Versailles!

Dans le cadre du programme de spécialité de 1ère, nous avons travaillé sur Versailles comme oeuvre d’art totale qui permet d’aborder la question du commanditaire, mais aussi celle de la réception, de la critique et de la postérité. Voici quelques liens utiles…

Versailles et son orangerie

Une vidéo introductive sur le Grand Siècle.

Une page extraite du site de France Culture… Evidemment! Dans une autre veine… une émission « jeune » (!) : C’est pas sorcier!!

Un montage vidéo qui présente l’histoire du château de Louis XIII à la Révolution… et après la Révolution. Un reportage de France 5 sur la science et Versailles. Un épisode de l’émission Des Racines et des ailes de France 2.

Trois extraits audiovisuels consacrés à l’histoire des jardins et notamment à Le Nôtre qui marqua l’histoire des jardins, notamment ceux de Versailles.

Une vidéo sur l’histoire des jardins en général et une analyse des relations entre jardins et pouvoir.

Un extrait de la Matinale de France Culture sur la fête à Versailles… et un dossier « passerelle » de la BNF dédié au Mobilier d’argent.

Un extrait du « Roi danse » et des musiques composées par Lully pour le Grand Divertissement interprété par le concert des Nations de l’immense Jordi Saval! Messieurs, le roi!!

Un lien vers la Galerie des Glaces que nous évoquerons dans le cadre du cours sur la réception… et un site dédié à l‘iconographie de ladite Galerie

Une émission d’Europe1 consacrée à Charles Le Brun.

Un article dédié à Charles de La Fosse et à la peinture d’histoire à Versailles vers 1700 : un article scientifique de premier ordre!

Une page internet dédiée à l’expostion « Versailles Revival » et une extraite de la revue en ligne du château intitulée « Carnets de Versailles » sur le même thème.

Un reportage sur la restitution de la grille royale disparue en 1794.

Une conférence de l’Ecole des Chartes sur le pastiche de Louis II de Bavière : Herrenchiemsee.

Et aujourd’hui, Versailles c’est aussi de la formation : campus Versailles

Picassomania! La figure de l’artiste

Dans le cadre du programme de 1ère spé, nous allons nous pencher sur Picasso, le « monstre sacré » du XXème siècle… Picasso ou LA figure de l’artiste ?

PABLO PICASSO en 1962

Quelques ressources pour vous plonger dans le monde de Pablo!

Le dossier pédagogique consacré à l’artiste par le Centre Pompidou

Une interview de Picasso sur l’INA et des extraits de documentaires sélectionnés par le Musée Picasso

Un dossier sur Picasso réalisé par Le Grand Palais et une présentation de l’artiste sur le site internet du musée parisien qui lui est consacré

Des vidéos sur le « mystère » Picasso 

Un focus sur la relation entretenue par Braque et Picasso, les pères du cubisme

Un dossier sur l’exposition « Revoir Picasso« 

Des MOOC sur des oeuvres comme Les Demoiselles d’Avignon, ou la Guenon, le Matador et les autoportraits, mais aussi sur Picasso lui-même (la trait ; l’artiste total)

Une présentation des Demoiselles… Encore! et un peu de lecture à leur sujet!

Une émission de France Culture consacrée à la relation Picasso/Kahnweiler ; une autre sur… les Demoiselles, bien sûr!

 

 

Bienvenue chez Nicéphore!

Billet de blog rédigé à 8 mains à l’issue de la visite du Musée de la Photographie Nicéphore Niépce de Chalon-sur-Saône. Merci à Melvil, Juliette & Juliette (!) et Martin!

Le vendredi 21 février 2020, nous avons participé à une sortie au musée de la photographie, à Chalon-sur-Saône. Celui-ci est situé dans cette ville car l’inventeur de la photographie en est originaire. Il se compose de huit salles d’exposition permanente, ainsi que d’une salle dédiée à Niépce et propose six expositions temporaires par an. Le musée possède plus de 3 millions d’images et environ 6000 appareils photos.

Portrait de Nicéphore Niépce (1765-1833), huile sur toile, Musée Nicéphore Niépce de Chalon-sur-Saône

Nicéphore Niepce, né en 1765, est issu d’une famille plutôt aisée. Joseph est son vrai nom, mais il décide de se rebaptiser Nicéphore. Ce nom n’est pas choisi au hasard, loin s’en faut! Joseph étant le cadet de la famille il avait en effet pour « destin » de devenir religieux. Lors de ses études de théologie, il va entendre parler d’un patriarche du nom de Nicéphore qui était le chef de file d’un mouvement qui défendait, au Moyen-Âge, la vénération des icônes religieuses (iconodoulie), des images en somme! C’est en référence à ce patriarche que l’inventeur de la photographie que Joseph décide de se renommer Nicéphore. Il avait pour idée que les images ne devaient pas être faites à la main, mais automatiquement. Il lui faudra néanmoins attendre ses 51 ans pour se plonger vraiment dans la « photographie ».

Lors de cette visite on nous a expliqué l’histoire de la photographie en insistant sur ses évolutions. Premièrement, les photographies étaient créées grâce à des chambres noires. On perçait dans ces boites un trou qui laissait passer la lumière, laissant ainsi apparaitre une image inversée et renversée de l’extérieur sur la paroi opposée.

Ensuite vient l’invention de Niepce, la photographie, inspirée de la gravure. Il étale sur des plaques de métal (souvent faites d’étain) de la poudre de bitume (car le bitume change de couleur au soleil) dissoute dans de l’essence de lavande et une fois sèche il la place dans son « appareil » devant une fenêtre ; ainsi en fonction de la luminosité, on obtient une vision positive du sujet photographié. Cependant ce procédé est très long (8h minimum avec une très bonne exposition). Puis, Niepce nomme son invention « héliographie », sous le même nom il a inventé la photographie et la photogravure.

Point de vue du Gras, depuis la fenêtre de la maison de Nicéphore Niépce de Saint-Loup-de-Varennes, 1826 ou 1827

Niepce se procure également des dessins issus de la gravure recouverts de vernis afin que la lumière puisse bien passer sur le dessin ; puis il les placent sur sa plaque recouverte de bitume avant de les exposer au soleil afin de reproduire le dessin. Celui-ci apparait sous la forme d’un négatif, c’est pourquoi il la place ensuite dans de l’acide afin de faire apparaitre le positif. Celui-ci apparait en creux dans le métal. Cette technique a permis d’obtenir des photos dans des livres, des journaux et magazines.

Plus tard, en 1839 va naître un nouveau procédé photographique inventé par Daguerre : les daguerréotypes. C’est le premier procédé à avoir été connu dans le monde entier. Celui-ci est plus rapide, avec un temps de pose de 2 à 3 minutes. Ce procédé est plus rapide car on utilise une plaque d’argent et non plus de l’étain. Cependant, ces techniques inversaient les images, c’est pourquoi on améliore cette technique à l’aide de miroirs disposés dans les appareils dans des « chambres à miroirs redresseurs ».

A la même période, en 1835 va naître le calotype : le négatif sur papier. Cette technique, inventée par l’anglais William Henry Fox Talbot, permet la reproduction d’une image en positif à l’infini. Grâce à lui nait le binôme négatif-positif qui caractérisera la photographie jusqu’à l’ère numérique.

Pour finir la photographie en couleur va apparaitre, la méthode la plus simple est, pendant longtemps, de peindre sur des photos en noir et blanc. Mais par la suite, on invente la photographie en couleur grâce à une technique nommée la trichromie, c’est la superposition de trois images, chacune se composant d’une couleur primaire.

Présentation de quatre photographies…

Lors la visite du musée nous avons pu voir différentes photographies même si nous ne nous sommes pas attardés dessus.

Nous allons tout d’abord parler de la première photographie qui a été réalisée par Nicéphore Niépce en 1827. Elle a disparu jusqu’en 1952. Cette photographie n’est pas au musée car elle est conservée aujourd’hui dans une institution américaine, l’université d’Austin au Texas.

Nicéphore Niépce, appelle ses travaux «Héliographie ». Il réussit à obtenir des images par l’action de la lumière et à les rendre visibles en permanence. Il réalise une image sur métal qu’il va appeler « point de vue ».

Nicépore Niépce, première expérience réussie de fixation d’une image sur une plaque, 1826

Cette image représente une vue prise à l’aide d’une chambre noire depuis la fenêtre de la maison de Nicéphore Niépce. Le support est une plaque d’étain poli qui a été enduite de bitume de Judée. On peut y distinguer si on regarde bien des bâtiments avec un pigeonnier à gauche et un toit au milieu. Cette photographie peut être étonnante car elle ne représente pas quelque chose de spécialement beau ; elle a une valeur patrimoniale, une valeur mémorielle car elle marque le début de quelque chose…d’une aventure, celle de la photographie!

La découverte de la couleur par Louis Ducos du Hauron

Louis Ducos du Hauron (1837-1920), Feuilles et pétales de fleurs, reproduction collographique, d’après un trio de négatifs dont le tirage en gélatine fut produit sous forme de diaphanie lors d’une séance de la Société française de photographie (février 1870), tirage héliochromique collographique, 9,2 x 11,2 cm. Collection musée Nicéphore-Niépce

Louis Ducos du Hauron n’est pas connu du public alors qu’il a consacré sa vie de physicien à l’étude des processus physico-chimiques de la photographie en couleurs. Pour réaliser cette image, il utilise trois couleurs qui sont le rouge, le bleu et le jaune qui sont mélangées. Cela va produire énormément de nuances de couleurs. Le tableau de la nature peut donc se décomposer en trois tableaux qui sont superposés, l’un rouge, l’autre jaune, le troisième bleu. Nous avons pu voir les plaques de couleur séparées et nous amuser à les assembler.

Les copies de gravures

Le cardinal d’Amboise, gravure de 1836, collection du Musée Nicéphore Niepce

Une gravure originale sert à produire une plaque d’impression qui en reproduit exactement le dessin. C’est donc le principe de l’héliographie. La gravure originale est rendue translucide par un vernis avant d’être placée sur une plaque de métal (photosensible). Après insolation, la plaque est gravée à l’acide, selon la technique de l’eau-forte (acide nitrique sur plaque de cuivre). La plaque gravée est par la suite encrée de manière à reproduire à l’identique la gravure originale sur du papier. Toutes les gravures de Nicéphore Niépce ont été vernies, placées sur une plaque photosensible puis exposées à la lumière. On peut voir sur cette gravure le portrait du cardinal d’Amboise, représenté de profil.

3 objets phares de la photographie

Le Flash

Pour commencer, voici le flash. Un dispositif simple, mais des plus utiles et indispensables en photographie. Il consiste en un dispositif d’éclairage particulièrement puissant, produisant une lumière vive et intense, utilisée pour éclairer un sujet.

Attention cependant : cette lumière était produite pendant un laps de temps très restreint (environ 1/1000 de seconde). Etant utilisé séparément de l’appareil photo, il fallait donc savoir activer les deux au bon moment, en toute coordination, ce qui, évidemment, nécessite un peu d’entraînement!

La pellicule

La pellicule est l’ancêtre de la carte SD, ou de la mémoire du téléphone. C’est un support souple, et non solide, stocké dans des bobines ensuite placée dans un appareil photo. Lorsque une photographie est prise, elle est « imprimée » sur la bobine, et il faut ensuite utiliser des procédés chimiques complexes pour révéler l’image.

Il existe plusieurs types de pellicules: des films noir et blanc (monochromatique) et des films couleurs.

Le boitier

Evidemment, pas de photographie sans boitier ! Le boitier, généralement muni de plusieurs autres dispositifs plus ou moins indispensables (ex: l’objectif ou le flash), est la partie de l’appareil qui reçoit la lumière. C’est lui qui « l’immortalise » ou « l’imprime », suivant le type d’appareil (numérique, argentique, etc). En général, ces boitiers bénéficient de plusieurs systèmes pour faire varier la lumière entrant dans l’objectif : le zoom, le focus, (sur les objectifs), la taille de l’ouverture, l’obturation, etc.

Pour terminer cette visite du musée nous avons eu la chance de faire un travail pratique. Pour commencer nous devions nous mettre en binôme. Puis, on nous a prêté un appareil photo. Le but était que nous sortions dehors pour que l’on prenne des photos de n’importe quel objet ; mais il fallait adopter différents points de vue. Voici quelques exemples…

Voici quelques exemples de prises de vue… avec différents points de vue… Saurez-vous les caractériser ?

Je vous ai donné quelques exemples mais il y en a plein d’autres possibilités et ce quel que soit le sujet choisi. Vous êtes vraiment libres de choisir de faire ce que vous voulez. L’objectif de cet atelier était de nous faire réfléchir à la relation entre le photographe et son son sujet, de nous faire prendre conscience que faire de la photographie, c’est faire des choix, chois qui peuvent être très personnels. Bref, nous avons pu découvrir la photographie de manière concrète après l’avoir appréhendée de manière plus abstraite/historique/artistique!