’est grâce à elle que l’on peut connaître toute l’histoire des pandémies. La première épidémie, d’après d’anciens manuscrits, est la peste d’Athènes qui a eu lieu au Ve siècle avant J-C.

La peste d’Athènes

De -430 à -426, cette maladie inconnue fit entre 60 000 et 80 000 morts. Comme la covid-19, ce serait une pandémie (une épidémie qui s’étend sur plusieurs pays).

La peste antonine

La première pandémie de variole (aussi appelée petite vérole) tua plusieurs millions de personnes durant son passage de 25 ans (165-190). Elle doit son nom à l’empereur Marc Aurèle dont le cognomen (surnom) est Antoninus. Elle a été éradiquée en 1977.

La peste de Justinien

Encore une pandémie qui, de 541 à 750, causa plusieurs dizaines de millions de morts. La faute revient entièrement à la peste bubonique. La bactérie responsable de la peste se transmet par les puces des rats mais c’est évidemment ignoré au Moyen-Âge…

Le mal des ardents

Cette fois-ci nous avons affaire à une épidémie (maladie qui s’étend sur une zone plus limitée, dans un pays mais pas au-delà…) d’ergotisme qui durant 900 ans (de l’an 1000 au XXe siècle) tua plusieurs millions de personnes. L’ergotisme est une maladie affectant l’Homme qui résulte d’une intoxication par ingestion d’ergot de seigle (champignon présent dans le seigle pour faire du pain).

La peste noire

La peste bubonique revint à la charge en Europe et fit des ravages. Plusieurs dizaines de millions  de personnes moururent entre 1347 et 1352.

L’arrivée de nouvelles maladies en Amérique

L’arrivée des conquistadors aux XVe et XVIe siècles dans le Nouveau Monde fut à l’origine de nombreuses maladies transmises aux peuples autochtones. Citons la variole, la rougeole, la syphilis, la fièvre jaune, le paludisme…

Le choléra

Cette maladie qui sévit toujours a déjà occasionné 3 millions de morts depuis 1817.

La grippe espagnole

Eh oui ! Il s’agit de la grippe la plus meurtrière du XXème siècle. De 1918 à 1920, elle a causé plusieurs dizaines de millions de décès.

Le sida

Depuis 1981,  le Syndrome d’Immuno-Déficience Acquise circule toujours et pas seulement parmi les personnes homosexuelles.

La covid-19

Depuis le 31/12/2019, cette souche du coronavirus (Sars-CoV2) a atteint 56 368 586 personnes (au 19/11/2020) dans le monde et occasionné 1 350 713 décès…

Au fil des siècles, tous ces virus et toutes ces bactéries ont eu pour effet de diminuer la population, pour la réguler ? Les Hommes sont pourtant deux fois plus nombreux sur Terre qu’avant toutes ces pandémies successives…

Source : Histoire junior n°99 Les grandes épidémies de l’Histoire

La Science s’invite chez vous !

À partir d’aujourd’hui 2 Octobre la Fête de la Science commence ! Mais, la fête de la science, qu’est-ce donc ?

La fête de la science c’est une fête entièrement consacrée à la science, aux nouvelles technologies, à l’astronomie…

Fondée en 1992 à l’occasion du 10ème anniversaire de la création des jardins du Ministère.

Fête de la Science 2020 : à la rencontre des chercheurs et chercheuses de l'Université Savoie Mont Blanc - Université Savoie Mont Blanc - Formation - Recherche

Elle se passera partout en France ! Mais le programme de cette année sera quelque peu différent de d’habitude.

En raison des conditions sanitaires, les projets ont dû être repensés pour être conformes à la distanciation sociale et au port du masque généralisé. Par exemple certains « villages des sciences » ont même été entièrement numérisés.

        Voici les 7 différentes thématiques de 2020 :

  • Les sciences de l’environnement
  • Les sciences de l’ingénieur
  • Les sciences de la Terre, de l’Univers, de l’espace
  • Les sciences de la vie et la santé
  • Les sciences exactes (les sciences comme la physique, les mathématiques)
  • Les sciences humaines et sociales
  • Les sciences numériques

La Fête de la science se déroule en France métropolitaine mais aussi en outre-mer et en Polynésie française !

Cette année est la 29e édition de la Fête de la science ! Espérons que l’année prochaine la science aura eu raison de la pandémie et que nous pourrons profiter d’activités près de chez nous !

Sources : le site de la fête de la science ici : lien               

Accès au programme numérique de la fête de la science : lien

Le jour d’après…

Tout le week-end des 9 et 10 mai, les médias n’ont eu de cesse de détailler ce qu’il serait possible de faire ou non à compter de ce lundi 11 mai, premier jour du déconfinement progressif. Que va-t-il vraiment changer pour chacun.e d’entre nous ? Sortir sans attestation, revoir ses proches mais à condition de garder ses distances, reprendre le sport en extérieur… Voyons avec le groupe France Info ce qu’il sera (ou non) possible de faire…

Si la vie va peu à peu reprendre son cours, de nombreuses restrictions seront encore de mise, pour éviter une seconde vague de contaminations. Le monde d’après ne redeviendra pas comme le monde d’avant et la liberté recouvrée ne devra pas rimer avec négligences répétées…

Retourner travailler : oui

C’est d’ailleurs le principal motif à ce déconfinement pour enrayer la crise économique due à la crise sanitaire. Ce sont « 400 000 entreprises qui représentent 875 000 emplois qui vont rouvrir », selon Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie. Néanmoins, « le télétravail » doit continuer à « être la règle chaque fois qu’il peut être mis en œuvre », indique le ministère du Travail.

Aller à l’école : oui mais pas pour tous les élèves

Pas de pré-rentrée dans les crèches, qui rouvriront de leur côté le 11 mai, dans la limite de dix enfants maximum, et avec port du masque obligatoire pour les encadrants.

Dessin de presse satirique de @Chéreau
paru le 11 mai sur le site Urtikan.net

Partout en France, un retour en classe des élèves de maternelle et d’école primaire sera possible à partir du mardi 12 mai, dans la limite de groupe de 10 à 15 élèves par groupe. « Un million d’écoliers seront accueillis par environ 130 000 professeurs », a indiqué le ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer. Dans les départements classés en vert, les collèges pourront rouvrir à partir du 18 mai, en commençant par les classes de 6e et 5e. Un examen de la situation sanitaire, fin mai, permettra de déterminer la possibilité d’étendre la réouverture progressive des collèges et d’ouvrir les lycées à partir du mois de juin. Beaucoup d’appréhension et de réticences relevées sur le terrain que les discours rassurants ne réduisent pas pour l’instant.

Faire du shopping : oui

Les commerces (salons de coiffure, commerces d’habillement, fleuristes, librairies…) pourront de nouveau accueillir des clients, en respectant des mesures de sécurité, telles que le port du masque ou la limitation du nombre de clients présents dans une boutique. L’occasion de re-consommer local !

Boire un verre dans un bar : non

Les restaurants, cafés et bars restent fermés jusqu’à nouvel ordre. Les coronapéros ont encore de beaux jours devant eux. Certains restaurants vont reprendre ou mettre en place des plats et repas à commander puis à emporter. Soyez à l’affût des informations présentes sur les réseaux ou via le bouche à oreille… Là aussi, ayons le réflexe local !

Se déplacer : oui, dans un rayon de 100 km

De là à transporter un compas géant avec soi… !

Rejoindre sa résidence principale : oui

Davantage une problématique de Parisiens que d’Isérois, mais on ne sait jamais…

Prendre les transports en commun : oui mais avec un masque

Dans tous les transports publics, il sera obligatoire à partir de l’âge de 11 ans. Tuba facultatif !

Revoir ses proches : oui mais en comité restreint

Les « rassemblements organisés sur la voie publique ou dans des lieux privés seront limités à 10 personnes », a déclaré le Premier ministre jeudi 7 mai. Ce seuil pourra être réexaminé à partir du 2 juin…

Rendre visite à un proche vulnérable : oui mais avec beaucoup beaucoup

de précautions

Aller à la plage : non, mais des exceptions seront possibles

A Vienne sur le Rhône, nous ne sommes pas directement concernés mais longer la Via Rhôna sera déjà un début de retrouvailles avec le cours (d’eau) de nos vies.

Assister à une cérémonie religieuse : non, sauf pour un enterrement quant à…@Pochette du DVD du film éponyme...<br /> Tous droits réservés

Organiser un mariage : non, alors quatre, même pas en rêve !

 

À défaut d’enfourcher un tigre, comme l’a évoqué Emmanuel Macron le 6 mai dernier lors de sa prise de paroles auprès du monde de la culture, nous allons pouvoir remonter sur notre vélo. Un mode de déplacement doux très encouragé dans les grandes villes également, comme à Lyon, pour limiter l’affluence dans les transports en commun de l’agglomération….

Faire du sport : oui mais en plein air

D’après Olivier Véran, « l’activité et l’exercice physique en plein air dans les espaces en pleine nature » seront permis à partir de lundi, et ce à plus d’un kilomètre de chez soi.

Là encore, des précautions seront de mise. Le ministère des Sports a édicté « une distance de dix mètres minimum entre deux personnes » qui font de la course à pied ou du vélo, distance qui passe à cinq mètres pour la marche rapide. Pour des activités statiques, comme le fitness ou le yoga, comptez 4 m² d’espace par personne, toujours en plein air et à moins de dix pratiquants.

Dans toute la France, les associations sportives sont autorisées à reprendre des activités pour leurs adhérents, mais en s’adaptant à toutes les restrictions : en plein air, pas plus de dix, sans accès aux vestiaires et sans contacts. Les matchs de tennis seront autorisées à partir de lundi, mais seulement en simple et sur des courts « totalement découverts »Message personnel à Arthur ! Les centres équestres vont eux aussi pouvoir rouvrir leurs installations en plein air. Les sports collectifs ou de contact resteront en revanche interdits. Et les piscines et les salles de sport resteront fermées.

Aller à la bibliothèque : oui mais pas trop vite…

L’accès à la culture sera dans un premier temps limité. Les librairies, les disquaires, les galeries d’art, les bibliothèques, les médiathèques et certains musées et monuments (les plus petits) pourront rouvrir à partir de lundi.. Mais les cinémas, salles de spectacles, salles polyvalentes et salles des fêtes resteront fermés.

Un point réalisé « fin mai-début juin » devrait permettre de savoir si « un certain nombre d’événements culturels » pourront se tenir durant l’été, « en respectant des critères sanitaires mais aussi avec la volonté que les artistes puissent retrouver leur public », ajoute Franck Riester, le ministre de la Culture, sans donner plus de précision. Comme pour les événements sportifs, on sait d’ores et déjà qu’aucune manifestation culturelle avec plus de 5 000 participants (comme c’est souvent le cas des festivals) ne pourra se tenir avant septembre. C’est vraiment mort pour Jazz à Vienne en son quarantième anniversaire !

Le confinement, oui, les violences, non !

Les jours passent ainsi que les semaines. Même les vacances ne ressemblent en rien à ce que nous attendions, avant, des weekends, des jours fériés et des congés… Certaines et certains se sont un peu habitué.e.s tandis que d’autres « pètent les plombs »… Que faire si vous êtes témoins ou victimes de violences ?

Il faut connaître le numéro à appeler : le 119 (appel gratuit 7 jours sur 7 et 24 h sur 24) si c’est un enfant ou un jeune concerné ou bien le 3919 (appel gratuit également)  si c’est une femme (ou un homme)  en danger vis-à-vis de son.sa conjoint.e …

Document officiel à consulter ici…

Enfin, pour toute situation de danger grave et immédiat, il ne faut pas appeler le 119, mais les services de première urgence : la police, la gendarmerie (17 ou 112), les pompiers (18 ou 112), le Samu (15)

À connaître également le 114 (n° d’urgence pour violences conjugales et intrafamiliales – par sms) quand on ne peut pas parler librement…

Confiné.e ne doit pas signifier isolé.e et encore moins enfant ou adolescent.e en danger ou témoin d’actes violents sur l’un de ses parents !

Remarque : si tes parents t’ont proposé pour le soutien cette deuxième semaine des vacances de printemps, ou si tes frères et sœurs t’agacent au plus haut point , ou s’il n’y a plus de pâte à tartiner, ce n’est pas un motif valable pour appeler le 119 !

Confinons-nous avec les Cowboys !

Je l’attendais avec impatience. Je m’en faisais une joie et comptais sur cette sortie familiale à la Halle Tony Garnier de LYON pour nous mettre tous de bonne humeur. Quoi de mieux pour faire résonner le printemps de chansons et musiques entraînantes qu’assister au concert de son groupe country folk rock alternatif préféré ! Mais le covid-19 a tout gâché : le spectacle du 27 mars 2020 n’aura pas lieu ! En effet puisque tout s’arrête sur la planète, les Cowboys Fringants le sont beaucoup moins, confinés de l’autre côté de l’Atlantique, au Québec…

Peut-être que le nom de ce groupe vous dit tout de même quelque chose puisque Press’qu’Isle en juin dernier en avait parlé avant leur venue au Théâtre antique de Vienne, le 22 juillet 2019. Un concert en plein air absolument génial avec une ambiance de folie ! C’est d’ailleurs là, leur plus grande force. Les Cowboys Fringants sont capables de faire vibrer plusieurs milliers de personnes grâce à leurs chansons, alors qu’elles parlent de sujets plutôt graves. Les expressions et l’accent québécois donnent un charme fou à ces artistes qui se donnent sur scène avec autant d’énergie que d’engagement ! En cela, ils peuvent plaire aux parents et aux ados !

Si on recherche sur Wikipédia, on peut apprendre que l’auteur-compositeur principal du groupe, Jean-François Pauzé, se dit influencé dans l’écriture de ses textes par  l’ensemble des groupes francophones canadiens. Le social, la politique et l’histoire du Québec sont des thèmes récurrents des Cowboys Fringants car selon lui, « pour comprendre et se situer dans ce monde, il faut préalablement connaître ses racines et son histoire, l’origine de toute identité ». Un de leurs principaux combats est l’écologie, un thème qui revient régulièrement dans leurs chansons. C’est pourquoi nous les programmons souvent dans les émissions de radio que le Club médias anime sur Crock radio !

Visuel de l’album LES ANTIPODES 10/2019
@LesCowboysFringants

Pour vous imprégner de l’ambiance musicale des Cowboys Fringants, quoi de mieux que de les écouter ? Je vous propose une playlist pour découvrir leur univers : Kmie se confine avec les Cowboys. Cette sélection de titres reposent sur cinq albums différents, réalisés au fil des années, parmi lesquels Les Antipodes, leur dernier opus sorti en octobre 2019 et le dixième depuis leurs débuts, il y a plus de vingt ans ! Le choix des chansons a bien évidemment un rapport avec l’actualité de ces dernières semaines ; c’est pourquoi l’ordre à son importance…

Une attention spéciale au titre « Plus rien« , le cinquième de l’album La Grand-Messe, qui parle de la disparition des êtres vivants sur Terre et qui résonne particulièrement en cette période de pandémie… Heureusement, les trois dernières chansons de la sélection sont, elles, porteuses d’espoir avec : « On tient l’coup« , « Tant qu’on aura de l’amour« , « Ici-bas« …

Alors, attendons avec impatience le retour des jours meilleurs… et des Cowboys Fringants à LYON le vendredi 13 (!) novembre 2020 pour le spectacle tant espéré !

Bonne découverte et bonne écoute. J’attends vos commentaires !

Chroniques du confinement

1ère chronique du confinement : Pronote est mon nouvel (et seul ?) ami…

Tempête sous crâne confiné @Joris

LE TRAVAIL EN CONFINEMENT : COMMENT ARRIVER À S’ORGANISER ?

PRONOTE : informations et sondages / PRONOTE : discussions /

PRONOTE : contenu et ressources / PRONOTE : travail à faire /

….  Il y en a de partout !

Le burn-out nous guette, nous pauvres élèves obligés de gérer le travail du collège à domicile ! On en vient à regretter le bahut et les profs en « vrai », tellement on a de boulot et pas seulement virtuel…

Joris, élève de 4e

2ème chronique du confinement : le virus ne s’arrête pas aux frontières

@OlivierMénégol
in ledessindelasemaine.fr

LES FRONTIÈRES DE TOUS LES DANGERS

Vous ne pensez pas que les autorités françaises auraient dû fermer les frontières dès que le danger de ce virus a été connu ? Parce que là, le confinement commence vraiment à me taper sur les nerfs !

Adélaïde, élève de 4e

3ème chronique du confinement : pour ne pas devenir fou/folle…

@Académie de Grenoble / Education Physique et Sportive

COMMENT GARDER LA FORME MENTALE ET PHYSIQUE ?

  1. Après le travail scolaire, un bon livre pour se calmer ? BD, manga, roman jeunesse…
  2. À un moment dans la journée : faire du sport !
    • Si vous avez la chance d’avoir un jardin ou un bout de terrain, ou un balcon (faut oser…) bougez en plein air !
    • Si vous êtes à la campagne, un jogging autour de chez vous (pas plus d’un kilomètre et avec l’attestation pour une heure grand max’)
    •  Si vous êtes en appart’, un peu de Just Dance ? Un tuto de muscu’ ou de fitness ? Sans oublier les conseils donnés par les professeurs d’EPS sur le site du collège et sur Pronote !                            
  3. Pratiquer ou écouter de la musique : pour se détendre, quelques mélodies ou chansons n’ont jamais tué personne… Enfin sauf si vous écoutez le même titre à tue-tête depuis des heures et que vos voisins n’en peuvent plus !

                                                                                                                                                         Timéo, élève de 6e

Silence, on lit ! En famille, aussi…

Deuxième semaine de confinement à la maison. Ce qui pouvait faire penser à des « coronavacances » au début, ressemble davantage à une guerre des nerfs. Soit nous avons nos parents sur le dos toute la journée, soit nous sommes inquiets pour eux car ils doivent aller travailler à l’extérieur… Sans parler des frères et sœurs qu’il faut supporter 24 h / 24 et avec lesquels on doit négocier l’accès à l’ordinateur pour pouvoir consulter Pronote et « bosser » ou encore se battre pour choisir programme télévisé ou série à notre goût ! En plus, en appartement, c’est juste l’enfer avec ce soleil qui nous fait de l’œil derrière les vitres alors que nous n’avons pas le droit de sortir !

C’est pourquoi nous vous proposons de mettre en place chaque jour un cessez-le-feu, une trêve, un répit… d’au moins quinze minutes. De quoi s’agit-il ? De l’opération « Silence On Lit ! » version familiale… Ça va pas la tête ? Avec le boulot de classe qu’on se tape déjà, limite on travaille plus qu’au collège, il faudrait qu’on lise en plus ?!

Avant de « péter un câble », permettez-nous au moins de vous présenter le projet… SILENCE, ON LIT ! en famille, c’est une activité enrichissante et surtout APAISANTE à faire à domicile. Le moyen pour les adultes d’occuper leurs enfants et celui pour les ados d’occuper leurs parents ! Le moyen aussi de s’évader sans quitter son refuge…

Faire une pause dans la journée pour retrouver momentanément le silence et rendre le climat familial plus « cool » durant quelques minutes…

Mode d’emploi de cette version familiale de Silence, On Lit ! :

  • mise en place d’un rituel de lecture chaque jour pour les enfants et pour les parents en même temps
  • l’exemple vient des parents qui s’autorisent une pause à moins que ce ne soient les enfants qui les incitent à « décrocher » des écrans pour se rendre disponibles
  • chacun choisit un livre qui lui plaît (si, si, ça existe !)
  • mise au calme pendant 15 à 30 minutes avec un livre pour seul objet d’attention

Des BD pour chacun.e
@MagRR

C’est simple mais pour que ça fonctionne sur la durée, il est important de suivre les 5 règles de SOL ! :

1/ Quotidienneté
Chaque jour à la même heure, on fait SOL ! chez soi pendant 15 à 30 minutes.

2/ Silence
On coupe tout ce qui peut faire du bruit ou qui peut distraire (ordinateurs, tablettes, téléphones…), on trouve un endroit confortable et on y reste pendant toute la durée de la lecture.

3/ Participation de tous
Il est important que les enfants voient leurs parents lire des livres (aménagement possible pour les petits qui ne savent pas encore lire : certains albums sont intéressants sans (comprendre le) texte).

4/ Des livres seulement
L’idée, c’est d’éviter le zapping et de favoriser la concentration sur la durée. Donc on met de côté les journaux, les magazines et la lecture sur écran(s) permettant l’accès à internet.

5/ Lecture plaisir
On lit ce que l’on veut. Ce qui nous fait plaisir. Ce qui permet de nous évader durant ce temps de lecture. Ce n’est pas un exercice scolaire (ni évaluation, ni contrôle) mais tous les échanges sont possibles sur les livres, après le moment SOL !

Quelques conseils pratiques :

  • avoir des livres à disposition est indispensable. Ne pas hésiter à fouiller dans les placards pour en retrouver si besoin.
  • choisir ensemble l’horaire de SOL ! et tenter d’en faire un rituel quotidien toujours à la même heure.
  • laisser chacun choisir l’endroit où s’installer pour lire confortablement.

Les conseils suivants sont facultatifs selon nous… Si vous prenez du plaisir à ce temps calme, ils s’imposeront d’eux-mêmes…

  • avoir un crayon pour souligner une phrase, noter un mot que l’on ne connaît pas, commenter une scène, une description, un dialogue…
  • avoir toujours un dictionnaire à portée de main pour vérifier un mot pendant ou après la lecture.
  • prendre, à la fin de la lecture, le temps de se remémorer l’histoire, de réfléchir sur le sens de ce qu’on vient de lire.

Vous avez lu ce long article jusqu’au bout ? C’est que vous êtes prêt.e.s à tenter l’aventure de la lecture plaisir ! BD, mangas, romans jeunesse ou plus classiques, lisez comme vous êtes !

Les bibliothèques et les librairies sont fermées, éventuellement faites du troc de bouquins avec vos voisin.e.s en respectant les distances barrières et la désinfection en vigueur des objets et des mains !

Avec SOL ! vous ne resterez pas seul.e car un livre est un ami pour la vie…

Astérix est orphelin…

Le coureur de char romain Coronavirus et le druide Pandémix ont la tristesse de vous faire part du décès du dessinateur Albert UDERZO, survenu le 24 mars 2020, à l’âge de 92 ans. Désormais le célèbre personnage de dessin animé gaulois ASTÉRIX est doublement orphelin puisque René GOSCINNY, scénariste BD, s’est éteint il y a de nombreuses années, le 5 novembre 1977.

Astérix, Obélix et tous les habitants du village gaulois qui résiste encore et toujours à l’envahisseur romain, remercient par avance toutes les lectrices et tous les lecteurs qui s’associeront à leur peine. Ni châtaignes, ni sangliers.

En ces temps de confinement, ils préconisent la lecture d’albums d’Astérix le Gaulois pour rendre un dernier hommage à Albert UDERZO. Nul doute qu’un immense banquet sous les étoiles l’attend, pour fêter ses retrouvailles avec son ami de toujours René GOSCINNY…

Semaine de la Presse et des Médias : on joue à domicile !

À situation inédite Semaine de la Presse innovante ! Ce qui aurait dû être la 31e Semaine de la Presse et des Médias dans l’École, devient, en raison de la fermeture de tous les établissements scolaires, la 1ère Semaine de la Presse et des Médias à la Maison ! Pour vivre cet événement au mieux malgré les circonstances particulières de confinement et l’omniprésence du Covid-19 dans l’actualité, tous supports confondus, nos journalistes en ligne demeurent mobilisé.e.s. Bonne semaine et au-delà…

De l’usage du mode conditionnel dans la conjugaison française…

Tel que présenté sur le site Le conjugueur de la publication en ligne du Figaro, on apprend que le conditionnel existe sous trois temps : le présent, le passé première forme et le passé deuxième forme.

Le conditionnel présent est particulièrement utilisé en ce moment, dès lors que des informations sont données à titre provisoire. En effet, il peut servir à :

. Donner une information incertaine, non confirmée
D’après les médecins, ce médicament pourrait vite soulager les malades.
. Exprimer un futur dans le passé
Elle dit (présent) qu’elle fera (futur) du sport en visio avec nous.
Elle a dit (passé) qu’elle ferait (conditionnel) du sport en visio avec nous.
. Faire des hypothèses, exprimer une éventualité
Que chacun respecte les consignes permettrait de sauver des vies.
. Demander poliment, proposer, exprimer un souhait, conseiller
Pourriez-vous m’indiquer comment vous envoyer mon devoir terminé ?
J’aimerais beaucoup sortir me défouler.

Quant au conditionnel passé, il peut servir à :

. Donner une information incertaine, non confirmée
Des chercheurs auraient testé plusieurs essais de vaccins.
. Exprimer l’irréel du passé (le regret)
Nous aurions dû acheter des légumes plutôt que du papier hygiénique !
. Évoquer une action antérieure à une autre action au conditionnel présent
Il a dit qu’il jouerait aux cartes (conditionnel) dès qu’il aurait terminé (conditionnel passé) son QCM en ligne.

Seule la première forme du conditionnel passé est employée fréquemment. La seconde marque un langage très soutenu, utilisé seulement à l’écrit, et de manière très rare.

Alors en ces temps frénétiques pour les médias, prêtez désormais attention à l’utilisation des temps verbaux. Le mode conditionnel employé massivement par les journalistes doit nous mettre en garde et nous inciter à attendre des confirmations officielles. Sur les réseaux sociaux notamment, des informations fausses ou incomplètes sont présentées comme sûres et attestées. Attention donc !

Cette année plus que jamais, la #SPMM2020 doit nous aider à faire le tri ! Prenez soin de vous et gare aux virus et aux fake news…